Tout arrêter pour se consacrer aux concours ?

Discussions générales sur les écoles et les formations en journalisme et en communication (préparations écoles, choix d'une formation, hésitation entre plusieurs écoles, ...)
gavroche
Messages : 116
Inscription : 27 déc. 2005, 18:29
Contact :

Message non lu par gavroche » 24 juil. 2007, 18:28

Aurélie86 a écrit :
Mais vu la difficulté des concours, autant s'y adapter et se donner tous les moyens de réussir... Faire un effort pour s'intéresser à des domaines qui a priori nous intéressent moins, tenter de combler ses lacunes dans quelques domaines précis, s'entraîner aux épreuves... On peut préparer les concours de manière intelligente.
Pour ma part, j'ai décidé de continuer toutes mes petites activités... Je vais aller en master d'info-com (même si c'est quelque peu frustrant, surtout à l'IFP...), continuer mon travail qui consiste à synthétiser l'actualité diffusée en radio et télé (c'est ce que l'on appelle un job étudiant utile !)... Je vais lire, tenter d'améliorer mon anglais, refaire un stage en presse écrite, essayer de rester motivée... et advienne que pourra !
oui il est clair que pour certaine schose son peut s'entrainer

l'anglais par exemple ! si on ne pratique pas, c'est clair qu'on ne sera pas doué la dedans !

un oral aussi ca se prépare un minimum

cool comme boulot : synthétiser l'actu ! :wink:

en tout cas, bon courage !
aquae
Messages : 12
Inscription : 14 juil. 2007, 11:52
Contact :

Message non lu par aquae » 24 juil. 2007, 19:16

cool comme boulot : synthétiser l'actu ! Wink
franchement, oui!

tout à fait le genre de boulot que j'aurais voulu avoir cette année; a mon avis c'est une vraie chance!

c'est indiscret de te demander où tu fais ça Aurélie?
Aurélie86
Messages : 10
Inscription : 24 juin 2007, 23:09
Contact :

Message non lu par Aurélie86 » 24 juil. 2007, 21:48

aquae a écrit :c'est indiscret de te demander où tu fais ça Aurélie?
A l'Argus de la presse, à Paris (très souvent présent en pub sur categorynet !) C'est pas indiscret :wink:
kazoo
Messages : 13
Inscription : 09 août 2004, 18:01
Contact :

Message non lu par kazoo » 25 juil. 2007, 09:49

Il est rare que j'intervienne, mais là, c'était trop tentant.
D'abord, salut les génies, accomplis ou maudits.
ça fait peut-être beau-superintelligent-et-côôôl de raconter qu'on taffe pas pr les concours, mais là ça relève du gag... enfin mon expérience, naturellement, n'a pas valeur universelle, mais:

Ipesup gratte au moins une soixantaine de places ds les écoles, tu vois ce qui reste pr les autres...qd j'ai tenté les ccrs une première fois à l'arrach (2 mois de préparation), seulement en suivant l'actu, ça ne l'a pas fait (admissibilités, c'est sympa, ms admission, c'est mieux);

dc j'ai pris un an pr m'y consacrer:
en commençant par 3 mois de stage en PQR, puis en passant correspondante le reste de l'année :ça permet de sortir la tête de l'eau, de remplir ton CV, de bosser qd tu veux...ie moi je faisais 1 ou 2 articles par semaine, :wink: , ...et ça te fait qq chose à raconter le jour des oraux (genre sujet de Bordeaux: éviter de pomper le dossier du Monde "législatives en Ouzbékistan" si tu n'y as jamais mis un orteil, mieux vaut un bon syno de PQR que tu aies déjà réalisé...et tu peux trouver des sujets intéressants... si si ça existe).

J'ai fait Ipesup, comme bcp d'autres qui n'iront pas le crier sur les toits... n'étant pas de Paris, j'ai fait les A/R; et c'est cher, c'est clair, ms ça aide vraiment à tenir sur la longueur et à mieux cerner les attentes de chq école, aussi bien pr les écrits que pr les oraux. Après, on est d'accord, ce n'est pas une garantie en soi. De toute façon, il n'y en a pas, dc à toi de savoir si tu veux mettre ttes les chances de ton côté....

1/ ce que tu dois bosser en priorité, c'est la méthode.
c'est con à dire, mais c'est ce qui fait la différence, et c'est ce que tu paies (cher) qd tu fais Ipesup.
- par exemple en anglais PERSONNE N'EST BILINGUE ou presque, mais il faut qd même reprendre tes fondamentaux pr pas trop perdre de points:
"l'anglais de A à Z" reste la référence, il suffit d'avoir le courage de se le farcir et faire les exos; ensuite, l'"anglais de la presse" te permet d'avoir un voc axé sur l'actu... j'avais un niveau pas mauvais, mais ça m'a suffit et je n'ai jamais passé 2 h par jour à regarder la BBC;

- pour le synopsis, c'est pareil: tu paies une correction pr savoir si tu as respecté l'angle etc...et si t'as pas fait de la merde. Encore faut-il qqn qui puisse te le dire (ou alors dde à des journaleux: même si tu n'en connais pas forcément, le fait d'aller ds une locale t'aidera;... il y aura tjs 1 ou 2 personnes ds le tas qui t'aideront volontiers)

2/ Statistiquement qd t'as 900 copains qui veulent la même chose que toi, ils vont pas te dire qu'ils ont bossé comme des chiens et qu'ils se sont calmés l'année du ccrs :lol: ;;;en tt cas pas tt le tps.
Vu le nb de candidats, il n'y a pas d'incompatibilité entre "tête bien faite" et "tête bien pleine"...c'est un peu cliché tt ça;...
si tu réussis pas du premier cp, une tête soi-disant "bien fait" prendra une cuillère d'actu pr la remplir un peu....et une tête qui se dit "bien pleine" mettra peut-être les pieds ds une ou 2 rédacs.
Qqn qui n'a pas fait de stage ds la presse, c'est à peu près 2 personne sur 40 (ds mon école en tt cas);
alors ouais tu prends le monde 2 ou 3 h par jr, tu le fiches, tu le classes, etc... mais ça dure quoi, 6 mois? A toi de voir si tu trouves ça débile ou pas;..mais c'est pas très long non plus;
Et mes hommages à ceux qui (font croire, en tt cas) chient sur l'actu...
pr en côtoyer maintenant qq uns, je ne connais de bon journaliste qui te rie au nez parce que tu bosses un dossier...se documenter sur des faits, c'est le minimum syndical, désolée les Baudelaire. Mais si tu veux essayer d'apporter une réflexion, c'est pas mal d'avoir qq éléments au préalable...après si c'est une approche qui ne convient pas, mieux vaut peut-être être écrivain ou scénariste: là, personne ne se fera aligné pr mq de connaissance des fait, inexactitude....bien au contraire.
C'est une option.

Enfin ce n'est qu'un écho, vous en entendrez certainement d'autres,
et à ceux qui veulent retenter: ne vous laissez pas polluer par l'intox estudiantine, sachez ce que vous voulez, et pr ce faire, allez ds des rédacs.

Bien à vous.

Kazoo
Rné
Messages : 8
Inscription : 25 juil. 2007, 09:35
Contact :

Message non lu par Rné » 25 juil. 2007, 10:00

Bonjour Aurélie,
Je me suis créée un compte spécialement pour toi :wink:, pour répondre à ta question : "tout arrêter pour les concours ou pas?".

Beaucoup de gens t'ont donné leur avis, et rien de ce qui n'a été dit n'était faux à mon goût, mais je si je te réponds ici c'est pour te dire de bien t'écouter.

Beaucoup de gens comme Louis XV te diront : "moi j'y suis allé à l'arrache et ça a marché". C'est tant mieux pour eux, mais méfie toi de ce genre de discours. Ce qui marche pour certains ne marche pas pour tout le monde. ':?'

Je suis très bien placée pour en parler . J'ai passé deux fois les concours. La première année, je me suis bien vautrée . J'étaits justement en Master de Lettres Modernes, et j'ai fait un mémoire en sociolinguistique, en même temps que je passais les concours. Ca m'a un peu plantée. J'ai adoré faire mon mémoire, c'était une enquête de terrain sur Ni Putes Ni Soumises bien trippante, mais je n'ai pas réussi à m'épanouir en passant les concours.

Cette année j'ai décidé de ne pas m'inscrire en M2, et de ne me consacrer qu'aux concours. Ca ne veut pas dire que j'ai bachoté bien au contraire. J'ai décidé que j'allais prendre du plaisir à passer ces concours. Donc dès que je ne savais pas quelque chose je faisais une recherche dessus, je fichais le Monde, mais sans vouloir me vanter : intelligement. L'idée ce n'est pas de savoir qui est le chef des tribunaux islamiques en Somalie, mais de savoir pourquoi c'est la merde en Somalie, les relations tumultueuses avec l'Ethiopie, la région de l'Ogaden, etc...

Tu sais je crois que c'est comme pour tout : certaines personnes peuvent téléphoner d'une main, battre des oeufs en neige de l'autre et lire le livre de recettes en même temps. Moi je ne sais pas faire ça :oops: . Et j'avoue : j'ai lutté pour être admise au Celsa, au Cuej et finalement in extremis à Lille.

Donc pour conclure ce message un peu long (désolée:oops: ), il faut que tu sentes ce dont tu es capable. Et surtout que tu n'oublies jamais la dimension de plaisir... Sinon, c'est vrai que c'est le cauchemar.

Personellement j'ai adoré mon année consacrée aux concours... Et pour la petite histoire, je ne suis pas non plus une brute en anglais... Donc je suis partie un mois à New York de février à mars pour remettre les choses à plat... Ca m'a vachement aidée, et là encore je me suis éclatée (sans arrêter de ficher le Monde : eh oui les questionnaires d'actus sont cons mais on y gagne des points facilement, ce serait dommage de s'en priver).

Je te souhaite beaucoup de courage pour l'année prochaine! Et j'espère que mon message t'aura servi.
Roxanemargot
Messages : 30
Inscription : 19 juin 2007, 11:49
Contact :

Message non lu par Roxanemargot » 25 juil. 2007, 10:23

Je ne sais pas à qui Kazoo pensait quand il parle de "Baudelaire" et de gens qui "chient sur l'actu", mais je tenais à rectifier en ce qui me concerne - et au passage, c'était peut-être pas obligé d'être ultra méprisant et condescendant, déjà que c'est rarement l'harmonie sur les forum... . J'ai dit plus haut que j'avais très peu bossé et malgré tout réussi les concours (enfin juste ESJ ET CFJ, à l'IPJ j'ai été éliminée dès le début). Je n'avais pas vraiment le temps, ni la volonté d'ailleurs, je me suis donc inscrite au PEMEP pour voir mon niveau et savoir comment travailler pour l'année d'après. Coup de bol, j'ai été prise. Ce n'est pas pour ça que j'estime que c'est la meilleure méthode ! Je suis lucide, j'aurais aussi bien pu me planter. Je tenais seulement à dire à ceux qui ne se sentent pas vraiment le niveau en actu que ce n'est pas rédhibitoire. Après, il est plus qu'évident qu'il vaut mieux avoir le maximum de connaissances d'actu, et tenter de faire un stage ds une rédac, et savoir faire un synopsis et une synthèse de dossier et puis être fort en anglais et mettre toutes les chances de son côté, tout comme il est plus facile d'être beau et intelligent que moche et con. Même Louis XV devrait être d'accord (euh ?) ! Simplement, et ce n'est pas se la jouer ou vouloir être "cool", il est possible de réussir les écrits en ayant une (très) grosse faiblesse en actu. Après ça ne marche pas pour tout le monde c'est sûr, mais on peut quand même le dire, non ?
gavroche
Messages : 116
Inscription : 27 déc. 2005, 18:29
Contact :

Message non lu par gavroche » 25 juil. 2007, 10:29

hum
comment vous dire ?
faut savoir lire un texte et le comprendre quand on veut etre journaliste ( et meme sans)

ni louis XV ni moi ne disons de s'en fichre de l'actualité !
bien au contraire !

c'est une question de méthode dont on discute...
speedoupla

Message non lu par speedoupla » 25 juil. 2007, 11:07

Inutile de tout arrêter pour se préparer aux concours...De plus, ça peut être préjudiciable à l'oral je pense.

Je te fais part de mon expérience:

J'ai passé les concours en mode touriste l'an passé: la cata! Ce fut instructif, et m'a permis de faire le point sur mes ambitions en tant que journaliste (et même journaliste éco...au risque d'en choquer certains qui ne cachent pas leur aversion pour cette divine science sociale!). Je décidais de faire le grand saut: école ou pas école, c'est ce que je veux faire, point barre!

Je ne suis pas - mais alors pas du tout - une flèche...et n'ai qu'un niveau relativement médiocre en anglais... De plus, je n'ai passé que peu de concours cette année: cfj/ipj/cuej/celsa/ejcm. Ca s'est bien terminé pour moi, mais je conseille d'en tenter plus...

Cette année, j'ai cumulé un DEA d'éco, un stage de 6 mois à temps plein et la préparation aux concours...Inutile de te dire que ma consommation hebdomadaire de bières a largement chuté: je me rattraperai à Strasbourg, niark!!! (veuillez pardonner ce petit écart!)
Ma préparation (comprendre fichage, anglais, CG,...) a souffert d'un emploi du temps surchargé, c'est vrai. Mais il est indéniable que le stage m'a beaucoup apporté, tant au niveau de ma "plume" que dans la façon d'écrire mes papiers (ne le cachons pas, connaître la "base" de l'écriture journalistique est nécessaire - ou est un TRES gros plus - pour intégrer certaines écoles: rubricage, titre, chapeau, relance, pyramide inversée, chute...et j'en passe).

Je trouve dommage de tout arrêter pour passer les concours (d'autant plus qu'une préparation sérieuse dès janvier est largement suffisante).
Je rejoins un précédent conseil: vas toquer à la porte des rédacs.

...
Rné
Messages : 8
Inscription : 25 juil. 2007, 09:35
Contact :

Message non lu par Rné » 25 juil. 2007, 11:33

Peut être aussi que la question ne se pose pas en terme de tout arrêter ou pas...

Je veux dire, moi j'ai arrêté mon mémoire en sociolinguistique, parce que j'avais aussi l'impression d'avoir fait le tour de la question et que l'université c'était plus du tout mon truc.

C'est vrai qu'autant j'ai adoré faire mon enquête de terrain, rencontrer les militants de NPNS autant j'ai detesté le travail de rédaction du mémoire, à compter les déïctiques et je ne sais quoi encore. Le côté hors du réel et bulle de réflexion, ça m'a un peu gonflée à la fin.

J'ai compris en faisant mon mémoire que l'université c'était vraiment pas mon truc, mais peut être que ce n'est pas ton cas. Encore une fois réfléchis par toi même, écoute toi bien!

Le conseil de speedoupla : aller voir du côté des rédac n'est pas mauvais... Mais soyons pragmatiques, le problème c'est surtout de savoir si toi tu te sens capable de ne plus boire de bière l'année prochaine??? ;)

Et par contre bien sûr : quelle que soit ta décision les stages c'est génial! ne les fais pas sauter! Je crois que c'est toujours hyper bénéfique et pis, c'est vraiment le pied.
kazoo
Messages : 13
Inscription : 09 août 2004, 18:01
Contact :

Message non lu par kazoo » 25 juil. 2007, 11:37

--------------------------------------------------------------------------------


je rejoins louis XV, le bachottage est vraiment une très mauvaise façond'aborder l'entrée dans les écoles ou formations universitaires au journalisme

on ne demande pas a un journaliste d'avoir une tete bien pleine mais une tete bien faite...

Cette affirmation me semble, toujours, bien présomptueuse.
Avoir une plume, c'est un moyen et pas une fin en soi. Pour avoir quelques retours de membres de jurys, ils recherchent en général des candidats qui réunissent toutes les conditions, des capacités d'écriture, et une réflexion sur l'actu.
ni louis XV ni moi ne disons de s'en fichre de l'actualité !
bien au contraire !
C'est un bon début...

Ensuite, il faut avoir l'honnêteté de dire que ton cas représente une minorité de personnes - j'ai pu jugé sur pièces, en école - même si ça PEUT arriver. On te parle juste de statistiques. Donc prôner l'absence de méthode est un peu léger, c'est tout. Mais ça ne fait pas forcément plaisir à entendre. Je suis d'accord.
je n'ai passé que peu de concours cette année: cfj/ipj/cuej/celsa/ejcm. Ca s'est bien terminé pour moi, mais je conseille d'en tenter plus...

Cette année, j'ai cumulé un DEA d'éco, un stage de 6 mois à temps plein et la préparation aux concours...
Speedoupla est un exemple que tu retrouves pas mal ds les promos, qd tu tapes la causette avec tes nouveaux camarades de classe, autour d'une bière... :wink: Donc plus représentatif... les DEA ou maîtrise avec très peu d'heures de cours sont les rares formations qui te permettent de dégager sufisamment d'heures pour passer correctement les concours.
Et corizez moi si y a des zerreurs de compréhenfion.

Bien à vous
Rné
Messages : 8
Inscription : 25 juil. 2007, 09:35
Contact :

Message non lu par Rné » 25 juil. 2007, 11:45

Ah oui et pour la question de l'oral. Moi ça ne m'a pas du tout porté préjudice...

En fait au début de l'année, je m'étais inscrite en M2 et j'étais franchement tentée par une enquête de terrain sur les parlers parisiens.. Quand j'ai capté que ça me vouait à l'échec, j'ai laissé tomber.

Après à toi de présenter les choses positivement. C'est sûr que si tu dis :"fuck la fac, fuck les études", ça passera pas.

Personnellement j'ai dis que l'enquête que je devais faire était vraiment trop intéressante, qu'elle méritait toute mon attention, et que pour faire les choses bien et ne pas bacler l'enquête j'avais préféré abandonner..

Aucun des 4 jurys auxquels je me suis confrontée ne m'a fait chier là dessus...
speedoupla

Message non lu par speedoupla » 25 juil. 2007, 12:06

kazoo a écrit :--------------------------------------------------------------------------------

Speedoupla est un exemple que tu retrouves pas mal ds les promos, qd tu tapes la causette avec tes nouveaux camarades de classe, autour d'une bière... :wink: Donc plus représentatif... les DEA ou maîtrise avec très peu d'heures de cours sont les rares formations qui te permettent de dégager sufisamment d'heures pour passer correctement les concours.
Et corizez moi si y a des zerreurs de compréhenfion.
Un dea comprend certes peu de cours, mais deux mémoires à boucler, ce n'est pas de la tarte! Contrairement au mémoire de maîtrise (quoique...), c'est un vrai travail de recherche qui demande un important investissement...J'en bave encore... Je te rejoins néanmoins sur la flexibilité d'une telle formation, puisque les soutenances ont souvent lieu en septembre...ce qui laisse l'été pour bosser... :evil: ...pas de commentaire!

Il est vrai que le côté "ras de bibliothèque/overdose de théorie/trop éloigné du réel" peut en rebuter certain, mais c'est une démarche intellectuelle toute aussi intéressante que la démarche journalistique...Ce n'est que mon avis et ne m'empêche pas de préférer le travail de terrain! Mais peut-on faire une bonne chronique économique sans bagage théorique? J'en doute...
Rné
Messages : 8
Inscription : 25 juil. 2007, 09:35
Contact :

Message non lu par Rné » 25 juil. 2007, 12:22

Mais peut-on faire une bonne chronique économique sans bagage théorique? J'en doute...
Personnellement je n'ai jamais dit qu'un bon journaliste était récalcitrant à l'université!!! Au contraire, un bon journaliste propose une grille d'analyse sur un un sujet, une lecture d'un évènement, donc forcément s'il fait bien son boulot il se base sur le travail d'universitaires...

Mais se baser sur le travail d'universitaires, ce n'est pas effectuer un travail universitaire. Enfin, je prends encore mon exemple, moi je suis vraiment passionnée de Littérature, mais au bout d'un moment je trouvais que ça allait très très très loin... C'est un luxe de pouvoir s'offrir des réflexions à n'en plus finir sur la littérature et la poésie, et la linguistique... Moi j'ai adoré ça, mais maintenant c'est bon, je veux aussi être dans le vrai monde des gens qui se galèrent à payer leur loyer à la fin du mois...:?

Et vraiment je tiens à ce que ce ne soit pas pris pour du mépris pour les chercheurs (mon copain veut l'être), il faut de tout pour faire un monde! :wink:
Aurélie86
Messages : 10
Inscription : 24 juin 2007, 23:09
Contact :

Message non lu par Aurélie86 » 25 juil. 2007, 12:35

Merci pour vos nombreuses réponses (avec une petite mention spéciale pour Rné qui s'est inscrite exprès pour pouvoir me répondre ;))

Ce que je voulais en posant ma question c'était des témoignages, pour savoir comment s'y sont pris ceux qui ont réussi, toutefois bien consciente qu'il n'existe aucune méthode miracle. Chaque cas est différent, et c'est à chacun de savoir comment s'organiser au mieux, selon ses aptitudes, ses gouts, ses lacunes... sa motivation aussi.

Je ne vais pas arrêter mes études. Je pense que ma première année d'info com à l'IFP m'apportera des connaissances non négligeables sur les médias et le monde contemporain. Et le nombre d'heure de cours n'est pas insurmontable... Pour l'actu, j'ai déjà un travail qui m'oblige à la suivre des très près, et je tente dès maintenant de combler mes lacunes, en économie et politique extérieure notamment ! Pour ce qui est des stages, j'ai déjà eu l'opportunité d'en faire un dans un quotidien national, qui m'a beaucoup apporté, et compte bien tout essayer pour en refaire un. Pour l'anglais par contre... je serai bien partie dans un pays anglophone cet été mais ce n'était pas possible, financièrement parlant (même problème pour les prépas...) Alors ben je sais pas, je vais improviser ! Et commencer par revoir les règles de grammaire ! Et enfin, comme vous l'avez dit, travailler la méthode parait plus qu'indispensable.
Pooky
Messages : 14
Inscription : 19 juil. 2007, 16:16
Contact :

Message non lu par Pooky » 25 juil. 2007, 12:35

attendez, hugogo nous a quittés dans l'indifférence générale! Tu es toujours là hugogo?
Répondre

Revenir à « Forum général »