Page 1 sur 2

gros tirage = gros tarif de pige ?

Publié : 17 févr. 2009, 14:19
par Mandrake
c'est la question que je me pose en voyant le nombre les millions d'exemplaires vendus dans la presse féminine, télé, people...
avez vous des exemples concrets du prix au feuillet que l'on peut obtenir dans des mags à fort tirage ? ou bien sont ils très radins ?

faut pas rêver

Publié : 17 févr. 2009, 14:36
par didi290442
Doux rêve qu'un journal, un magazine ou une quelconque entreprise rémunère en fonction de son tirage !
Et même si tirage équivalait à bénéfice la règle ne se vérifie malheureusement que par exceptions.

Si tu as une bonne réputation ou que ton papier est vraiment vendeur, tu peux jouer dessus et négocier à la hausse. Il ne faut pas cependant compter a priori sur la générosité du journal : ils sont avant tout là pour économiser leurs sous.

Publié : 17 févr. 2009, 15:52
par citizen
Par contre il est vrai que la presse people, et dans une moindre mesure les mags féminins, paient mieux que les autres.

Publié : 17 févr. 2009, 20:20
par RusselPrice
J'abonde dans ton sens Citizen : L'unique mag féminin pour lequel je pige (trop rarement) paye très exactement quatre fois plus cher le feuillet que l'hebdo spécialisé avec lequel je collabore quasi toutes les semaines. Pour faire dans le "concret", je dirais donc 170 € les 1500 signes. Maintenant, si Mandrake veut le nom du magazine et le mail de ma chef de rubrique... Il va lui falloir plus qu'un tour de magie.

Publié : 17 févr. 2009, 20:25
par cilou
Dans certains cas, le tarif est inversement proportionnel à la notoriété. Avec l'argument que "de toute façon, les journalistes continueront à se battre pour nous proposer des sujets, vu l'excellente image de notre journal. Donc pas besoin de les payer lourd". Ce qui n'est pas faux, d'ailleurs. :(

Publié : 18 févr. 2009, 08:57
par archaud
RusselPrice,

Le tarif du feuillet que tu annonces est naturellement très au-dessus de la moyenne, et c'est un euphémisme que de le dire. Cependant, comme tu l'as écrit et suggéré, le prix est une chose, le volume est une autre chose. Si tu fais un feuillet par mois, au final, ça ne fait pas lourd, dans ta poche. D'autant que ces segments de presse - féminin, people - ont des papiers courts, voire très courts, excédant que rarement les deux feuillets. En résumé, s'il fallait choisir, quoique l'on n'ait jamais à choisir quoi que ce soit, mieux vaut un tarif inférieur à celui-ci, mais un volume certain.

Publié : 18 févr. 2009, 15:49
par RusselPrice
Tout a fait d'accord avec toi, Archaud. Pour être honnête, ce mag paye même le feuillet au double de mon second meilleur tarif (80 €, le gap est immense). La formule est rentable car ils sont demandeurs de papiers de plus de 5000 signes. Inutile de souligner que les attentes sont à la hauteur du prix, et que seuls les sujets les plus "sexy" font l'objet d'une commande.
Mais quand la commande est validée, ça fait plutôt du bien...
J'ajouterai aussi que ce type d'article, très répandu dans les féminins, nécessite beaucoup moins de recherches que mes papiers habituels : une bonne cliente = un bon papier, point barre. Tu rentabilises donc doublement (ou quintuplement ?) le temps passé en ITW et en rédaction pure.
A l'opposé, et pour rebondir sur ce qu'écrit Cilou, l'un des seuls magazine qui pourrait se prévaloir d'un comportement type "de toutes façons, avec notre notoriété, les journalistes pourraient limite nous proposer des sujets gratos", se garde justement de le faire. C'est en Der du Ouest-France d'aujourd'hui et la réflexion émane de Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry. "Nos auteurs, débutants ou renommés, sont bien payés, 4 000 € le reportage, et nous sommes aussi très, très exigeants". Il est vrai qu'il s'agit du très novateur "XXI", et que les 20 à 30 feuillets usuels (20 à 30 feuillets !!!), ne sont pas à la portée de toutes les plumes...
Au plaisir d'y lire un jour vos vrai noms,
Russel

Publié : 18 févr. 2009, 16:29
par archaud
Oui, RusselPrice, bon tarif que celui de la revue XXI ! :D

Ah, mon véritable patronyme, c'est Albert Londres, note-le bien ! :o

Publié : 18 févr. 2009, 16:35
par letibelim
Hmm, 4000 euros le reportage...

Deux choses : c'est une bonne nouvelle, dans l'absolu, que ce genre de tarifs existe encore, même s'il est réservé à l'élite de la presse écrite.

Mauvaise nouvelle, en revanche, que ce tarif soit publié en Der de Ouest France (Ouesteuh France, comme on dit là-bas). Je m'explique : le grand public va croire que les journalistes sont des nantis.

Je comprends le patron de XXI : quand on verse des salaires décents, on est content que cela se sache. Mai le problème c'est que les salaires et les conditions de travail sont par essence tabous dans la presse. Les rédactions ne sont pas masochistes. Il y a donc une sorte de trou noir sur le sujet et que donc le lectorat n'a pas vraiment idée des conditions dans lesquelles sont réalisés les journaux...

Publié : 18 févr. 2009, 17:05
par RusselPrice
Assez d'accord avec toi Letibelim.
Mais je trouve plutôt des raisons de me réjouir de cette "effet d'annonce". D'abord, ça nous donne une marge de négo avec nos rédac-chefs respectifs (on peut rêver). Et ensuite, il est bon de rappeler aux patrons de presse que si on veut du bon travail, faut mettre certains moyens en face. A ce propos, et toujours dans l'article de Ouesteuh France (ta prononciation est très correcte), vous lirez avec plaisir que payer ce tarif n'empêche pas l'impossible projet XXI d'être rentable (35 000 exemplaires vendus pour un point d'équilibre fluctuant entre 25 et 30 000 magazines, et sans pub).

Quant aux réflexions dont tu parlais sur les salaires des journalistes, je crains qu'il ne faille plus qu'un démenti, même en der de OF, pour faire tomber les idées reçues. Il m'arrive de participer aux Semaines de la Presse dans les lycées et collèges, ben faut voir les réactions des élèves quand on leurs parle de nos salaires (et c'est en général la deuxième ou troisième question posée).
Mais faut voir le bon côté des choses : cette cruelle vérité, si elle n'encourage pas les vocations, nous évitera de nous faire tailler des croupières plus tard... On a déjà assez de concurrents comme ça...

Publié : 18 févr. 2009, 17:08
par RusselPrice
Et PS pour Archaud : Dingue ça ! J'ai plein de bouquins de toi dans ma biblio... Tu parles d'un hasard.
Mais qui donc est ce "Londres" qui signe d'autres Posts sur catégo, alors ?

Publié : 19 févr. 2009, 02:17
par BOUSSICOT
nos confrères belges viennent de publier un barème (conseillé) de piges.

En résumé, voila ce que ca donne au feuillet "à la louche":
TIRAGE FEUILLET
- 50.000 ex 30 Eu
50 à 100.000 ex 35 Eu
100.000 à 200.000 ex 40 Eu
+ de 200.000 ex 45 Eu

mais ca me semble un peu bas, par rapport au tarif moyen francais: 77 euros.

pour couper la poire en dos, j'ai pensé adapter mon tarif de pige...en fonction du prix de vente au numéro. Par exemple, si le journal est vendu 2 Eu 30, je compte 2 Eu 30 la ligne, soit 2,30 X 25 = 57, 5 eu le feuillet.

qu'en pensez vous ?

Publié : 19 févr. 2009, 02:19
par BOUSSICOT
la poire en deux...pas en dos
(c'est au dodo que je pensais...il commence a se faire tard!) :)

Publié : 19 févr. 2009, 02:45
par kaeak
BOUSSICOT a écrit :mais ca me semble un peu bas, par rapport au tarif moyen francais: 77 euros.
C'est "normal" (malheureusement) : en Belgique, les piges sont moins bien payées qu'en France, en moyenne. :( Et, sauf si ça a changé, le statut n'est pas le même non plus (indépendant, pas salarié).

Publié : 19 févr. 2009, 12:13
par cilou
BOUSSICOT a écrit :mais ca me semble un peu bas, par rapport au tarif moyen francais: 77 euros.
En effet, c'est bas... d'autant qu'à ma connaissance, les journalistes belges ne sont pas payés en salaires, mais en facture.
pour couper la poire en dos, j'ai pensé adapter mon tarif de pige...en fonction du prix de vente au numéro. Par exemple, si le journal est vendu 2 Eu 30, je compte 2 Eu 30 la ligne, soit 2,30 X 25 = 57, 5 eu le feuillet.
Ca me semble une mauvaise idée. Il y a des journaux chers et qui se vendent peu, donc qui ont peu de marges pour les piges. D'autres, au contraire, sont peu chers mais se vendent énormément (par exemple Femme Actuelle), ils ont de quoi payer les piges.