Page 1 sur 2

Pour conclure le problème PIGE/ASSEDIC

Publié : 23 mars 2006, 19:37
par ponpon
Il est possible de toucher des assedic à la condition :
- d'être émargé comme "Rédacteur" et non journaliste
- de ne pas avoir fait la demande de carte de presse
- de faire remplir pour chaque pige un feuillet d'intermittent qui stipule : la fin de contrat, les jours travaillés et le nombre d'heures
- d'avoir fait 910 heures lors des 22 derniers mois pour une ouverture de droits sur 213 jours

Est-ce correct ?

Je me bas pour que le mot de "pigiste" n'apparaisse pas sur les feuilles de paye ou sur les feuillets car les journalsite et surtout pigiste sont rejetés de l'assurance chômage sur le simple pretexte qu'une pige n'est pas une fin de contrat.

J'aimerais avoir l'avis de rédacteur afin de savoir si la denomination "pigiste" (au lieu de vacataire par exemple) a pu leur poser problème avec l'Assedic ?

Amicalement à tous

François

Publié : 25 mars 2006, 04:40
par havas
Mais, euh, tu veux bosser ou toucher les ASSEDIC, comme travail dans la vie ?

Publié : 25 mars 2006, 14:04
par corsaire
tu pourrais aussi bosser aux Assedic.

Re: Pour conclure le problème PIGE/ASSEDIC

Publié : 03 avr. 2006, 20:54
par Elodie76
ponpon a écrit :Il est possible de toucher des assedic à la condition :
- d'être émargé comme "Rédacteur" et non journaliste
- de ne pas avoir fait la demande de carte de presse
- de faire remplir pour chaque pige un feuillet d'intermittent qui stipule : la fin de contrat, les jours travaillés et le nombre d'heures
- d'avoir fait 910 heures lors des 22 derniers mois pour une ouverture de droits sur 213 jours

Est-ce correct ?

Je me bas pour que le mot de "pigiste" n'apparaisse pas sur les feuilles de paye ou sur les feuillets car les journalsite et surtout pigiste sont rejetés de l'assurance chômage sur le simple pretexte qu'une pige n'est pas une fin de contrat.

J'aimerais avoir l'avis de rédacteur afin de savoir si la denomination "pigiste" (au lieu de vacataire par exemple) a pu leur poser problème avec l'Assedic ?

Amicalement à tous

François
Je ne sais pas encore ce qu'il en est. Je démarre dans le métier après une reconversion, et ta question m'intéresse. Car contrairement à ce que les petits malins qui ont répondu précédemment ont l'air de croire, toucher les assedics peut être vital dans certains cas. Il me reste des droits mais il semblerait que ma situation soit amenée à être revue dans quelques mois. Je n'avais pas pensé que le mot pigiste (qui est marqué sur ma fiche de paie) serait un obstacle vu qu'il est aussi clair sur la même fiche que je cotise pour les assedics... Je suis donc intéressée par plus d'info à ce sujet.

- E

assedics+journaliste: très compliqué pour eux

Publié : 03 avr. 2006, 22:28
par cfpjienne
moi aussi j'ai eu des problèmes avec les ASSEDICS. Ils ne reconnaissent effectivement pas le statut de pigiste, qui d'ailleurs dans le code du travail signifie "mode de rémunération", en gros, c'est pas un statut. Pour pouvoir bénéficier des Assedics, il faut, c'est vrai, signer un contrat à chaque pige effectuée, mais quand tu piges régulièrement pour une boîte, tu signes rien (ce ki est mon cas) et du coup, t'es considéré comme un CDI (c'est la loi qui le dit, cf. site internet du SNJ) au bout de 48 h de présence dans l'entreprise, donc invirable!! du coup, pas de contrat stipulant "fin de contrat" = zéro sous de la part des Assedics!
capiche? y'a plus qu'à se défoncer pour bosser plus! c'est vraiment dégueu. Mais du coup, piges ultra-régulières, carte de presse, et tutti quanti, moi ça me va.
voilà! bon courage :D

Re: Pour conclure le problème PIGE/ASSEDIC

Publié : 07 avr. 2006, 11:54
par patdepar
ponpon a écrit :Il est possible de toucher des assedic à la condition :
- d'être émargé comme "Rédacteur" et non journaliste
- de ne pas avoir fait la demande de carte de presse
- de faire remplir pour chaque pige un feuillet d'intermittent qui stipule : la fin de contrat, les jours travaillés et le nombre d'heures
- d'avoir fait 910 heures lors des 22 derniers mois pour une ouverture de droits sur 213 jours

Est-ce correct ?

Je me bas pour que le mot de "pigiste" n'apparaisse pas sur les feuilles de paye ou sur les feuillets car les journalsite et surtout pigiste sont rejetés de l'assurance chômage sur le simple pretexte qu'une pige n'est pas une fin de contrat.

J'aimerais avoir l'avis de rédacteur afin de savoir si la denomination "pigiste" (au lieu de vacataire par exemple) a pu leur poser problème avec l'Assedic ?

Amicalement à tous

François
le terme pigiste n'a rien à voir avec le paiement des indemnités assedic. C'est la qualification de journaliste qui compte. Je touche moi même des indemnités alors que mes fiches de salaires (car j'en ai de temps en temps, heureusement) mentionnent le terme pigiste. Non, dans mon cas le vrai problème, c'est leur méthode de calcul par rapport aux salaires déclarés. Ils font à peu près n'importe quoi, et après je dois passer du temps sur place pour leur demander de rectifier. En fait, on dirait presque que les agents (ou leurs sous traitants, car, nouveauté , c'est une boîte privée qui entreent nos délarations de salaires dans le système : résultat pour moi : ils m'avaient carrément oublié. Une autre fois, ils ont saisi le salaire net au lieu du brut ! belle efficacité du privé que nous vante les libéraux mais bon ...) font tout pour qu'on n déclare rien. Au moins, là, tu es (à peu près) certain de toucher quelque chose !

Re: assedics+journaliste: très compliqué pour eux

Publié : 07 avr. 2006, 12:52
par Dadounet
cfpjienne a écrit :moi aussi j'ai eu des problèmes avec les ASSEDICS. Ils ne reconnaissent effectivement pas le statut de pigiste, qui d'ailleurs dans le code du travail signifie "mode de rémunération", en gros, c'est pas un statut. Pour pouvoir bénéficier des Assedics, il faut, c'est vrai, signer un contrat à chaque pige effectuée, mais quand tu piges régulièrement pour une boîte, tu signes rien (ce ki est mon cas) et du coup, t'es considéré comme un CDI (c'est la loi qui le dit, cf. site internet du SNJ) au bout de 48 h de présence dans l'entreprise, donc invirable!! du coup, pas de contrat stipulant "fin de contrat" = zéro sous de la part des Assedics!
capiche? y'a plus qu'à se défoncer pour bosser plus! c'est vraiment dégueu. Mais du coup, piges ultra-régulières, carte de presse, et tutti quanti, moi ça me va.
voilà! bon courage :D
pardon, mais en fait tu piges régulièrement, tu n'as rien signé du tout et tu reçois tout simplement un chèque de temps en temps...?...

Publié : 07 avr. 2006, 16:53
par Elodie76
Je piges pour une boîte régulièrement, j'ai des fiches de paies tous les mois. Je sais ce que ça va donner par la suite, mais il me reste des droits de mon ancien boulot (je me suis reconvertie) et j'ai vu la différence dans mes alloc quand j'ai commencé à déclarer ces piges. J'en déduis qu'ils les ont prises en compte... Ma situation sera réévaluée dans trois mois, je verrai. En tout cas, étant relativement nouvelle dans le business, vos témoignages me sont précieux. :)

Publié : 09 avr. 2006, 14:46
par popik
Alors, pour ma part, j'ai 5 ans de piges derrière mois, et pas mal d'expérience sur le sujet donc.

1-après 2 ans de piges régulières avec un employeur, sans contrat évidemment, on ne s'est plus entendu (pour résumer) et il a cessé de me donner du travail. Prud'hommes etc... Après avoir été déboutée en 1ère instance j'ai tout obtenu en appel : reconnaissance du CDI "de fait" notamment, indemnités de licenciement, préavis, 13è mois non payés, etc.
Moralité, les piges régulières sont effectivement assimilables à un CDI.

2- avant de gagner en appel, je suis passée par la case Assedic bien entendu. Le hic, c'est que selon l'agent sur lequel on tombe, les infos diffèrent bizarrement. Un 1er m'avait dit d'obtenir une attestation Assedic de l'employeur mentionnant "fin de piges", un autre m'a dit derrière que "fin de piges" n'était pas un motif valable, et on m'a dit récemment qu'il ne fallait surtout PAS avoir comme motif "fin de piges" pour l'étude de nos droits, mais "fin de contrat".

Le pb, c'est qu'il faut toujours rentrer dans des cases inadaptées, c-à-d transformer en jours/heures des piges réglées à l'article et non au temps passé. Rien n'est fait pour les pigistes. Donc oui, il faut comptabiliser 6 mois de travail sur les 22 derniers mois (pour 7 mois d'indemnités), ou 14 sur les 24 derniers mois (23 mois d'indemnités). Oui, il faut normalement un contrat et une attestation Assedic pour CHAQUE pige (!!!).

En tout cas, le terme journaliste, pigiste ou rédacteur indiqué sur la fiche de paye n'a pas d'incidence a priori. Avec des fiches de paye, on cotise forcément aux Assedic, et on a les mêmes droits que n'importe quel salarié. Le souci, c'est d'arriver à les faire valoir. Mais il faut s'accrocher et on finit par y arriver, promis.

Bon courage !

Publié : 18 août 2008, 12:06
par hAdRiEn75
Je relance ce vieux fil... Je suis pigiste régulier et je vais gagner moins qu'avant ces prochains mois, sans pour autant être licencié.

Je peux donc avoir des indemnités Assedic, sachant que je ne déclare qu'une heure de boulot par mois sur Unidialog lorsque je pointe, comme me l'avait conseillé quelqu'un du SNJ, et que je n'ai pas de contrats de piges ?

Comment procéder alors ?

Publié : 18 août 2008, 17:27
par hAdRiEn75
Ah, d'après le site Solidarité Pigistes , la perte d'une partie des piges auprès d'un seul et même employeur qui continue à payer le pigiste, même beaucoup moins, ne permet pas d'être indemnisé Assedic.

C'est pas comme pour les intermittents ou vacataires.

Quelqu'un confirme ?

Publié : 23 août 2008, 10:52
par Indri
Je ne sais pas si ça répond exactement à la question mais voici mon expérience (qui a l'air d'être moins mauvaise que la vôtre). Je suis pigiste depuis deux ans, après avoir été licenciée d'un journal. A l'époque je m'étais inscrite aux Assedic, sans qu'il n'y ait de problème, étant donné que je rentrais bien dans les cases: licenciement (à noter que des amis qui ont fait jouer une clause de cession ont eu du mal à faire comprendre cette particularité (démission dans les conditions d'un licenciement) aux agents des Assedic).
Depuis cette inscription, j'ai trouvé des piges régulières, qui me permettent amplement de vivre mais je continue à maintenir mon inscription aux Assedic tous les mois en déclarant ce que je gagne et en faisant parvenir au service dédié mes fiches de paie. Je ne perçois plus d'allocations depuis plus de dix-huit mois, puisque mon revenu dépasse mes indemnités journalières mais je reste inscrite. Dès lors, si un de mes employeurs me laisse tomber, je pourrais à nouveau toucher des allocations en attendant de retrouver des collaborations.
Il me semble que c'est la meilleure méthode quand on est pigiste.

Publié : 23 août 2008, 19:03
par Mireille
En tant que vacataire je fais comme Indri. Et cela ne pose pas de problème. Si les ASSEDICS n'ont rien à me verser parce que mes vacations sont conséquentes, ils me déduisent les mois.

Ce qui me rallonge mon temps en droit d'allocations.

Publié : 02 sept. 2008, 17:53
par hAdRiEn75
Dans ce cas là oui, mais il faut qu'il y ait rupture de "contrat". Une dame des Assedic de Paris me l'a confirmé.

Indemnités Assedic

Publié : 03 sept. 2008, 23:29
par fastil
Bonjour,
Inscrite aux Assedic, comme Indri et Mireille, je pensais percevoir des indemnités lorsque je reste deux ou trois mois sans percevoir de piges.
Mais il faudrait attendre longtemps (Période de latence due au rapport entre le montant des indemnités de base et les montants perçus au cours des piges des mois précédents ou quelque chose du genre?) et à moins de rester de longs mois sans bosser, il semble difficile de percevoir quelque chose... même avec la feuille jaune et la rupture de contrat.
Est-ce normal ou faut-il procéder autrement ?
Merci d'avance
Fastil