Les tics de langage qui vous agacent

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 29 juin 2013, 15:47

Ce dernier, celui-ci
Assez rigolo ce tic qui conduit à utiliser la formule ce dernier / cette dernière ou celui-ci / celle-ci alors que l’on se réfère non pas au dernier élément cité, mais à l’avant-dernier, voire à l’antépénultième. En voici quelques exemples.

Nenê qui a débuté la rencontre sur le banc des remplaçants, avait ostensiblement montré son mécontentement lorsque le staff parisien l'a rappelé sur le banc alors que celui-ci s'échauffait depuis plusieurs minutes
Donc le banc s’échauffait.

Deux heures auparavant, un automobiliste faisait une sortie de route à l'endroit où il a été retrouvé, allant s'encastrer dans un pylône électrique, détaille le quotidien. Ce dernier est actuellement en garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Romans.
Donc le quotidien est en garde à vue. A moins que ce ne soit le pylône !

Stéphane Plaza s'est laissé gagner par l'émotion. Alors que Jean-Marc Morandini demandait à l'animateur de commenter une photo de Jean-Luc Delarue, décédé en août dernier des suites d'un cancer, ce dernier a semblé très touché.
Donc le cancer a été très touché. Mais peut-être est-ce Jean-Luc Delarue lui-même qui a été ému post mortem par ce commentaire le concernant ? On le comprend !

Du directeur de course du Vendée Globe :
La mer, elle, ne diminue pas aussi vite que le vent. Elle demeure toujours formée tandis que le bateau n’est plus bien appuyé par le vent. Ce dernier peut alors « tomber » dans un trou de vague et occasionner le bris du mât.
Si le vent tombe dans un trou de vague, ça doit lui faire mal.

Quelquefois, ce travers entraîne un joli contresens. Ainsi dans Le Point à propos du yacht de Gérard Longuet :
Le Point a pu joindre l'un de ces autres plaisanciers. Il confirme avoir employé Roger et l'avoir rémunéré comme l'affirme l'ancien ministre, précisant que celui-ci avait monté une petite société. Sauf que cette entreprise, si elle a vraiment existé, n'a jamais été enregistrée au greffe, comme Le Point a pu le vérifier, pas même sous le statut d'auto-entrepreneur.
A lire ce passage, on comprend que Gérard Longuet avait monté une société. Or, la suite de l’article le montre, c’est le dénommé Roger qui était censé avoir créé cette entreprise. (On imagine mal M. Longuet se déclarer auto-entrepreneur !) Là, le sens de la phrase est complètement inversé.
prof
Messages : 526
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par prof » 29 juin 2013, 16:39

coco47 a écrit :Le Point a pu joindre l'un de ces autres plaisanciers. Il confirme avoir employé Roger et l'avoir rémunéré [...]
     La revue aurait donc employé Roger ?
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Catherine_75 » 29 juin 2013, 17:29

prof a écrit :
coco47 a écrit :Le Point a pu joindre l'un de ces autres plaisanciers. Il confirme avoir employé Roger et l'avoir rémunéré [...]
     La revue aurait donc employé Roger ?
Bien vu !
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 30 juin 2013, 03:55

On connaît cette habitude qu’ont certains, qui croient connaître l’anglais, de torturer la langue de Shakespeare en cherchant à être plus anglais que les Anglais. Ainsi, ils nous disent que des jeunes en sweet-shirts (en sweat-shirts) à capuche, fans de Spiiiderman, écoutent des dee-djeez (des D.J.) en buvant du djee bee (du JB). Depuis peu, je rencontre de plus en plus souvent (peut-être est-ce parce que j’y fais maintenant plus attention ?) une nouvelle production de cette mode : le substantif looser et son acolyte la loose. Or looser n’existe pas dans la langue anglaise, pour qui un perdant est un loser. Quant à loose adjectif, il signifie : desserré, disjoint, mal fixé, qui bouge… en parlant de vis ou de boulons, d’assemblages, de couture. Et le verbe to loose est du même registre : lâcher, décocher (une flèche).
Dernière modification par coco47 le 02 juil. 2013, 06:12, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 01 juil. 2013, 20:11

Fille de prof d'anglais, j'ai effectivement toujours constaté les fautes de nos compatriotes, notamment ce magnifique "sweet" au lieu de "sweat (=sueur) shirt".
Le mieux c'est quand les gens me regardent avec des yeux ronds, me demandant pourquoi je dis "sweat" alors qu'on dit "sweet". Et moi de répéter le même truc, "mais non en fait en anglais on dit sweat, ça veut dire sueur, transpiration (rien à voir avec sweet pour le coup), en fait c'est tout le monde qui se goure et c'est moi qu'ai raison bande de nazes". :mrgreen:
Je rigole, of course. Je tente alors d'expliquer le pourquoi du comment, mais rien à faire, ce "swite cheurte" est tenace.

Pour ce qui est des défauts de prononciation (spiiiiderman) ou des transformations linguistiques, je serais en revanche bien plus tolérante, étant moi-même parfois adepte (et avec plaisir) de certaines francisations de termes anglo-saxons. Oui oui il m'arrive de dire "la lose", "liker" et j'adore aller jusqu'à exagérer le trait en parlant de "burn aoute". :mrgreen:
Bon ok, vous me direz, je le fais en connaissance de cause…
cargo06
Messages : 197
Inscription : 08 déc. 2011, 18:33
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par cargo06 » 01 juil. 2013, 22:34

Dans le genre abus de prononciation, il y a aussi les prétendus amateurs de djaaaze qui parlent de Didzi Dgileepaille !!! Paix à ses ashes !
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 02 juil. 2013, 06:29

loony a écrit :Pour ce qui est des défauts de prononciation (spiiiiderman) ou des transformations linguistiques, je serais en revanche bien plus tolérante, étant moi-même parfois adepte (et avec plaisir) de certaines francisations de termes anglo-saxons. Oui oui il m'arrive de dire "la lose", "liker" et j'adore aller jusqu'à exagérer le trait en parlant de "burn aoute". :mrgreen:
Pour Spiiiderman, je parlais là encore d'une prononciation qui traduit une erreur quant au sens du mot. De même que l'on prononce en général sweet-shirt parce que l'on pense à tort qu'il s'agit d'un vêtement doux au toucher, de même on dit très souvent Speederman parce que l'on pense que le man est très rapide, alors qu'il s'agit de l'homme-araignée (spider = araignée en anglais). Il n'y a donc pas là un « défaut de prononciation », mais une altération de sens.
Looser maintenant (je viens de corriger mon post initial qui disait : je rencontre de plus en plus souvent […] une nouvelle production de cette mode : le substantif loser et son acolyte la loose. Il fallait bien entendu lire : le substantif looser). Là encore, Loony, je n'ai rien contre l'emploi de ces mots que vous aimez bien : la louse, liker, je leur trouve même une certaine… poésie. Ce que je pointe, c'est l'orthographe qui se veut « plus anglaise que les Anglais ». On écrit looser (orthographe fautive) au lieu de loser parce que l'on pense que le son ou implique forcément la graphie oo, alors que loser se prononce bien louser ([ˈlu:zəɼ] en phonétique). Bref : pour faire savant, pour jouer à Regardez comme je cause bien l'anglais, on en rajoute inutilement. Ce n'est pas un simple « défaut de prononciation », qui serait bien excusable.

@ Cargo06. Le jazz est un terrain fertile dans ce domaine. Pensons aussi à J. J. Johnson, prononcé Djee Djee.
Sophiro
Messages : 7
Inscription : 22 mai 2013, 13:09
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Sophiro » 02 juil. 2013, 16:17

le plus agaçant c'est d'entendre dire "au fait" et "bref" dans le mauvais contexte et à tout bout de champs.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 03 juil. 2013, 05:35

Sophiro a écrit :le plus agaçant c'est d'entendre dire "au fait" et "bref" dans le mauvais contexte et à tout bout de champs.
Le plus agaçant, c'est d'entendre dire "au fait" et "bref" dans le mauvais contexte et à tout bout de champ.
MaraDesBois
Messages : 89
Inscription : 04 sept. 2012, 15:18
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par MaraDesBois » 03 juil. 2013, 15:53

Comme loony, je suis plus tolérante... :wink: Surtout en ce qui concerne "Spiiiiderman"

Et pour rebondir sur ce que dit coco47
Bref : pour faire savant, pour jouer à Regardez comme je cause bien l'anglais, on en rajoute inutilement.
je dirais que je tolère bien les anglicismes parce que parfois, un mot anglais est parfait pour exprimer une certaine idée alors qu'une traduction serait moins précise.

En revanche, j'ai beaucoup de mal avec l'anglais "pour faire joli, pour faire savant, branché". Je le vois beaucoup dans la presse féminine, et je trouve ça plutôt ridicule.

J'ai fait une petite liste de mes "préférés" : addict, haul, shoe-boots, tangerine, punchy, hype, trendy, open-toe, nude, skinny, must-have...
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 03 juil. 2013, 18:26

Coucou Mara ! :wink:

Oui, bien d'accord avec toi concernant l'utilité de l'anglais dans certains cas. Sans vouloir me la jouer Mia Frye :shock: (Dieu m'en garde), il m'arrive d'avoir, instinctivement, des mots en anglais qui me viennent pour exprimer une idée ou une émotion you know. Je me retiens parfois, souvent, je serais ridicule sinon.

Mais je comprends ce que voulait dire Coco, et ça me fait d'ailleurs penser à l'autre fil, à propos du "dont" sur-employé pour faire bien : résultat ce n'est même plus un effet de rhétorique, mais carrément faux, tout simplement.

So, pour conclure, je dirais que point trop n'en faut, ou si trop il y a, pitié, s'assurer au moins que ce soit juste. Au moins Mia Frye ou Afida Turner s'expriment mieux en anglais qu'en français !!!

Cela dit, je n'ai encore jamais vu "loser" orthographié "looser", mais je vous crois volontiers Coco, il y a sans doute pire que ça… Ainsi va l'évolution de la langue, on a bien transformé "m'aider" en "may day" ! Et beaucoup d'argot découle de ce phénomène.
nicolas mougin
Messages : 2
Inscription : 19 avr. 2010, 18:36
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par nicolas mougin » 03 juil. 2013, 21:18

Bonjour à tous. Ce soir, je suis sur Paris, demain sur Avignon, et hier sur... mon ordinateur. Chaque fois que j'entends cette expression, mes poils se hérissent... et vous ? Ne peut-on pas dire à Paris, à Strasbourg ?

C'est comme bonne après-midi...
MaraDesBois
Messages : 89
Inscription : 04 sept. 2012, 15:18
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par MaraDesBois » 03 juil. 2013, 22:32

J'ai du chercher qui étaient Mia Frye et Afida Turner :mrgreen: !

Le TLFI m'indique que "après-midi" est un substantif masculin ou féminin. Mais le Thomas penche pour le masculin "Le genre de ce mot invariable fut longtemps hésitant. Il est aujourd'hui du masculin".

Et il me semble qu'au théâtre on parle d' "une après-midi"...

Je ne sais donc pas si je condamnerais "Bonne après-midi" tout de suite.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 04 juil. 2013, 04:23

loony a écrit :Cela dit, je n'ai encore jamais vu "loser" orthographié "looser", mais je vous crois volontiers Coco, il y a sans doute pire que ça… Ainsi va l'évolution de la langue, on a bien transformé "m'aider" en "may day" ! Et beaucoup d'argot découle de ce phénomène.
1. Dès que je rencontre un looser, je vous l'envoie en MP, Loony.
2. Votre may day, sur lequel je reviendrai tout à l'heure, m'offre une transition bien venue pour un nouveau développement sur notre sujet du moment : l'usage de l'anglais.

Je n’ai tellement rien contre l'emploi de termes anglais que, pratiquant la voile depuis des décennies (près de 60 000 km au compteur), j'y recours systématiquement quand je navigue. Je ne puis ainsi me passer des mots spinnaker, gennaker, solent, winch, cunningham, lazy-jack, lazy-bag, GPS (Global Positioning System), radio VHF (Very High Frequency), barber-hauler, hook, pad-eye, jockey pole, et j’en oublie un bon paquet. D’ailleurs, le travers dont je me moque sur ce fil (vouloir faire plus anglais que les Anglais) atteint aussi certains de mes « collègues ». Ainsi, pour le iockey pole, qui est un petit espar, une sorte de tangon, j’ai souvent entendu des marins, et non des moindres, prononcer jockey poole, pensant sans doute au mot anglais pool, qui signifie surtout (mais pas uniquement) bassin, mare, étang et se prononce un peu comme le français poule. Alors qu’il s’agit de pole, qui signifie principalement piquet, poteau, perche (pensons à la pole position : position au niveau du poteau de la ligne de départ) et qui se prononce à peu près powle.

Le terme mayday, que j'ai eu la chance de ne jamais avoir à employer, est intéressant parce qu'il illustre parfaitement l'un des problèmes (l'une des problématiques !) auxquels doit répondre le langage technique de la navigation (maritime ou aérienne, c'est souvent pareil) : être compris dans le monde entier. C'est ainsi que le code international des communications radio utilise des mots « mondiaux », quoique majoritairement anglo-saxons, correspondant aux lettres de l'alphabet latin. Je pourrais les citer tous, mais en voici quelques-uns : Fox-trot pour F, Golf pour G, Hotel pour H, India pour I, Mike pour M, November pour N, Romeo pour R, Sierra pour S, Uniform pour U, X-Ray pour X, Yankee pour Y. C'est ce souci de clarté qui a fait choisir mayday (en un seul mot, mais en référence à May Day, qui signifie 1er Mai ou Fête du travail) pour traduire sur toutes les mers et dans tous les ciels du monde le signal de détresse absolu : SOS (Save Our Souls). J'avoue que j'aimerais bien savoir qui a eu l'idée de passer de SOS à mayday en pensant au français aidez-moi, m'aider. Je parlais il y a quelques jours de poésie à propos de certains emprunts à l'anglais. Là, on y est en plein, dans la poésie. Et je terminerai sur cette question à Loony : où avez-vous entendu mayday en dehors des domaines de la sécurité marine ou aérienne ?
Dernière modification par coco47 le 04 juil. 2013, 04:41, modifié 2 fois.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 04 juil. 2013, 04:27

MaraDesBois a écrit :En revanche, j'ai beaucoup de mal avec l'anglais "pour faire joli, pour faire savant, branché". Je le vois beaucoup dans la presse féminine, et je trouve ça plutôt ridicule.
J'ai fait une petite liste de mes "préférés" : addict, haul, shoe-boots, tangerine, punchy, hype, trendy, open-toe, nude, skinny, must-have...
Et girly ? C'est-y pas trendy, ça aussi ? Et vous avez raison, Mara, la presse féminine et d'une manière générale le monde de la mode sont des terreaux fertiles.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »