N'allez pas à l'ESJ PARIS

Forum à propos de l'ESJ Paris
oreille
Messages : 3
Inscription : 18 mars 2006, 18:41
Contact :

Ha bon

Message non lu par oreille » 19 sept. 2006, 03:06

Ha bon?
Que faut il dire alors?
C'est nouveau?
camyk
Messages : 3
Inscription : 10 avr. 2006, 12:57
Contact :

Message non lu par camyk » 19 sept. 2006, 10:53

Je suis rentrée à l'ESJ après plusieurs années à l'université, en pensant rencontrer des gens comme moi : 25 ans, parcours atypique, peu conventionnel et peu professionnalisant. Des gens comme moi pas prêt à se lobotomiser le cerveau pendant 6 mois sur les concours d'écoles reconnus, des gens au dessus de la limite d'âge fixée par ces concours.
Le profil type des étudiants de l'ESJ : fils à papa (pas mal), des gens pas forcement brillant mais motivés et prêts à emprunter de l'argent (ce sont eux que je plains le plus), au milieu surtout de gamins n'ayant pas un gramme de conscience politique, de curiosité et d'éthique. Des jeunes réac du 16ème qui trouvaient que les manifs contre le CPE "faisaient sacrement du bruit rue Tolbiac".
Un milieu de ces gosses, des profs sans légitimité, hautains. Des pseudos professionnels souvent chiants. Pour les pires d'entre eux, un niveau d'abrutissement jamais vu en 6 années à la fac. Vive l'enseignement libre et l'esprit critique. Vive les stages surtout, la meilleure école qui soit en dépis de l'exploitation subie par les jeunes. Au moins un stage ne coûte pas d'argent au jeune.
Cette école est fait pour les gens qui sortent du bac. Ils se feront bien formater le crâne et seront prêts deux ans plus tard à bosser pour Public (au niveau de l'écriture, c'est celle de Closer qu'on nous incite à imiter, vive la régression intellectuelle), pour voire pour le parisien s'ils sont bien pistonnés.

Enfin une petite dédicace à l'équipe dirigeante de l'ESJ, belle brochette de faux-culs : ils font passer les élèves pour des abrutis (ce qui est parfois le cas) et des sauvageons pour justifier l'état pitoyable du matériel. On pourrait écrire un roman à la sauce Ruffin sur l'ESJ. En pire bien sûr, en plus pathétique surtout.
Quand on regarde la liste de ceux qui valident leur année, stupéfaction. Les éléments les plus prometteurs sont sanctionnés pour leurs absence et doivent repasser les rattrapages (pour la modique somme de 200 euros) alors que la pire des greluches finit l'année avec l'une des meilleures moyennes.
bref, aucun intérêt, alors fuyez !!!
chut!

Message non lu par chut! » 19 sept. 2006, 16:10

Interessant!
Mais il me semble avoir deja entendu ça quelquepart.
Il faut bien comprendre qu'une école qui recrute des jeunes sortis du bac ne peut etre qu'une mascarade.
Tant qu'il y aura des diplomés pour se contenter de leurs formations et la défendre bec et ongles... ces ecoles auront encore de beaux jours devant elles.
Misére...
Laborman
Messages : 50
Inscription : 24 mars 2006, 17:33
Contact :

Message non lu par Laborman » 19 sept. 2006, 17:12

C'est marrant, nous en Belgique nos écoles ne recrutent qu'après le secondaire, votre fameux "bac"...

On est bidons en Belgique ou quoi ? Etrangement on a des médias qui marchent, pourtant...

Franchement y a quelque chose que personne ne dit ici. Que l'ESJ Paris soit bonne ou mauvaise, toujours est-il qu'en tout cas l'élitisme des formations journalistiques françaises est tellement absurde que les gens se rabattent vers des écoles manifestement plus faciles d'accès mais en paient le prix fort, que ce soit en droits d'inscription ou en carences de qualité.

Mais je ne crois pas que les gens qui ont fait cette école soient pour autant moins intelligents que ceux qui s'imaginent les rois du monde parce qu'ils ont été reçus aux imbéciles concours censés trier l'"élite intellectuelle"...
chut!

Message non lu par chut! » 19 sept. 2006, 18:21

Trop facile comme remarque.

Je ne pense pas que les écoles reconnues se disent: "nous allons recruter l'élite de la nation"...
1 000 etudiants se présentent chaque année à leur concours, il faut faire un choix et n'en prendre qu'une cinquantaine tout au plus. On peut discuter sur le mode de sélection mais toujours est il que plus de 90% parfois plus de ceux qui se presentent seront recalés.

Quoiqu'il en soit, rien empeche une école de se créer et de donner les moyens humains et techniques à ses étudiants de faire correctement leur métier. Cela a été le cas recemment pour l'IFP ou d'autres IUT. Les ecoles reconnues ne sont pas un cercle hermetique...
Seulement il est toujours plus facile de créer une structure ouverte aux étudiants crédules ou un peu paumés et leur faire miroiter une profession en plein essor... blabla sans que les responsable pédagogiques ne s'investissent pour faire progresser les apprentis journalistes.

Le probleme avec ces éleves qui sortent de ces "boites à fric" n'est pas qu'ils sont moins intelligents mais moins biens formés. N'ont pas eu de vrais cours pratiques ou théoriques de presse écrite ou radio, n'ont jamais tenu dans les mains autre chose qu'une PD 150...
Bref il y a souvent un vrai fossé pratique et culturel. Un bachelier n'a pas la maturité intellectuelle d'un étudiant qui a une maitrise ou une license...
BOUSSICOT
Messages : 369
Inscription : 09 avr. 2004, 23:42
Contact :

Message non lu par BOUSSICOT » 19 sept. 2006, 18:38

Aucune école ne transformera un cerveau débile (*) en surdoué.

Aucun diplome ne remplacera jamais l'intelligence et la faculté de penser par soi même



(*) débile, terme de botanique= "Dont la tige est trop grêle, trop faible pour se soutenir seule et sans appui".
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2823
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

- Form@tions -

Message non lu par dani l » 19 sept. 2006, 18:43

BOUSSICOT a écrit :Aucune école ne transformera un cerveau débile (*) en surdoué.

Aucun diplome ne remplacera jamais l'intelligence et la faculté de penser par soi même



(*) débile, terme de botanique= "Dont la tige est trop grêle, trop faible pour se soutenir seule et sans appui".
.....

...............
:wink:
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
chut!

Message non lu par chut! » 19 sept. 2006, 18:58

Mieux vaut etre intelligent, penser par soit meme et bien formé... qu'intelligent, penser par soi meme et pas bien formé...
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2823
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

- Form@tion -

Message non lu par dani l » 19 sept. 2006, 19:06

chut! a écrit :Mieux vaut etre intelligent, penser par soit meme et bien formé... qu'intelligent, penser par soi meme et pas bien formé...
_ en effet !


................ :wink:
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
Jos
Messages : 22
Inscription : 09 mai 2006, 13:46
Contact :

Re: esj paris / la geeerrbe

Message non lu par Jos » 23 sept. 2006, 17:08

moi a écrit :
oreille a écrit :C'EST CLAIR, CETTE ECOLE EST LAMEENNNNTTAAAABLE.

L'enseignement y est mediocre, lamentable en terme de volume d'heures.
Pas reconnu par l'Etat, sans partenariat pour les stages avec les entreprises, sans materiel digne de ce nom en option télé, et une boite a fric ignoble.

J'en passe et des meilleures...
On peut critiquer l'ESJ si on veut, mais dire "Pas reconnu par l'Etat" est un mensonge.
L'école est reconnue par l'Etat mais pas par la profession. Je suppose que c'est à ce sujet qu'il y a un petit malentendu entre vous.

J'ai débuté l'année à l'ESJ. J'en suis parti au printemps... Je ne vais m'étendre sur les raisons, cela a déjà été fait ici.
J'ai passé des concours reconnus. Je suis pris à Bordeaux (IJBA) et j'ai reçu une petite liste de fournitures scolaires, comme à l'école. Rien que ça, c'est plus sérieux.
moi
Messages : 309
Inscription : 29 août 2004, 09:09
Contact :

Re: esj paris / la geeerrbe

Message non lu par moi » 24 sept. 2006, 11:54

Jos a écrit :
moi a écrit : On peut critiquer l'ESJ si on veut, mais dire "Pas reconnu par l'Etat" est un mensonge.
L'école est reconnue par l'Etat mais pas par la profession.
là, on est d'accord!!!
mais oreille semble trop occupé à balancer et à s'énerver, pour avoir le temps de s'informer!
chut!

Message non lu par chut! » 25 sept. 2006, 10:39

Si la reconnaissance par la profession represente réellement quelquechose, la reconnaisance par l'Etat n'a aucune espece d'importance. Ni pour les éleves encore moins pour les employeurs.
moi
Messages : 309
Inscription : 29 août 2004, 09:09
Contact :

Message non lu par moi » 25 sept. 2006, 11:13

chut! a écrit :Si la reconnaissance par la profession represente réellement quelquechose, la reconnaisance par l'Etat n'a aucune espece d'importance. Ni pour les éleves encore moins pour les employeurs.
c'est ton point de vue, je me permets de ne pas le partager.
La reconnaissance par l'Etat a son importance (concours, validation des acquis, passerelles entre cursus....).
Puis essaye de regarder un petit peu au-delà des frontières de l'Hexagone. Une fois à l'étranger, c'est la reconnaissance par la profession qui n'a aucune importance, alors que la reconnaissance par l'Etat est primordiale.
Un conseil, Open your mind!!!
poulpot
Messages : 9
Inscription : 14 août 2006, 10:19
Contact :

Reconnue d'inutilité publique

Message non lu par poulpot » 25 sept. 2006, 11:22

Ce débat sur l'ESJ, reconnue par l'Etat mais pas par la profession, serait presque drôle si des des dizaines d'étudiants ne s'y précipitaient pas tous les ans pour y suivre une formation qu'ils espèrent de qualité. Le label "reconnu par l'Etat", ajouté à sa position géographique apparemment stratégique (Paris) et son appelation ESJ, qui ressemble à s'y méprendre à une autre bien connue et celle-là réputée, est en effet trompeur. Pour qui ne se renseigne pas préalablement sur la qualité des formations dispensées.

De nombreux étudiants sortent tous les ans, diplômés ou non, de cette école, et s'en vont pointer "chez fourien" comme disait l'autre. Sont-ils plus nombreux que les étudiants issus d'écoles dites "reconnues par la profession". Ce n'est même pas sûr (il existe guère d'études sur le sujet). Eprouvent-ils plus de difficulté à trouver des stages : pas certain du tout, surtout l'été, vu que leurs stages ne sont pas rémunérés à la différence de ceux effectués par les étudiants d'écoles reconnues par la profession.

Les fameux professionnels de la presse ne leur accordent pas leur "label" mais ne sont guère rechignants à les accueillir dans leurs redactions ? En prenant bien soin de ne pas payer leur travail, tout en dézinguant, à longueur de colonnes, les boîtes qui traitent les stagiaires comme des sous-merdes. Cherchez l'erreur!

Qu'on ne s'y trompe, je ne défends pas cette école que je n'ai jamais fréquentée. Mais elle profite des failles du système scolaire français où se bousculent les reconnaissances et autres labels.
chut!

Message non lu par chut! » 25 sept. 2006, 11:45

En rédigeant mon post etriqué d'esprit j'aurais du indiquer que ce label "reconnu par l'Etat" ne sert strictement à rien sauf si l'étudiant compte prolonger ses études... apres ses 2 ou 3 ans de formation.
ou s'il désire s'exiler pour trouver du travail.

En gros aprés sa formation l'étudiant qui est sensé trouver du travail a le droit de s'inscrire en licence. Génial.
Il a le droit aussi d'aller chercher du boulot à l'étranger avec un argument de poids... "un diplome reconnu par l'Etat"

Ce label n'est qu'une foutaise qui sert de faux argument aux dirigeants.
"Nous on est pas reconnu par la profession. Ho!!!!
Mais on est reconnu par l'Etat. Ha!!!!!!!!!"

C'est ridicule.
Répondre

Revenir à « ESJ Paris »