Brève préchauffe : « Gym phi »

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
SacriPanard
Messages : 146
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Brève préchauffe : « Gym phi »

Message non lu par SacriPanard » 12 sept. 2018, 14:46

Citation : « Dieu connaît, ou a des idées ; mais ses idées ne lui adviennent pas par les sens, comme le font les nôtres. C’est parce que vous ne faites pas de distinction, là où le différence est manifeste, que vous vous figurez voir une absurdité là où il n’y en a aucune »

L’auteur développe l’idée que l’imperfection de l’homme est ce qu’il connaît par les sens, et que ces idées en général étant issues de dieu, la contradiction opposée que l’homme puisse ressentir l’idée d’une douleur, émanant de l’idée de dieu n’est pas l’absurdité que dieu ressente une douleur par le fait de l’imperfection d’un sens.

De cette idée là on peut évoquer l’idée culturelle d’une qualité, d’un défaut, ou d’une absurdité culturelle. Une faculté, étant entendue non comme celle d’un sens, mais comme issue de l’idée de dieu, on peut clairement établir et distinguer l’absurdité de la qualité.

L’information étant essentielle au sens d’une qualité, comme acquis de représentation culturelle, elle est à l’évidence l’imperfection d’une faculté, c’est-à-dire non celle de dieu, mais l’imperfection d’un savoir du sens, et non une faculté au sens ordinaire du terme.

Le pas en avant vers l’absurdité culturelle, est une généralisation « manipulée » du sens comme celle d’une qualité ou d’une faculté. La faculté issue de l’idée de dieu qui est celle du sens, n’est par définition pas celle qui est perçue, comme culturellement montrée, regardée, ou utilisée.

Il y a manifestement une inversion culturelle dans les actions et prétentions du sens, qui sont celles communes et ordinaires, « manipulées » comme intentions et ‘étalages’ sans l’objet d’une faculté, pire encore lorsque le dessein n’a aucun objectif que celui d’être un étalage.

La qualité d’un sens, comme imperfection, a sans doute le mérite d’une « quête ou d’un graal », l’imperfection des mathématiques est la quête d’une nature toujours plus infinie, mais s’oriente vers ce graal parfait, d’une réalité de dieu.

La science d’une politique, pour celle que nous entendons, n’est inversement comme science, et à l’avenant de la culture sociale et publique, fonctionnelle et pratique, qu’une généralisation « manipulée » du sens, très éloignée dans l’idée d’une faculté de dieu, ou de son graal. Elle n’évolue que pour elle-même comme qualité, et nullement ou au mieux dans l’indirection de l’imperfection d’un sens.

La quête d’un sens, dans l’organisation politique est toutefois le graal de la qualité d’une imperfection non absurde ou non ridicule.
Répondre

Revenir vers « Discussion générale »