Métier de iench

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
farrell2
Messages : 79
Inscription : 26 nov. 2004, 14:49
Contact :

Métier de iench

Message non lu par farrell2 » 28 déc. 2005, 23:38

Peut-être est-ce l'isolement. Ou la pression du quotidien, des articles à pondre, des (faux) délais à respecter, des "Oh, on m'a oublié deux feuillets sur la fiche de paie", des "même pas merci quand j'envoie mes textes", des synops sans réponse... Interdiction de se poser, de s'arrêter.

Mais voilà/ Depuis un mois, je relève la tête et que vois-je ? Des titres qui ferment (Mood hier, Men's Health aujourd'hui), d'autres qui dégraissent, un tarif de pige qui n'a pas augmenté depuis Le Mercure de France, plus de conf de rédaction, ni de café avec ou sans sucre avec les journalistes du "dedans" (tout se fait par tél ou mail éclair).
Pardon, mais "pigiste" aujourd'hui, c'est juste rien. Plus un métier, en tous cas. Éventuellement un hobbie qui arrondit les fins de mois des déjà salariés.
Et pourtant, j'ai un putain de réseau. Et bosse pour une dizaine de titres. Ben même, j'en chie. À 35 ans, et 12 ans de vie pro...
J'entends des gens me parler de vacances qu'il faut qu'ils prennent, de la RTT de jeudi, du pot de vendredi, des cahiers d'offres de stage qui circulent d'un bureau à l'autre, du CE et de ses bons cadeaux de Noël, d'un 13e mois (13e quoi ?!!), de leurs week-ends libres, de la prime d'intéressement...
J'envie les salariés. Je dois être tombé bien bas.
Avatar de l’utilisateur
La Fée Clochette
Messages : 67
Inscription : 26 janv. 2004, 13:46
Localisation : Il était une fois quelque part dans un pays qu'on ne connaît pas, une fée qui avançait dans le froid
Contact :

gloups

Message non lu par La Fée Clochette » 28 déc. 2005, 23:56

Gloups
Heu ouais ça fait peur ça
Moi qui vient de quitter un CDI pr retourner à la pige...

Tu devrais peut-etre venir au prochain apéro pigiste sur Paris, histoire de se remotiver tous ensemble...

Suis les posts de Mad Alice, si elle a la gentillesse d'organiser cette nouvelle rencontre...

Bon courage

La Fée
Mr Writer,
Why don't you tell it like it is ?
patdepar
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2003, 23:19
Localisation : Par ici
Contact :

oui, mais

Message non lu par patdepar » 04 janv. 2006, 22:25

Farell, tu as tout à fait raison. Moi aussi, plus vieux et avec encore plus d'années d'expérience, je pense comme toi par moments.
mais (ouf, il y a un mais!) dis-toi que ces journalistes en poste que tu envie ne sont pas aussi joyeux que tu le crois car une petite bête les grignote de l'intéreiur . Ils se disent "et si mon canard allait être vendu à un groupe d'investisseurs financiers (anglais de préférence, les pires) ?" ils ont raison, c'est ce qui est en train de se passer pour de plus en plus de titres, qu'ils soient grand public, professionnels ou d'information (bon, d'accord, Dassault n'est pas anglais mais est-il vraiment moins affreux ?).
Et là, ça craint un max, crois moi. car ceux qui restent verront leurs avantages réduits comme peau de chagrin, leur salaire stagner si ce n'est pire, leur charge de travail augmenter sans préavis. certains seront virés au moindre prétexte fallacieux (oui, ils gagneront aux prud'hommes, mais combien de mois après ?). ceux là et les moins idiots qui prendront leur clause de cession n'auront plus d'autres choix : devenir pigistes, vu que du boulot en rédaction à des salaires décents (c'est à dire plus de 2500 euros bruts), ben y en a plus ! Et c'est là que nous autres vieux briscards avec réseau et tout et tout, on rigolera (un peu, car il ne faut pas être trop durs) en les voyant se débattre dans le marigot peu ragoutant de la pige en presse écrite.
Ca te console pas un peu ça ?
courage, patdepar
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 05 janv. 2006, 06:02

Tout ce qui est dit dans ce post est tellement juste, pertinent...
Je corresponds peu ou prou au profil des précédents intervenants : pas encore vieux, mais plus vraiment jeune, doté d'une véritable expérience, plusieurs titres solides avec lesquels je travaille, des rémunérations mensuelles plutôt décentes. Et le même constat que tout le monde : la presse va mal, le tarif de la pige stagne quand il ne régresse pas, et les journalistes indépendants considérés comme une valeur d'ajustement.
Le drame économique de la presse, outre une surface de publicité se réduisant comme une peau de chagrin et des lecteurs qui se font souvent rares, c'est que les journalistes pigistes sont pris pour des boucs-émissaires, alors que le vrai souci vient plus souvent de journalistes intégrés, percevant une rétribution fixe, avec plein d'avantages, comme tout salarié, et ne travaillant que très occasionnellement, parfois. En somme, les patrons de presse, pluôt que de se plaindre du coût salarial des journalistes indépendants, devraient veiller à ce que certains journalistes internes, grassement payés, ne pondent pas que trois feuillets par mois...
Shinji

Message non lu par Shinji » 05 janv. 2006, 10:32

c'est à dire plus de 2500 euros bruts
wouah où est-ce qu'il faut sugner ? ah mais je suis bêêêêête, je ne suis qu'une petite journaliste de province qui ne peut espérer que 1000 euros nets par mois... et qui rêve d'un CDI
montespan69
Messages : 4
Inscription : 05 janv. 2006, 15:12
Contact :

et oui tu as raison!!

Message non lu par montespan69 » 05 janv. 2006, 15:25

Malheureusement tous ces inconvénients sont le prix de la liberté à payer qd on est pigiste!! bon courage et serrons nous les coudes entre pigistes!!
farrell2
Messages : 79
Inscription : 26 nov. 2004, 14:49
Contact :

Message non lu par farrell2 » 09 janv. 2006, 14:16

On prend un verre quand vous voulez. C'est moi qui offre,

G
AmelieD
Messages : 4
Inscription : 18 mars 2005, 10:55
Contact :

Re: oui, mais

Message non lu par AmelieD » 09 janv. 2006, 15:47

patdepar a écrit :Farell, tu as tout à fait raison. Moi aussi, plus vieux et avec encore plus d'années d'expérience, je pense comme toi par moments.
mais (ouf, il y a un mais!) dis-toi que ces journalistes en poste que tu envie ne sont pas aussi joyeux que tu le crois car une petite bête les grignote de l'intéreiur . Ils se disent "et si mon canard allait être vendu à un groupe d'investisseurs financiers (anglais de préférence, les pires) ?" ils ont raison, c'est ce qui est en train de se passer pour de plus en plus de titres, qu'ils soient grand public, professionnels ou d'information (bon, d'accord, Dassault n'est pas anglais mais est-il vraiment moins affreux ?).
Et là, ça craint un max, crois moi. car ceux qui restent verront leurs avantages réduits comme peau de chagrin, leur salaire stagner si ce n'est pire, leur charge de travail augmenter sans préavis. certains seront virés au moindre prétexte fallacieux (oui, ils gagneront aux prud'hommes, mais combien de mois après ?). ceux là et les moins idiots qui prendront leur clause de cession n'auront plus d'autres choix : devenir pigistes, vu que du boulot en rédaction à des salaires décents (c'est à dire plus de 2500 euros bruts), ben y en a plus ! Et c'est là que nous autres vieux briscards avec réseau et tout et tout, on rigolera (un peu, car il ne faut pas être trop durs) en les voyant se débattre dans le marigot peu ragoutant de la pige en presse écrite.
Ca te console pas un peu ça ?
courage, patdepar
Ah oui, la fameuse liberté du pigiste! Je pense que les 3/4 d'entre nous l'apprécient moins quand on se demande ce qu'il restera après avoir payé le loyer du logement qui nous sert aussi de bureau, les abonnements internet et téléphone (outils professionnels aussi), l'essance du véhicule qui nous sert aussi pour les déplacements pro plus ou moins défrayés...
L'angoisse de voir son titre racheté par des Anglais et de voir réduit ses avantages ! Et l'angoisse de passer autant de temps à chercher du travail (temps non payé) qu'à travailler effectivement ? Pas d'angoisse pour les avantages, RTT ou 13e mois : on en est déjà débarrassé ! Quelle chance.

Un salaire décent de 2500 Euros : c'est beau quand on voit des annonces qui demandent bac +4/5, 3 ans d'expérience, faire le boulot et assumer les responsabilités pour la généreuse somme de 1300 Euros, sans oublier de s'impliquer pour un CDD de 3 mois !!

Toute la profession part peut-être dans le mur, et c'est grave pour une société démocratique. Mais certains sont déjà plus proches du mur que d'autres, bien plus proches... Avec réseau moi aussi, 10 ans d'expérience... Et quand on me fait bosser, on est satisfait du résultat. Le problème, c'est de pouvoir bosser.
patdepar
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2003, 23:19
Localisation : Par ici
Contact :

ironie ...

Message non lu par patdepar » 09 janv. 2006, 23:15

ce que j'en disais, c'était surtout pour consoler Farell de son vague à l'âme (que je partage par moments, en ce moment par exmeple !). Bon, c'était nu peu ironique, mais j'ai l'impression que l'ironie passe mal dans les posts ... Allez, courage à toutes et tous, il paraît que la croissance revient (tout doucement d'accord, mais bon ...)
AmelieD
Messages : 4
Inscription : 18 mars 2005, 10:55
Contact :

Message non lu par AmelieD » 10 janv. 2006, 11:50

Quand l'ironie devient un luxe, c'est un signe que les temps sont durs...
J'en suis à me poser sérieusement la question de jeter l'éponge pour devenir "employée administrative polyvalente". M'ennuyer 35h par semaine pour une certaine sécurité et favoriser ma vie privée ou continuer un métier que j'ai dans les tripes, mais qui ne m'assure pas ne serait-ce qu'un smic régumier et qui s'exerce de plus en plus dans des conditions... ennuyeuses (desk, dépêches, rewriting, "rendement" exigé), mal payé pour bosser le soir et les week-ends : telle est la question.
Excusez-moi pour le manque de recul et d'humour, mais ça coince un peu.
Vivement la reprise !!
zara2200
Messages : 13
Inscription : 15 mars 2004, 22:31
Contact :

...

Message non lu par zara2200 » 10 janv. 2006, 13:43

Quand je pense que je démarre dans le métier, enfin ça ne fait que 2 ans que je rame... je me dis que je vais peut être pas tarder à aller m'acheter une corde ou postuler à n'importe quel concours de la fonction publique, enfin ça revient à peu près au même.
cilou
Messages : 1725
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 10 janv. 2006, 13:57

Pour ma part, je m'en sort assez bien, et pourtant, il me vient des envies de changement : métier trop solitaire, difficulté à placer des sujets intéressants, manque de reconnaissance...
Annee
Messages : 14
Inscription : 19 avr. 2004, 15:55
Localisation : Amiens (80)
Contact :

Message non lu par Annee » 10 janv. 2006, 21:32

2 options pour la jeune pigiste (1 an 1/2)que je suis en lisant ces posts:
1) voir le bon côté des choses: l'expérience et le réseau ne sont pas en cause. Même les vieux routards" galèrent.
2) Autrement dit, je ne fais que commencer à galérer.

D'un autre côté je voulais être pigiste parce que ç'est CA qui me plait, qui me donne envie de continuer, et j'essaie de voir les bons côtés. Faire les boutiques en dehors des heures de pointe (sans argent pour acheter quoique ce soit: tout passe dans le net, tél, voiture...), gérer mon emploi du temps (et avoir des amis persuadés que je suis dispo 24/24, 7/7, et qui se vexent quand je leur dis que "non, je ne peux pas sortir ce soir, j'ai du boulot" / ou des amis incrédules, et là c'est moi qui me vexent), avoir du temps libre (et quand je ne bosse pas, chercher du boulot), pouvoir voyager quand ça me chante (et annuler mon billet au dernier moment pour une pige imprévue)

Non, sans rire, y en a qui regrettent?
Actuellement c'est déjà dur (suis ok avec tout ce qui était dit précédemment), alors que je bénéficie encore de l'enthousiasme et des illusions de la jeunesse, et qu'on nous promet que les baby-boomers vont dégager (en compensation des pb de retraite de notre génération). Et quand j'aurais des gosses (si j'ai le temps! lol), le crédit de la maison, etc.

Allez, une parole d'espoir!

En attendant, meilleurs voeux à tous!
zoom
Messages : 350
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 11 janv. 2006, 12:43

Espoir si tu veux ...

Mais c'est vrai que la période actuelle ne prète pas trop a la rigolade pour les pigistes: titres qui ferment, qui sont rachetés (d'ou quelques mois de flottement) ou qui diminuent les collaborations exterieures (en les remplaçant par de gentils stagiaires bien dociles et pas chers ...
Dans ces remous, les pigistes sont souvent les premiers affectés meme ceux qui collaborent depuis 10 ans, les journaux se referment sur eux meme, essayent de diminuer les couts. A mon avis, economiquement, c'est pas tres rentable de diminuer le volume de travail confie aux pigistes, mieux vaut virer un journaliste en poste ! (eh, c'est de l'humour, noir d'accord mais humour... je le dis avant de me faire flinguer par un syndicaliste !). Maintenant, c'est vrai aussi que l'on subit de plus en plus la concurrence de confreres (je parle surtout des photographes) qui se font remunerer en droits d'auteurs ou sur facture: le statut de pigiste salarié est de plus en plus mal accepté par les employeurs, et avoir la carte de presse m'a plusieurs fois fait perdre des marchés.
Si les auteurs sont effectivement très compétitifs, a la limite de la concurrence deloyale (10% de charges patronales mais peu d'avantages sociaux), les travailleurs indépendants le sont moins par rapport aux salariés... s'ils ne cassent pas les prix et surtout s'ils sont effectivement déclarés à l'URSAAF etc...

Sur le coté positif, il y a regulierement de nouveaux titres qui sortent, meme si pour beaucoup, le bon collaborateur est avant tout quelqu'un qui n'a pas l'outrecuidance de reclamer une remuneration "on les publie et en plus, ils voudraient etre payés ?". Mais parfois, il y a de belles aventures de presse, et ca vaut le coup de les encourager et d'y collaborer a moindre cout au debut, (mais jamais gratos !).

Et puis, il n'a jamais ete aussi facile de se faire editer un livre, meme si ca ne rapporte pas grand chose, ca occupe le temps libre et ca fait une bonne carte de visite: ah ces journalistes qui viennent manger le pain des auteurs...

Donc, plus que jamais, il faut investir dans la demarche commerciale, le demarchage dirais-je meme, les relations publiques (qui a dit l'hypocrisie ?), trouver de nouveaux clients, se creuser la tete pour produire des sujets pas chers au lieu d'attendre des commandes.
De toutes facons, depuis plus de dix ans, que je fais ce metier de journaliste photographe, je n'ai jamais connu de periodes vraiment "grasse", seulement des alternances de bas et de moins bas. J'ai meme l'impression que l'emploi des pigistes est mieux compris par les medias, il serait temps qu'ils se rendent compte que le pigiste, c'est en general bien et pas cher.
Esperons juste que le pigiste ne deviendra pas quelqu'un de bien et gratuit, sinon finis les professionnels ! On devra tous passer les concours de la fonction publique pour continuer a exercer :-))) :twisted:
AmelieD
Messages : 4
Inscription : 18 mars 2005, 10:55
Contact :

je ne suis pas commerciale

Message non lu par AmelieD » 12 janv. 2006, 14:47

... je suis journaliste !
C'est même là mon problème : je ne sais pas "me vendre", en tout cas vendre mes compétences, mon expérience, mon travail. Ce n'est pas un problème de produit, mais de vente.
N'existe-t-il pas l'équivalent des agences d'interim pour les pigistes ? !! :idea:
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »