flûte! (flute ?) voilà que l'ortho réformée fait des siennes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Azucena64
Messages : 42
Inscription : 10 mars 2010, 13:50
Contact :

flûte! (flute ?) voilà que l'ortho réformée fait des siennes

Message non lu par Azucena64 » 08 oct. 2015, 05:36

Bonjour,

Comme nombre d'entre vous, je n'employais pas jusqu'à présent cette "orthographe réformée". Je me disais que j'allais sagement me cantonner (et me cramponner ?) à mon statut de "correctrice de la vieille école".
D'autant plus que j'ai dû en faire, autrefois, des lignes et des lignes "post-dictée" du genre : je recopie trente fois le mot "événement" avec deux accents aigus et le verbe "paraître" avec un accent circonflexe. Flûte, on ne va tout de même pas "me" chambouler tout ça maintenant, après le mal que je me suis donné dans mon enfance !

Néanmoins, me trouvant confrontée il y a quelques mois à la correction d'un petit ouvrage destiné aux enfants (à qui l'on enseigne ladite orthographe réformée...), je me posai la question et la posai à l'éditeur, lequel, pourtant spécialisé, n'y avait pas pensé, bien sûr ! Il me répondit, après mûre réflexion, d'utiliser l'orthographe réformée, chose que je fis, quoique à contrecœur... Savez-vous ce qu'il advint ? Quelques jours après avoir reçu le fichier corrigé, il me demanda de revenir en arrière ! Quel ne fut pas alors mon "ouf !" de soulagement !
Toutefois, le problème restait posé : que faire quand l'ouvrage est destiné à un jeune public ?

Et voilà qu'il se pose de nouveau aujourd'hui, non pas sur un petit livre destiné aux enfants, mais sur deux ouvrages bien plus "consistants", deux manuels destinés à l'enseignement du français au collège. L'ennui, c'est que l'éditeur (un autre), sans trop se poser de questions, me demande dans son courrier de commande d'uniformiser en utilisant l'orthographe réformée... Qu'à cela ne tienne, je peux comprendre. Le cas est particulier, ces manuels s'adressent à des enfants de onze ou douze ans. Ils ont déjà du mal à lire et écrire, on ne va pas leur "embrouiller" le cerveau avec une orthographe différente de celle qu'on leur enseigne... Pauvres choux !

Premier manuel, premier écueil : deux cent cinquante pages bien pleines. Fichtre ! ça promet du sport ! Effectivement, cette uniformisation est une tâche assez ardue et pénible, surtout quand on n'est pas habitué à ce genre d'exercice et que, comme moi, on se refuse en général à appliquer l'orthographe rectifiée.
(...)
Premier ouvrage terminé. Quelle suée !

Et voilà qu'arrive le second manuel, comptant également deux cent cinquante pages. Je crois alors pouvoir souffler un peu puisqu'il s'agit de corriger des textes de référence extraits d'ouvrages déjà publiés. À part quelques fautes de frappe, je ne devrais pas trouver grand-chose...
:? Illusions perdues ! Voilà que, toujours enfermée dans le carcan de l'obligation qui m'est faite, je découvre – au-delà des grosses fautes que l'on a a priori "oublié" de corriger çà et là chez les éditeurs les plus renommés :shock: :roll: :? – qu'il y a là des textes antérieurs (voire très antérieurs) à cette fichue réforme et d'autres textes qui lui sont postérieurs. Au fur et à mesure que je progresse dans ma lecture, je découvre qu'orthographe traditionnelle et orthographe réformée se mêlent dans ce "satané bouquin" en une tarentelle qui me donne le tournis... Non, non et non, je ne peux décidément pas me résoudre à utiliser cette affreuse "ortho" réformée dans des textes de Victor Hugo, Émile Zola, Jean-Paul Sartre, Maupassant et autres illustres écrivains qui, je l'imagine sans mal, se retourneraient dans leurs tombes. Je ne le conçois même pas, cela m'est impossible ! Mais en admettant que je ne touche pas aux textes anciens, que dois-je faire pour les textes extraits de livres bien plus récents, voire de Wikipédia et autres sites internet ?
Je vais aboutir à un livre rédigé moitié comme ci, moitié comme ça. Les gamins vont y perdre... le peu de français qu'ils ont.
L'éditeur, interrogé par courriel, se révèle avoir pris quelques jours de congé... C'est gentil de me laisser "dans mon bain" !
Me voilà bien ennuyée. Je me contente donc de surligner en vert fluo les innombrables mots concernés, tant dans un sens (orthographique) que dans l'autre. L'auteur et l'éditeur trancheront et je passerai pour une sacrée emm...
Avouez tout de même que c'est une situation pénible, notamment quand on sait que l'éditeur, qui n'y connaît rien en matière de temps de correction, rechignera à payer les heures que ce type de travail supplémentaire requiert.

Que ne se sont-ils cassé une jambe, nos chenus académiciens, je jour où, s'ennuyant ferme, ils ont renoncé à la belote pour se mêler de nous mettre de tels bâtons (à moins que ce ne soit batons ?) dans les roues !


Et vous, en pareil cas, que feriez-vous ?
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: flûte! (flute ?) voilà que l'ortho réformée fait des sie

Message non lu par Catherine_75 » 09 oct. 2015, 01:41

Bonjour,

Je ne vois qu'une solution à ce problème : suggérer à l'éditeur d'insérer un avant-propos destiné aux professeurs pour indiquer les raisons des différences entre l'orthographe traditionnelle pour les textes d'auteurs et l'orthographe réformée utilisée pour les autres textes, et en leur demandant de les expliquer à leurs élèves.

Qu'en penses-tu ?
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »