Le Prix Goncourt 2009

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Invité

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par Invité » 28 déc. 2009, 12:34

J'ai trouvé ces trois nouvelles lourdes comme de la crème au beurre. Elles s'accordent parfaitement avec les bûches de Noël.
Le politiquement correct a peut-être joué en faveur de Marie NDiaye. Il fallait récompenser une femme noire. Voilà qui est fait...
ap17
Messages : 6
Inscription : 28 déc. 2009, 23:08
Contact :

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par ap17 » 28 déc. 2009, 23:21

Bonjour à tous,

Je viens de lire rapidement la troisième nouvelle.
Une lecture « à visée technique » (prétentieux !), vite concurrencée par l’intérêt du récit. C’est poignant, singulier, dérangeant…
Le style est surprenant par son irrégularité, alternant par exemple emploi conventionnel de la virgule et négligence – certainement voulue – de cette même virgule. Les phrases sont parfois démesurément longues, chargées de répétitions, tout en restant plutôt « coulantes ». La fin est composée de phrases plus classiques, et cela correspond au resserrement du récit.
Je ne suis pas critique non plus et, après cette brève découverte, je serai bien en en peine d'avoir une opinion tranchée !
Au sujet des coquilles et autres éventuels défauts, je propose à vos commentaires éclairés (et éclairants) ce que j’ai glané.
« … elle était une petite fille particulière nantie de ses propres attributs » (p. 253) : Pléonasme, lourdeur, effet de style, suspicion injuste de ma part ?
« une femme (…) qui donnait à manger d’une bouillie de riz à un petit enfant » (p. 262) : qui donnait à manger de la bouillie de riz ou qui donnait à manger une bouillie de riz, selon moi.
« Et elle ressentit alors si pleinement le fait… » (p. 264) : si profondément ou elle ressentit pleinement le fait, le si associé à pleinement me gêne.
p. 265 et suivante : une phrase de 19 lignes. Je compte 4 dont et 9 que.
« la peur d’avoir été emmenée dans l’antre aux corbeaux » (p. 273) : C’est dans la nouvelle à Marie Ndiaye. Je bloque.
« qui s’était avéré être (…) un homme bon » (p. 283) : Un être de trop ?
Qu’en dites-vous ?
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par ann65 » 30 déc. 2009, 13:45

Je n'ai pas été fana.
J'ai trouvé l'écriture plutôt "lourde", mais elle donne une impression de moiteur qui colle bien au contexte et aux histoires racontées et finalement restitue assez bien l'ambiance.
Quant aux coquilles, je n'en ai pas trouvé mais... pas je ne les ai pas cherchées non plus !
J'ai l'impression Arwenia que tu souffres de déformation professionnelle qui te fait chercher la coquille au lieu d'apprécier ce que tu lis. C'est dommage non ?
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par ann65 » 30 déc. 2009, 15:18

Arwenia a écrit :Pour souffrir de déformation professionnelle, il faudrait que j'en sois une. Or je ne suis même pas au milieu de ma formation du CEC .
Ceci explique peut-être cela.
Tu es un peu comme les étudiants en première année de psy qui étiquettent leur entourage à tort et à travers comme s'ils s'adonnaient à un exercice d'application. :wink:

Pour en revenir à Trois femmes puissantes, je te trouve bien sévère. Je n'ai pas été "prise", ni embarquée par ces trois nouvelles. Mais je trouve que cette femme a un vrai style littéraire, une vraie écriture, un vrai talent. Je n'ai pas trouvé ses "formulations" lourdes, mais j'ai perçu une lourdeur générale qui me fait penser à la moiteur de l'Afrique. Je ne suis pas fana, mais je trouve cela très intéressant.

Elle m'a donné envie de lire ses autres bouquins en fait, parce que je n'ai pas été convaincue par celui ci. Elle a vraiment aiguisé ma curiosité.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par PascalSR » 31 déc. 2009, 01:17

À ceux qui ne veulent pas être déçus, je recommande l'auteur maghrébin Boualem Sansal. Drôle, spirituel, profond et engagé. Bref, tout ce qui manque de nos jours à la littérature mondaine de coterie.

En tout cas, merci Arwenia pour la fiche de lecture.
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Le Prix Goncourt 2009

Message non lu par coco47 » 31 déc. 2009, 03:44

PascalSR a écrit :À ceux qui ne veulent pas être déçus, je recommande l'auteur maghrébin Boualem Sansal. Drôle, spirituel, profond et engagé. Bref, tout ce qui manque de nos jours à la littérature mondaine de coterie.
En tout cas, merci Arwenia pour la fiche de lecture.
Cette intervention de Pascal me donne une idée : pourquoi ne pas créer un fil où chacun pourrait signaler ou rappeler l'existence de tel ou tel auteur peu connu, fiche(s) de lecture à l'appui ? (Existence littéraire s'entend, l'écrivain pouvant être aujourd'hui disparu.) Par exemple, quelqu'un aurait-il envie de découvrir Jean Malaquais ou Charles-Louis Philippe ?
Répondre

Revenir à « Discussion générale »