Pigiste aux Prud'hommes

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Pigiste aux Prud'hommes

Message non lu par Sly94 » 04 janv. 2007, 22:09

Bonjour, je vais devoir aller aux Prud'hommes. Je compte ,sur ce forum, vous faire partager mon parcours si cela peut en aider d'autres. Mon histoire est simple : je suis pigiste depuis trois ans à ce jour dans le même mensuel, avec une rubrique mensuelle à moi toute seule de 4 pages + parutions régulières d'articles de plusieurs pages. Début août 2006 (je travaillais donc depuis déjà 2 ans et demi pour le même support) je suis tombée gravement malade. Mon employeur n'a pas voulu me régler mes indemnités maladie (sauf en août et septembre, et encore après beaucoup de palabres! ) ,ni mes congés payés 2006 comme il l'avait fait en 2004 et 2005. Dans la foulée, en cherchant dans la législation, je me suis apercue qu'ils n'avaient sucré mes treizièmes mois depuis le début ! Ayant collaboré régulièrement pendant 2 ans et demi avec une rubrique régulière je suis donc en fait en CDI avec ce mag. Je suis journaliste pro avec carte de presse, je dépends de la convention collective des journalistes, mon employeur doit donc me verser des indemnités en plus de celle de la sécu en cas de maladie (selon un barême précis), me payer mes congés payés et mes treizièmes mois. Ce qu'il refuse de faire en faisant le mort. Le 2 janvier 2007 ayant terminé mon arrêt maladie, je me suis remise au travail comme d'habitude (en tant que pigiste je ne vais jamais à la rédaction). J'ai demandé des directives à l'employeur , il fait le mort. Mais entre temps en décembre, j'ai pris une avocate spécialisée , les conseils du syndicat des journalistes auxquel j'adhère et nous irons aux Prud'hommes bientôt. A l'heure actuelle l'employeur me doit : mes congés payés 2006, 13e mois pour 2004, 2005 et 2006, sa partie (en plus de la sécu)salaire de octobre, novembre et décembre. Etant en CDI selon la loi je poursuis mon travail sans savoir si mon employeur me considère encore comme son employée.!!!!! Mais mon avocate et le syndicat m'ont confirmée que je devais continuer à travailler comme avant en attendant que se dénoue l'affaire.S'il veut se débarasser de moi il devra me licencier. Ce mag va rgulièrement aux Prudh'ommes, ce sera une fois de plus. Et je ne lacherai pas avant que justice soit rendue. Et je vais livrer mon travail comme d'habitude. Va y avoir du sport !
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Re: Pigiste aux Prud'hommes

Message non lu par Sly94 » 04 janv. 2007, 22:11

Sly94 a écrit :Bonjour, je vais devoir aller aux Prud'hommes. Je compte ,sur ce forum, vous faire partager mon parcours si cela peut en aider d'autres. Mon histoire est simple : je suis pigiste depuis trois ans à ce jour dans le même mensuel, avec une rubrique mensuelle à moi toute seule de 4 pages + parutions régulières d'articles de plusieurs pages. Début août 2006 (je travaillais donc depuis déjà 2 ans et demi pour le même support) je suis tombée gravement malade. Mon employeur n'a pas voulu me régler mes indemnités maladie (sauf en août et septembre, et encore après beaucoup de palabres! ) ,ni mes congés payés 2006 comme il l'avait fait en 2004 et 2005. Dans la foulée, en cherchant dans la législation, je me suis apercue qu'ils n'avaient sucré mes treizièmes mois depuis le début ! Ayant collaboré régulièrement pendant 2 ans et demi avec une rubrique régulière je suis donc en fait en CDI avec ce mag. Je suis journaliste pro avec carte de presse, je dépends de la convention collective des journalistes, mon employeur doit donc me verser des indemnités en plus de celle de la sécu en cas de maladie (selon un barême précis), me payer mes congés payés et mes treizièmes mois. Ce qu'il refuse de faire en faisant le mort. Le 2 janvier 2007 ayant terminé mon arrêt maladie, je me suis remise au travail comme d'habitude (en tant que pigiste je ne vais jamais à la rédaction). J'ai demandé des directives par mail (comme je le fais depuis le début avec eux) à l'employeur , il fait le mort. Mais entre temps en décembre, j'ai pris une avocate spécialisée , les conseils du syndicat des journalistes auxquel j'adhère et nous irons aux Prud'hommes bientôt. A l'heure actuelle l'employeur me doit : mes congés payés 2006, 13e mois pour 2004, 2005 et 2006, sa partie (en plus de la sécu)salaire de octobre, novembre et décembre. Etant en CDI selon la loi je poursuis mon travail sans savoir si mon employeur me considère encore comme son employée.!!!!! Mais mon avocate et le syndicat m'ont confirmée que je devais continuer à travailler comme avant en attendant que se dénoue l'affaire.S'il veut se débarasser de moi il devra me licencier. Ce mag va rgulièrement aux Prudh'ommes, ce sera une fois de plus. Et je ne lacherai pas avant que justice soit rendue. Et je vais livrer mon travail comme d'habitude. Va y avoir du sport !
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Message non lu par Sly94 » 04 janv. 2007, 23:25

J'ajoute que je perçevais, jusqu'à ce que mon employeur pète les plombs, un fixe mensuel depuis plus de deux ans.
Je ne suis, en plus,pas la seule personne à avoir été mal vue dès qu'elle a été malade.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 05 janv. 2007, 10:16

A priori, tu as fait toutes les bonnes démarches : ne pas te laisser faire, prendre un avocat, continuer à bosser comme si de rien n'était. Pense à garder toutes les preuves qui pourront t'aider : anciens mails de ton employeur, anciens numéros avec ta signature et ta présence dans l'ours, etc. Tu peux aussi essayer d'avoir des témoignages de collègues (plutôt d'anciens collègues, car ceux en poste peuvent difficilement prendre ce risque).
Les prud'hommes peuvent prendre du temps. Vas-tu en référé ou au jugement de fond ? A priori, comme ça porte sur les salaires, ça pourrait passer en référé, c'est bien plus rapide.
N'oublie pas d'avoir un exemplaire de la convention collective des journalistes, c'est très utile car les juges ne connaissent pas bien cette convention.
Au fait, ton avocat est-il spécialisé en droit du travail ?
Bon courage.
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Message non lu par Sly94 » 08 janv. 2007, 15:04

cilou a écrit :A priori, tu as fait toutes les bonnes démarches : ne pas te laisser faire, prendre un avocat, continuer à bosser comme si de rien n'était. Pense à garder toutes les preuves qui pourront t'aider : anciens mails de ton employeur, anciens numéros avec ta signature et ta présence dans l'ours, etc. Tu peux aussi essayer d'avoir des témoignages de collègues (plutôt d'anciens collègues, car ceux en poste peuvent difficilement prendre ce risque).
Les prud'hommes peuvent prendre du temps. Vas-tu en référé ou au jugement de fond ? A priori, comme ça porte sur les salaires, ça pourrait passer en référé, c'est bien plus rapide.
N'oublie pas d'avoir un exemplaire de la convention collective des journalistes, c'est très utile car les juges ne connaissent pas bien cette convention.
Au fait, ton avocat est-il spécialisé en droit du travail ?
Bon courage.
Merci de ton message. Normalement je suis armée jusqu'aux dents ! Mon avocat est non seulement spécialisé en droit du travail mais dans les problèmes entre la Presse et les "pigistes" !!!!
Je ne connais personne d'autres ayant travaillé dans ce mag. Les deux seuls journalistes maisons ne risquent pas de bouger un cil. Les autres pigistes je ne les connais pas, même jamais vus. Comme je travaille chez moi et sur le terrain et ne suis jamais à la rédaction (j'ai dû y aller 10 fois en trois ans) comme tout "pigiste", les gens qui travaillent là-bas ne me connaissent pas vraiment sauf à m'avoir vu passer dans un couloir.
Mais je n'ai besoin d'aucun témoignage, j'ai assez de biscuits pour faire la traversée sans aide extérieure en dehors de l'avocat.
En fait, je me demande si mon passage au tribunal des Prud'hommes ne serait pas une occasion d'organiser un manifestation de pigistes, de faire bouger un peu le bateau. Cela aura lieu en RP. Histoire de faire parler un peu de nous et de nos misères.
En fin de journée je parler avec mon avocat pour lancer l'affaire maintenant que les activités on repris partout en ce 8 janvier.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 08 janv. 2007, 19:33

Sly94 a écrit :En fait, je me demande si mon passage au tribunal des Prud'hommes ne serait pas une occasion d'organiser un manifestation de pigistes, de faire bouger un peu le bateau. Cela aura lieu en RP. Histoire de faire parler un peu de nous et de nos misères.
Là, je crois que tu es très optimiste. Un exemple : dans un des journaux pour lesquels je bosse, une rédactrice a essayé de faire valoir nos droits à tous, pigistes et non pigistes, concernant la réutilisation de nos textes (qui ne nous sont pas payés, ce qui est totalement illégal). Elle nous a demandé quelques renseignements. Seuls deux pigistes (dont moi) ont répondu, les autres (au moins une dizaine) s'en foutent. Décourageant, non ?
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Message non lu par Sly94 » 08 janv. 2007, 23:27

cilou a écrit :
Sly94 a écrit :En fait, je me demande si mon passage au tribunal des Prud'hommes ne serait pas une occasion d'organiser un manifestation de pigistes, de faire bouger un peu le bateau. Cela aura lieu en RP. Histoire de faire parler un peu de nous et de nos misères.
Là, je crois que tu es très optimiste. Un exemple : dans un des journaux pour lesquels je bosse, une rédactrice a essayé de faire valoir nos droits à tous, pigistes et non pigistes, concernant la réutilisation de nos textes (qui ne nous sont pas payés, ce qui est totalement illégal). Elle nous a demandé quelques renseignements. Seuls deux pigistes (dont moi) ont répondu, les autres (au moins une dizaine) s'en foutent. Décourageant, non ?[/quote)
Oui , décourageant ! C'est vrai que les patrons ont la part facile de tondre les pigistes car la plupart ne se rebiffent pas pour de "vrai" ! Ca pour râler sur les forums, dans les conversations entre amis le soir à la veillée, il y a du monde, mais quand il faut aller au charbon, plus personne ne bouge... Je suis déjà allée aux Prud'hommes une fois (autre boîte autre patron) et j'y retourne. On n'a rien à perdre à faire cela, au contraire, cela ne nuit pas à une réputation de se montrer combative. Et je préfère passer pour une ch*euse que pour une carpette.
Normalement en cas de conflit lors de la réutilisation des textes, ça passe bien quand on va aux Prudh'ommes, j'ai trouvé pas mal de jusrisprudence s en faveur des pigistes.
Et puis il faut cesser de parler de "pigiste", le terme est "journaliste payé à la pige", "pigiste" n'est pas un statut, le statut c'est "journaliste". Le terme légal qui défini le statut est "journaliste".
Mon avocate, veux encore envoyer une lettre recommandée à mon patron.... Là, je ne comprend pas, moi je veux régler la chose au tribunal vite fait. Je n'ai plus de salaire depuis trois mois, bientôt quatre, je ne peux plus payer mes factures, je ne sais pas comment je paierai mon loyer en fin de mois si la boîte ne me règle pas mon dû rapidement et quand j'aurais payé le recommandé demain il me restera 100euros pour finir le mois ! Je ne peux même pas investir pour aller faire un reportage plus loin que la banlieue et je suis sensé couvrir la France, la Belgique et la Suisse. On marche sur la tête.... Je ne vais quand même pas emprunter de l'argent pour avancer les frais à mon patron qui lui ne sort jamais de son bureau et ne sait même pas si cela se trouve que l'on est en 2007 !
Ca sent le changement d'avocat !!!! Et la grosse colère !
La première fois que je suis allée aux Prud'hommes j'y suis allée seule, c'est passer en référé en 15 jours et 1 mois après j'avais mes sous.
Là, je me demande...
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Message non lu par Sly94 » 09 janv. 2007, 00:04

Sly94 a écrit :
cilou a écrit :Là, je crois que tu es très optimiste. Un exemple : dans un des journaux pour lesquels je bosse, une rédactrice a essayé de faire valoir nos droits à tous, pigistes et non pigistes, concernant la réutilisation de nos textes (qui ne nous sont pas payés, ce qui est totalement illégal). Elle nous a demandé quelques renseignements. Seuls deux pigistes (dont moi) ont répondu, les autres (au moins une dizaine) s'en foutent. Décourageant, non ?
Oui , décourageant ! C'est vrai que les patrons ont la part facile de tondre les "journalistes rémunérés à la pige" car la plupart ne se rebiffent pas pour de "vrai" ! Ca pour râler sur les forums, dans les conversations entre amis le soir à la veillée, il y a du monde, mais quand il faut aller au charbon, plus personne ne bouge... Je suis déjà allée aux Prud'hommes une fois (autre boîte autre patron) et j'y retourne. On n'a rien à perdre à faire cela, au contraire, cela ne nuit pas à une réputation de se montrer combative. Et je préfère passer pour une ch*euse que pour une carpette.

Normalement en cas de conflit lors de la réutilisation des textes, ça passe bien quand on va aux Prudh'ommes, j'ai trouvé pas mal de jurisprudences en faveur des "pigistes" dans le même cas. Il aurait fallu insister peut-être.


Mon avocate, veux encore envoyer une lettre recommandée à mon patron.... Là, je ne comprend pas, moi je veux régler la chose au tribunal vite fait. Je n'ai plus de salaire depuis trois mois, bientôt quatre !
Que faut-il donc faire pour prouver que l'on travaille régulièrement dans un mag si le fait d'avoir une rubrique permanente depuis plus de deux ans signé de son nom, dont on est responsable de A à Z et des fiches de salaires ne suffit pas ! Quand je pense que je n'ai pas pu prendre de vacances en 2004 et 2005 "parce qu'ils avaient besoin de moi" !!!

Ca traine tout ça. Deux mois déjà que j'aie vu l'avocat pour le première fois. Ca sent le changement d'avocat !!!! Et la grosse colère !
La première fois que je suis allée aux Prud'hommes j'y suis allée seule, c'est passeé en référé en 15 jours et 1 mois après j'avais mes sous. Ca ne m'a rien coûté.
Là, je me demande...

Si quelqu'un à des noms d'avocats à me soumettre, je suis prête à les mettre en concurrence, il y en aura bien un pour être un peu vif
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 09 janv. 2007, 09:04

Sly94 a écrit : cela ne nuit pas à une réputation de se montrer combative. Et je préfère passer pour une ch*euse que pour une carpette.
Entièrement d'accord.
Normalement en cas de conflit lors de la réutilisation des textes, ça passe bien quand on va aux Prudh'ommes, j'ai trouvé pas mal de jusrisprudence s en faveur des pigistes.
Difficile d'aller aux prudh'ommes contre un journal qui assure la moitié de mes piges, et où presque tous les autres journalistes acceptent de se faire tondre.
Mon avocate, veux encore envoyer une lettre recommandée à mon patron.... Là, je ne comprend pas, moi je veux régler la chose au tribunal vite fait.
Parfois, tout peut se régler à l'amiable, lorsque le patron voit qu'on ne bluffe pas, il devient tout à coup plus conciliant. Ton avocate a raison de tenter le coup, régler à l'amiable est souvent plus simple, plus rapide, et on risque moins une mauvaise surprise (ben oui, même quand le dossier est béton, on peut tomber sur des juges cons qui nous déboutent). Et pour toi qui est juste point de vue argent, ça offre une possibilité de recouvrer ton dû plus rapidement (je ne sais pas si la date du jugement est décidée, mais ça prend souvent du temps si ce n'est pas en référé).
Ca sent le changement d'avocat !!!! Et la grosse colère !
Attends de voir, discute avec elle. Peut-être que la lettre avec AR fait partie de la tactique (genre : "voyez monsieur le président, nous avons tout fait pour régler cela à l'amiable, l'employeur n'a même pas répondu à nos lettres").
Cela dit, c'est vrai que je suis partisante de tout lancer en même temps : lettre AR + procédure prud'hommes. Après, si ça se règle à l'amiable, on peut toujours arrêter la procédure.
Bon courage.
Sly94
Messages : 7
Inscription : 04 janv. 2007, 21:50
Contact :

Message non lu par Sly94 » 18 janv. 2007, 00:01

Et bien l'employeur semble vouloir négocier pour éviter le procès, étant donné que les procès il en a déjà eu tellement que un de plus serait mal pris par les juges.
A priori cela devrait s'arranger à l'amiable rapidement. Mais je ne cède pas au-delà de la fin du mois pour que tout soit bouclé clair et net, sinon c'est la procédure aux Prud'hommes direct. J'ai été assez gentille car les choses traînent depuis août 2006 ! Si en six mois, ils n'ont pas compris que je ne lâcherai pas, c'est qu'ils sont plus que grave. Je suis aux yeux de la loi "salariée" de leur entreprise (en tant que "pigiste permanente salariée, mensualisée, même somme tous les mois quoi que je fournisse comme travail, etc.) et l'entreprise "doit me donner du travail, sinon c'est consicéré comme une rupture "unilatérale" du contrat de travail (dixit l'avocat spécialisé et un avocat qui fait ça depuis 30 ans au moins, donc qui maîtrise sur le bout des doigts)donc, donc... Leur seul moyen d'en sortir est de me licencier en suivant la procédure normale.
Voilà, juste pour dire qu'il ne faut pas se laisser impressionner. Si on ne travaille plus pour une boîte et bien on travaille pour une autre. Depuis que je travaille je n'ai jamais manqué de boulot et pourtant cela fait longtemps que je bosse. Il y a toujours quelqu'un quelque part qui a besoin de vous, de votre styme, de votre personnalité à un moment donné, c'est ce qu'il faut se dire. Tout pied à sa chaussure. Et puis le turn over est tel dans ce métier qu'il y a toujours un bout de page à remplir quelque part. :)
orka
Messages : 8
Inscription : 22 févr. 2006, 19:00
Contact :

Grande manif des journalistes pigistes

Message non lu par orka » 18 janv. 2007, 14:38

Bonjour :idea:
Oui, je suis d'accord pour organiser une grande manifestation pour faire bouger un peu les choses et de tous les côtés, car des contradictions, il y en a beaucoup.
D'abord, je suis allée 2 fois moi aussi aux prud'hommes en tant que pigiste, et j'ai tjs eu gain de cause. Cela ne m'a pas coûté un copec avec l'aide des syndicats et mes anciens boss s'en mordent les doigts, car à l'heure qu'il est, ils raquent encore...Alors évidement cela prend du temps, mais ça fini tjs par payer.
Je suis comme vous, je fais tjs valoir mes droits et je ne m'écrase pas. Ceci étant dit, il faut reconnaître que " la situation" n'est pas claire, chacun jouant au chat et à la souris. D'abord, de plus en plus de rédactions, même des titres très sérieux comme la PQR, demandent maintenant à ce que le pigiste soit à son compte pour justement éviter de cotiser. Y'a qu'à voir les petite annonces: "travail non salarié", ça veut dire quoi!!!
Mais évidement, pour la convention collective des journalistes, ce n'est pas valable...
Il faut sans cesse réclamer des feuilles de paie, sans quoi on risque de jamais avoir de carte ou de la perdre...En plus c'est elle qui te permet de calculer l'ancienneté de ton boulot et le montant de ton salaire...
Il y a aussi ceux qui considèrent que les pigistes sans carte de presse ne sont pas professionnels. Ils pensent alors qu'ils peuvent se dispenser de fiches de paie...La plupart du temps, ils paient en notes de pige, d'auteur... aussi farfelues les unes que les autres, qui ne sont pas valables juridiquement car je rappelle que même les Agessa n'acceptent pas les dossiers des journalistes en piges. En effet, cet organisme est uniquement dédié aux auteurs de l'EDITION (livres...)
Donc quand il n'y a pas de fiche de paie, c'est du black, un point c'est tout!!
Il faudrait donc unifier nos forces pour imposer aux rédactions et à la CCIPJ un statut clair, définitif, et parfois plus souple...
Si non, le chat ne mordra tjs la queue...
Voilà ma réflexion, pour le moment... :idea:
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 21 janv. 2007, 09:27

Bjr toutes & tous,

Ah les Prudhommes parfois incompétents même avec les textes applicables devant les yeux.

Question piges& journalistes, ils ont donné raison à DMP-France qui me payait en Agessa et tout oubliant de régler les énièmes publications à répétitions.

Depuis la boite sentant le vent tournait, a déposé le bilan et a enfanté Net Publia un escroc de plus.

Bon courage. :)
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »