Correspondant de presse, que faire?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Woops
Messages : 13
Inscription : 19 mars 2008, 12:12
Contact :

Message non lu par Woops » 06 août 2008, 09:47

Il y a correspondant de presse et correspondant de presse. Le retraité et l'étudiant qui font ça pour le "fun" rentrent tout à fait dans les critères du gentil correspondant de presse.
Cependant, l'autre catégorie, dont je fais partie pourrait s'appeler les journaliste canada dry. On bosse autant voire plus qu'un journaliste pourtant nos émoluments sont divisés par deux ou trois, nous n'avons aucune cotisation et n'avons aucun congés payés (quand on fait un break, le "salaire" aussi fait un break).

Ce système de correspondant de presse séduit de moins en moins de personnes et surtout pas l'étudiant. Bouffer des soirées, et des week-ends, en plus des études pour être payés des clopinettes. Autant livrer des pizzas, tu gagneras largement plus.

Sinon, en ce qui me concerne, des contacts ont été pris, reste à voir ce que ça va donner en septembre.
kaeak
Messages : 234
Inscription : 10 juin 2008, 15:06
Contact :

Message non lu par kaeak » 06 août 2008, 21:02

Mais libre au CLP d'arrêter s'il en a marre d'être payé avec des cailloux. Tant que les correspondants accepteront de bosser 50 heures par semaine pour 400 euros dans les bons mois, personne n'aura aucune raison de vouloir changer ce système.
Et ne comptez pas sur les journalistes pour vous aider. Au mieux, ils vous regardent en compatissant, au pire, ils vous méprisent royalement.

Etre correspondant de presse, par définition, ce n'est ni un emploi ni un temps plein (activité d'appoint !). Si les rédactions veulent faire sortir le CLP de son rôle sans lui donner un nouveau statut et qu'il l'accepte, pourquoi s'en priveraient-elles ?

Après, il y a des CLP qui obtiennent leur carte de presse au tribunal. Bah, c'est une façon comme une autre. D'autres l'obtiennent en cherchant des vraies piges et en refusant les collaborations indécentes. Chacun fait comme il veut. :roll:
Woops
Messages : 13
Inscription : 19 mars 2008, 12:12
Contact :

Message non lu par Woops » 06 août 2008, 22:43

Ton discours est un peu "facile".
Justement, on ne fait pas tout le temps ce que l'on "veut". Pour mon cas, si je stoppe cette activité, je fais quoi? Je danse devant le buffet, en me disant "oui, je suis quelque de bien j'ai refusé d'être payé avec des cailloux"....
Sauf que les factures, elles, elles continueront à tomber
kaeak
Messages : 234
Inscription : 10 juin 2008, 15:06
Contact :

Message non lu par kaeak » 06 août 2008, 22:53

Mais, comme tu l'as souligné, si tu as besoin de manger et de payer tes factures, d'autres jobs sont faits pour toi.

Personnellement, je suis bien contente d'avoir su dire non au bout de quelques mois, et de n'avoir jamais accepté de travailler à plein temps alors que, comme le veut la définition, ce n'était pas mon activité principale, puisque j'étais étudiante. Tout ça m'a ouvert la porte d'un remplacement d'été, que je n'aurais évidemment pas eu s'ils avaient pu me garder en tant que CLP pendant ce même été.

Mon discours est peut-être "facile", mais j'y suis passée aussi et je ne me suis pas laissé faire. Parce que ce qui est facile, c'est d'accepter la situation et de venir la dénoncer en parallèle. Soit on accepte et on s'arrête là, soit on dénonce et on en sort tout de suite. A un besoin d'argent, la solution CLP est sans doute l'une des pires...
RusselPrice
Messages : 106
Inscription : 10 sept. 2007, 19:28
Contact :

Journalistes célibataires, adoptez un(e) CLP !

Message non lu par RusselPrice » 07 août 2008, 11:10

Assez d'accord avec kaeak.
Woops, tu trouveras ici nombre d'ex-correspondants (j'en suis) qui ont pris le risque de lacher ce système fragile, foireux et indigne pour rentrer dans la cour des grands. Je le dis d'autant plus facilement que je me suis longtemps persuadé que quitter la branche de CLP sur laquelle j'étais assis serait suicidaire (activité géniale, socialement riche, illusion de bosser dans la Presse, rôle sympa dans le paysage...). Bien sûr, je ne m'attardais ni sur les émoluments, ni sur les heures de travail, ni sur les points retraites, ni sur quoi que ce soit de pas glamour dans le tableau. Du coup, tu passes ton temps à dire que tu est un journaliste Canada Dry (pas mal trouvé) et qu'il se trouvera bien un rédac-chef avec un minimum de sens d'observation qui, un jour, réalisera qu'en rajoutant quelques degrés d'alcool et en virant quelques bulles, le tour serait joué.
Hé bien nan... Ca ne se passera JAMAIS comme ça car un CLP qui fait bien son boulot, pour un canard, c'est pas un journaliste en devenir mais un filon avec un début, un milieu, et une fin. Et que quand celui-ci sera épuisé (dans les deux sens du terme), il se trouvera toujours un doux rêveur ayant fantasmé sur Les Hommes du Président, Under Fire, L'Année de tous les dangers, Salvador ou autre pour prendre la relève.
Tout ça pour dire, en passant, que la seule façon de ne plus passer pour un produit de substitution c'est de ne pas se considérer soi-même comme tel. Donc à toi de ralentir sur la couverture de l'info locale et de consacrer ce temps libre pour te dégoter de vraies piges. C'est plus facile à écrire qu'à faire mais je l'ai fait et d'autres ici aussi. Et mon conseil N°1 s'adresserait plus aux journalistes en poste qu'à toi : Chers confrères, si vous êtes célibataires, mettez vous en ménage avec un(e) CLP. C'est LA solution pour le diriger vers la professionnalisation. Accessoirement, ça rendra aussi service au milieu parce que c'est dingue le nombre de couples journaliste/pas-journaliste qui morflent (vu les horaires, le taf, les sujets de discussion, les collègues etc... Mais ça fera l'objet d'un autre post).
Bon courage à tous
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Journalistes célibataires, adoptez un(e) CLP !

Message non lu par PascalSR » 07 août 2008, 13:55

RusselPrice a écrit :Du coup, tu passes ton temps à dire que tu es un journaliste Canada Dry (pas mal trouvé)
Oh, l'*autosatisfacteur !...
RusselPrice a écrit :Chers confrères (chères consœurs), si vous êtes célibataires, mettez-vous en ménage avec un(e) CLP. C'est LA solution pour le (la) diriger vers la professionnalisation. Accessoirement, ça rendra aussi service au milieu, parce que c'est dingue le nombre de couples journaliste/pas-journaliste qui morflent (vu les horaires, le taf, les sujets de discussion, les collègues, etc. Mais ça fera l'objet d'un autre post.)
La suite ! La suite !

Et pourquoi pas un joli petit article sur le sujet, avec plein de détails trivialo-quotidiens croustillants façon presse féminine ?...
RusselPrice
Messages : 106
Inscription : 10 sept. 2007, 19:28
Contact :

Message non lu par RusselPrice » 07 août 2008, 14:39

Salut Pascal...
Je vois avec plaisir qu'il y en a un qui passe vraiment les forums de catégo à l'infrarouge (autosatisfacteur est juste après autohypnose dans la liste 2008 des néologismes). Pour les détails croustillants et l'article presse mag féminine, je prends la commande (mais Cilou, notre avocate à tous, soulignerait avec ardeur que c'est 63 € minimum les 1500 signes, plus les CP, plus le 13e mois, plus un exemplaire du Guide de la Pige pour ceux qui n'ont toujours pas saisi).
Au sujet des histoires de couples dans la Presse, j'ai entendu il y a deux ans que les journalistes étaient passés devant les flics en matière de "divorce-alcoolisme-suicide". Info ou intox ? (Je soupçonne un stratagème des écoles de journalisme pour réduire le nombre de candidatures).
Bon courage aux permanents des rédacs, aux stagiaires pas payés, aux remplaçants d'été, aux pigistes à la bourre sur leur planning... Et aux correspondants locaux. Haut les coeurs !
cilou
Messages : 1725
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 13 août 2008, 17:44

Ha ha, on profite de mes vacances pour causer dans mon dos :wink:
C'est tout vrai, sauf les 63 € minimum : ayant moi même quelques piges légèrement en dessous de ce tarif, j'aurais du mal à me faire l'intégriste des 63 €... même si je suis justement en train de me battre pour faire augmenter ces tarifs.
redcess
Messages : 23
Inscription : 25 juin 2007, 11:23
Contact :

Message non lu par redcess » 19 oct. 2008, 19:33

J'avais gardé ce fil de conversation dans un coin de ma tête, et, la semaine dernière, il m'a été donné de rencontrer un des membres de la commission de la carte. Je ne sais pas si cela apportera réellement une pierre à l'édifice, m'enfin dans le doute, pourquoi se priver ? Je lui ai donc posé la question qui me tenait tant à coeur, les clp ont-ils droit à la carte de presse ? (malheureusement, je ne me rappelais pas précisément les tenants et les aboutissants du dossier dont il est question ici, sur le coup de comment faire pour sortir de la mouise et tout ça donc cela ne sera pas abordé hein). Et donc, la réponse, c'est : si tu gagnes en moyenne au moins 627 euros par mois avec tes papiers, pendant trois mois de suite, et que tu na gagnes pas davantage avec une autre activité, ils n'ont aucune raison de refuser la carte de presse. Et s'ils le font, recours, et c'est dans la poche. Voilà, c'est tout ce que j'avais à dire. sur ce, bonne soirée.
zoom
Messages : 350
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 19 oct. 2008, 20:35

sauf que si tu gagnes 627 €/mois en CLP, l'urssaaf peut te tomber dessus et te faire un redressement de charges sociales dès le 1er € gagné. 30 ou 40% a rembourser sur 627 € pendant plusieurs mois ou plusieurs années, çà doit faire de la peine... :cry:
Et des que tu as ta carte de presse, tu as de grandes chances d'être viré par ton canard, a moins que tu ne continues a accepter les tarifs CLP...

La belle vie quoi...
Comme nous l'avaons souvent entendu sur ces forums, etre CLP quand on aspire a etre journaliste c'est se tirer une balle dans le pied dans la plupart des cas.
GaranceParadis
Messages : 23
Inscription : 19 févr. 2008, 18:12
Contact :

Message non lu par GaranceParadis » 19 oct. 2008, 22:09

En ce qui me concerne, je suis clp dans une phr. Ca m'a aidée à décrocher des piges pour une agence de com' et un journal d'informations économiques local payées 50 €/article avec bulletin de salaire de pigiste et 90 € l'article pour le journal éco mais sans bulletin de salaire (et du coup sur le relevé que j'ai reçu récemment, il n'est pas mentionné de statut de pigiste ou clp, bizarre mais bon. J'ai pourtant rempli un formulaire que je trouve ambigu car l'entête mentionne pigiste et/ou clp).
La phr me rémunère 30 € l'article. Et je suis très loin des 600 € par mois.
Je me suis démenée pour obtenir un relevé de mes articles. Ce relevé est fait de telle façon que c'est comme si c'était moi qui avait fait une facture !
Je n'ai pas encore abordé ce point avec la direction parce que je viens seulement de reprendre le "travail" après une interruption estivale pour raison familiale. Ma reprise s'est faite avec une enquête d'environ 15 000 signes et j'ignore combien elle me sera payée. Est-ce quelqu'un ici saurait me renseigner ?
De plus, est-ce que les clp d'ici peuvent me dire si la mention "clp" est accolée à leur signature. Mes articles sont tous signés et le journal accole la mention "clp" à mon nom entre parenthèse mais pas toujours. Cette pratique me gonfle car c'est mettre en avant le statut de la personne et je trouve cela limite humiliant.
Merci d'avance de vos réponses.
kaeak
Messages : 234
Inscription : 10 juin 2008, 15:06
Contact :

Message non lu par kaeak » 20 oct. 2008, 00:49

La rémunération, ça dépend de ton canard, je ne sais pas comment on pourrait te renseigner.

Pour la signature, là aussi, ça dépend du canard. Il y en a beaucoup qui différencient les CLP des journalistes dans les pages et il n'y a rien de plus légitime que cette pratique. Un CLP n'est pas un journaliste. Et ce, même s'il accepte de faire le boulot d'un journaliste.
Donc il n'y a rien de choquant ou d'humiliant à signaler que l'article est rédigé par un CLP et non par un journaliste. La rédaction est de toute façon censée passer derrière chaque article donc elle assume ce qu'ils racontent.
ChristianPujol
Messages : 15
Inscription : 26 juil. 2008, 21:15
Contact :

Le sort des CLP

Message non lu par ChristianPujol » 21 oct. 2008, 10:01

Bonjour,
J’ai quelques difficultés à comprendre les réactions.
Je suis moi-même CLP pour Paris-Normandie, pour ne pas le citer. Le fonctionnement de la rémunération est le même que celui de Woops et je pense qu’il en est ainsi dans bon nombre de journaux de la PQR. J’étais prévenu dès le départ. Donc pour faire ce boulot, il faut être malade et je l’avoue, je suis malade. Pas mal de CLP, n’osent pas se présenter come correspondants locaux de presse. Qu’y a-t-il de honteux ? Les lecteurs savent que nous existons, les services municipaux du maire jusqu’à la com’ aussi. Ils regrettent souvent de ne pas voir de journalistes. C’est vexant pour nous de l’entendre dire, mais c’est comme ça. Ce qui veut aussi dire qu’à tous les niveaux, sauf celui du lecteur, on n’en a rien à fiche du CLP qui accepte un revenu en-dessous des pâquerettes. Si les articles ne passent pas, c’est de sa faute, il n’a pas envoyé son papier. Alors que nous n’avons aucun intérêt à ne pas envoyer nos papiers, c’est notre bouchée de pain ! Dans la cavalerie, on appel ça des ramasse-crottin. Pourtant, on a besoin de nous. Qui couvrent 70 à 80% de l’actualité locale ? Ce n’est pas le journaliste, c’est le CLP.
Personnellement à 58 ans, je fais ce travail depuis 6 ans et j’écris en moyenne une trentaine de papiers par mois, parfois plus, parfois moins, la rédaction n’en prenant pas plus de 1 par jour et par commune, j’en ai deux à couvrir, soit près de 40 000 habitants. La notoriété, je n’en attends rien. Elle est derrière moi. Comme pour Woops, c’était mon seul revenu. Depuis un an j’écris dans une presse hebdomadaire municipale et depuis 5 mois dans un mensuel où j’ai trois rubriques, soit une dizaine de feuillets. Pour obtenir ces jobs où je suis reconnu comme pigiste, mais non carté.
Ce que je ne comprends pas chez Woops, comme chez d’autres, c’est que l’on recherche seulement un renseignement. Comme si l’on aimait se faire du mal, on ne veut pas citer le canard, au cas où il y aurait des représailles. Je crois que c’est du temps de perdu tout ça.
Dernière chose, ne pensez pas que j’ai une petite vie tranquille. Tous mes déplacements se font par les transports en commun, ma voiture est morte depuis longtemps et mes revenus sont « tellement importants », que je ne peux n’y en changer, ni faire les travaux. Certains soirs, je rentre à pieds de spectacles, les bus s’arrêtant à 21h30, dans mon coin et au plus loin, je suis à 6 km de mon domicile. Je ne considère pas cela comme un sacerdoce, mais j’aime ce que je fais tout en restant à place de CLP. Moi aussi, j’aime me faire du mal !
Désolé pour la longueur
Christian
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 21 oct. 2008, 11:39

Est-ce que j'ai le droit de me faire du bien en corrigeant les fautes ? :? :oops:

Allez ! Dites oui ! :arrow:
alldj

Message non lu par alldj » 27 oct. 2008, 23:00

Bonjour à tous,

En ouvrant mon journal local aujourd'hui, j'ai constaté que l'équipe recherchait des correspondants. Cependant, après m'être un peu renseigné sur votre forum, je constate que c'est rémunéré et que la majorité doit donc être acquise. Je vais avoir 17 ans dans deux mois et j'ai peur qu'au moment ou j'aurais acquis la majorité, le poste ne sera plus à pourvoir.

Pensez vous que je puisse y travailler pendant deux mois sans déclaration et gratuitement ?

Merci d'avance pour vos réponses.

ps: j'attends vos réponses pour contacter le journal.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »