Métier de iench

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Neil
Messages : 7
Inscription : 29 déc. 2005, 19:59
Contact :

Message non lu par Neil » 18 janv. 2006, 18:05

Bonjour,

Les bulletins de piges consécutifs sont peut-être considérés comme des CDI au bout de trois mois, mais il me semble difficile dans certains cas d'obtenir gain de cause lorsque la collaboration s'arrête. Le volume des piges varie en effet d'un mois sur l'autre à moins d'avoir en charge une rubrique fixe, le journal n'est pas forcément un mensuel (quid pour un trimestriel avec 4 malheureuses piges dans l'année ?), souvent les paiements sont irréguliers ou regroupés par la compta, etc.
Ensuite, on perd parfois un employeur car le média s'arrête tout simplement, ce qui ne signifie pas obligatoirement que vous êtes licencié et que vous ne retravailleriez plus avec le groupe. Bref, par expérience, pas facile de revendiquer quoi que ce soit en général, car personne ne vous signera une lettre de licenciement sachant que personne ne vous a réellement embauché.

Autre contradiction : en théorie, toujours, être payé sous forme de salaire implique de pouvoir bénéficier de congés payés, de congés maternité, des avantages du CE et... même d'un contrat ? Hormis les grands groupes qui font parfois les choses dans les règles, cette situation me paraît exceptionnelle. Sans doute pourrez-vous le confirmer.

Et parfois je m'inquiète aussi pour la retraite : l'organisme qui les gère arrivera-t-il à tout retrouver, quand on peine à faire l'addition au moment de déclarer ses impôts ? (en sachant bien sûr que les paiements en droits d'auteur sans être enregistré aux AGESSA ne donnent droit à rien, malgré la cotisation... à fonds perdus).

Bref, à mon sens, les syndicats serviraient à quelque chose dans notre cas s'ils se penchaient un minimum sur ces questions, plutôt que de défendre en priorité les salariés "fixes" qui ne sont pas les moins bien lotis du système. Quant au Gouvernement, s'il est capable de pondre une multitude de lois face à la précarisation de l'emploi, il pourrait peut-être s'intéresser à la condition de pigiste, travailleur solitaire, ignoré et incompris...

Pour autant, aller dormir dans un bureau tous les jours à la même heure ne me fait pas vraiment rêver ! ;-)
Nicocool
Messages : 44
Inscription : 24 févr. 2004, 11:52
Localisation : Quelque part au pays des étoiles
Contact :

Message non lu par Nicocool » 18 janv. 2006, 18:17

que d'avis intéressants et à partager :lol:
en ce qui concerne la fameuse liberté du pigiste, il me revient soudainement en mémoire, deux adages que je ruminais adolescent :
"Liberté, un grand mot qui a fait le tour du monde et qui n'est jamais revenu..." 8)
"Tu es libre de te croire con, mais con de te croire libre..." :oops:

Voilà ma modeste contribution
Nicocool
le lundi c'est permis et les autres jours aussi ;-)
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 janv. 2006, 18:53

Neil a écrit :Bonjour,

Les bulletins de piges consécutifs sont peut-être considérés comme des CDI au bout de trois mois, mais il me semble difficile dans certains cas d'obtenir gain de cause lorsque la collaboration s'arrête. Le volume des piges varie en effet d'un mois sur l'autre à moins d'avoir en charge une rubrique fixe, le journal n'est pas forcément un mensuel (quid pour un trimestriel avec 4 malheureuses piges dans l'année ?), souvent les paiements sont irréguliers ou regroupés par la compta, etc.
Ensuite, on perd parfois un employeur car le média s'arrête tout simplement, ce qui ne signifie pas obligatoirement que vous êtes licencié et que vous ne retravailleriez plus avec le groupe. Bref, par expérience, pas facile de revendiquer quoi que ce soit en général, car personne ne vous signera une lettre de licenciement sachant que personne ne vous a réellement embauché.

Autre contradiction : en théorie, toujours, être payé sous forme de salaire implique de pouvoir bénéficier de congés payés, de congés maternité, des avantages du CE et... même d'un contrat ? Hormis les grands groupes qui font parfois les choses dans les règles, cette situation me paraît exceptionnelle. Sans doute pourrez-vous le confirmer.

Et parfois je m'inquiète aussi pour la retraite : l'organisme qui les gère arrivera-t-il à tout retrouver, quand on peine à faire l'addition au moment de déclarer ses impôts ? (en sachant bien sûr que les paiements en droits d'auteur sans être enregistré aux AGESSA ne donnent droit à rien, malgré la cotisation... à fonds perdus).

Bref, à mon sens, les syndicats serviraient à quelque chose dans notre cas s'ils se penchaient un minimum sur ces questions, plutôt que de défendre en priorité les salariés "fixes" qui ne sont pas les moins bien lotis du système. Quant au Gouvernement, s'il est capable de pondre une multitude de lois face à la précarisation de l'emploi, il pourrait peut-être s'intéresser à la condition de pigiste, travailleur solitaire, ignoré et incompris...

Pour autant, aller dormir dans un bureau tous les jours à la même heure ne me fait pas vraiment rêver ! ;-)
Le dernier paragraphe de Neil résume très bien la situation, je trouve.
Ce qui est aussi proprement scandaleux, ce sont les journalistes intégrés qui n'écrivent que très peu, touchent tranquillement la même paie à la fin du mois, et pige ailleurs, ou écrive des bouquins, etc. Nos chers patrons se rendent-ils compte qu'ils paient des gens à ne rien - ou presque - faire ?
Par contre, deux points évoqués sur lesquels il convient d'être précis :

- non, les AGESSA n'ouvrent aucun droit à la retraite systématique sauf si vous atteignez un seuil élevé de revenus ; en somme, des cotisations prélevées entrent dans les caisses de l'Etat, mais cela ne donne aucun point retraite ;

- les caisses de retraite font un récapitulatif annuel des sommes déclarées. Un conseil : les appeler une fois l'an pour bien vérifier que TOUS vos employeurs ont fait leur déclaration. Si ce n'est pas le cas - cela est plus fréquent qu'on ne le pense, entre les boîtes qui ont mis la clé sous la porte, les employeurs mal intentionnés qui inscrivent un versement sur vos fiches de paie, mais ne déclarent rien -, envoyer aux caisses copies de vos bulletins pour validation.

A+
cath
Messages : 43
Inscription : 23 juin 2004, 16:32
Contact :

Message non lu par cath » 19 janv. 2006, 09:27

Ca m'intéresse là ton histoire de vérif. auprès des caisses de retraite... Moi je reçois 1 fois par an des attestations d'une caisse, le groupe Bellini, mais pour mes autres employeurs, (com', banque), rien du tout... Il faudrait donc appeler chaque année chaque caisse ? Comment on la trouve ? Le nom est mentionné sur la fiche de paie ?

Désolée de poser des questions naîves, mais j'ai jamais rien pigé à ces histoires de retraite, entre la retraite de la Sécu, la complémentaire, la cadre :? ...

Sinon, au vu des posts précédents, finalement je devrais m'estimer heureuse avec mes 1 500 euros net en moyenne comme pigiste ? moi qui trouvais qu'à presque 40 ans et avec 15 ans d'expérience c'était léger :cry: ... Faut dire que je bosse en presse pro (bcp - prestigieuse mais parfois mieux payée) et dans la com' d'entreprise... Sinon je verrais pas trop comment m'en sortir !
petitelarousse
Messages : 4
Inscription : 07 déc. 2005, 17:18
Contact :

salaire moyen

Message non lu par petitelarousse » 19 janv. 2006, 13:43

ah oui tiens, vous arrivez à gagner combien en net par mois comme pigistes en général ? je sais ça se fait pas de demander, mais bon... j'aimerais savoir où me situer
cath
Messages : 43
Inscription : 23 juin 2004, 16:32
Contact :

Message non lu par cath » 19 janv. 2006, 14:10

Oui, moi aussi j'aimerais pouvoir me situer :D

Bon pour moi, comme je le disais c'est 1 500 euros net par mois en moyenne, compte tenu des environ 2 mois de l'année où je ne bosse pas (vacances, mômes...) Donc sur les 10 mois pendant lesquels je bosse ça doit même être un peu +, peut-être 1 700. Mais bon, ce qui compte c'est la moyenne sur les 12 mois de l'année (on bouffe pas en vacances ? on paie pas le loyer ?)

Je précise quand même que je bosse en partie pour la presse d'entreprise, bcp + rémunératrice que la "vraie presse". ET que j'ai bientôt 40 ans. Donc je trouve ça un peu lèger comme salaire à un âge aussi avancé :cry:

Sinon, tous les cas de figure existent je crois : du même pas smicard à celle qui se fait 18-20 000 francs (j'ai pas converti) par mois (à coups de dossiers de presse faut quand même préciser...)

Et vous ????
Nicocool
Messages : 44
Inscription : 24 févr. 2004, 11:52
Localisation : Quelque part au pays des étoiles
Contact :

Message non lu par Nicocool » 19 janv. 2006, 14:27

ben moi je suis entre 1000 et 1200 net en travaillant dans la "grande" presse et en incluant un publi qui m'a quand même rapporté 800 euros net
eh oui pour "bouffer" faut parfois passer à "l'ennemi" :oops:
le lundi c'est permis et les autres jours aussi ;-)
Indri
Messages : 15
Inscription : 22 avr. 2003, 12:39
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Indri » 19 janv. 2006, 15:00

Je suis de tout coeur avec vous, frères et soeurs pigistes. Mais je m'attriste cependant de certaines remarques un peu fielleuses sur les journalistes intégrés dans une rédaction. Alors je m'en vais défendre ma paroisse ou, plus exactement, dépeindre une autre réalité de celle que vous fantasmez.
La presse ne se résume pas aux grands groupes de mags ou aux prestigieux, quoique que mals en point, quotidiens. Beaucoup de journalistes bossent pour de petits journaux, en presse spé pour la plupart, qui vivotent et qui, vous allez voir le rapport, n'emploient jamais de pigistes. Parce que le pigiste coûte beaucoup plus cher qu'un journaliste en CDI, malgré ce que vous avez l'air de penser. Et oui, payer quelqu'un 1200€ brut (c'est combien le Smic, déjà?) pour qu'il vous écrive 60 feuillets par mois... et ben c'est moins cher que tout (sauf si je ne suis vraiment pas au courant et que certains journaux rémunèrent leurs pigistes 20€ le feuillet) et surtout si le journaliste en question s'occupe aussi du SR, de la maquette, de faire la café et la vaisselle...
Je ne suis toutefois pas complètement naïve et une journaliste expérimentée de presse féminine m'a confirmé que certaines vieilles journalistes étaient en effet payées à rien foutre (et n'étaient même plus présentes aux conférences de rédaction...)
Mais je crois que ce n'est quand même pas la règle et que les pigistes ne doivent pas penser qu'ils sont lers seuls de la profession à avoir le droit de se plaindre (bon, là, c'est de la provoc... j'avoue)
cilou
Messages : 1725
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 19 janv. 2006, 16:02

35000 euros bruts par an en moyenne, incluant CP et 13ème mois. Dont environ 90 % de rédactionnel et 10 % d'alimentaire. En bossant beaucoup (parfois le soir, après le coucher des enfants). Et parce que je suis tombée "au bon endroit au bon moment" (à un moment où certains journaux cherchaient des pigistes réguliers).
Je sais que si je commençais maintenant, j'aurais du mal à atteindre ça. Et je m'accroche comme une moule sur son rocher à mes piges régulières.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 19 janv. 2006, 16:37

Pour répondre à Cath, la caisse Bellini est la caisse qui s'occupe des journalistes ; elle seule dispose du récapitulatif complet des points.
Suffit de l'appeler, de lui demander les journaux qui ont cotisé...c'est aussi simple que ça.

Quant aux salaires, allez jeter un coup d'oeil sur le site de SNJ, sur les barèmes pratiqués dans les différentes catégories de presse ; vous vous apercevrez que le salaires des "intégrés" n'ont rien de mirobolant !

Une dernière chose, dont personne n'a parlé à propos de la retraite : l'abattement pratiqué sur les charges de l'ordre de 30% signifie aussi hélas ! que l'assiette sécurité sociale sur laquelle est calculée la retraite est amputée de 30% ! C'est une des raisons pour lesquelles nombre de journalistes en fin de carrière s'accrochent à leur poste comme des malades...En d'autres termes, les journalistes sont privés d'une vraie retraite pleine, même s'ils ont cotisé le nombre de trimestres nécessaire.
Solution, sur laquelle je vous invite à vous pencher, celle d'une adhésion à une retraite privée...C'est certain, ça coûte, faut verser chaque mois. Mais c'est l'assurance de ne pas se retrouver, une fois à la retraite, avec 100 euros mensuels.
A+
Avatar de l’utilisateur
Jef45
Messages : 87
Inscription : 09 oct. 2002, 17:59
Localisation : Loiret
Contact :

Message non lu par Jef45 » 19 janv. 2006, 19:18

Bonsoir :D

Ce que je lis dans vos messages est désespérant. Personnellement en cinq années de piges j'ai proposé mes services, des sujets de reportage à des centaines de canards... Mais voilà... "Notre journal ne travaille pas avec des pigistes... mais des bénévoles", "Nous réglons nos pigistes en droits d'auteurs...", "D'accord. Mais seulement pour un article de... un feuillet 1/2 réglé 50 euros bruts... ", "Nous avons réduit votre papier de moitié... pour la Pub.", "Ah. Désolé ce mois nous n'avons pas de besoin.", etc. Aujourd'hui mes collaborations se limitent à deux, trois papiers par mois dans un hebdo, et, de temps en temps, des reportages dans un mensuel, un bimestriel. peufff :cry:

Bonne soirée.

@+

Jef.
farrell2
Messages : 79
Inscription : 26 nov. 2004, 14:49
Contact :

Message non lu par farrell2 » 19 janv. 2006, 19:40

Heu, les gars, ça part un peu dans tous les sens, non ? :wink:
Preuve en tous cas, qu'il y a un vrai besoin de parler...
cath
Messages : 43
Inscription : 23 juin 2004, 16:32
Contact :

Message non lu par cath » 20 janv. 2006, 13:45

Salut Archaud,

Tu m'as l'air bien au fait des questions de retraite, serais-tu aussi d'un âge avancé :wink: ?

Pour moi le décompte risque d'être un peu + compliqué puisque des boîtes de com et un grand groupe bancaire me font aussi des fiches de paie. L'avantage étant que sur la partie de ma modeste future retraite liée à ces cotisations-là, le fameux abattement de 30 % ne s'appliquera pas...

Je suppose que notre future pension sera la somme de tout ce qu'on aura cotisé un peu à droite à gauche, mais ça risque d'être archi compliqué pour les organismes de tout calculer, déjà que pour les salariés "normaux" il y a des erreurs, alors pour nous... :cry:

Tu parlais de caisses privées, en connais-tu ? y en a-t-il certaines + ou - liées à la presse ou + adaptées à nos jobs ? Merci de ta réponse...
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »