SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
maelane
Messages : 1
Inscription : 02 nov. 2012, 10:56
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par maelane » 02 nov. 2012, 11:18

Bonjour,

Avez-vous pensé à contacter des sténotypistes qui sont souvent surchargées de travail et toujours à la recherche de transcripteurs, correcteurs, rédacteurs. Elles paient souvent bien mieux que ce j'ai peu voir en lisant ces forums.... Par ailleurs, manquant de temps, un entretien téléphone leur suffit généralement avant d'envoyer un texte à retranscrire et à corriger.
mijo
Messages : 64
Inscription : 01 juin 2010, 13:24
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par mijo » 02 nov. 2012, 13:02

Et on les trouve où ces généreuses personnes surchargées de travail ?
Depuis 20 ans, jamais entendu parler.
Cdlt
supermag
Messages : 148
Inscription : 26 juin 2004, 16:25
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par supermag » 03 nov. 2012, 10:27

Il faut les démarcher au téléphone.
nesk
Messages : 201
Inscription : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par nesk » 05 nov. 2012, 09:33

Bonjour,

Cela fait trois ans maintenant que je travaille comme correctrice indépendante à domicile, à temps plein (hormis quelques périodes creuses, d'une à trois semaines, ce qui a dû m'arriver deux ou trois fois grand maximum).

Pour moi, il y a du travail, et je ne brade pas mes tarifs (je les ai même régulièrement augmentés depuis que j'ai démarré en 2009).

J'ai prospecté tous les éditeurs qu'il m'était possible de trouver sur Internet, soit environ 700 e-mails/lettres de motivation la première année.
Je me suis fait quatre ou cinq clients réguliers, avec qui j'ai travaillé en alternance pendant un an et demi, ce qui m'a assuré un travail quasi permanent (hors w-e, jours fériés et congés, bien sûr).

Étant partie quatre mois en congé maternité en 2011, j'ai perdu deux clients, et en ai donc cherché de nouveaux lorsque j'ai repris le travail.
J'en ai de nouveau retrouvé quatre réguliers, avec lequels je collabore toujours.
Je pars une nouvelle fois en congé maternité en mars prochain, pour trois mois, mais je suis confiante : je ne perdrai pas mes clients actuels, avec lesquels une relation de confiance s'est établie depuis longtemps, et si je les perds tout de même, je prospecterai de nouveau une troisième fois, et trouverai sûrement d'autres clients.
Je vous semble peut-être naïve, mais je reste convaincue que, du travail, il y en a.

Cependant, il m'a fallu adresser un grand nombre d'e-mails de proposition de services (700 la première année ; 200 la deuxième fois). Je me suis déplacée trois, quatre fois sur Paris, mais c'était plus pour rencontrer des clients déjà acquis, et les fidéliser, que pour en convaincre de nouveaux. Je n'ai pas la possibilité de me déplacer régulièrement sur la capitale, tout simplement parce que cela coûte cher, et que ma vie familiale s'y oppose, mais cela ne m'empêche pas d'avoir des collaborations régulières avec d'excellents clients. Les rencontres sont importantes, mais pas indispensables si on ne peut faire autrement. Des messages bien tournés, un sérieux clairement affiché, des appels téléphoniques pour se parler de vive voix et faire connaissance font tout aussi bien l'affaire.

Enfin, le plus important, c'est surtout un travail soigné, de qualité, professionnel, et des délais respectés, tout ce qu'attend le client, en somme, et c'est bien normal. Les rencontres de visu, c'est un plus, mais ça ne vous fera pas gagner plus de travail si le sérieux n'est pas là derrière.

On peut enfn proposer aux clients un test de correction, gratuitement, un peu comme un "échantillon" (une petite dizaine de pages maximum), afin qu'ils se fassent une idée des compétences du correcteur en question, et qu'ils soient assurés de son sérieux. Certains de mes clients me l'ont demandé, d'autres non.

Pour résumer, de mon point de vue :
– oui, il y a du travail, mais il faut beaucoup prospecter ;
– oui, on peut se passer des rencontres, mais une bonne communication est importante afin de mettre en confiance le client (profil trouvable facilement sur Internet, références, bon relationnel par e-mail ou, mieux, par téléphone) ;
– un travail de qualité reste de toute façon l'argument le plus convaincant pour des collaborations fidèles sur le long terme.

Voilà pour mon expérience !

(Désolée pour les fautes, pas le temps de me relire, une correction sur le feu, merci :wink: )
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par loony » 05 nov. 2012, 11:11

Merci Nesk pour ton témoignage! Je crois que tu vas redonner de l'espoir à beaucoup...

Je peux te demander quelle formation tu as faite pour devenir correctrice? Merci!

Bonne journée à tout le monde :wink:
nesk
Messages : 201
Inscription : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par nesk » 05 nov. 2012, 11:45

loony a écrit :Merci Nesk pour ton témoignage! Je crois que tu vas redonner de l'espoir à beaucoup...

Je peux te demander quelle formation tu as faite pour devenir correctrice? Merci!

Bonne journée à tout le monde :wink:
Mon parcours est assez atypique : pas de formation, car celles-ci étaient bien trop coûteuses pour moi.

Donc une licence de lettres (qui m'apporte surtout les bases en orthographe, grammaire, syntaxe, la culture générale et la sensibilité du texte, mais qui est loin de suffire), des stages en tant que correctrice et assistante éditoriale au sein de maisons d'édition (que l'on peut faire du moment qu'on est inscrit dans n'importe quelle école, université ou centre de formation), et enfin les livres !! Les dictionnaires de définitions, d'orthographe, les bibles du correcteur, les codes typo., les dictionnaires de langue, de locutions, et Internet aussi, beaucoup, avec toute la réserve que cela impose.

J'ai appris 70 % du métier en compulsant frénétiquement tous ces outils et ouvrages ; 20 % en stage ; et les 10 % restants sur le tas, en apprenant de mes erreurs, en travaillant, en parcourant ce forum, en discutant avec d'autres personnes, en me posant des questions, en passant ProLexis après mes propres lectures, aussi, car il soulignait des erreurs dont je n'avais parfois pas conscience.

J'ai tout appris par moi-même, donc, sachant que mes stages ne m'ont rien enseigné : c'est moi qui ai dû emmagasiner rapidement de solides compétences, à chaud, pour répondre aux besoins des éditeurs qui m'avaient engagée :lol:

Voilà :wink:
FlorentT
Messages : 138
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par FlorentT » 05 nov. 2012, 11:56

nesk a écrit :J'ai appris 70 % du métier en compulsant frénétiquement tous ces outils et ouvrages ; 20 % en stage ; et les 10 % restants sur le tas, en apprenant de mes erreurs, en travaillant, en parcourant ce forum, en discutant avec d'autres personnes, en me posant des questions, en passant ProLexis après mes propres lectures, aussi, car il soulignait des erreurs dont je n'avais parfois pas conscience.

J'ai tout appris par moi-même, donc, sachant que mes stages ne m'ont rien enseigné : c'est moi qui ai dû emmagasiner rapidement de solides compétences, à chaud, pour répondre aux besoins des éditeurs qui m'avaient engagée :lol:
N'y a-t-il pas là une petite contradiction (sur les parties en gras) ? Je suis certain que les stages ont été extrêmement utiles ! Cela dit, votre message prouve que le travail personnel, pas toujours rémunérateur au début certes, est la clé du succès pour exercer ce métier actuellement. J'ai lu récemment un livre intitulé 35 ans de corrections sans mauvais traitements, qui parle beaucoup du métier de correcteur il n'y pas encore si longtemps, et il est intéressant d'en constater l'évolution...
nesk
Messages : 201
Inscription : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par nesk » 05 nov. 2012, 12:27

Plus précisément, donc : mes stages ne m'ont rien enseigné concernant le métier de correcteur. Personne n'a pu m'apprendre les ficelles du métier, tout simplement parce qu'ils avaient justement besoin d'un correcteur, et n'avaient pas les compétences pour. J'ai dû me mettre dans le bain et effectuer mes premières corrections dès mon arrivée, comme si je faisais cela depuis des siècles.

Mes stages m'ont cependant permis de rencontrer des gens du milieu, de me faire connaître (oui, c'est vrai, rencontrer les gens m'a aidée au tout début, mais je n'en ai pas eu réellement besoin par la suite pour démarrer mon activité, même si j'ai eu plaisir à le faire), de prendre des numéros ; j'ai aussi beaucoup appris sur le fonctionnement d'une maison d'édition, les délais souvent très justes, les différentes étapes d'édition d'un texte, le travail et les impératifs des éditeurs avec lesquels je collabore, etc. Mieux les connaître m'aide à leur proposer des services plus adaptés.

Aurais-je pu me lancer là-dedans sans ces stages ? Je pense, oui. Je suis d'un naturel optimiste :lol: je persévère jusqu'à ce que j'obtienne ce que je veux. Je me dis qu'il y a toujours une solution, quelle qu'elle soit, pour parvenir à ses fins.
Mes stages en maisons d'édition ont-ils rassuré, convaincu mes premiers clients ? Pas nécessairement. Je n'en sais rien, en fait. Beaucoup m'ont imposé des tests de correction, au début. Les stages, ça veut tout et rien dire. Faire ses preuves, voilà qui est beaucoup plus convaincant.

Aujourd'hui, mes références de ces trois dernières années suffisent à mes clients ; on ne me demande plus de tests de correction, ni de me déplacer sur Paris. Mais je reste persuadée qu'avec de la volonté, du sérieux, on peut convaincre les autres de ses compétences, même sans références initiales, même sans se déplacer.

Cependant, les références (stages, formations, clients antérieurs) et les rencontres sont un réel plus, bien évidemment.
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par loony » 08 nov. 2012, 11:47

Ouahou Nesk je suis admirative... Une autodidacte donc. J'y ai pensé évidemment, comme beaucoup de personnes ici j'imagine. D'autant que mon Master pro m'a appris énormément.

Je corrige un peu tout venant de mon entourage, mais c'est du home made, sans code typo. Ah pour ça j'ai des clients! Quand il s'agit de les corriger gratos...

J'ai passé le test d'entrée chez Formacom une fois. J'ai été un peu découragée par le niveau, assez costaud (surtout avec très peu de préparation), et l'exigence de la formation. J'avais au départ un peu dans l'idée de faire comme toi (les Belges disent carrément que le métier s'apprend sur le tas! Il n'existe aucune formation ici...), mais je me suis quelque peu découragée en réalisant que j'avais encore tout à apprendre.

Je lis beaucoup et corrige, mais pour tout le reste, je ne me vois pas me lancer demain. Je pensais donc après mûres réflexions et conseils sur le forum utiliser mes connaissances déjà acquises et compléter par le CEC pour me donner une légitimité et davantage de confiance.

Pour le reste je suis comme toi assez optimiste, et j'ai déjà précisé le secteur dans lequel j'aimerais (dans l'idéal bien sûr, je ne suis pas naïve) évoluer.

Bon maintenant il ne me reste qu'à foncer et travailler travailler travailler. Et puisque je vis à Bruxelles depuis peu et qu'ici visiblement on considère qu'un correcteur se forme sur le tas, pourquoi ne pas essayer de l'approcher ce tas?

Merci pour ton témoignage Nesk, ça me motive à fond de te lire! ;)
Trust84
Messages : 5
Inscription : 22 oct. 2012, 15:07
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par Trust84 » 21 nov. 2012, 17:11

Salut à tous !


Je viens juste vous confirmer que l'affaire s'est concrétisée ; alléluia, j'ai donc enfin retrouvé un emploi !

Et j'en profite une nouvelle fois pour remercier tous les sympathiques intervenants de ce forum. Cette page est désormais incluse dans ma barre de favoris : nul doute que vos conseils me serviront à l'avenir.

Petite pensée à ceux qui n'ont pas -encore- trouvé leur bonheur : dites-vous que la roue finit toujours par tourner et que la délivrance arrive bien souvent lorsque l'on s'y attend le moins.
Fichtre ! voilà que c'est à mon tour de jouer les apaiseurs publics...

Bonne soirée.
mijo
Messages : 64
Inscription : 01 juin 2010, 13:24
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par mijo » 21 nov. 2012, 17:20

Sympa de votre part ! Tout le mal que je vous souhaite c'est ... que ça dure.
Et merci aussi parce qu'aujourd'hui c'est moi qui suis dans le fond de la piscine, ou plutôt du brouillard
Mais vous me prouvez une fois de plus qu'il y a toujours un demain où il fait beau
:D
Trust84
Messages : 5
Inscription : 22 oct. 2012, 15:07
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par Trust84 » 21 nov. 2012, 18:01

"Sympa de votre part ! Tout le mal que je vous souhaite c'est ... que ça dure."
En principe, c'est un projet qui s'étalera sur plusieurs mois, peut-être davantage...

"Et merci aussi parce qu'aujourd'hui c'est moi qui suis dans le fond de la piscine, ou plutôt du brouillard
Mais vous me prouvez une fois de plus qu'il y a toujours un demain où il fait beau"
C'est certain. Et j'ose espérer que ça l'est d'autant plus pour ceux qui le méritent (vous en faites partie, j'en suis sûr).

Il y a un peu plus de deux ans, j'ai travaillé en tant que rédacteur sur un site d'entraide (de la même veine que commentcamarche.net) dont la rémunération découlait du système Google Adsense. Celui-ci a fait chou blanc suite à quelques problèmes techniques, mais sa refonte totale a été initialisée et ledit site signera son retour sur la toile dès janvier prochain.
Si ça vous intéresse, je reviendrai le cas échéant vous informer quant à sa viabilité.
veroskro
Messages : 19
Inscription : 13 avr. 2005, 20:56
Contact :

Re: SOS d'un terrien en détresse... à domicile.

Message non lu par veroskro » 22 nov. 2012, 22:47

Soyons positif terriens (ou t'es rien...). Plus que d'être correcteurs, vous savez vous exprimer ce qui devient rare. Il y a des propositions intéressantes à faire qui sont vers les secteurs d'animation de blogs, de sites internet, de réseaux sociaux pour les entreprises et même pour les médias, ce qui ne nécessite pas de se déplacer et peut se faire de chez soi. Donc déjà créer et animer son propre blog pour sortir des textes sur l'actu sur un domaine que l'on aime ou apprécie ou que l'on défend. C'est une excellente vitrine de son savoir faire. Ensuite, repérer les entreprises, associations, fédérations, service de com de ville, (politiques cela pourrait leur servir...) qui devraient être intéressés et ensuite leur transmettre des mails d'accroche et contacter leur service de com. C'est un job en soi, mais cela évite de se laisser aller, et cela peut payer!
Bon courage!
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »