honoraires

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
accolade
Messages : 59
Inscription : 04 nov. 2008, 13:24
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par accolade » 08 avr. 2010, 14:35

Bonjour,
Juste une remarque : ce n'est pas parce qu'un magazine n'a pas de numéro de commission paritaire qu'il est "hors-presse".
Dans ce cas, qu'est-ce qui fait alors qu'un magazine est considéré comme hors-presse ?

Une agence me propose un tarif forfaitaire de 150 euros HT la page pour un mag institutionnel (2500 signes environ, variable selon les pages). Soit 23% de moins pour moi en net, sous un statut d'AE.
Les charges d'un AE profession libérale sont en fait de 20.5% (prélèvement libératoire des impôts compris) et non de 23%. Comme le dit ann, ce tarif est raisonnable si le travail réel demandé par cette rédaction n'est pas excessif. En fait, pour se faire une idée d'un tarif proposé, le mieux est peut-être d'essayer d'évaluer le nombre d'heures que l'on pense y passer (chose quelquefois difficile, en l'occurence) et de comparer le tarif proposé au tarif à l'heure qu'on aimerait avoir.


Pour ma part, réalisant des prestations assez diverses et dépassant un peu la seule rédaction, je travaille souvent à l'heure.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par ann65 » 08 avr. 2010, 15:36

accolade a écrit : En fait, pour se faire une idée d'un tarif proposé, le mieux est peut-être d'essayer d'évaluer le nombre d'heures que l'on pense y passer (chose quelquefois difficile, en l'occurence) et de comparer le tarif proposé au tarif à l'heure qu'on aimerait avoir.


Pour ma part, réalisant des prestations assez diverses et dépassant un peu la seule rédaction, je travaille souvent à l'heure.
Et quel est ton prix de journée (ou ton tarif horaire) ?
Mon prix de journée va de 550 à 750 euros en fonction des clients, de ce que je sais d'eux et de la régularité des prestations que j'effectue pour eux.
accolade
Messages : 59
Inscription : 04 nov. 2008, 13:24
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par accolade » 08 avr. 2010, 16:43

Le mien est plutôt autour de 200-250€, mais je n'ai qu'un an d'expérience et je n'ai pas très bien négocié au début :-/ excepté une agence qui me paie 560€ pour un article trimestriel d'un feuillet et demi (ouais, c'est un coup de bol immense).
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par ann65 » 08 avr. 2010, 17:03

accolade a écrit :Le mien est plutôt autour de 200-250€, mais je n'ai qu'un an d'expérience et je n'ai pas très bien négocié au début :-/ excepté une agence qui me paie 560€ pour un article trimestriel d'un feuillet et demi (ouais, c'est un coup de bol immense).
En acquérant de l'expérience et des références, tu pourras augmenter tes prix pour tes prochains clients. C'est vrai qu'un fois qu'un tarif est négocié, on ne peut guère l'augmenter de façon significative.

Bravo pour ton feuillet et demi à 560 euros :P :P :P :P
picabia
Messages : 1
Inscription : 28 janv. 2010, 17:04
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par picabia » 08 avr. 2010, 23:53

ann65 a écrit : Auras-tu beaucoup de personnes à rencontrer ?
Les éventuelles interviews se feront-elles par téléphone ou en face à face avec beaucoup de déplacements, ou bien s'agira-t-il surtout de réécriture à partir de dossiers de presse ou de doc internes ?
Sais-tu si le client de cette agence est du genre très "chiant" pour la validation et habitué à faire refaire les papiers 3 fois avant de les valider ?
Autant d'éléments qui te permettront d'évaluer le temps que tu devras consacrer à ce travail.
Bonsoir,
Pour te répondre Ann65,
- A priori, le plus souvent, une seule personne par sujet.
- A priori, 70/30 entre ITW sur le terrain et tél/ desk/ réécriture dossier.
- Le client est exigeant, mais je ne pense pas chiant :)

Je dis "a priori" car je vais justement répondre à cette commande pour jauger du travail effectivement demandé et du temps que cela me prend. Si j'y retrouve mes petits, je poursuivrai peut-être l'aventure.
abellio
Messages : 0
Inscription : 30 janv. 2007, 10:50
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par abellio » 10 avr. 2010, 14:13

Toute entreprises qui éditent et/ou publient un ou diverses publications périodiques de presse sont assimilées à des entreprises de presse relevant de la loi n°86-897 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse.

Au sens de la présente loi, l'expression "publication de presse" désigne tout service utilisant un mode écrit de diffusion de la pensée mis à la disposition du public en général ou de catégories de publics et paraissant à intervalles réguliers.

On entend par service de presse en ligne tout service de communication au public en ligne édité à titre professionnel par une personne physique ou morale qui a la maîtrise éditoriale de son contenu, consistant en la production et la mise à disposition du public d'un contenu original, d'intérêt général, renouvelé régulièrement, composé d'informations présentant un lien avec l'actualité et ayant fait l'objet d'un traitement à caractère journalistique, qui ne constitue pas un outil de promotion ou un accessoire d'une activité industrielle ou commerciale.

Bref, la très large majorité des publications sont des publication de presse qu'ils aient ou non une commission paritaire. Seule exception, les magazines uniquement composées de publicité ou qui présente plus de 70 de publirédactionnels. En dehors de cela, TOUS LES JOURNAUX, REVUES, MAGAZINES sont des publication de presse.
Par conséquent, les pigistes doivent être payés en salaire.
Dans le cas d'une proposition contraire, merci de transmettre à l'URSAFF et à l'inspection du travail. Cela fait la 10000000000e fois qu'on vous le dit.
nicolas.roberti
Messages : 0
Inscription : 15 sept. 2009, 10:58
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par nicolas.roberti » 10 avr. 2010, 14:23

bbbb
nicolas.roberti
Messages : 0
Inscription : 15 sept. 2009, 10:58
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par nicolas.roberti » 10 avr. 2010, 14:25

Ben oui ! La moindre publication genre Immonot, Votre argent, etc. est une publication de presse. Il y a en fait que très peu de périodiques qui sont considérés comme hors presse (essentiellement les journaux internes des entreprises). Dès qu'un journal interne devient externe, il devient presse, c'est le cas par exemple du magazine gratuit de la sncf que vous trouvez parfois dans le train. Il faut comprendre que ce sont les quelques entreprises de presse voyous qui vous font croire que leur parution n'est pas un périodique presse. 90% du temps, ca l'est pourtant.
Pour information, comment s'appelle cette revue institutionnelle ?
laurentfouy
Messages : 0
Inscription : 10 avr. 2010, 14:37
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par laurentfouy » 10 avr. 2010, 14:43

E, tant que membre du SNJ et conseil de plusieurs journalistes en matière prudhommales, je vous certifie en effet que la très large majorité des publications sont considérées comme presse, numéro de commission paritaire ou non. Seuls les journaux gratuits ne présentant que des publirédactionnels ou un minimum de 70% de publirédac sont considérées comme hors presse. Hors de cela, toutes publications hors entreprises sont des publications presse. Alors, aucune agence d'aucune sorte ne peut vous commander des piges pour un journal sans vous payer un salaire. Le cas échéant, envoyer un mot à l'inspection du travial, à l'ursaff et au Procureur de la Rép. Cela vous coutera trois timbres. A l'heure actuelle, ces entreprises se font régulièrement codamnées aux Pruhdommes, il faut accélérer la dénonciation de ces voleurs minables qui se font du beurre sur le dos de la précarisation.

Laurent
SNJ: 01 42 36 84 23
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par ann65 » 13 avr. 2010, 12:13

laurentfouy a écrit :E, tant que membre du SNJ et conseil de plusieurs journalistes en matière prudhommales, je vous certifie en effet que la très large majorité des publications sont considérées comme presse, numéro de commission paritaire ou non. Seuls les journaux gratuits ne présentant que des publirédactionnels ou un minimum de 70% de publirédac sont considérées comme hors presse. Hors de cela, toutes publications hors entreprises sont des publications presse. Alors, aucune agence d'aucune sorte ne peut vous commander des piges pour un journal sans vous payer un salaire. Le cas échéant, envoyer un mot à l'inspection du travial, à l'ursaff et au Procureur de la Rép. Cela vous coutera trois timbres. A l'heure actuelle, ces entreprises se font régulièrement codamnées aux Pruhdommes, il faut accélérer la dénonciation de ces voleurs minables qui se font du beurre sur le dos de la précarisation.

Laurent
SNJ: 01 42 36 84 23
Vous voulez dire qu'une agence de communication qui réaliserait entièrement un magazine vendu en kiosque ou par abonnement doit payer ses rédacteurs (rédacteurs graphistes et SR) freelance en salaire et leur faire bénéficier des dispositions de la convention collective de la presse ?
Je doute cependant que la CCIJP accepte d'accorder une carte de presse à un journaliste dont les salaires sont versés par une agence de communication qui n'a pas le statut d'entreprise de presse et qui relève d'un autre convention collective que celle de la presse.
laurentfouy
Messages : 0
Inscription : 10 avr. 2010, 14:37
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par laurentfouy » 13 avr. 2010, 15:51

[/quote]Vous voulez dire qu'une agence de communication qui réaliserait entièrement un magazine vendu en kiosque ou par abonnement doit payer ses rédacteurs (rédacteurs graphistes et SR) freelance en salaire et leur faire bénéficier des dispositions de la convention collective de la presse ?
Je doute cependant que la CCIJP accepte d'accorder une carte de presse à un journaliste dont les salaires sont versés par une agence de communication qui n'a pas le statut d'entreprise de presse et qui relève d'un autre convention collective que celle de la presse.[/quote]

Je vous assure que vous avez entièrement tort. Ce n'est pas moi qui vous l'assure, c'est la loi. Elle est très claire : est un éditeur de presse, toute personne personne physique ou morale (individu, association ou entreprise) qui édite un support de presse composé d'informations ayant fait l'objet d'un traitement à caractère journalistique. Point barre. Vous pouvez être une agence de communication ou une association de médecins ou une entreprise comme la SNCF, dès que vous faites paraître un périodique doté d'un directeur de la publication, vous êtes de facto une entreprise de presse (indépendamment de vos autres activités qui ne sont pas du tout remises en question). Dans le cas d'une agence de communication, les salariés qui travaillent pour vous dans la communication dépendent de leur convention, mais les pigistes ou journalistes qui vous fournissent des articles sont bel et bien des journalistes dépendant de la convention des journalistes. Et je vous assure que le CCIJP n'y trouvera rien à redire et délivrera une carte de journaliste. Vous n'avez qu'à consulter le certificat d'employeur presse nécessaire à l'obtention de la carte, 3 choses sont mentionnées : le nom du titre qui paraît, le nom de la personne, assoc ou entreprise qui la rémunère, le statut de pigiste ou de journaliste posté.
Bref, une agence de communication ou n'importe quelle autre agence DOIT légalement "rémunérer en salaire tout travail journalistique" (URSAFF). C'est ainsi que la SNCF a été condamnée car elle faisait réaliser son magazine gratuit pour ses voyageurs par une agence qui ne respectait pas la convention des journalistes. Dans le cas où vous rémunéreriez un pigiste en facture ou en agessa, ce dernier a 5 ans pour se retourner contre vous. Ni l'ursaff, ni l'inspection du travail ni les Prudhommes n'accepteront votre explication comme quoi vous n'étiez pas au courant. Nul n'est censé ignorer la loi. Des centaines de jugements prudhommaux la rappelle constamment.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par ann65 » 13 avr. 2010, 16:56

laurentfouy a écrit : Je vous assure que vous avez entièrement tort. Ce n'est pas moi qui vous l'assure, c'est la loi. Elle est très claire : est un éditeur de presse, toute personne personne physique ou morale (individu, association ou entreprise) qui édite un support de presse composé d'informations ayant fait l'objet d'un traitement à caractère journalistique. Point barre. Vous pouvez être une agence de communication ou une association de médecins ou une entreprise comme la SNCF, dès que vous faites paraître un périodique doté d'un directeur de la publication, vous êtes de facto une entreprise de presse (indépendamment de vos autres activités qui ne sont pas du tout remises en question). Dans le cas d'une agence de communication, les salariés qui travaillent pour vous dans la communication dépendent de leur convention, mais les pigistes ou journalistes qui vous fournissent des articles sont bel et bien des journalistes dépendant de la convention des journalistes. Et je vous assure que le CCIJP n'y trouvera rien à redire et délivrera une carte de journaliste. Vous n'avez qu'à consulter le certificat d'employeur presse nécessaire à l'obtention de la carte, 3 choses sont mentionnées : le nom du titre qui paraît, le nom de la personne, assoc ou entreprise qui la rémunère, le statut de pigiste ou de journaliste posté.
Bref, une agence de communication ou n'importe quelle autre agence DOIT légalement "rémunérer en salaire tout travail journalistique" (URSAFF). C'est ainsi que la SNCF a été condamnée car elle faisait réaliser son magazine gratuit pour ses voyageurs par une agence qui ne respectait pas la convention des journalistes. Dans le cas où vous rémunéreriez un pigiste en facture ou en agessa, ce dernier a 5 ans pour se retourner contre vous. Ni l'ursaff, ni l'inspection du travail ni les Prudhommes n'accepteront votre explication comme quoi vous n'étiez pas au courant. Nul n'est censé ignorer la loi. Des centaines de jugements prudhommaux la rappelle constamment.
Merci BEAUCOUP de ces explications précises.

Question subsidiaire. Pour quelle raison les journalistes qui travaillent pour des journaux municipaux (ou d'autres collectivités territoriales) ne peuvent pas bénéficier de la carte de presse, ni du statut de journaliste et encore moins de la convention collective de la presse.

PS : Je n'affirmais rien, j'émettais un (sérieux) doute que vous avez levé. Merci encore
laurentfouy
Messages : 0
Inscription : 10 avr. 2010, 14:37
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par laurentfouy » 14 avr. 2010, 09:26

Question subsidiaire. Pour quelle raison les journalistes qui travaillent pour des journaux municipaux (ou d'autres collectivités territoriales) ne peuvent pas bénéficier de la carte de presse, ni du statut de journaliste et encore moins de la convention collective de la presse.
En fait, les collectivités territoriales sont une personne morale de droit public. A ce titre, elles ne peuvent pas être considérées comme une entreprise de presse dans le cadre de leur publication. En fait, leur magazine d’information est considéré comme un journal de communication interne (comme celui d’une entreprise, sauf qu’ici les membres se sont les citoyens, les administrés).
Pour votre parfaite information, la Loi reconnaît trois exceptions où ne s’applique pas la Convention des journalistes :
« Les collaborations aux journaux d’entreprises, publications d’une collectivité locale et sociétés de production audiovisuelle (dès lors qu’elles ne produisent pas de l’information) »

En pratique, si c’est le service de la communication d’une mairie qui conçoit et édite par elle-même, la collectivité considère alors que les salariés ne sont pas des journalistes postés, mais des salariés d’une structure territoriale publique qui exclut par essence le fait d'être une entreprise de presse. Le salarié n’aura pas gain de cause aux prudhommes.
Par contre, si une collectivité territoriale délègue l’édition à une entreprise non administrative (n’importe quelle personne morale qui n’est pas de droit public), cette entreprise (par exemple, de communication ou publicitaire ou tout autre), doit rémunérer en salaire les articles qu’elle commande à un pigiste et appliquer la Convention. Un jugement prudhommale l’a d'ailleurs rappelé très récemment dans la saisine opposant une journaliste à une agence de services aux entreprises qui édite le journal de la municipalité d’une grosse ville du sud de la France.
Enfin, cette exception est seulement valable pour une collectivité territoriale. Ainsi, par exemple, le Journal des communes (http://www.journal-des-communes.fr) est un journal classique, de surcroit doté d’une commission paritaire.
En espérant avoir parfaitement répondu à votre question, je finirai en précisant que c'est le fait d'éditer un journal qui fait d'une personne morale une entreprise de presse et non le contraire. Etre une sarl de presse n'existe pas en soi: c'est uniquement le fait d'éditer qui entraine le fait d’être reconnu comme tel. Ainsi, l'agence de communication dont vous parlez est bien une entreprise de presse dès lors qu'elle édite des journaux gratuits et en kiosques. Bien sûr, elle peut vous dire que non. En réalité, elle préfère ne pas profiter des avantages de ce statut d'entreprise de presse (comme l'exonération de la taxe professionnelle) pour ne pas avoir à en respecter les obligations (la convention des journalistes), car elle doit consacrer qu’une partie restreinte de ces activités à l’édition presse ou se faire beaucoup d’argent sur le dos des journalistes. Mais la Loi est sans ambiguïté:
Les personnes physiques, morales ou groupement de droit éditant en tant que propriétaire ou locataire-gérant une publication de presse qui mettent à la disposition du public, un mode écrit de diffusion de la pensée, paraissant à intervalles réguliers sont considérées comme des entreprises de presse.
Sont ainsi visés : les journaux (quotidiens), les revues (hebdomadaires, bimensuels, mensuels, trimestriels) et d'une manière générale tout périodique à l’exclusion des livres et des journaux d’entreprise et des magazines de collectivités territoriales.
La presse gratuite entre également dans cette catégorie, dès lors qu’elle comprend une partie rédactionnelle supérieure à 30% de la surface globale (par opposition aux journaux gratuits qui ne contiennent que des annonces). Ainsi un magazine doit présenter moins de 70% de publirédactionnels pour être considéré comme support de presse.
Pour mémoire, un publi-rédactionnel est un article rédigé par une agence de publicité ou un annonceur, et publié tel quel sur le support ou le média diffuseur. La mention « publicité » à avant ou à côté du publirédactionnel est obligatoire, sans cela le directeur de la publication est responsable légalement de publier des publicités déguisés.
TOUT PÉRIODIQUE QUI NE RENTRE PAS DANS LES EXCEPTIONS CI-DESSUS LISTÉES EST UN SUPPORT DE PRESSE. LA PERSONNE PHYSIQUE OU MORALE EDITRICE DOIT RESPECTER LA CONVENTION DES JOURNALISTES.
En plus de ce statut général de support de presse, l’entreprise éditrice peut vouloir bénéficier d’avantages postaux en obtenant un numéro de commission paritaire.
L’avantage de la commission paritaire, c’est de certifier que l’activité principale de la société éditrice consiste à fournir des éléments de rédaction élaborés à son initiative et sous sa propre responsabilité.
Pour obtenir un numéro de commission paritaire :
• Avoir une périodicité au maximum bimensuelle ;
• Présenter un caractère d’information politique et générale.
Pour être considérées comme présentant le caractère d’information politique et générale, les publications doivent réunir les caractéristiques suivantes :
• 1) Apporter de façon permanente sur l’actualité politique et générale, locale, nationale ou internationale, des informations et des commentaires tendant à éclairer le jugement des citoyens ;
• 2) Consacrer la majorité de leur surface rédactionnelle à cet objet ;
• 3) Présenter un intérêt dépassant d’une façon manifeste les préoccupations d’une catégorie de lecteurs.

Les exceptions sont donc :
a) Feuilles d’annonces, tracts, guides, prospectus, catalogues, almanachs ;
b) Ouvrages publiés par livraison ;
c) Publications ayant pour objet principal la recherche ou le développement des transactions d’entreprises commerciales, industrielles, bancaires, d’assurances ou d’autre nature, dont elles sont en réalité les instruments de publicité ou de communication, ou qui apparaissent comme étant l’accessoire d’une activité commerciale ou industrielle ;
d) Publications ayant pour objet principal la publication d’horaires de programmes, de modèles, plans ou dessins ou de cotations, à l’exception des publications ayant pour objet essentiel l’insertion à titre d’information des programmes de radiodiffusion et de télévision et des cotes de valeurs immobilières ;
e) Publications ayant pour objet principal d’informer sur la vie interne d’un groupement quelle que soit sa forme juridique ou constituant un instrument de publicité ou de propagande pour celui-ci ;
f) Publications dont le prix est compris dans une cotisation à une association ou un groupement quelconque.
Toutefois, l’admission au régime dérogatoire n’est pas soumise à la condition de vente effective et des publications relevant de la catégorie f) sont admises dans le cadre de ce régime, dès lors qu’elles remplissent les autres conditions.

TOUT PÉRIODIQUE QUI NE RENTRE PAS DANS LES EXCEPTIONS CI-DESSUS LISTÉES EST UN SUPPORT DE PRESSE. LA PERSONNE PHYSIQUE OU MORALE EDITRICE DOIT RESPECTER LA CONVENTION DES JOURNALISTES.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par cilou » 14 avr. 2010, 15:16

Très intéressant, merci.
Quand tu dis que c'est le fait d'éditer qui fait l'entreprise de presse, qu'entend-on exactement par "éditer" ? Les textes semblent avoir été faits uniquement pour les publications papier (ils doivent dater d'avant Internet), et tout semble plus flou pour les publications sur le web uniquement. Qu'en penses-tu ?
letibelim
Messages : 245
Inscription : 13 oct. 2005, 09:18
Contact :

Re: honoraires

Message non lu par letibelim » 15 avr. 2010, 09:20

Je fais un copié-collé et je garde précieusement cette discussion... Merci !
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »