Les étudiants philo ont-t-il leur chance ? HELP !!

Discussions générales sur les écoles et les formations en journalisme et en communication (préparations écoles, choix d'une formation, hésitation entre plusieurs écoles, ...)
sunnydrey

Les étudiants philo ont-t-il leur chance ? HELP !!

Message non lu par sunnydrey » 06 oct. 2007, 14:04

Salut tout le monde, je me suis décidée à poster sur ce forum parce que je suis complètement perdue...
Tout d'abord, voici mon parcours : bac L, 5 années de philo jusqu'au Master 2 recherche, avec un mémoire sur le journalisme et les médias. Et en ce moment un master 2 recherche en info-com. cette année, en même temps que ce master 2, j'esperais me préparer pour les concours, mais voila, je doute...
Pensez vous sincèrement que j'ai mes chances en écoles de journalisme ?

En ce moment je me sens perdue, perdue entre le manque de confiance en moi, perdue à l'idée de ne pas avoir de métier après toutes ces années de travail, perdue à l'idée que même si je m'en sors, le journalisme semble être un domaine de plus en plus précarisé. (bas salaires, piges...)

Autre question, peut-on espérer gagner bien sa vie après une école ? (et pas forcément après cfj ou esj lille..)
Vous, qui voulez devenir journaliste honnetement à quel salaire prétendez vous ? Peut on raisonnablement espérer gagner assez vite 1500 euros net ? (1500 euros net, soit un peu moins de 2000 euros brut, c'est à peu près le salaire que j'estime convenable vu le prix des loyers etc...)

Lorsque, je faisais mon stage à Marseille, une journaliste d'un des 2 principaux quotidien régional, m'avouait gagner seulement 1300 euros, et son rédacteur en chef 1500 euros. Ils étaient dégoutés et aigris...1500 euros un rédacteur en chef ?? Donc, si je comprends bien, ne nous voilons pas la face, avec toutes ces études on gagnera (si jamais on survit à ces concours), pas tellement plus qu'un BTS ?

Eclairez moi sil vous plait, tout d'abord, sur mes chances de m'en sortir dans le journalisme avec mon parcours philo; et sur les salaires et les débouchés ! Je n'ai aucune envie de me battre pour des écoles qui ne mènent à rien, et qui me feront mal gagner ma vie. Je n'aurai pas la force d'être pigiste trop longtemps, je recherche la stabilité, un salaire sympa et fixe. Mon fiancé sortant d'une école d'ingénieur, j'ai l'impression d'avoir la pression de ma belle famille. Lui travaille déjà, a décroché un CDI dans une grosse boite d'informatique, et moi j'en suis encore à me demander ce que je vais faire, tout ça parce que j'ai voulu faire philo !! ( philo qui sert à rien, qui ne mène a rien gna gna gna..) Je le sens bien, ils aimeraient que j'arrete de rêver et reparte à zéro vers des études courtes qui mènenont à quelque chose. (genre bts, ou concours aux impots...)
Dois-je déjà repartir vers un BTS ? Car, si je reussis pas ces fichus concours, je fairai quoi dans plusieurs années, sachant que j'ai déjà 23 ans ?? :( :(

Merci par avance pour vos réponses !
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 06 oct. 2007, 15:48

Difficile de te répondre en avançant des propos imparables. D'autant qu'il existe autant de parcours professionnels que de destins humains.

Au vrai, le journalisme demeure une activité passionnante, riche, par l'enrichissement personnel qu'elle peut apporter. Cependant, force est de constater que, en épousant cette voie, tu n'empruntes pas le plus simple des chemins : difficultés d'insertion, luttes pour conserver son emploi, propension au découragement, rebonds inattendus, etc.

Une évidence : l'avenir n'appartient pas au salariat permanent, mais bel et bien à la pige. Pour mille raisons, dont l'extême fragilité des structures de presse, qui demeurent prudentes quant à l'embauche.

Un exemple ? Tentons de nous mettre dans la position d'un patron de presse : dans cette position-là préfères-tu embaucher un journaliste permanent à 2 500 euros qui pondera 3 articles dans le mois ou rémunérer un journaliste à la tâche, c'est-à-dire à la pige ? Le calcul est vite fait...

Un point important : à quelques rares exceptions près, les salaires des journalistes, permanents ou payés à la pige, ne sont guère mirobolants, comme peuvent en témoigner les grilles salariales accessibles sur le site du SNJ (www.snj.fr).


Contrairement à une idée reçue, la rémunération sous la forme de pige peut présenter bien plus d'avantages qu'on ne le croit de prime abord. D'abord, parce qu'elle laisse au journaliste une vraie liberté, et de pensée, et de mouvement. Ensuite, parce que, assez paradoxalement, elle place ce dernier dans une situation plus confortable, s'il a multiplié ses collaborations, dans l'hypothèse où l'un des titres pour lesquels il travaille venait à mettre la clé sous la porte. Un choix que le salarié permanent ne connaît pas.
En contrepartie, le pigiste, s'il veut être " bien servi financièrement ", doit se bouger, se creuser les méninges, oser pousser des portes, etc.

Naturellement, à cela une condition sine qua non : avoir la chance, avoir l'opportunité de travailler avec des supports sérieux qui paient correctement et sous une forme légale, c'est-à-dire sous la forme salariale, seul viatique possible, et légal ! Tout cela exige chance et volonté farouche.

Quant aux écoles, rendons-nous à l'évidence : elles donnent des bases, mais ne sauraient donner du talent à de futurs journalistes. Et le marché de l'emploi est difficile, eu égard au rapport entre l'offre (faible) et la demande (pléthorique) dans le secteur du journalisme.

J'espère, par cette réponse, t'avoir ouvert des pistes de réflexion, à défaut d'avoir répondu à ton interrogation. Car tu es seule à pouvoir y répondre. En connaissance de cause.

Bonne chance
jibi
Messages : 38
Inscription : 03 juil. 2007, 14:07
Contact :

Message non lu par jibi » 06 oct. 2007, 17:18

Je suis encore étudiant mais j'ai pas mal d'expériences de stages ou de CDI...

D'abord une chose doit être claire. En effet on ne gagne pas beaucoup d'argent en étant journaliste (à quelques exception près) mais on doit pouvoir arriver à se débrouiller quand même (là encore pas de généralités), faut pas exagérer...

Plusieurs red chef m'ont déjà fait remarqué que je "gagnerais plus en faisant des ménages". Un red'chef d'un grand quotidien national a fait le même genre de réflexion à ma copine, pourtant alors en stage dans leur service politique (donc pas des débutants, ni des manchots)

Oui après de longues études (moi science-po plus un an de stages; des amis après des M2, etc...) c'est désespérant de voir que le plombier gagne 3x plus que toi, ou que tes copains de science-po qui ont choisi commerce s'en mettent plein les fouilles...

Mais après (avant en fait) il faut savoir ce qu'on veut. Ce métier me passionne. Je saute sur la moindre occasion de partir en reportage (même si c'est encore parfois à mes frais). Et la première fois où on me l'a tout payé, j'étais comme un fou. Quand je vois mes red'chefs appeler un pigiste en Birmanie je suis tout ouïe et ne rêve que de pouvoir être à sa place la prochaine fois. En attendant je m'éclate à prendre des photos des ministres qui passent à la rédac', à écouter bouger le monde lointain ou proche.

Dans les plus petits médias où j'ai été stagiaire ou remplaçant, j'ai pris un plaisir énorme à cotôyer les dirigeants locaux où les bénévoles d'assoc'. A écouter ce qu'ils avaient à dire, comprendre et parler de ce qu'ils faisaient. Cotôyer de très nombreux milieux sociaux et de pensée différents (ce qui est donné à peu de gens hormis aux journalistes) est très enrichissant de mon point de vue.

Quand je lis un livre, vais voir un film ou un concert, je pense journalisme, je réfléchis à ce que je peux en apprendre, peut-être, pour la suite. Très souvent je me rend compte que ce n'était pas inutile, au contraire.

Je sais que je gagnerai beaucoup moins que les politiques ou dirigeants ou patrons etc. auxquels je parlerai... mais moi le lendemain je verrai autre chose que leur bureau, je serai peut-être en Afrique ou à un match de foot... Et puis surtout je serai extérieur, je pourrai commenter, analyser ces milieux... et ce n'est pas le moindre intérêt de ce métier.

Après si on veut être journaliste pour un certain prestige, pour un gros salaires, ou pour une vie rangée.... c'est en effet pas gagné, et c'est souvent au prix de compromissions qui ne me tentent pas...

Désolé d'avoir été aussi long, mais ce boulot, tu le sens ou pas, à chacun de voir midi à sa porte.


ps: sinon pour la philo, je ne vois pas ce qui t'empêcherais de devenir journaliste, c'est très ouvert comme base de recrutement.
citizen
Messages : 113
Inscription : 26 janv. 2007, 11:08
Contact :

Message non lu par citizen » 06 oct. 2007, 17:37

Je ne vais pas en rajouter, juste faire une remarque : il faut être motivé, pour ce boulot. En vouloir. Ton parcours importe peu, mais la motivation est indispensable.
Tu es peut-être à un tournant : à toi de voir si le journalisme est vraiment ce que tu souhaites (et donc si tu t'en fous de ce que pensent tes beaux-parents), ou si tu préfères trouver un boulot plus stable et rémunérateur. Après tout tu as 23 ans, tu peux encore changer de voie : à toi de voir ce que tu veux vraiment. Bonne chance en tout cas ;)
Jojomigrateur
Messages : 59
Inscription : 17 janv. 2007, 14:39
Contact :

Message non lu par Jojomigrateur » 06 oct. 2007, 18:17

A 23 ans, tu es loin d'être une grand-mère, même s'il y en a qui sont vieilles avant l'age !

Si tu as fait de la philo, tu as appris à réfléchir, à faire le tour des choses et tu es sans doute capable de cerner ce que tu veux faire de ta vie.

Juste un conseil....: Théoriser c'est bien, mais il ne faut surtout pas avoir peur de la pratique, faire des essais, échouer, recommencer... C'est la vie...

Georges

http://jojomigrateur.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
maudeml
Messages : 152
Inscription : 12 mars 2006, 03:41
Localisation : Nantes, France
Contact :

Message non lu par maudeml » 06 oct. 2007, 20:25

Tiens, c'est drôle, moi aussi j'ai 5 ans d'études derrière moi, moi aussi je vais avoir 23 ans, moi aussi mon copain sort d'une école d'ingénieur...

Sauf que cette année j'intègre une école de journalisme (l'ASJ de l'IUT de Tours), que je suis hyper enthousiaste et confiante, et que mon copain lui aussi s'est réorienté dans un secteur qu'on dit bouché, l'architecture... Rengagez-vous, qu'ils disaient !

Pourquoi suis-je confiante ? je n'ai pas de "facilités" (entendez piston), mais le jour où j'ai pensé que le journalisme était LE métier qu'il me fallait (il y a seulement 2 ans), j'ai décidé de m'acharner et de tout faire pour y arriver (sauf la promotion canapé, eh oui, désolée !)

Bref j'ai fait quelques stages et remplacements - qui m'ont aidé à me rendre compte par moi-même que ce boulot n'est pas si bouché... et même peu payée, c'est très agréable de faire un job qui ressemble à un loisir (enfin moi je le vis comme ça). Je viens donc de rentrer dans cette école, et dans cette promo où nous sommes 15, les âges varient de 18 à 35 ans. Alors ce n'ets pas une question d'âge du tout !

Ne désespère pas, et fonce, prépare tes concours, tente-les, fais des stages, vois si c'est bien ce qui te correspond... sinon tu risques de le regretter un jour !

Bon courage à toi :wink:
sunnydrey

Message non lu par sunnydrey » 06 oct. 2007, 23:40

Merci pour ces réponses !
Par contre je peux voir qu'en gros les discours c'est : "Le journalisme c'est super passionnant, mais ça ne fait pas gagner sa vie, faut s'y faire !!" En est-on vraiment là ? En gros, soit je cultive l'ascétisme et l'annihilation des désirs, soit j'épouse un fils de riche ? :shock: :?

Combien peut-on gagner en sortant des écoles reconnues diplomants à bac+5 ? Vous devez bien avoir des chiffres en têtes !
:lol:
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 07 oct. 2007, 10:04

Pour tout savoir sur les différents barèmes (sur la page d'accueil, voir les plus récents accords salariaux) : http://www.snj.fr

Grosso modo, un débutant gagnera le SMIC (1 200 euros bruts), ou un tout petit plus.

Cependant, il ne faut pas pousser quant à la modestie des émoluments : les revenus des journalistes se situent ni plus ni moins dans la moyenne des revenus français.

Maintenant, si, comme je crois le comprendre, le montant de ta fiche de paie est ton absolue priorité, si tu veux gagner 5 000 euros, en effet, n'épouse pas la voie du journalisme !
gael1
Messages : 13
Inscription : 02 août 2006, 11:32
Contact :

Message non lu par gael1 » 07 oct. 2007, 10:44

pas un problème d'avoir fait de la philo. c est ce que j ai fait avant d integrer l esj lille.
Avatar de l’utilisateur
maudeml
Messages : 152
Inscription : 12 mars 2006, 03:41
Localisation : Nantes, France
Contact :

Message non lu par maudeml » 07 oct. 2007, 12:01

archaud a écrit :Pour tout savoir sur les différents barèmes (sur la page d'accueil, voir les plus récents accords salariaux) : http://www.snj.fr

Grosso modo, un débutant gagnera le SMIC (1 200 euros bruts), ou un tout petit plus.

Cependant, il ne faut pas pousser quant à la modestie des émoluments : les revenus des journalistes se situent ni plus ni moins dans la moyenne des revenus français.
Archaud a raison, la situation n'est pas si catastrophique que cela... surtout pour ceux qui décrochent les fameux CDI dont tout le monde rêve ! Seulement au début, il faut se faire sa réputation, et cela passe par des CDD au Smic... Et puis il y a les pigistes dont les revenus sont variables.

Mais si on s'accroche on peut y arriver, et pas si mal que ça. Je ne suis ni "gosse de riche" ni en couple avec quelqu'un qui subviendra en totalité à mes besoins, mais je suis sûre qu'on y arrivera ! Le tout c'est de se bouger le c**, et je doute que certains noircissent le tableau pour décourager leurs futurs rivaux...
:roll:
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 07 oct. 2007, 12:17

Au vrai, ce qui frappe, dans les revenus de journalistes, c'est leur grande disparité. Naturellement, travailler dans la presse ou à la radio est moins lucratif que d'exercer ses talents sur TF1.

La vraie problématique se situe moins dans l'absence de modèle économique fiable, prompt à offrir une vraie progression salariale aux journalistes, que dans le déséquilibre entre l'offre et la demande : grosso modo, et pour demeurer schématique, au vu du nombre de gens qui souhaitent devenir journaliste, les patrons de presse peuvent imposer leurs conditions financières. La demande est hélas ! infiniment inférieure à l'offre.
Dans le cas contraire, bien que peu probable, c'est-à-dire si l'offre était supérieure à la demande, les journalistes seraient des rois, dans la mesure où ce sont eux qui imposeraient leurs exigences.

Quant au paiement à la pige, qui, rappelons-le, n'est pas un statut mais une forme de rémunération, je le répète, cela peut être tout à fait fiable. Sous réserve bien sûr de disposer d'une palette de supports suffisante, et de savoir fuir les titres qui paient trois francs six sous, quand ils paient !
Plus facile à dire qu'à faire, je le reconnais, mais, avec de la volonté, tout le monde peut y arriver.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 07 oct. 2007, 12:25

Un petit ajout, afin de corriger une faute de Maudeml : dès lors que le journaliste payé à la pige est régulier, son contrat - même si celui-ci n'existe pas, sous une forme écrite - est supposé à durée indéterminée ! Ce qui signifie qu'il dispose des mêmes droits, en cas de rupture, qu'il a droit aux mêmes indemnités qu'un journaliste dit permanent.

A contrario, le législateur n'ayant défini la durée à partir de laquelle un journaliste payé à la pige était régulier, donc disposait d'un CDI de fait, ces critères différent, selon les conventions patronats / syndicats signées dans chaque organe de presse. D'une manière générale, l'on considère que, pour bénéficier d'un CDI de fait, il faut avoir collaboré trois mois de suite.
Avatar de l’utilisateur
maudeml
Messages : 152
Inscription : 12 mars 2006, 03:41
Localisation : Nantes, France
Contact :

Message non lu par maudeml » 07 oct. 2007, 12:31

Oui mais en matière de revenus, de salaires, même si le pigiste est sous contrat, tout dépend des sujets qu'il trouve, qu'il propose, qu'on lui accepte (et inversement). Non ?
Si l'on refuse tous les sujets d'un pigiste "régulier", il ne sera pas payé... (dites moi si je me trompe).
sunnydrey

Message non lu par sunnydrey » 07 oct. 2007, 16:57

J'ai jamais dit que je voulais gagner 5000 euros :wink: L'assurance d'avoir un jour 1500 euros net (avant mes 50 ans :-p) me conviendrait.
C'est juste que étant donné que les gens moyens ne sont jamais aidés, puisque je vais bosser et pas avoir de cadeaux (rmi, CMU, bourse de rentrée scolaire, bourse de la région, bourse du crous pour mes gosses, réductions d'edf et j'en passe...), je préfèrerais gagner plus que le SMIC !!:lol:

Souvent vous parlez des grilles de salaires du Syndicat des journalistes, sont-elles fiables ? Dans la pratique, les rédactions appliquent-elles ces salaires ? Y sont-elles contraintes ? Et aussi, la grille parle d'échelon..La montée des échelons se fait-elle vraiment ?

Sinon, ca fait plaisir de savoir qu'on peut avoir fait philo et aller à l'esj ^^ Je suis peut être pas complètement fichue :P
citizen
Messages : 113
Inscription : 26 janv. 2007, 11:08
Contact :

Message non lu par citizen » 07 oct. 2007, 17:02

sunnydrey a écrit :C'est juste que étant donné que les gens moyens ne sont jamais aidés, puisque je vais bosser et pas avoir de cadeaux (rmi, CMU, bourse de rentrée scolaire, bourse de la région, bourse du crous pour mes gosses, réductions d'edf et j'en passe...), je préfèrerais gagner plus que le SMIC !!:lol:
...
Hm nan, j'ai rien dit.
...
Répondre

Revenir à « Forum général »