Les tics de langage qui vous agacent

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 09 janv. 2014, 05:28

J’ai lu aujourd’hui que Bertrand Delanoë avait prononcé un discours « sans note ». On voulait nous faire comprendre que le maire de Paris ne s’appuyait sur aucune note écrite. Comme s’il arrivait que l’on fasse un discours en utilisant une seule note ! Je sais que ce débat a déjà été abordé sur le présent forum, mais je ne puis m’empêcher d’y revenir, tant me semblent ridicules les fruits de ce raisonnement (bizarre à mon sens) selon lequel sans, signifiant sans un seul, sans aucun(e), devrait toujours être suivi du singulier. On parle ainsi d’une voiture sans phare ou d’un ciel sans nuage. Alors qu’une voiture a toujours au moins deux phares et qu’il est rare qu’il n’y ait qu’un seul nuage dans le ciel. A ce compte-là, il faudrait écrire : une bouche sans dent, un crâne sans cheveu et un visage sans ride. Je ne m’y résoudrai jamais.
J’ai lu récemment dans un guide des marchés de Barcelone que celui de Sant Antoni est « sans touriste ou presque ». Quand on lit cela, on se dit d’abord en rigolant : « Tiens, LE touriste habituel n’est donc pas venu. » Et puis on s’interroge sur le ou presque. Y aurait-il quand même un demi-touriste ?
Et quelle saveur dans ceci, lu sur un emballage de jambon acheté au supermarché : « On l’adore sans couenne et sans remord. » L’auteur de ce slogan tient tellement au singulier (qui ici serait tout à fait correct, puisque l’on peut très bien éprouver un remords unique) que, dans son zèle, il chasse le s final !
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 09 janv. 2014, 12:16

Jambon Monopri :?: :!: :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 10 janv. 2014, 13:21

coco47 a écrit : Ce que je déteste, et j'en ai déjà parlé ici, ce sont les gens qui, croyant connaître l'anglais, veulent être « plus anglais que les Anglais », et qui se plantent complètement. On a droit ainsi à swiit-sheurt, à dii-djii, au whisky dgii-bii, au Lancashaïeur, au Worcester et — la totale — à la worcestershaïeursauce !
Je pense qu'il s'agit plutôt d'ignorance, que de réelle volonté d'être « plus anglais que les Anglais »... Les gens ont le droit de se planter dans la prononciation de mots étrangers (même s'il est parfois agaçant qu'ils vous disent que vous vous plantez, alors que vous essayez de leur expliquer qu'il faut dire "souaite" shirt) ! Je le fais sans doute moi-même, tout simplement parce que, malgré une mère prof d'anglais, il y a certaines subtilités de prononciation que j'ignore.

Pour ce qui est des anglicismes, etc., je suis tout à fait d'accord avec Coco, et aurais répondu la même chose. La langue (faut-il le redire ?), n'est pas quelque chose de figé mais en perpétuelle évolution. Notre langue est pleine de mots arabes par exemple, sans même qu'on s'en rende compte. Dans 50, 100 ou 200 ans, on aura parfaitement intégré certains mots anglais (ou autre). Pour ma part, j'aime utiliser des mots anglais, déjà parce qu'à l'oral, je me laisse aller, et en plus j'aime ça, :mrgreen: , et aussi souvent parce que je trouve que certains mots anglais, ou plutôt certaines expressions, sont plus efficaces.

Mais bon, on a déjà eu cette discussion sur ce fil il me semble, non ? :wink:
CathyBerberian
Messages : 120
Inscription : 05 oct. 2011, 20:59
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par CathyBerberian » 11 janv. 2014, 03:27

Salut à tous

Les dernières interventions n'ont que peu de rapport avec le sujet que j'avais créé, mais je vous aime quand même.
Et je partage la plupart de vos avis, sauf pour "le ciel sans nuage". Dans ce cas, le singulier me paraît tout à fait approprié.
Lextraterrestre
Messages : 94
Inscription : 05 nov. 2008, 16:18
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Lextraterrestre » 11 janv. 2014, 11:44

Mes deux hantises : le "c'est juste que", relevé par sinequanon (pur américanisme), le "au niveau de", par l'un(e) de vous. J'ajoute, après la perte des accords des auxquels, à laquelle, etc., la multiplication non relevée des pluriels en als, d'animals à colossals... Une fois, un jour, Elise Lucet a repris la parole après un reportage en balançant sa collègue et en rectifiant le pluriel. Bravo...
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 12 janv. 2014, 17:24

CathyBerberian a écrit :Les dernières interventions n'ont que peu de rapport avec le sujet que j'avais créé, mais je vous aime quand même.
Merci, Cathy, pour cet « amour quand même ». Déjà, il y a quelques mois, vous disiez sur ce même fil : « Il va falloir que je vous rappelle les fondamentaux du sujet. » Eh bien, justement, je suis retourné aux origines de votre sujet pour y chercher ces fondamentaux, et ne les ai pas trouvés. Je n'y ai vu que l'intitulé : Les tics de langage qui vous agacent. Me reportant au PLI, j'ai lu à tic : Habitude inconsciente. Manie dans le langage. Le TLFi m'a dit : Manière de s'exprimer, qui relève du procédé ou de la manie. C'est en comprenant ainsi le mot tic que j'ai pointé ici des exemples de « procédés » langagiers qui m'agacent et qui ne sont pas uniquement des façons de parler comme au jour d'aujourd'hui.
Ces tics sont de plusieurs ordres. La plupart apparaissent à l'audition et à la lecture (Elle n'est pas prête de recommencer, parce qu’elle s’est faite avoir, en fait. La problématique, c’est qu’elle était partie sur une robe noire en fait, parce qu’elle avait pas compris la thématique de la soirée et que la blanche ça lui parlait pas, en fait.) D'autres formes, qui par leur répétition sont devenues des manies, sont purement orthographiques, comme tâche au lieu de tache, plateforme(s) au lieu de plate(s)-forme(s), ou coup-franc et double-faute, et même Il n'est pas prêt de…, qui ne s'entend pas. Enfin, certains tics sont uniquement phonétiques, tels les en ou an prononcés on (la longue fronçaise) , comme on l'entend souvent chez les journalistes de la télévision ou de la radio.
Il me semble donc que le sujet créé par CathyBerberian ne perd rien à voir son champ élargi. Et puisqu'elle nous y autorise…
Dernière modification par coco47 le 20 janv. 2014, 02:36, modifié 1 fois.
Porcile
Messages : 142
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Porcile » 12 janv. 2014, 21:05

coco47 a écrit : D'autres formes, qui par leur répétition sont devenues des manies, sont purement orthographiques, comme tâche au lieu de tache, plateforme(s) au lieu de plate(s)-forme(s), ou coup-franc et double-faute, et même Il n'est pas prêt de…, qui ne s'entend pas.
Concernant la graphie plateforme, sachant qu’il s’agit de la première entrée aussi bien chez Larousse que chez Robert, il me semble fortement exagéré de parler de « manie »…
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 13 janv. 2014, 01:57

Porcile a écrit :
coco47 a écrit : D'autres formes, qui par leur répétition sont devenues des manies, sont purement orthographiques, comme tâche au lieu de tache, plateforme(s) au lieu de plate(s)-forme(s), ou coup-franc et double-faute, et même Il n'est pas prêt de…, qui ne s'entend pas.
Concernant la graphie plateforme, sachant qu’il s’agit de la première entrée aussi bien chez Larousse que chez Robert, il me semble fortement exagéré de parler de « manie »…
Merci Porcile. Je vais devoir acheter un nouveau PLI. Le mien, de 2003, ne connaît que plate-forme et ignore plateforme, même en seconde entrée. Idem pour mon Petit Robert, obsolète lui aussi. Quant au TLFi, il refuse de définir le mot plateforme, mais en donne vingt exemples, tirés pour la plupart d'ouvrages techniques du domaine maritime. Mais tous les dictionnaires anglais sont d'accord pour platform… Et si c'était de ce côté qu'il fallait chercher l'origine du glissement observé dans la graphie française ?…
duplex
Messages : 103
Inscription : 30 oct. 2005, 12:01
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par duplex » 13 janv. 2014, 18:32

coco47 a écrit : Et si c'était de ce côté qu'il fallait chercher l'origine du glissement observé dans la graphie française ?…
Il s'agit de l'une des rectifications de l'orthographe qui supprime le trait d'union dans les mots composés. La plate-bande a subi le même sort.
Mais je m'étonne que le Larousse en ligne, pourtant prompt à intégrer les nouveautés, ne mentionne pas cette graphie. Quant au Robert, il est précisé dans la version illustrée 2014 qu'il s'agit d'une variante.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 14 janv. 2014, 03:55

duplex a écrit :Il s'agit de l'une des rectifications de l'orthographe qui supprime le trait d'union dans les mots composés. La plate-bande a subi le même sort.
OK, mais la mode, notamment dans les médias, est à la complication, pour faire savant. D'où, alors qu'il fut jadis envisagé de supprimer les accents circonflexes, la floraison de flexes indus que j'ai notée dans mon post ci-dessus. Si, comme vous le dites, l'orthographe officielle tend à supprimer le trait d'union, c'est donc là encore un phénomène « à contre-courant » (pardon à contrecourant) que l'on observe avec la création de traits d'union injustifiés, comme dans double-faute, coup-franc et, de façon quasi systématique maintenant, petit-déjeuner. Conclusion : les faiseurs de règles simplifient, l'usage complexifie… Cherchez l'erreur.
Dernière modification par coco47 le 14 janv. 2014, 15:05, modifié 1 fois.
duplex
Messages : 103
Inscription : 30 oct. 2005, 12:01
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par duplex » 14 janv. 2014, 10:20

coco47 a écrit : […] que l'on observe avec la création de traits d'union injustifiés, comme dans double-faute, coup-franc et, de façon quasi systématique maintenant, petit-déjeuner. Conclusion : les faiseurs de règles simplifient, l'usage complexifie… Cherchez l'erreur.
Je suis bien d'accord avec vous en ce qui concerne cette mode.
Quant au petit-déjeuner, il prenait déjà le trait d'union dans mon vieux Robert de 2002 et un Grand Usuel Larousse de 1997 donnait les deux variantes, avec ou sans trait d'union.
Avatar de l’utilisateur
Ségaline
Messages : 49
Inscription : 22 nov. 2013, 11:03
Localisation : Teyssieu
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Ségaline » 16 janv. 2014, 13:35

Je ne suis pas sûre que ce message soit bien à sa place ici car il ne s'agit pas vraiment d'un "tic" de langage mais en tout cas une expression qui me semble fautive et qui me pique les oreilles. Je viens d'entendre par deux fois la présentatrice du JT parler à propos de la dernière tempête de la "côte ouest"... ce qui supposerait qu'il y a donc une "côte est"! N'aurait-il pas fallu plutôt parler simplement de la "côte atlantique"?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 20 janv. 2014, 02:41

Ségaline a écrit :Je viens d'entendre par deux fois la présentatrice du JT parler à propos de la dernière tempête de la "côte ouest"... ce qui supposerait qu'il y a donc une "côte est"! N'aurait-il pas fallu plutôt parler simplement de la "côte atlantique"?
Je suis de votre avis. Faut-il voir là une volonté de faire « comme les grands », en l'occurrence comme les États-Unis, qui, eux, ont bien deux côtes, une de chaque côté ?…
la petite bête
Messages : 12
Inscription : 19 févr. 2011, 12:32
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par la petite bête » 22 janv. 2014, 09:46

La France compte trois façades maritimes (et encore, sans faire de distinction entre la Manche et la mer du Nord). Pour une météo locale, en Vendée par exemple, il suffit de dire : "Le vent soufflera sur la côte". Il ne peut y avoir d'ambiguïté. Dans un bulletin national, il faut bien préciser la "côte ouest" ou la "côte atlantique" si l'information ne concerne pas la côte méditerranéenne ou la côte de la Manche.
À propos, question pour notre marin-correcteur préféré, quel est l'adjectif approprié : manchoise ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 18 févr. 2014, 05:05

Il est à la mode aujourd'hui (c'est donc devenu un tic) de dire : demander à ce que…, sur le modèle de s'attendre à ce que…, veiller à ce que… Sur Europe 1, lundi 17 février vers 17 h 45, Laurent Ruquier nous a servi ceci : « Maître Versini-Campinchi réclame à ce que [les robes des avocats] soient toutes les mêmes. » (Ce à quoi, comme de juste, l'avocat en question répondait au téléphone : « Je demande simplement à ce que… ».)
Voici donc maintenant réclamer à ce que… Où s'arrêtera-ce ? Pourtant, demander que et réclamer que étaient bien suffisants. Le besoin de faire compliqué étant ce qu'il est, on verra bien un jour fleurir des exiger à ce que, décider à ce que, décréter à ce que…

Autre effet de mode : parler des quais de Seine là où on l'on parlait jadis des quais de la Seine. On me dira que ça veut dire la même chose. Certes, mais alors on devrait employer indifféremment l'une ou l'autre forme. Or c'est invariablement de Seine que l'on voit utiliser. Il y a donc bien une volonté. Mais laquelle ? Celle de « faire moderne » ? Alors, dit-on pour Lyon : les quais de Rhône ou de Saône ? Peut-être. Et pour Toulouse : les quais de Garonne ? Peut-être aussi. Mais il me semble peu probable que l'on dise, pour Toulouse encore : les quais de canal du Midi. Ni pour Besançon : les quais de Doubs.
Là où ce travers devient ridicule, c'est quand on dit le quai de Loire ou le quai de Seine pour parler les deux quais qui bordent le bassin de la Villette à Paris, alors que ni la Loire ni la Seine ne coulent à cet endroit.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »