debutante et arnaque agessa.... besoin de vos conseils!

Débats & questions à propos des droits d'auteur : comment percevoir des droits d'auteur ? Droits d'auteur & impôts ? Violations des droits d'auteur ? Etre payé en droits d'auteur pour un article ?
lorielorette

Message non lu par lorielorette » 23 sept. 2007, 13:42

j'hésite, depuis que ce débat a fleuri, à exposer mon point de vue!
En théorie, je suis bien sûr tout à fait d'accord avec Cilou et Archaud. En pratique, les choses se montrent beaucoup plus complexes!
Pour parler de mon cas: je travaille pour plusieurs magazines culturels, payés 35€ le feuillet en AGESSA. Ce sont des magazines, que je défends intellectuellement, où j'exerce un métier dont j'ai toujours rêvé: un boulot de passionné, qui ne cède pas aux sirènes du nivellement par le bas, qui maintiennent un certain niveau de culture et d'écriture. Cela n'empêche que je suis sur-soulée d'être payée aussi peu, et en AGESSA, surtout pour un investissement parfois lourd...J'en ai parlé aux patrons et au rédacs chefs, qui m'assurent ne pas pourvoir faire autrement économiquement (soupir....). Que voulez-vous qu je réponde? Je ne tiens pas leurs comptes, et je ne saurais dire s'ils sont, oui ou non, de bonne foi. En tout cas, je souhaite la poursuite de ces aventures de presse, et y participer...D'autant que si j'arrête, ils n'auront aucun mal à se passer de mes services (des plumes avisées, journalistes de longue date travaillent chez eux, pour le même tarif que moi, du moins je l'espère/// :?
Donc, pour vivre de mon métier (car je ne vis pas de mon "art"), je bosse à côté pour des publications qui m'intéressent beaucoup moins, payent beaucoup mieux, et déclarent. Voilà, ça fait deux ans que je bosse, et je compose, je compose...Et c'est pas pire! J'alterne entre ma passion (qui me fait vivoter) et des piges alimentaires. Même si déontologiquement, j'ai envie de leur dire "vous m'avez cassé les c......", mais bon...
Je ne sais plus comment s'appelle la personne qui se demandait si elle allait accepter ou non les droits d'auteur. Je serais toi, je demanderais innocemment pk ils payent en droits d'auteur, je leur montrerais que je connais mes droits, et suivant la réponse, aviser...
Et puis Archaud et Cilou, je ne sais pas comment se sont passés vos débuts dans la presse. Mais personnellement, ce qui m'a minée au tout début, c'était justement de ne pas avoir de piges! Alors quand j'ai fait mes tout premiers papiers, même payés en droit d'auteur, ben c'est con, mais ça m'a stimulé intellectuellement, ça m'a redonné confiance en moi, et je me suis lancée. Je pense que le tout est de ne pas perdre de vue que les droits d'auteur sont illégaux, que c'est un mauvais système, donc de l'accepter le moins possible, et de moins en moins au fur et à mesure qu'on exerce son métier...Mais je persiste à croire que dans ce jeu-là, le pigiste reste le plus faible, et qu'on est parfois obligé, hélas, de se résigner...
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 23 sept. 2007, 14:38

Très intéressante intervention, Lorielorette. D'autant plus intéressante que, à mes débuts, je fus face à la même configuration, étant journaliste dans le domaine culturel également : tarif au ras des paquerettes, forme de paiement illégale, délai de règlement hasardeux etc.

J'en ai tiré deux conclusions :

- que bosser pour des titres culturels n'est enrichissant ni pécuniairement, ni humainement ;

- que tous les titres de cette niche n'ont hélas ! pas de raison d'être, ne répondant à aucun modèle économique sérieux susceptible de rémunérer au moins dignement ses collaborateurs.

L'idéal ? Parler Culture dans la presse dite d'information générale. Laquelle, si elle n'offre que peu de pages à l'actualité culturelle, a le mérite de payer correctement les gens, en général. Plus simple à dire qu'à faire, j'en conviens.

Une question : et ton rédacteur en chef, tu crois peut-être qu'il est rémunéré en AGESSA ? Je crains d'avoir déjà la réponse
:twisted:
lorielorette

Message non lu par lorielorette » 23 sept. 2007, 16:09

Tout à fait d'accord avec toi, Archaud! C'est ce vers quoi je tends: les pages culture dans les généralistes. D'autant, que moins fermée sur elle même, mais au contact de l'actualité, la culture tend à s'enrichir!
Mais tu sais comme moi que ces places sont chères, qu'elles sont déjà squattées, etc etc...Mais je persévère! Et en attendant, j'accepte des modes de réglement illégaux, des délais de paiement aléatoires....mais je me fais plaisir et j'ai de quoi vivre tous les mois! Dur dilemme! Et bien sûr que non, les rédacteurs en chef ne sont pas payés en agessa, allons, voyons!! :D
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 23 sept. 2007, 20:06

Et ce n'est pas un hasard si la presse dite culturelle emploie (mot impropre, en l'espèce, au passage) plutôt que des journalistes des amateurs éclairés - avocats, toubibs, profs, que sais-je -, tout contents de voir leur nom au bas d'un article et, en prime, de conserver le disque ou le livre chroniqué.
Ce qui, d'ailleurs, place ces titres en contravention flagrante avec la convention collective des journalistes, dont l'un des articles dispose qu'un titre ne peut employer un journaliste n'ayant pas fait sa demande de carte de presse plus de trois mois.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 23 sept. 2007, 21:32

Il est vrai qu'on est presque toujours obligés de faire des compromis quand on travaille. Moi-même, j'accepte des piges à 55 euros, alors que je sais que c'est sous-payé. Je pense que l'attitude de Lorielorette est bonne : parfois, on est obligé d'accepter les Agessa, c'est OK à condition d'avoir autre chose pour vivre par ailleurs, à condition que le journal pour lequel on bosse en Agessa soit réellement intéressant, et enfin à condition que ce soit provisoire. Car les débuts sont de plus en plus durs, entre les stages, les piges rémunérées en Agessa, etc. Mais attention à ce que ce genre de situation ne dure pas, sinon on se retrouve à 30 ou 40 ans avec un revenu inférieur au smic, sans droit au chomage, sans avoir encore cotisé pour sa retraite... Ce qui est acceptable à 22 ans quand on débute ne l'est plus quelques années après. Par exemple, quand j'ai été enceinte, j'étais bien contente d'avoir uniquement des piges en salaire, j'ai pu bénéficier d'un vrai congé de maternité.

Finalement, je ne retire rien à mon conseil (message n°2) :
On ne se grille jamais en posant des questions et en se faisant préciser certaines choses. N'hésite pas à demander "sous quelle forme comptez-vous me payer ?". Ensuite, si elle te répond "en droits d'auteur", c'est à toi de voir si tu veux te battre ou non.
Pour moi, le meilleur moyen d'apparaître comme pro est de se considérer soi-même comme pro dès le départ... donc d'être payée comme une pro, c'est à dire en salaires. Mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs, donc c'est à toi de voir.
lafactory.com
Messages : 289
Inscription : 27 avr. 2005, 21:50
Contact :

Message non lu par lafactory.com » 23 sept. 2007, 23:06

cilou a écrit :LaFactory, pas la peine d'être aussi agressif. Et question droit d'auteur, il me semble pourtant que tu t'es déjà bien fait avoir, non ?
Je ne pense pas avoir été agressif. pour les droits d'auteur, non, en tant que journaliste j'ai toujours été payé en salaire, à l'exception d'une seule et unique fois. Par contre on a parfois réutilisé ou dénaturé mes articles, mais c'est une autre problématique.
Le plus ancien webzine culturel. Atelier d'écriture journalistique en ligne.
BOUSSICOT
Messages : 369
Inscription : 09 avr. 2004, 23:42
Contact :

Message non lu par BOUSSICOT » 10 oct. 2007, 02:25

tant que ne se mettra pas d'accord entre journalistes et qu'on tolèrera des compromis foireux, on se fera entuber ! c'est clair ? :)
ARTÉMISE
Messages : 1
Inscription : 12 oct. 2007, 21:07
Contact :

droits d'auteur

Message non lu par ARTÉMISE » 12 oct. 2007, 21:28

Bonjour,
moi j'ai une question bête ! Je travaille depuis 20 ans avec des feuilles de paye, donc pas de problèmes. J'ai une carte de presse. Et je suis pour la 1ère fois confrontée à la question d'être payée en DA pour un journal qui sort son 1er n° avec un petit budget (dit-il). J'ai dit oui sans réfléchir et sans savoir que c'était illégal. Maintenant mon article est paru et je n'ai encore envoyé aucune note d'honoraires. Je ne sais pas comment la rédiger ! Et puis je tombe sur ce site et sur votre discussion, et me voilà bien embêtée. Je ne peux plus reculer maintenant que j'ai donné ma parole. Est-ce que qqn pourrait m'aider à rédiger cette note d'hon ? pour la suite j'ai compris, c'est la 1ère et dernière fois !!!
Farah.news
Messages : 16
Inscription : 10 sept. 2007, 12:24
Contact :

Suite

Message non lu par Farah.news » 19 oct. 2007, 14:13

Bonjour à tous!

Je vois que ma question fait couler de l'encre! Ca reflète j'imagine toute l'ambiguité qu'il peut y avoir dans les notions d'auteur vs journalistes, qui imprègnent la loi et font la bonne affaire de certains mags!
J'ai été recontactée par ce même mag pour faire un autre dossier, et on m'a bien fait comprendre que c'était ça ou rien. On m'a cependant offert un salaire plus attractif... Ce n'est pas payé au feuillet, mais au dossier, cette fois de 8 pages pour 800 euros. Je suis encore étudiante et je ne vais pas cracher sur cette somme! J'ai donc accepté...au risque de voir certains d'entre vous trouver mon attitude blâmable. Mais là tout va bien parce que j'ai le statut d'étudiante...j'ai donc la Sécu. Mais ça n'augure rien de bon pour la suite! Carpe diem...
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 19 oct. 2007, 17:35

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, mieux vaut être payé légalement, que pas, c'est-à-dire avec une fiche de paie, et les cotisations afférentes.
Mais lorsque l'on est étudiant, que l'on bénéficie de la Sécu, on peut considérer que toute expérience professionnelle est bonne à prendre. A condition de bien avoir à l'esprit que l'on ne saurait trop longtemps s'accomoder de "petits arrangements", en marge de la légalité. Et ne pas repousser sine die le début de ses cotisations retraite. Ce que le paiement hors fiche de paie n'offre pas, à quelques très rares exceptions.
Répondre

Revenir à « Droits d'auteur »