pourquoi on devient chômeur et démunis -

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
arnceffrance
Messages : 1
Inscription : 06 août 2008, 12:24
Contact :

pourquoi on devient chômeur et démunis -

Message non lu par arnceffrance » 06 août 2008, 12:34

on devient chômeur et démuis simplement parce que notre société n'est pas organisée pour vaincre le chômage et la pauvreté - l'association arncef présente un grand plan national de lutte contre le chômage et la pauvreté - notre association est inconnue du grand public et elle ne peut qu'aider que quelques personnes seulement à sortir de leur pauvreté -
aidez-nous à faire connaître notre mouvement de résistance et de lutte - merci - notre site web http://pagesperso-orange.fr/arnceffrance

un ou des journalistes pourraient écrire des articles sur notre association -
SacriPanard

"Mieux", pas mieux, faites vos jeux. (1)

Message non lu par SacriPanard » 03 sept. 2008, 09:36

La généralité de l’acquis éducatif comme « mieux » à l’égard du « différent », du libre, de la libéralité, de la société, de la « convention », est une aberration.
Le « moyen » éducatif d’une « différence », est la conformité à une convention.

L’obligation d’un « différent » possible dans l’infini de la nature ou de « soi », est une raison première déterminée et évoquée.
Le jeu d’un fait secondement interprétable, est l’infini d’une indétermination, la nature identitaire de sa conformité en ferait une « autre convention » déterminée. L’absence ‘communicative’ qui voit sa qualité par la justification du « moyen » est le « mieux » prétendue d’une « différence », et est un absurde.

La barrière du « déni » est le fait évoqué comme « moyen », et son péjoratif imputé d’une différence à sa conformité. La qualité « mieux » d’une « convention » comme ‘quantum’ d’une capacité est l’erroné d’une qualité prétendue qui aurait l’handicape de l’absence d’une raison, de sa « résolution » première et de sa dimension.

La « convention » est opposée au ‘fait’ comme « science ». L’une et l’autre ont une similitude, elles sont l’état d’une logique, logique de la nature ou logique d’un usage, l’une ne possède toutefois pas la dimension d’une « résolution ».
L’acquis d’une science n’est pas non plus en elle-même, sa résolution, il est une logique d’un usage identique à l'acquis éducatif d'une convention.

La « résolution » d’une « convention elle-même » est un non-sens, elle est déterminée. Les « résolutions » ne sont pas des « applications » déterminées. La science de l’application est une qualité, mais elle est « filiée » à la « résolution ».

La convention d’une mathématique, n’est pas résolutive, elle est ‘application’, « moyen appliqué », l’évolution infinie de son essence est résolutive, on peut déterminer la convention d’une mathématique, détermination de la logique d’une nature, et ainsi une convention.
La détermination de la logique d’une nature est une « résolution déterminée », la « déterminité » de l’auteur est « filiation » de la « résolution ».
SacriPanard

Les jeux sont 'fait'

Message non lu par SacriPanard » 09 sept. 2008, 13:47

Le « signe » d’une écriture est une convention, de la même manière, le « moyen appliqué » n’est pas résolutif, le « moyen » d’une idée, d’une science, d’une résolution déterminée, la résolution de son signe, se situent dans la logique de la détermination d’une nature, c’est le « moyen » d’une science résolutive.

La règle du participe opposée au regard de l’idée, est une convention opposée à une communication ‘résolutive’ en-elle, qui n’a elle-même pas l’a priori du « différent » de l’application d’une conformité. Le péjoratif éducatif en serait une ‘différence’, celle de l’attente impérative d’une conformité ; son ’corrigé’ valeur de l’appréciation conforme est une immixtion éducative ; son ‘démontré’ de « signal-communication » est autre conformité.
« La racine latine du mandarin est la mandarine. »

L’architecture comme convention est un « moyen appliqué ». La résolution de l’architecture d’un maître égyptien, est la détermination d’une logique perdue à jamais. Mythe ou réalité d’une propagande d’immixtion opportune ainsi publiée.

L’art est résolutif, comme infini de la détermination non présentée à « soi » d’une nature exceptionnelle, qui n’est pas celle d’un chao, celle-ci est l’exception d’une « démesure ». L’art d’une convention est une conformité de l’art appliqué, qualité en « soi » ou autisme de sa « résolution ».

Le sportif, de la facilité de son effort obtient une ‘autre facilité’, la qualité de sa ‘facilité’ est une « démesure » qui a la finitude du « privilège », indétermination en « soi », de ce qu’il Est. Il n’est pas « démesure mieux » au regard du « privilège autre » et de la facilité de l’effort identique.
L’ « en soi » d’une facilité « Plus » ne changerait pas, non plus, le ’quantum’ « démesure », Etre-fini de ce qu’il Est.

La Biologie de l’individu est dans le cadre très limité d’une ‘convention’, les animaux en ont le même « privilège », détermination résolue de la nature, elle n’a aucune détermination d’elle-même.
L’existence d’une facilité sportive, n’est pas son expression, elle est le « privilège d’être » et la condition de son application.

La qualité « en-soi » de ‘Connaître’, est la qualité de « soi » de ‘Recevoir’, ainsi que la qualité de l’effort de posséder l’indéterminé « hors soi ». ‘Connaître’ est « donné » et présenté à soi, il n’est pas « le déterminé » de « soi ». La qualité de connaître est une faculté.

La qualité de la facilité de l’effort de ’Recevoir’ est une « démesure » qui n’est pas un Infini de la nature. L’élément en « soi » de ‘Recevoir’ est un « Etre-fini ». La qualité de ‘Recevoir’ au regard d’une démesure ‘facilité autre’, n’est pas un « Mieux », elle serait tout au plus une qualité « Plus-finie ». La facilité de ’recevoir’ possède par ailleurs les conditions « hors soi » de son existence, les animaux ont également un « privilège » à ’recevoir’ le donné, présenté à « soi ».

« Hors soi » est une détermination « autre », la nature comme telle faculté-de-connaître, est une-faculté-d’Etre, elle Est comme nature de l’homme percevant, et est généralité. Elle n’est pas une « résolution » ni une évolution d’elle, elle évolue comme le milieu d’une « convention donnée. »

L’infini de la faculté de connaître au regard de la qualité de « Recevoir » est le différent d’une « autre faculté » celle du « Mouvement » de l’auteur. Il a la qualité de l’infini possible.

Une connaissance possède la condition de sa présence : un Arbre. Le signe « arbre » est la résolution de sa nature présente. La résolution « donnée » du signe, comme présence d’être ainsi « Un », est une convention.
L’acquis éducatif « mieux » d’un connaître qui est celui de l’écart « mieux » d’une dissimulation de fait de la convention, ou de celles des conditions d’une faculté de ’recevoir’, est un absurde en « soi ».
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 09 sept. 2008, 14:47

Pour documentation, ce livre assez partial mais riche d'informations précises et très troublantes :

France anti-jeune
Comment la société française exploite sa jeunesse


de Grégoire Tirot, édité chez Max Milo (Mad Max Milo).

Extrait du quatrième de couv' :

« [...] La situation de la jeunesse face au marché du travail est décryptée (stagiaires, formations-voies de garage, paupérisation, exclusion...), le “ modèle social ” français accusé d'injustice, arguments à l'appui (dette sociale, régime par répartition, sacrifice des jeunes générations). L'auteur pointe les inepties d'une société bloquée, accrochée à des modèles archaïques, comme la logique de statut, qui favorisent la gérontocratie.
Le mal-être de la jeunesse, qui souffre de mésestime de soi, est aujourd'hui encore peu pris en compte, surtout par la génération 68, qui se croit encore jeune. Celle-ci est par l'auteur jugée tyrannique et écrasante, gâtée et tristement hédoniste : le jeunisme qu'elle prétend défendre nuit en réalité à la jeunesse. [...] »
SacriPanard

Rien ne va 'plus'

Message non lu par SacriPanard » 11 sept. 2008, 13:53

Merci pour moi mon minou. comme dirait l'autre, Je vous Aime

La science de ‘l’arbre’ possède les déterminations « d’Un Autre possible» qui n’est pas présenté à « soi ». Le signe lui-même, est l’idée « Arbre », et n’est plus la connaissance « Un » de l’arbre en question.
Le donné à « soi », de « Un » ou de « Un Autre », n’est pas un « mieux » de la faculté de connaître, il est une condition accomplie de la convention donnée.

La « résolution » est l’infini d’une détermination possible de la nature qui n’est pas présenté à « soi ». Le ‘connaître’ d’une « résolution » n’est pas le ‘donné’ d’une connaissance, il est le ‘donné’ de l’infini d’un déterminé de la nature, c’est un « en-soi », elle-même convention déterminée, de la « déterminité ».

La qualité résolutive « en-soi » est la qualité de « soi » d’un « avoir pris donné » et le « donné de soi » d’une détermination de l’infini de la nature. Sa faculté est une faculté d’Etre, elle n’est pas la généralité d’un être « percevant », ni la condition d’un « hors soi », elle Est dans la continuité Autre d’une « convention donnée », et possède la nécessité naturelle de l’infini différent.

Le « mouvement » de la faculté de connaître, est le déterminé du « hors-soi » vers « soi », il Est comme « mouvement » fini déterminé en « soi ».
Le « mouvement » résolutif de « Un » à un « Autre », est l’Etre appliqué et application d’Etre vers ‘Un’ infini possible d’une détermination. Le divers d’une détermination est le divers du « mouvement », il Est, comme mouvement indéterminé et infini. L’application d’Etre, est Etre fini, il répond ainsi comme qualité et faculté à la logique de la nature science de ce qu’elle présente à « soi ».

« La déterminité » comme essence de la qualité « d‘Etre », est un infini déterminé qui répond à la logique infinie d’une nature. Comme « déterminité » elle répond à l’infini des logiques.

La condition de la faculté « résolutive » est celle de l’Etre déterminé. Sa nature « Autre possible déterminé» présenté de « soi », n’a pas ‘sa démesure’ dans la « convention qui est donnée » elle y trouve son existence comme autre convention du divers, et la faculté du mouvement infini du connaître.

Son exception ‘démesure’ est une limite dans la convention donnée. Son effort de « Un » à « Un autre » n’a pas la démesure de la limite. Sa limitation, est celle d’un « mieux » éducatif ’quantum’ d’une convention particulière, tout, n’est pas « avoir reçu », faculté de recevoir finie.
Le « moyen donné » d’une dissimulation, et la qualité « mieux » d’une conformité à une convention et son ’quantum’ différence de mesure d’un écart, dissimulation de l’essentialité de la qualité faculté du divers possible.

La faculté de « voir » possède la « résolution » des couleurs. La généralité « daltonisme » est le « déni » de « l’avoir vu ». La science de la physique, dans cette généralité la voit comme convention de lumière invisible. Le « Mieux » est « autre faculté ».
Le « perçu » d’une faculté sans l’autre est celui de l’agitation d’un ‘vertige haut placé’, la placidité n’en n’est pas un opposé mais une autre forme.
Dernière modification par SacriPanard le 11 sept. 2008, 14:11, modifié 1 fois.
SacriPanard

Trois, Rouge, et relance

Message non lu par SacriPanard » 11 sept. 2008, 14:09

La faculté de « recevoir » au regard de la faculté de « connaître » est l’expectatif du présenté à « soi », et une indétermination d’« avoir reçu ».
La faculté de « connaître » au regard de la faculté « résolutive » est l’indétermination « d’un autre possible » et un expectatif d’« un autre déterminé ».
La faculté « résolutive » possède l’indétermination d’un « autre infini » déterminé de la nature.

La ‘démesure’ d’une exception « Mieux », nature d’Etre de l’homme, est la démesure du ‘Quantum’ du divers de la différence des facultés, divers des infinis. Ils sont ‘nécessités’ et divers entre eux. Le « Mieux » possède la démesure absolue de la « déterminité ».

L’identité de la personne, « d’être », de « soi », de son ‘modèle’ social en général, qui est la recherche d’une conformité à une convention ne possède pas sa raison « libre ». Elle est un non-sens majeur lorsqu’elle est voulue « qualité mieux », mesure de l’écart à cette convention.

Le ‘modèle’ présenté à « soi » comme « Idéal », possède en lui son rapport ‘d’opposition’ d’acquis éducatif, dissimulation du présenté de « soi ».
Les ‘modèles’ de classes sociales ont la qualité de l’écart au modèle.
La religion trouve sa définition dans le ‘modèle’ d’un présenté à « soi » et sa qualité dans la conformité à sa convention. La croyance est un « indéterminé », celui d’une autre détermination possible, ou dissimulation d’un « autre présenté », sujet d’une ‘opposition’ et coercition possible.

« Dieu » aura l’évidence du « Mieux » Divers des facultés et de leurs sciences.
‘Vénérez-le et ayez la modestie de le faire taire, qu’il ne vous fasse ‘perdre la face’’.

Le péjoratif (imputation positive ou négative) social imputé à ‘un Divers’ en général, est la démesure du « divertir » d’une propagande en tout point orchestrée et fomentée, convention en soi. Son rapport ‘d’opposition’ est l’atteinte par ailleurs à l’Idéal d’une conformité, du ‘Divers’ libre possible. La nécessité d’une ’symbolique’ du Divers, le Donné à « soi » comme étant le « Mieux » de sa Science, est l’absurde comme tel d’un indéterminé, sa conformité est une coercition.

L’éducatif d’une coercition possible dans l’action d’un « Groupement », Quantum ’Plus’, est l’évidence d’une démonstration « de force » de sa contrainte au regard du « Un Divers ». Un « Collectif » ou une « Totalité-collective » n’ont pas les mêmes déterminés de desseins ou d’oppositions. La « Totalité-collective » s’oppose au Divers, il est ‘Un Idéal conforme’ et dessein d’une convention; le « collectif » s’oppose au « Groupement », il est ‘Un du Divers’ et le dessein différencié du collectif.

Le « Mieux » et sa ‘positivité voulue’ dans l’appartenance à Une conformité au sein du Divers de la « collectivité libre », référence d’une libéralité, est le dessein d’une « Totalité-collective ». La jubilation d’un dessein « Collectif », n’est pas celle du « Groupement. »
Le « Mieux » comme tel, du Groupement au regard du Divers de Un du « Collectif » est un absurde, son intérêt particulier est l’intellectualité d’une autre nature. Son existence comme élément éducatif conforme « Mieux » est un « Totalitaire ».

L’existence du « Groupement conformité » comme Libre action d’une libéralité est un contraire au sein de l’action Collective.
Le ‘démontré’ « Mieux » du « Groupement » qu’il soit économique, social, politique ou religieux, au sein d’une « libéralité » est une atteinte fondamentale à l’essentialité du Divers collectif « Libre ». Les rapports d’oppositions sont ainsi innombrables comme Idéaux du modèle.


« L’unité » Collective est justifiée comme la conformité du Groupement, la « Globalité » d’un Idéal, est la justification de l’Idéaux des Groupements. Leur « divertir » est une négation, celle de la Globalité de la différence possible, obligation de la libéralité.

La nature Globale du Divers, comme Globalité différenciée, est la qualité « de l’Unité liée à cette différence », continuité du Divers. La « Globalité différenciée » n’est pas une négation globale ni une convention conforme déterminée. Elle n’est pas « Un déterminé » mais une détermination continue, qualité d’un Divers possible, qualité résolutive possible.

La société d’une collectivité libre à l’obligation de sa nature de ‘libéralité’. L’obligation de la société est l’obligé d’une « différence ».
La collectivité du « Groupement de l’Idéal » est un « Mieux » éducatif « écart » au divers de la libéralité. Il est en lui-même l’expectative de sa conformité, globalité de son ’Quantum’, et coercition de la collectivité du divers.

Le collectif d’un Groupement n’est pas le collectif d’un Divers. L’inversion est celle de la « Totalité-collective » ‘quantum’ « plus », coercition d’un « Mieux » éducatif au regard du « collectif-libre. »
SacriPanard

Collectif, et ma pomme alors!

Message non lu par SacriPanard » 23 sept. 2008, 15:04

L’administration, ou celle des « Groupements », moyen éducatif « Mieux » ‘représentation voulue’ d’un Divers, est une discontinuité du possible. L’administration globale de l’Idéal Divers, est une globalité du rapport d’opposition qualité prétendue d’une conformité « Mieux » administrée.
« L’exemplarité » est un « mieux » prétendu, « Une exemplarité » comme « Un du divers » n’est pas le divers de sa qualité, mais sa ’démesure’ quantum de sa qualité « Plus ».

L’ « exemplarité », en elle-même rapportée à un ‘Autre possible’ est l’écart prétendu « Mieux » de la différence à sa convention. La qualité de son interprétation seconde qui répond à la conformité des divers administrés, ou son interprétation stricte écart de « soi » au « Mieux », est une indétermination en « soi » agitation du divers. Une qualité brillante ou l’exception d’une qualité, n’est pas le modèle Idéal du divers mais son ’Quantum’, démesure d’« Un divers ».

La ‘Chose’ de l’administration ou celle du Groupement, ne peut pas être non plus la nature de la qualité administrée, elle est conformité de sa propre nature. La libéralité, comme la ‘représentativité’ voulue de son administration, est discontinuité de l’idéal divers possible, coercition de la libéralité.

L’intérêt particulier comme celui de « l’intérêt général » Idéal administré, est un moyen éduqué, le ’démontré’ « Mieux » au regard du divers collectif, globalité « de l’exemplarité, Une, particulière », administrée.

La Justice ou la Politique comme Modèle Idéal et Science d’une nature Sociale possède ses deux absurdes, coercition comme attente impérative d’un concordant administré du Divers et justification d’un nouveau déterminé conforme, absurde intentionnel de l’infini, parallèle d’administration de la complexité ‘symbolique’, ou nécessité particulière.

L’action collective du Groupement comme Ambition du Divers est Ambition du Groupement.
L’éducatif « Mieux » du Groupement, est Ambition du Groupement.
« Un Divers » au regard du collectif Divers est Ambition collective.


La Globalité du Groupement détermine ‘l’Adaptabilité’ comme une conformité « Mieux » du modèle Idéal, clame la société d’une différence « libre et libérale », elle définie l’administration de l’écart et du ’Quantum’ et émet ses « moyens éducatifs déterminés », moyens concordants d’une conformité administrée. Sa jubilation est la latitude du « moyen collectif » coercition particulière du mouvement conforme, immixtion du Groupement comme Collectif.

L’économie du Groupement est la ressource particulière Hors Globalité collective, sa latitude est « moyen collectif » coercition particulière. Le « Mieux » de Tout est une autre forme déterminée.

La Globalité du Divers détermine un ‘positionnement’ comme le point d’un ensemble, son ‘adaptabilité’ est la libéralité de l’écart possible lié à l’unité du Divers, elle définie l’administration de la globalité du Divers émet les moyens éducatifs d’un mouvement possible, moyens d’une condition collective. Elle possède la latitude du moyen collectif et sa limitation déterminée.

L’économie du Divers-collectif est la ressource particulière de la Globalité collective, sa latitude est le « moyen collectif » moyens d’une condition collective, limitation d’une forme déterminée.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 23 sept. 2008, 15:53

Faudrait peut-être songer à arrêter de fumer la moquette, non ? :lol: :P
SacriPanard

Expérimentation, Conditionnement, Pavlov

Message non lu par SacriPanard » 22 oct. 2008, 14:41

L’éducation d’une connaissance comme la nature de la qualité d’une conformité est un « moyen éducatif »: la qualité de la généralité d’une nature collective, comme celui du « degré évalué » : La « Valeur » fondamentale acquise, possède le « moyen » de sa collectivité réduite, un contraire collectif et démocratique. Le « policé » trouve ici son prétexte et opposition éducative, intellectualité déviée. L’uniforme social identitaire opposé à l’égalité du droit équivalent.

Le « à tout prix » de cette image est une ‘idéalisation’ « d’un Mieux » conditionné, il est celui d’un contraire qui ne peut qu’être le ‘parasitage’ d’une conformité, son encouragement libéral est la ‘marge’ asociale qui vous guette, et la « qualité » à mot couvert de l’immixtion d’une direction; loin de vous elle peut encore vous épargner.

Le détestable en est une émanation conforme, lecture administrée qui voudrait avoir son rapport scientifique, qualité que l’on doit pouvoir apprécier en public, de vous conduire ou autoriser, selon les droits démocratiques, au groupement référencé par Edwige, comme celui de la conformité publique d’une patrouille de Gendarmerie en service.

Appeler au syndicalisme et obtenir l’aggravation des conditions de travails, revendiquer le « sacré » pour obtenir le ‘moyen’ d’une contrainte administrée, ou la propagande d’une peur comme celle d’un attrait, est une intellectualité particulière qui ne peut pas ‘se frotter’ à une qualité première, toujours déviée. La « communication », ‘présenté dévié’, devenue expertise, ou celle d’une communication informative et résolutive.

« L’éducatif » perçu premièrement ou secondairement est l’impératif d’un « dissimulé » au détriment d’un « présenté », selon ses différentes déclinaisons, l’intellectualité de na pas comprendre ou le leurre de l’insuffisante méprise.

Selon St Charles, vous êtes 'catégorisé' par une méthodologie experte. Dévier l’intérêt de la nécessité d’une généralité collective, vers celui particulier de l’intérêt ou pire encore, comme le moyen du référencement d’une « Science », justifié par le ‘gendarmé’ opportuniste d’une conformité.

Un summum ou la France rivalise d’expérience. Tous les chemins ne mènent pas au trône, ainsi les recours experts ne manqueront pas de vous rappeler à l’ordre établi. La pratique propagandiste est par ailleurs une dissimulation informative.
GaranceParadis
Messages : 23
Inscription : 19 févr. 2008, 18:12
Contact :

Message non lu par GaranceParadis » 23 oct. 2008, 00:49

"Faudrait peut-être songer à arrêter de fumer la moquette, non ?"Absolument d'accord. :wink:
Je souhaite rajouter qu'il serait bon de ne pas "polluer" des postes avec des proses sans queue ni tête. :roll: :shock:
Répondre

Revenir à « Discussion générale »