BOYCOTT des propositions de piges ou contrats au rabais

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
sophia_bali
Messages : 1
Inscription : 11 févr. 2008, 14:03
Contact :

protester

Message non lu par sophia_bali » 02 oct. 2008, 15:32

Je suis complètement d'accord avec votre ras le bol.

Un jour de colère, j'avais envoyé moi aussi un mail assez explicite en réponse à une petite annonce relayée par l'ANPE. Voici le texte de l'annonce:

Numéro de l'offre : 825015C
Code Métier ROME : 32211
Intitulé du poste : JOURNALISTE DE LA PRESSE AUDIOVISUELLE
Type et nature du contrat : CONTRAT A DUREE DETERMINEE DE 3 MOIS / CONTRAT DE TRAVAIL
Description du poste : REALISATION DE REPORTAGES AUDIOVI- SUELS EN COLLABORATION AVEC L'EQUIPE
TECHNIQUE : ECRITURE DE SCENARIO; INTERVIEWS; DERUSHAGE

Compétences particulières : 04- Réalisation des reportages.
06- Sélection de la banque d'images, montage, commentaire.
Expérience :SOUHAITEE DE 1 A 3 ANS
Formation et connaissances :

Lieu de travail : 73 - LA ROCHETTE
Salaire indicatif : HORAIRE 8,71 Euros (57,13 F)

Déplacements : QUOTIDIENS DEPARTEMENTAL
Horaires : 35H00 HEBDO
Si cette offre vous intéresse, veuillez adresser par mail votre CV et une lettre de motivation, en précisant le numéro de l'offre à :
FUTURE PROD - M. LIONEL CAILLET
commerciale@futureprod.net

J'ai mis également en copie à l'APEC mon mail de protestation. J'ai reçu une réponse agressive de la part de l'annonceur le lendemain, mais qui ne cassait pas des briques. En revanche, silence radio de la part de l'APEC.

Ces comportements de cow-boys de la part des recruteurs, apparemment cautionnés par les grandes institutions comme l'ANPE, sont insupportables.

8,71 euros, c'est moins qu'un homme ou une femme de ménage! Or, le texte de l'annonce montre bien que quelqu'un de très compétent, polyvalent et mobile, est exigé. De plus, le salaire est exprimé en base horaire, et non en base mensuelle, ce qui est très signifiant quant à la précarité de cet "emploi".

Je propose effectivement une mobilisation des journalistes et autres chômeurs pour contrer ce genre d'abus. Pour l'instant, je n'ai fait qu'une misérable dénonciation, bien peu efficace et très frustrante quant à l'impact que cela peut avoir sur l'ensemble du marché de l'emploi. Cherchons ensemble des moyens percutants.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: protester

Message non lu par cilou » 02 oct. 2008, 16:41

sophia_bali a écrit :Cherchons ensemble des moyens percutants.
Je crains qu'il n'y en ait pas. Chaque employeur a le droit de proposer le boulot qu'il veut au tarif qu'il veut tant que c'est au-dessus du smic ou des minima en vigueur dans telle ou telle profession (mais pour la presse, les minima sont tellement bas qu'il vaut mieux ne pas en parler).
Dénoncer ? A qui ? Qui s'y intéresse ? Impossible de faire un "buzz" autour de boulot qui touchent quelques milliers de personnes maxi.
Envoyer des lettres ? L'employeur s'en fout, l'ANPE et l'APEC considèrent que leur boulot, c'est de relayer les annonces des employeurs, pas de vérifier leur légalité. Alors quand l'annonce, bien que révoltante, est légale, comment penser qu'ils réagiraient ?
Bref, notre seul moyen, c'est de prévenir les p'tits nouveaux sur ces forums de ne pas tomber dans les arnaques. Et puis de nous même refuser ces arnaques, quand on en a la possibilité (loyer, bouches à nourrir et tout ça).
gugi
Messages : 38
Inscription : 05 sept. 2005, 18:35
Contact :

Message non lu par gugi » 03 oct. 2008, 10:23

Y'a pas longtemps j'ai passé un entretien téléphonique avec une société (un site) que je ne citerai pas pour ne pas lui faire de pub.
Le job était statut cadre (APEC) et avec quelques responsabilités, en tout cas une bonne charge de travail en vue. Et à 500 kms de chez moi même si ça ne rentre certes pas en ligne de compte.
Bref, je ne sais pas à quel Père-Noël ils croyaient, mais sur ma réponse à la question "prétentions salariales", où je n'avais pourtant pas été excessivement gourmand (1800-2000 brut si je me souviens), je les ai presque senti tiquer à travers le combiné...

Après je me fais peut-être de fausses idées, mais c'est vraiment l'impression que j'ai eu.

De toute façon vu le sérieux du contact (3 ou 4 jours de lapins ou de reports pour réussir à avoir cet entretien, puis aucune nouvelle derrière malgré les promesses de réponse évidemment), et malgré la grosseur de la société, tout ça ne m'a guère donné de regret.

L'histoire ne dit pas si celui ou celle qu'ils ont finalement pris a pris le poste pour à peine mieux que le SMIC, mais ce qui est sûr c'est que les employeurs sont en position de force. Dans une relation offrant/offrant, ça ne devrait pas. Mais du fait de la concurrence et de la conjoncture ça l'est, et c'est le gros problème.

Je me souviens par exemple d'une offre passée sur Categorynet y'a déjà quelque temps (plus d'un an du sûr), pour un obscur petit canard "perdu" dans un département guère sexy (le Doubs, au demeurant certes très joli).
Lors de ma demande de feedback, l'employeur m'avait confié avoir reçu... pas loin de 300 CV (et forcément de toute la France, dont jusqu'en Bretagne).

Comment un employeur (d'autant plus de notre secteur) ne peut-il pas proposer aussi bas qu'il a envie avec ça ?

J'ajoute enfin que les institutions ou organismes parfois chargés d'aider les chercheurs d'emploi, n'aident en rien. Ils contribuent même à légitimer les mauvaises pratiques et offres d'exploitation liées à la conjoncture, poussant en gros à accepter n'importe quoi.
CDD au SMIC à des centaines de kilomètres ? Pas grave, "les CDI ça n'existe plus"...
Il faut dire que la plupart de ces gens, guère étouffés par un travail consciencieux, eux ils s'en foutent royalement de votre pomme et vos diplômes.
Et si vous leur dites que vous demandez plus que le SMIC en prétentions salariales (à Bac +4), c'est limite s'ils vous regardent avec des gros yeux incrédules. Je veux bien que ce soit la crise et qu'il ne faut pas non plus être trop difficile ou exigeant, mais merde quoi.
Comme quelqu'un le disait plus haut (je crois), ça fait quand même mal aux fesses d'avoir fait des études et de se dire maintenant qu'il en vient à falloir envisager d'accepter le même salaire qu'une femme de ménage (sans aucunement leur faire injure, c'est pour l'image). :(

Quelle société à la con.
eowyn316
Messages : 68
Inscription : 08 juil. 2008, 09:24
Contact :

Message non lu par eowyn316 » 03 oct. 2008, 10:30

malheureusement, je suis ô combien d'accord avec toi...
Et le pire dans tout ça, c'est qu'avec mon CDI à 1 500 euros brut par mois (deux ans d'ancienneté) dans mon canard de PQD perdu, je suis bien contente...
Pauvre profession. Mais qu'on se "rassure" : sarko se penche sur notre cas :lol:
chrys
Messages : 33
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

esclavage

Message non lu par chrys » 09 oct. 2008, 21:19

L'ANPE m'a même envoyé une offre pour un poste de SR à 6,50 euros de l'heure.
Moins que le SMIC !
Je leur ai conseillé de délocaliser en Roumanie ou tenter l'esclavage au Quatar, c'est encore plus rentable !
Mais dans tout ça, je cherche toujours et les postes sont rares
GABB
Messages : 5
Inscription : 02 oct. 2007, 14:42
Contact :

Liste noire

Message non lu par GABB » 09 oct. 2008, 22:17

Je crois qu'il y avait à un moment une "liste noir" des employeurs-arnaqueurs, mauvais payeurs ou esclavagistes qui était tenue à jour... peut-être sur la liste Piges, je ne sais pas...

Peut-être serait-ce quelque chose à relancer ?
A moins qu'il n'y ait eu des problèmes de types juridiques à épingler sur la place publique de tels agissements ?

Peut-être est-ce pour cela que la liste a disparue ?
Quelqu'un sait quelque chose à ce sujet ?

En attendant, bon courage à ceux qui cherchent...
BOUSSICOT
Messages : 369
Inscription : 09 avr. 2004, 23:42
Contact :

Message non lu par BOUSSICOT » 10 oct. 2008, 16:20

Scandaleux que les ecoles continuent de mettre sur le marché des journalistes alors qu'il est saturé !

IL SERAIT PLUS HONNETE D'INSTAURER DES QUOTAS A L'ENTREE DES ECOLES DE JOURNALISME...

Qu'en pensez vous ?
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 10 oct. 2008, 17:49

Qu'en pensez vous ?
Que ce serait inutile et dangereux pour la profession.
Inutile : le diplôme de journalisme n'est pas indispendable pour être journaliste, comme en témoignent nombre de personnes formées "sur le tas".
- dangereux : je pense qu'une des forces de notre profession est justement cette diversité de recrutement. Cela évite le "formatage" dans les écoles. Je n'ai rien contre les écoles, simplement je ne veux pas qu'elles soient le passage obligé. On voit bien comment la consanguinité des grandes écoles, qu'elles soient Polytechnique, l'ENA ou HEC, est néfaste à notre pays, engendrant des personnes formatées et interchangeables.
- dangereux aussi comme tout numerus clausus : qui déciderait du nombre ? On voit ce que ça donne pour les médecins : l'Etat décide du nombre de médecins à venir, non en fonction des besoins, mais en fonction de sa politique budgétaire. De même, le numerus clausus des taxis fait qu'il est impossible de trouver des taxis à certaines heures, et a bien d'autres effets pervers (prix des licences,...). Clairement, le numerus clausus n'est pas un gage d'efficacité.

Non, je verrais mieux un vrai tarif minimum des piges, un salaire minimum des intégrés qui ne soit pas dérisoire, et une lutte de tous les instants pour faire respecter la loi (refus des DA, des factures...).
Climousse
Messages : 347
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 10 oct. 2008, 18:20

cilou a écrit :dangereux aussi comme tout numerus clausus
Bah... quand même... dans les prisons ça serait bien, non? :roll:
Lobo
Messages : 10
Inscription : 25 mars 2005, 22:13
Contact :

Message non lu par Lobo » 10 oct. 2008, 20:33

Perso je trouve que ce serait déjà un minimum que les sites qui relaient les offres d'emploi dans la presse (ANPE, APEC ou... Catégo) opèrent un premier tri entre les véritables annonces presse, c'est-à-dire émanant d'entreprises de presse et concernant un travail de journaliste, et les annonces relevant d'autres domaines d'activité (com, presse d'entreprise, presse institutionnelle, édition...).

Ca éviterait à ceux qui aiment leur métier dans la presse et tiennent à y rester de perdre un temps précieux.

Ensuite, un second tri dans les annonces "presse" illégales, foireuses ou carrément insultantes serait le bienvenu : rémunération de misère, cherche secrétaire de rédaction pour taper le courrier et faire le standard, postes de journalistes avec la qualification "agent de maîtrise" ou "employé qualifié", ce genre de conneries.

Mais bon, ça ne laisserait de deux ou trois annonces par semaine.

D'un autre côté, ça irait plus vite à lire.

Quant à l'excuse "nous ne faisons que relayer les annonces"... Un éditeur est responsable de ce qu'il publie, il me semble. Sur Internet comme sur papier. En quoi des annonces illégales feraient-elles exception à la règle ?
nathydread

rentabilité

Message non lu par nathydread » 11 oct. 2008, 10:41

Luciemr a écrit :Sauf que c'est pour une journée entière et non pas au feuillet les 80euros dont je faisais allusion....
Pour moi, 80 euros le feuillet c'est un bon prix. Après c'est à toi de voir si on te commande une enquête d'un feuillet avec 10 coups de fils à passer et trois jours de boulot...

Le problème est plus de l'ordre de la rentabilité de ton travail que du prix pur de la pige. 80 euros un feuillet qui prend moins d'une heure de boulot... c'est franchement pas mal. Un quatre feuillets à 80 euros, qui prendrait une demi journée de boulot, soit 4 à 5 heures, ça fait quant même 320 euros... c'est bien aussi. A partir d'une journée, ça commence effectivement à être peu rentable et il faut négocier ou refuser. La question par ailleurs est de savoir si tu peux te permettre de refuser une pige...

autre chose: à mon avis, quand tu fais allusion au niveau d'étude. ça ça marche pour bosser chez l'Oréal ou Danone, ou dans la banque. dans la presse... vaut mieux pas trop se focaliser là-dessus.
nathydread

anti-quotas

Message non lu par nathydread » 11 oct. 2008, 10:47

BOUSSICOT a écrit :Scandaleux que les ecoles continuent de mettre sur le marché des journalistes alors qu'il est saturé !

IL SERAIT PLUS HONNETE D'INSTAURER DES QUOTAS A L'ENTREE DES ECOLES DE JOURNALISME...

Qu'en pensez vous ?

il y a déjà une sélection par le fric et le milieu social... à quoi ça sert de mettre en plus des quotas?
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 12 oct. 2008, 20:47

Climousse a écrit : Bah... quand même... dans les prisons ça serait bien, non? :roll:
Oui, c'est le seul cas où je suis pour.
Mais comme dans certains endroits le journalisme c'est le bagne,on reviendrait au numerus clausus pour journalistes :mrgreen:
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »