HELP : laisser tomber une collaboration régulière????????

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
founionne
Messages : 74
Inscription : 28 juin 2004, 17:05
Contact :

HELP : laisser tomber une collaboration régulière????????

Message non lu par founionne » 16 mai 2008, 14:57

je sollicite votre avis, car je suis complètement paumée, stressée à cause de pas grand chose, mais faut que j'en parle : j'ai "décroché" il y a 3-4 mois une nouvelle pige pour un journal professionnel national qui me promettait une pige mensuelle régulière en tant que correspondante régionale. Sur un secteur que je connaissais mais dont je n'étais pas non plus spécialiste. j'ai bien réussi à me vendre et j'ai décroché le truc. Sachant à l'époque que c'était 50 euros le feuillet (pas lourd, me direz-vous) mais que la rédac chef devait me filer régulièrement des sujets : je dois traiter 8 sujets différents par mois, mais de touts petits papiers : évidemment, petits ou gros papiers, faut trouver les sujets et ça fait tout de même bcp ! Sans compter que lors de ma première fiche de paye, je me suis rendue compte que c'était 50 euros tout compris (13eme mois et CP) et qu'en plus, c'était le feuillet paru : en gros, pas cher payé. Là où le bat blesse carrément, c'est que la rédac chef me file tout au plus un sujet valable par mois sur les 8 que je dois trouver (et je comptais petit à petit me faire un réseau, mais c'est un secteur difficile, je peine vraiment à y parvenir) et je trouve qu'elle m'aide peu depuis que je me suis débrouillée comme un as sur les deux premières commandes. Bref, je suis dans une impasse. je compte honorer la commande du mois en cours, puis sans doute laisser tomber, j'y passe vraiment bcp trop de temps, sur des sujets qui ne m'intéressent pas, avec des gens super désagréables : seul souci, le courant passait bien avec la rédac chef et je trouve que c'est lui faire un sale coup ! mais concrètement, je ne peux plus suivre : pas assez lourd payé pour le temps que j'y passe, à chercher des sujets, aux déplacements que je dois faire (qui me sont remboursés) bref, mon moral en prend un sérieux coup :-( à cause de ce truc là, régulier certes, mais mal payé au final (la régualité m'avait fait accepter le truc au départ), j'en suis venue à refuser des trucs mieux payés et plus sympas, c'est super idiot :-(

ma question est : comment lui annoncer que je ne vais pas continuer? ça ne m'engage à rien de lui dire ça? je finis cette pige et basta parce que là, j'en ai gros sur la patate à avoir autant de mal à réussir à me faire un réseau pour me dégoter des sujets (et c'est pas fautr d'appeler, de rencotrer des gens, ce qui se passe dans d'autres domaines que je couvre, mais là, c'est hermétique :-(
help !!!!!!!!!!!!!!
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 16 mai 2008, 16:15

Hello Founioune,

Puisque le courant passe bien avec la rédac'chef, je pense que tu devrais en discuter longuement avec elle avant de prendre toute décision. Demande-lui un RV, et explique lui pourquoi votre collaboration ne te convient pas actuellement. Dis lui que le journal te plaît (même si c'est pas vrai), mais que le montant des piges, le fait de devoir chercher toi-même tous les sujets et la taille des articles font que tu ne peux pas continuer comme ça. Si elle tient à votre collaboration, peut-être a-t-elle les moyens de faire pression sur les grands chefs du journal pour augmenter le montant. Si elle ne peut pas négocier les montants, dis-lui par exemple que tu n'as plus le temps de chercher les sujets, mais que tu peux accepter les sujets qu'elle te propose...
Ca, c'est si tu n'es pas sûre de vouloir stopper la collaboration, sans vouloir non plus la continuer à tout prix. Mais si vraiment tu veux arrêter, alors arrête, quels que soit tes scrupules vis-à-vis de la rédac'chef. Ce n'est pas lui faire un sale coup. Le sale coup, c'est de ne pas rendre ses piges et de "planter" ainsi le journal.
founionne
Messages : 74
Inscription : 28 juin 2004, 17:05
Contact :

Merci Cilou de ta réponse parfaitement censée

Message non lu par founionne » 16 mai 2008, 16:43

tu as raison : entre temps, j'ai réussi à trouver des infos pour lui filer un synopsis de mes sujets du mois, tout en lui glissant bien que j'ai galéré pour le faire, et je lui en parlerai à la remise des textes ou peut-être courant juin, car je dois la rencontrer avec d'autres correspondants (mais sans la mettre dans une situation délicate vis à vis des autres ;-) en plus, je sais qu'elle apprécie vraiment mon taff, moi c'est surtout la recherche de sujets qui me fait galérer, mais j'arrive tjours à retomber sur mes pieds, mais à grand coup de stress ;-)

merci en tout cas de ton oeil extérieur, toujours aussi censée et posée, j'aprécie bcp tes interventions (je lis souvent, je n'ai pas tjours le temps de poster ;-)
**
MERCI !
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 16 mai 2008, 17:04

Et n'oublie pas de lui rappeler que les articles doivent être payés dans leur intégralité, en application de :

1 - article L 761-9 du code du travail : " Tout travail commandé et accepté par un journal ou périodique et non publié doit être payé."

2 - et surtout, conseil des prud'hommes, 19 novembre 2001 : "La publication non intégrale d'un article accepté par une entreprise de presse doit être payée dans sa totalité."

Mets-lui déjà ça dans les dents, à ta rédactrice en chef. Ensuite, vous pourrez commencer à parler sérieusement. :lol:
founionne
Messages : 74
Inscription : 28 juin 2004, 17:05
Contact :

sur ce point

Message non lu par founionne » 16 mai 2008, 18:38

j'ai déjà mis les choses au clair en lui disant mon étonnement (pour rester courtoise) sur le fait que le montant payé sur la première pige n'était pas conforme à ce que j'attendais et elle m'a répondu qu'il y avait eu des coupes lors de la maquette. Mais, ça, je m'en fiche :-D
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 16 mai 2008, 19:06

J'ai eu le même problème récemment.
J'ai corrigé sur la feuille de relevé de piges qu'on me fait signer.
Ca a râlé à la rédac, mais c'est passé.
Scrogneugneu !
Mais ça m'est arrivé aussi de me faire entuber. On n'a pas toujours gain de cause, et le rapport de force est rarement en notre faveur.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 16 mai 2008, 19:25

Quel rapport de force ? Les deux éléments juridiques que j'ai fournis suffisent à rappeler son bon droit, auprès de rédac chef, en général plus ignorants qu' "entubeurs".
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 16 mai 2008, 21:22

Et comment fais-tu quand, malgré le rappel de la loi, ton employeur persiste à te refuser tes droits ? Certains rédac'chef sont plus entubeurs qu'ignorants. C'est là où tu rentres dans le rapport de force, puisque tu as trois solutions :
- la fuite : tu vas voir ailleurs
- le déculottage : tu acceptes de rogner tes droits
- l'attaque : tu le poursuis en justice.
Dans tous les cas, c'est un rapport de force : tu attaques si tu considères que les sommes en jeu valent le coup, si tu es sûr de ton droit, et si tu ne comptes pas rebosser pour cette publication. Tu te tailles si les sommes en jeu ne valent pas le coup, mais que tu refuses de te faire avoir. Tu restes si tu considères que le bénéfice que tu tires de ce journal sont supérieurs aux entubages qu'ils te font subir.
Ce n'est pas parce qu'un droit est inscrit dans la loi qu'il est forcément appliqué. Même si on l'exige, textes à l'appui.
Pour ma part, je sais que certains de mes employeurs ne respectent pas la loi, notamment sur la réutilisation des textes et l'ancienneté. Je tente de lutter, notamment via les délégués du personnel. Mais c'est pas gagné. Néanmoins, je reste car les avantages sont supérieurs aux inconvénients.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 17 mai 2008, 10:27

Cilou,

Naturellement, comme tu le suggères à demi-mot, il peut paraître inutile de s'engager dans un face-à-face pour une poignée de feuillets malencontreusement non comptabilisés si le rythme de commande avec cet employeur est, disons, soutenu ; mais être déterminé - sans être ni obtus ni incorrect -, rappeler le droit organique et l'état de la jurisprudence - tout en prenant garde de ne point trop paraître procédurier - sont choses utiles. D'abord, parce que les rédacteurs en chef, et je ne suis pas d'accord avec toi sur ce point-là, restent plus ignorants qu' "entubeurs", à tout le moins attendent-ils que les journalistes se manifestent pour faire respecter leurs droits. Ensuite, parce qu'il est toujours bon de se faire respecter : par la qualité de son travail, par la ponctualité de rendu des papiers, mais aussi par la connaissance des droits et obligations de la profession que l'on a épousée. Autre conseil : compter sur soi, plus que sur les délégués syndicaux, qui, à quelques rares exceptions, défendent en priorité l'intérêt des journalistes intégrés et qui, lors de l'établissement de l'ordre du jour des Comités d'entreprise, inscrivent les questions des pigistes en toute fin de liste, quand tout le monde s'apprête à plier bagage. :cry:
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Message non lu par massalia » 17 mai 2008, 16:41

Personnellement, je suis beaucoup plus radicale sur la question. A mes yeux, un boulot sous-payé ne mérite pas qu'on s'y attarde, point final. Rémunérer un travail intellectuel requérant des compétences pointues, générant du stress et bouffant du temps MOINS que le SMIC, je trouve que c'est une honte et qu'accepter c'est porter atteinte à la profession tout entière...
C'est mon avis, il m'a souvent poussée au conflit avec mes employeurs et contrainte à manger des pâtes à partir du 15 du mois. Mais je peux me regarder dans la glace sans baisser les yeux. Et j'ai toujours retrouvé du boulot après quelques périodes creuses.
Se brader n'est jamais une bonne solution à long terme. Les journalistes qui acceptent d'être sous-payés se décrédibilisent tous seuls.
Pardon pour ma véhémence, mais j'en ai plus que marre des patrons de presse qui exploitent notre matière grise tout en se pavanant en Audi et costard Cerruti.
NB : Je ne parle évidemment pas des petits projets naissants qui méritent qu'on se serre la ceinture quelques temps en attendant qu'ils portent leurs fruits. Mais là où il y a du fric, il faut réclamer sa juste part et arrêter de flipper comme des malades : la presse est certes mal en point mais nos reportages sur Trifouilly-les-Oies ne seront jamais sous-traités en Chine ; on aura toujours besoin de journalistes, quelque soit la forme que prendront les médias à l'avenir. Ne nous bradons pas, par pitié.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 18 mai 2008, 20:36

Massalia, pour ma part, je ne parlais pas des boulots bradés, mais des boulots correctement payés dans lesquels on rogne sur une partie de tes droits. Mais j'imagine que tu parles plutôt de Founioune. Je pense que, si la rédac'chef est contente de son boulot, elle a la possibilité de négocier pour passer de "bradé" à "à peine correct", ce qui est mieux que rien. Et si ça ne marche pas, goobye journal avare. C'est l'avantage de notre statut.
Archaud, nous sommes d'accord.
LACARO
Messages : 1
Inscription : 29 mai 2008, 12:06
Contact :

Message non lu par LACARO » 29 mai 2008, 12:18

Réponse à la founioune :
Il ne faut surtout pas hésiter : dire à cette rédac chef que ça ne le fait pas . Que tu ne veux pas continuer. Et franchement, il me semble qu'il serait plus correcte et efficace de lui dire avant. Effectivement en la lâchant tu lui complique la vie, mais pas autant qu'en étant en retard... ou finalement en étant de moins en moins capable de rendre le volume requis....
Alors ne te rends pas malade et passes lui un coup de fils le plus tôt possible pour te libérer.
De la part d'une journaliste qui anime une équipe de correspondants régionaux, qui paye à 50 euros du feuillets pour 8 sujets par mois pour deux canards de la presse pro.
Bon courage
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »