Page 1 sur 1

Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 23 janv. 2013, 11:21
par breizhistance
Bonjour,

Je sais d'avance que je vais me faire lyncher. Mais je vais bientôt me retrouver au chômage après plusieurs années à bosser en presse de collectivités, web, PQR... toujours en contrats de travail "classiques".

Et rien en perspective, c'est la crise ! En plus, pour des raisons familiales, je dois rester en "Breizh, ma bro". Donc, pas de choix la pige est le seul salut, sauf à vendre mes fesses dans un van en fin de semaine du côté de la Porte de Saint Cloud.

Mais pour percer dans la pige, vu le nombre de prétendants et le nombre de places, je ne vois qu'une solution : le low cost ! Les compagnies aériennes ont réussi. La grande distri aussi. Pourquoi pas les journalistes ? (Ok, l'info n'est pas un bien de consommation, mais en période de crise, l'éthique... bof. Seuls les zeuros comptent ^^).

Ma question est donc la suivante : est-il possible de proposer des tarifs largement en deça de la grille classique ? Par exemple du 10 € le feuillet, soit 5 fois moins que le tarif normal ?

J'écris à la vitesse du son. Quant à l'investigation, elle serait réduite à la portion congrue, donc ça me parait "rentable", en complément des ARE.

Qu'en pensez-vous ? Allez, lancez-moi des bouts de granit, j'aime ça !

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 23 janv. 2013, 12:14
par ann65
Ma question est donc la suivante : est-il possible de proposer des tarifs largement en deça de la grille classique ? Par exemple du 10 € le feuillet, soit 5 fois moins que le tarif normal ?

J'écris à la vitesse du son. Quant à l'investigation, elle serait réduite à la portion congrue, donc ça me parait "rentable", en complément des ARE.

Qu'en pensez-vous
Bonjour

Inutile de "proposer" tes services low cost, tu sais. Des propositions de feuillets à 10 euros, tu en trouveras 13 à la douzaine. :wink:
Tu peux même négocier les tarifs à la baisse... 8 euros le feuillet ou moins pour remporter le marché. Chacun sa merde après tout...

Tu peux pisser de la copie (d'une qualité merdique cela va de soi) pour des cacahuètes. Mais je me demande comment tu vas vivre de cela. Même en Bretagne profonde. Et si en plus tu envisages d'avoir de mômes... :roll:


Pour moi, brader un savoir-faire, ce n'est pas être professionnel. Si tu te brades, c'est parce qu'au fond de toi tu penses que ne ne vaux pas mieux que ça. Que tu ne vaux pas mieux que la (mauvaise) soupe que tu vends à vil prix.

Je préférerais encore être hôtesse d'accueil, gagner le smic et bénéficier des avantages de l'entreprise que de brader mon art, heu... mon lard pour le donner à des cochons.

Je crois que tu fais fausse route. Les compagnies aériennes low cost font des gros profits, elles. Les sites, qui t'achèteront tes "papiers low cost", feront sans doute aussi du profit.
Il n'y aura qu'un seul dindon de la farce, toi.

Tu seras pigeon à défaut d'être journaliste pigiste...

Bonne chance quand même.


PS - Que feras-tu quand tu auras épuisé tes droits Assedics ?

PS 2 - Tu écris peut-être "à la vitesse du son", mais attends-toi à ce que tes clients même s'ils te paient très mal, n'hésitent pas à être exigeants. Ils te demanderont de corriger, de réécrire, de compléter... Tout ça prend du temps. Et comme tout bon pigeon, tu accepteras de revenir dix fois sur des papiers qui ne valent pas un clou de toutes façons, puisque tu n'auras pas pris, au départ, le temps de l'investigation, du recul et de la digestion.

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 23 janv. 2013, 15:05
par francisgood
Je rejoins l'avis d'Ann65, si t'as besoin d'argent autant être hôtesse d'accueil, avec de la chance tu pourrais même trouver un CDI.

En tant que Pigiste low cost tu ne gagneras ni en "fric", ni en notoriété.

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 24 janv. 2013, 10:33
par Schloss
Bonjour breizhinstance,

Je viens apporter ma petite pierre, même si mes collègues ont déjà répondu largement à la question, avec beaucoup de justesse. Je tiens à préciser d'emblée que j'exerce une activité de pigiste, avec du tarif syndical ET du "low-cost."

1) Tout d'abord, comme dit précédemment (et je confirme largement) être "low-cost" n'est pas une stratégie innovante, car d'autres y ont pensé avant toi. Être "low-cost" n'est donc pas en soi un avantage comparatif commercial. D'ailleurs être "low-cost" est une nécessité si tu vises les titres faiblement pourvus en moyens (ou qui racontent qu'ils sont faiblement pourvus...), ce n'est donc pas un "plus", c'est chez certains la condition sine qua non pour y piger.

2) Le "low-cost" est aussi un choix stratégique mois malin qu'il y paraît, car cela te coupe de certaines collaborations. Il existe encore certains journaux/magazines, qui ne veulent pas des gens "low-cost". Pas parce qu'ils sont pétris d'humanisme, ou pleins aux as, mais surtout parce qu'ils veulent la garantie de ne pas avoir de la daube, soit qu'ils aient un prestige à défendre (cas des "grands magazines") soit que leur lectorat est exigeant (cas de certaines presses spécialisées où l'argument de vente est la qualité sinon les gens n'achètent pas.) En proposant des piges à 10 euros le feuillet, c'est clair et net, les rédacteurs en chef se disent "il va nous faire de la m..." (alors même que ce ne serait peut-être pas le cas !) donc c'est non. Au pire, ils préféreront prendre un stagiaire motivé, qu'un professionnel qui propose des tarifs bas, ils auront plus de confiance dans l'implication de l'intéressé. Il y a donc aussi une logique réellement commerciale à ne pas se poser en "low-cost" sur certaines piges, et des journalistes perdent clairement des occasions de bosser, parce qu'ils ne demandent pas assez cher. Et ça, on ne le dit pas assez.

3) Pour que le "low-cost" soit réellement intéressant, car oui il peut l'être, il doit te prendre peu de temps. Car un pigiste, est évidemment au feuillet, alors même que le raisonnement logique quand on propose un prix est "combien de temps ça va me prendre." Le temps que ça va prendre incluant aussi les retours du rédacteur en chef, car certains n'hésitent pas à te faire ch... en pinaillant sur des détails, veulent te faire reprendre etc... Attention, c'est très bien un rédacteur en chef qui fait ça, finalement il fait son boulot, il a un regard critique, c'est bien dans un sens... mais c'est de l'arnaque pour le pigiste "low-cost". J'ai déjà fait, tout à fait volontairement et sans problèmes financiers, des piges à 10-12 euros le feuillet. Pourquoi ? Par ce que le mag qui m'a proposé ça me commandait 5 feuillets à la fois, et que ça me prenais max deux à trois heures tout compris pour y boucler. Le rédacteur en chef, lucide et honnête, était conscient des tarifs, et vérifiait juste l'absence de plagiat. Là, ça vaut le coup même si la qualité n'est pas top évidemment. Si ça prend plus de temps, il faut dire non tout de suite, sinon c'est un cercle vicieux qui s'enclenche. La plupart des pigistes "pauvres" que je connais ne chôment pas. Ils passent juste trop de temps sur des choses au tarif/feuillet trop bas, avec des rédacteurs en chef qui pinaillent et en profitent, les prenant pour des pigeons qui ne refuseront rien. Et quand ils postulent pour des choses un peu plus prestigieuses, et qu'ils montrent leur "book" de piges à 10 euros le feuillet, on les éconduit direct. Énormément de jeunes, certains avec du talent en plus, se plantent comme ça, vivent chichement d'un travail pourtant important, et font de la daube toute leur carrière (du moins le temps qu'ils supportent cela.)

Voilà, j'arrête le verbiage, réfléchis bien !

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 24 janv. 2013, 11:58
par vepar
J'en pense qu'être pigiste, ce n'est pas exercer le journalisme comme un sous-métier au rabais !!
:evil:

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 24 janv. 2013, 15:06
par ann65
En parlant du modèle économique de compagnies aériennes low cost, sais-tu que des pilotes-forçats de Ryan Air, après avoir avalé quelques couleuvres, ont finalement porté plainte contre leur "employeur".

http://fr.scribd.com/doc/97777297/Ryana ... illet-2012

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 25 janv. 2013, 15:48
par aud.
Tout est dit.

En particulier : "Je préférerais encore être hôtesse d'accueil, gagner le smic et bénéficier des avantages de l'entreprise que de brader mon art, heu... mon lard pour le donner à des cochons."
Si vraiment c'est trop peu rentable, et difficilement satisfaisant sur le plan intellectuel (le low cost, certains ne peuvent pas, quel que soit le prix...), mieux vaut se tourner vers un job pénard où tu n'auras rien à faire une fois rentré chez toi.

Bon courage,

Audrey

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 25 janv. 2013, 15:56
par breizhistance
Merci pour tous ces avis.

J'ai bien conscience du côté peu "éthique" de la démarche et de ne pas être le premier à l'envisager.

C'est peut-être aussi le reflet d'un certain fatalisme sur la profession : la presse écrite rend ses derniers souffles, avec une incidence sur la qualité éditoriale, sur le travail d'enquête, sur la profondeur des sujets... Le web va finir de supplanter l'écrit. Avec toutes les conséquences que cela implique : plus (trop) d'informations, plus de gratuité, davantage de "rédacteurs" amateurs (sur des sites type Slate, Rue 89, Suite 101...), plus de photographes "amateurs", moins de travail de fond, moins de professionnalisme et... moins de qualité.

Dès lors, on va être de plus en en plus en présence d'une montagnes d'infos à digérer, sans que ces infos soient de qualité. Avec les conséquences naturelles en terme de coût de la "matière première" dont nous, journalistes pros, sommes les premières victimes.

A partir de là, difficile de proposer autre chose que du low cost pour celui qui rentre dans la pige, sauf à s'être déjà fait un "nom" auprès de rédactions "sérieuses".

C'est triste mais je pense vraiment que l'on arrive au bout. Les gens, comme moi, qui ne savent faire que ça, qui n'ont jamais mis l'ombre d'un bout d'ongle de petit orteil dans une "entreprise" sont condamnés à se brader. A compter sur le copain Pôle emploi pour assurer l'essentiel et sur des clopinettes de piges pour garder la main.

Après, je préfère encore faire des activités connexes - cours particuliers, écriture publique, rédacteur de blagues carambar, concepteur rédacteur pour le clown Bozo - que d'être un seul instant un rouage productif d'une entreprise. Beurk !

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 25 janv. 2013, 17:22
par zoom
Et puis souvent les clients qui cherchent du low-cost à tout prix sont ceux qui te planteront le jour où tu ne t'y attends pas ! :twisted:
Bref une stratégie qui n'est pas viable à long terme ...

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 25 janv. 2013, 17:31
par ann65
breizhistance a écrit :Merci pour tous ces avis.
J'ai bien conscience du côté peu "éthique" de la démarche et de ne pas être le premier à l'envisager.
Personnellement, ce n'est pas tant "l'éthique" de ta démarche que je remets en cause. Si tu as envie de pondre de la "merdeé, ça te regarde.
Ce que je remets surtout en case, c'est ta démarche stratégique, qui ne vaut pas un clou.
Je pense qu'en vendant des "piges low cost", tu vas surtout perdre beaucoup de temps, gagner peu d'argent... et engraisser les margoulins.

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 29 janv. 2013, 12:24
par cilou
breizhistance a écrit : la presse écrite rend ses derniers souffles, avec une incidence sur la qualité éditoriale, sur le travail d'enquête, sur la profondeur des sujets... Le web va finir de supplanter l'écrit.
Cet avis n'est pas partagé par l'ensemble de la profession, loin de là. Clairement, l'info gratuite (et je mets dans le même sac le web et les gratuits sous forme papier) redistribue les cartes, mais il reste de la place pour une info payante (là encore, papier mais aussi web) à condition qu'elle ne vienne pas sur les plate-bandes des gratuits. Autrement dit, loin de brader tes piges, il faut au contraire miser sur la qualité, les seuls journaux qui s'en sortiront seront ce qui feront autre chose que l'info vue partout ailleurs.
A partir de là, difficile de proposer autre chose que du low cost pour celui qui rentre dans la pige, sauf à s'être déjà fait un "nom" auprès de rédactions "sérieuses".
Pourquoi ne pas commencer maintenant à te faire un nom auprès de rédactions sérieuses ?
Après, je préfère encore faire des activités connexes - cours particuliers, écriture publique, rédacteur de blagues carambar, concepteur rédacteur pour le clown Bozo - que d'être un seul instant un rouage productif d'une entreprise. Beurk !
Ah bon, quand tu es journaliste (pigiste ou en poste), tu n'es pas un rouage productif d'une entreprise de presse ?

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 16 déc. 2013, 22:57
par mmouzard
je trouve ça génial, incontournable et peut-être provisoire. le caractère non rentable des piges low cost me parait largement compensé par la flexibilité des piges en termes d'horaires. personne ne t'attend, si tu veux une place il faut te la faire. c'est la loi du marché. si en plus, tu n'es pas à paris pour les sources d'info directes, il faut bien que tu aies un argument de choc.
ce qui n'est pas politiquement correct auprès des journaliste, le sera peut-être auprès des fonds de pension qui les détiennent,

Re: Pigiste low cost c'est possible ?

Publié : 18 déc. 2013, 19:54
par supermag
Bonjour, pour du travail low-cost de mauvaise qualité, tu as des sites sur lesquels tu peux t'inscrire, mais tu seras en concurrence vec des journalistes trilingues à 3-4 euros le feuillet, donc mauvaise solution.