rédacteur auto-entrepreneur

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Stellaa

rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par Stellaa » 27 oct. 2011, 16:26

Bonjour à tous,

En cherchant des informations sur le statut d'auto-entrepreneur, je suis tombée sur ce forum. J'ai donc vu qu'il y avait déjà un topic mais il date de 2007 et j'ai cru comprendre que les choses avaient changé.

Je suis pigiste et tous mes employeurs me paient en salaire avec bulletin etc.
Mais depuis deux semaines, je travaille aussi pour une agence de communication (qui gère et alimente l'une des plateformes d'un grand groupe). J'ai été engagée en tant que freelance. Du coup, je dois m'inscrire comme auto-entrepreneur.

Le problème est... que je n'y comprends pas grand chose (oui, je suis complètement nulle en démarches administratives). En premier lieu, sous quel intitulé m'inscrire? Apparemment "rédacteur" ne figure plus sur la liste et mes recherches m'ont amenée à penser qu'il fallait que j'opte pour "conseil en communication".

Lorsque j'ai voulu savoir ce qu'il en était pour les autres rédacteurs, on m'a répondu "Autres services personnels n.c.a. (ref) 9609Z". L'intitulé est rédacteur".
Mais je ne le vois pas dans la liste.

Qu'en pensez-vous? Ca m'aiderait beaucoup si quelqu'un pouvait me conseiller sur cette histoire d'intitulé.

Merci d'avance!
J.
accolade
Messages : 59
Inscription : 04 nov. 2008, 13:24
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par accolade » 27 oct. 2011, 17:32

Bonjour,

oui, le plus simple est de vous déclarer en tant que "conseil en communication éditoriale", il n'existe pas d’intitulé "rédacteur".

Coline
Stellaa

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par Stellaa » 27 oct. 2011, 18:02

Oui, d'accord. C'est ce qu'il me semblait. Merci Coline.
edouard.ng
Messages : 1
Inscription : 26 oct. 2011, 01:43
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par edouard.ng » 28 oct. 2011, 00:37

Salut!

Je suis content de lire dans la newsletter que je ne suis pas le seul à ne rien comprendre au statut auto entrepreneur!

J'ai passé toute l'apres midi à me renseigner là dessus...

J'ai vite abdiqué sur mon activité exercée ; j'ai renseigné : "Les activités des agences de presse, cad la collecte, la synthèse et la communication aux médias d'informations écrites, photographiques et audiovisuelles".

Ma situation : je suis étudiant en école de journaliste âgé de 19 ans (j'en aurais 20 le 30 octobre prochain).

Je n'ai pas cherché midi à quatorze heure pour déclarer mon "activité principale". En revanche, c'était une toute autre affaire pour savoir s'il valait mieux déclarer seul ou être encore attaché au foyer fiscal de mes parents...

En effet, les termes juridiques et toutes les actions (cotisations, impôts...) sont tellement compliqué à comprendre que j'ai dû appeler 5 numéros différents, pour n'avoir au final aucune réponse satisfaisante.
Dès lors, j'ai envoyé mon dossier pour que la mission que l'on me propose ne me passe pas sous le nez, peu importe les cotisations prélevées...
J'ai choisi le versement libératoire et le rattachement au foyer fiscal de mes parents... Ai je bon pour tout cela?

Seule interrogation que j'ai maintenant : n'ai t il pas plus avantageux, tant pour nous (journalistes) que pour ceux qui nous embauchent, de nous payer en droits d'auteur? Je n'ai trouvé de réponses nulle part. (Ok, j'ai du écourter mes recherches...)

Message long... Mais n'est ce pas en prenant du temps que l'on en gagne? ;)

Je vous remercie!
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par cilou » 28 oct. 2011, 10:02

edouard.ng a écrit : Seule interrogation que j'ai maintenant : n'ai t il pas plus avantageux, tant pour nous (journalistes) que pour ceux qui nous embauchent, de nous payer en droits d'auteur? Je n'ai trouvé de réponses nulle part.
Les droits d'auteur concernent... les auteurs. Or, un journaliste n'est pas auteur, il est journaliste, point barre. Et la seule manière légale de rémunérer un journaliste, c'est le salaire (cherche avec les mots clé "loi Cressard").
Et pour répondre à ta question, le droit d'auteur est certes très avantageux pour un "employeur" (qui n'est dans ce cas pas employeur, mais éditeur). Mais pour le journaliste, c'est très désavantageux : il n'a pratiquement aucun droit. Il cotise très peu pour sa retraite, pas du tout au chômage (me semble-t-il), et surtout, il peut être viré du jour au lendemain sans explication ni préavis ni indemnisation. Tout le contraire du salarié, qui bénéficie par exemple du congé maladie (et il ne faudrait pas penser que ça n'arrive qu'aux autres, un accident de circulation pendant le boulot, par exemple, ce n'est pas rare), il peut bénéficier du chômage s'il a bossé assez longtemps, et surtout, il ne peut pas être viré n'importe quand et il bénéficie d'indemnités de licenciement.
Climousse
Messages : 347
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par Climousse » 28 oct. 2011, 10:04

@Edouard.ng : Je ne suis pas sûre de suivre. Il faudrait que tu nous expliques pour quelle "mission" tu dois te déclarer en AE. Si c'est un boulot de journaliste, il est certes plus avantageux pour ton "employeur" de te rémunérer sur facture ou en droits d'auteurs : ainsi, il n'est précisément pas ton employeur mais un client, il n'a envers toi que peu d'obligations (il peut cesser la collaboration du jour au lendemain par exemple), et il paye beaucoup moins de charges (DA) voire aucune (AE). En revanche, c'est à toi d'assumer tes cotisations sociales etc. Mais surtout, c'est illégal : toute convention par laquelle une entreprise de presse s'attache le concours d'un journaliste est réputée être un contrat de travail. Donc, tout travail de journaliste doit être rémunéré en salaire. Le reste est illégal, et très désavantageux pour toi. On ne vous parle pas de ça dans ton école de "journaliste" ?



(Et on ne vous sermonne pas sur l'orthographe, non plus ? :evil:)
laure.colmant
Messages : 57
Inscription : 13 mai 2010, 19:39
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par laure.colmant » 31 oct. 2011, 23:47

Le statut d'autoentrepreneur est illégal pour les journalistes. Comme les droits d'auteur. Et ce pour tout travail journalistique. C'est pour cela que le titre "rédacteur" n'existe pas. Si vous travaillez en com ponctuellement, et que vous avez des revenus journalistiques par ailleurs qui vous permettent d'avoir une couverture sociale décente, des cotisations retraites, etc; pourquoi pas ce statut, mais à condition qu'il ne serve que pour les travaux de com et jamais pour le journalisme.
Le statut d'autoentrepreneur, il me semble, doit gérer des personnes qui travaillent seules ponctuellement, ou avant qu'elles ne créent leur propre entreprise. Ça ne doit pas être du long terme. Ce n'est pas un statut de free lance.

Pour les droits d'auteurs, comme dit au-dessus, ils sont strictement interdits pour tout travail journalistique, même si ce travail est effectué par des personnes n'ayant pas encore leur carte de presse (étudiant en école de journalisme par exemple), car c'est le travail qui fait le journaliste, pas la carte.
Les risques sont importants. C'est une fraude à l'Urssaf. Et celle-ci ne se contente plus de redresser les entreprises mais également les journalistes qui se serait laissé aller. J'en connais qui on dû rembourser plusieurs milliers d'euros (redressement sur plusieurs années). Je pense que l'Urssaf trouvait que nombre de journalistes ne résistaient pas assez aux (mauvaises) sirènes des patrons. Ils ont décidé de les surveiller deux fois plus. Il vaut mieux éviter d'être dans le collimateur de ce genre d'organisme. et surtout de commencer une carrière ainsi.

Enfin, pour la déclaration en famille ou pas, c'est à vos parents de faire le calcul. Si vous vous déclarez avec eux, ils devront ajouter vos revenus à leurs propres revenus, de changer de tranche et donc de payer plus d'impots que si vous vous déclariez tout seul. C'est une simulation à faire en famille. En tout état de cause à ne jamais faire sans leur en parler au préalable.

Enfin, même réaction que ci-dessus, je suis vraiment étonnée que vous n'ayez aucun début de formation sur le sujet alors que vous êtes dans une école de journalisme. Et que personne ne vous ai jamais dit que ces statuts n'étaient pas autorisés pour les travaux journalistiques.
LEFEVREL
Messages : 3
Inscription : 10 sept. 2009, 15:58
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par LEFEVREL » 09 nov. 2011, 22:35

laure.colmant a écrit :Le statut d'autoentrepreneur est illégal pour les journalistes. Comme les droits d'auteur. Et ce pour tout travail journalistique. C'est pour cela que le titre "rédacteur" n'existe pas. Si vous travaillez en com ponctuellement, et que vous avez des revenus journalistiques par ailleurs qui vous permettent d'avoir une couverture sociale décente, des cotisations retraites, etc; pourquoi pas ce statut, mais à condition qu'il ne serve que pour les travaux de com et jamais pour le journalisme.
Le statut d'autoentrepreneur, il me semble, doit gérer des personnes qui travaillent seules ponctuellement, ou avant qu'elles ne créent leur propre entreprise. Ça ne doit pas être du long terme. Ce n'est pas un statut de free lance.

Pour les droits d'auteurs, comme dit au-dessus, ils sont strictement interdits pour tout travail journalistique, même si ce travail est effectué par des personnes n'ayant pas encore leur carte de presse (étudiant en école de journalisme par exemple), car c'est le travail qui fait le journaliste, pas la carte.
Les risques sont importants. C'est une fraude à l'Urssaf. Et celle-ci ne se contente plus de redresser les entreprises mais également les journalistes qui se serait laissé aller. J'en connais qui on dû rembourser plusieurs milliers d'euros (redressement sur plusieurs années). Je pense que l'Urssaf trouvait que nombre de journalistes ne résistaient pas assez aux (mauvaises) sirènes des patrons. Ils ont décidé de les surveiller deux fois plus. Il vaut mieux éviter d'être dans le collimateur de ce genre d'organisme. et surtout de commencer une carrière ainsi..
Merci pour toutes ces infos très utiles : auriez-vous les références des textes qui précisent ces interdictions ? Je "joue à me faire peur" car je suis journaliste (en CDI dans une rédaction titulaire de la carte de presse sur un poste de SR : jusqu'ici tout va bien...).

Sollicité par une autre rédaction (pour le journal interne d'une grosse association), j'ai été poussé à prendre le statut d'auto-entrepreneur (je facture depuis deux ans à un prix cassé 200 euros la journée soit 246 euros par jour - 20,5 % de charge*) pour un poste de SR élargi (rewriting, rédaction d'interviews, titraille, suivi du chemin de fer...) . Je me suis inscrit dans l'urgence au statut d'AE (je crois que j'ai mis journaliste sur le formulaire en ligne sans savoir que c'était illégal ou non prévu !!!).

Merci d'avance pour vos conseils et vos remarques qui me permettront de revoir ma position.

Laurent

* j'ai vu sur un autre forum que descendre en AE à moins de 400 euros la journée revenait à casser les tarifs !
laure.colmant
Messages : 57
Inscription : 13 mai 2010, 19:39
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par laure.colmant » 09 nov. 2011, 23:48

Vous êtes SR, je l'étais. Tout ce que je sais, c'est dû à mon expérience professionnelle et de déléguée syndicale quand j'ai défendu les autres salariés. Là, je n'ai plus mes dossiers parce que je ne suis plus en poste ni en responsabilité, je suis devenue enseignante. Mais je gage que si vous êtes journaliste, vous saurez trouver ces informations. Ne serait-ce que sur le site de l'Ursaff. C'est incroyable les informations que l'ont peu trouver grâce à Internet.

Quant à casser les prix, je confirme. Cela dit, c'est votre problème. C'est votre valeur que vous dépréciez. Moi, c'est quelque chose que je n'ai jamais voulu faire. J'ai conscience de ma valeur professionnelle. S'il y a une chose que j'ai appris, c'est que le salaire qui nous est versé, c'est exactement la valeur qu'on a aux yeux de son employeur. Si vous considérez ne pas valoir plus de 200 euros, n'imaginez pas qu'au yeux de votre employeur vous vaudrez beaucoup plus. Notamment quand il décidera de vous balancer. J'espère au moins que vous lui en donnez pour leur argent… Juste pour son argent. Parce qu'il ne vaut pas non plus beaucoup plus :-)
Bon courage
laure.colmant
Messages : 57
Inscription : 13 mai 2010, 19:39
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par laure.colmant » 10 nov. 2011, 00:02

Je voulais cela dit ajouter une chose. C'est la loi, le code du travail, qui impose le statut de salarié au journaliste. Aucun travail journalistique ne peut être payé autrement qu'en salaire. C'est en cela que je statut d'autoentrepreneur est incompatible avec le travail de journaliste. Donc le principal texte que vous avez à lire, c'est le code du travail. Et la convention collective des journaliste aussi.

La commission de la carte exige des salaires. Avec des paiements en honoraire, vous risquez donc de perdre votre carte. Enfin, n'essayez pas déclarer un abattement fiscal sur vos revenus d'autoentrepreneur. Les inspecteurs ont les SR dans le collimateur. Nos revenus sont très surveillés (moi, tous les ans, j'avais mon inspecteur des impots au téléphone pour vérifications supplémentaires) Vous devrez donc minorer l'abattement fiscal journaliste du pourcentage que représente ces revenus. Ainsi, s'ils représentent 40 % de revenu, vous ne pourrez retirer que 60% de l'abattement.
Donc faite vos calculs, je ne suis pas sûre en fin de compte que vous soyez gagnant.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par cilou » 10 nov. 2011, 09:19

LEFEVREL a écrit : Merci pour toutes ces infos très utiles : auriez-vous les références des textes qui précisent ces interdictions
C'est la loi Cressard : « Toute convention par laquelle une entreprise de presse s’assure, moyennant rémunération, le concours d’un journaliste professionnel est présumée être un contrat de travail. Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée à la convention par les parties. » (Loi 74-630 du 4 juillet 1974, dite loi Cressard, article L 7112-1 du Code du travail).
Au-delà des questions de légalité, accepter d'être auto-entrepreneur alors qu'on est salarié, c'est vraiment scier la branche sur laquelle ont est assis : un salariés a de nombreux droits (indemnités en cas de licenciement, congés maladie et maternité, formation,...). Un auto-entrepreneur, lui, peut être jeté du jour au lendemain, sans explications, sans indemnités... En effet, il n'est pas salarié, il est fournisseur.
LEFEVREL
Messages : 3
Inscription : 10 sept. 2009, 15:58
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par LEFEVREL » 10 nov. 2011, 10:59

cilou a écrit :
LEFEVREL a écrit : Merci pour toutes ces infos très utiles : auriez-vous les références des textes qui précisent ces interdictions
C'est la loi Cressard : « Toute convention par laquelle une entreprise de presse s’assure, moyennant rémunération, le concours d’un journaliste professionnel est présumée être un contrat de travail. Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée à la convention par les parties. » (Loi 74-630 du 4 juillet 1974, dite loi Cressard, article L 7112-1 du Code du travail).
Le journal pour lequel je travaille en AE n'est pas édité par une entreprise de presse, mais par une association loi 1901 (journal sans commission paritaire diffusé en interne à 40000 exemplaire tout de même). La loi Cressard s'applique-t-elle dans ce cas ?
En tout cas, je prends conscience, grâce à vos conseils, de l'absurdité de ce statut d'AE pour le travail de journaliste que j'effectue : tous vos éléments me serviront à appuyer ma démarche.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par ann65 » 10 nov. 2011, 16:46

LEFEVREL a écrit :
cilou a écrit : C'est la loi Cressard : « Toute convention par laquelle une entreprise de presse s’assure, moyennant rémunération, le concours d’un journaliste professionnel est présumée être un contrat de travail. Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée à la convention par les parties. » (Loi 74-630 du 4 juillet 1974, dite loi Cressard, article L 7112-1 du Code du travail).
Le journal pour lequel je travaille en AE n'est pas édité par une entreprise de presse, mais par une association loi 1901 (journal sans commission paritaire diffusé en interne à 40000 exemplaire tout de même). La loi Cressard s'applique-t-elle dans ce cas ?
En tout cas, je prends conscience, grâce à vos conseils, de l'absurdité de ce statut d'AE pour le travail de journaliste que j'effectue : tous vos éléments me serviront à appuyer ma démarche.
Non, ton employeur n'étant pas une entreprise de presse, la loi Cressard ne s'applique pas... Et ton activité au sein de cette asso ne relève pas du journalisme.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par ann65 » 10 nov. 2011, 17:04

LEFEVREL a écrit :, j'ai été poussé à prendre le statut d'auto-entrepreneur (je facture depuis deux ans à un prix cassé 200 euros la journée soit 246 euros par jour - 20,5 % de charge*) pour un poste de SR élargi (rewriting, rédaction d'interviews, titraille, suivi du chemin de fer...) . Je me suis inscrit dans l'urgence au statut d'AE (je crois que j'ai mis journaliste sur le formulaire en ligne sans savoir que c'était illégal ou non prévu !!!).


* j'ai vu sur un autre forum que descendre en AE à moins de 400 euros la journée revenait à casser les tarifs !

Bonjour,

Je vous confirme qu'en dessous de 400 euros la journée, vous cassez les prix.

En tant que TNS, je facture ma journée de travail entre 550 et 700 euros HT (en fonction de mes clients et de la prestation) pour des prestations de "SR élargi" pour reprendre vos propos ou de rédaction.
Lorsque je facture 600 euros, il m'en reste 360 une fois mes charges payées. Soit 45 euros de l'heure...

Sachant que pour pouvoir facturer 10 journées à des clients dans le mois, je vais passer autant de temps à "faire du commercial" : répondre à des appels d'offres, proposer mes services, établir des devis, aller sur des salons pro, rencontrer des prospects...

Certains appels d'offres qui m'ont demandé beaucoup de travail n'aboutissent pas, certaines démarches commerciales n'aboutissent pas, certains devis sont refusés et ne donnent pas lieu à une prestation. C'est la vie.. Et il faut bien "facturer ce temps".

Vous vous tirez surtout une balle dans le pied finalement en vous bradant pour 200 euros la journée.
Vos clients ne sont jamais les miens... Et ne sont pas les vôtres.

Bon courage !
Dernière modification par ann65 le 10 nov. 2011, 17:39, modifié 1 fois.
laure.colmant
Messages : 57
Inscription : 13 mai 2010, 19:39
Contact :

Re: rédacteur auto-entrepreneur

Message non lu par laure.colmant » 10 nov. 2011, 17:11

Désolée de contredire le commentateur ci dessus. Mais pour tout travail de journaliste, c'est le Code du travail qui s'applique. Quelle que soit l'entreprise. C'est le type de travail qui compte, pas l'entreprise. Si une association (une organisation, une fondation) publie un journal régulier, qu'elle embauche pour faire le travail de journaliste un journaliste (qui plus est encarté, mais ce n'est pas nécessaire) elle doit le payer en salaire. Sinon, illégal.
Je me suis trouvée dans ce cas une fois de faire des piges pour une entreprise qui n'était pas une entreprise de presse. En plus de mon boulot. Je n'ai pas pu être payée en honoraire. L'urssaf redresse systématiquement, ça peut couter cher à l'employeur, mais aussi au salarié. Pour eux, c'est du travail dissimulé. Surtout le travail de SR qui n'est pas du tout considéré comme une œuvre. Il n'y a que les photographes qui peuvent jouer sur les deux tableaux.
D'ailleurs je me demande pourquoi vous voulez absolument d'un statut qui vous dessert. Quand à la définition de poste « rewriting, rédaction d'interviews, titraille, suivi du chemin de fer... ». C'est pas du SR élargi, c'est du SR pur. Si vous ne faisiez que la correction, vous pourriez travailler comme correcteur, qui n'est pas considéré comme du travail de journaliste. Et qui peut travailler en free lance.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »