des avis sur l'école Nouvelles à Nice

Forum à propos de l'école Nouvelles (Nice)
groland44
Messages : 12
Inscription : 13 févr. 2009, 13:02
Contact :

Eviter Nouvelles !!!

Message non lu par groland44 » 14 févr. 2009, 00:21

Nouvelles est une parodie d'école de journalisme. Pour ainsi dire, je l'ai faite, j'en suis ressorti diplômé et je ne le mentionne même pas dans mon CV tellement j'en ai honte (véridique) !

C'est vrai, j'ai été naïf. je voulais tellement faire ce métier, j'étais prêt à tout. Sans doute pas assez bon pour les GRANDES écoles qui font la fierté de ceux qui en sortent, je me suis replié sur celle de Nice après avoir manqué Bordeaux et Toulouse (ouh le nul dirons les lauréats de ces derniers établissements!!!). Quoi qu'il en soit, 2 ans de Nouvelles et, au bout ? Rien, ou si peu. Déjà, côté social, beaucoup de fils à papa-maman débarquant là dedans car pas d'idée dans la vie et qui n'ont comme seule référence du journalisme que PPDA ou Tinitin. Evidemment, vu le prix, c'est pas non plus une ZEP. Sinon, le débouché "offert" par l'école en fin de scolarité a constitué, pour ma part en tout cas, en un stage NON rémunéré de 3 mois. Bon, je ne me plaints pas, c'est le lot de beaucoup (trop) de monde et j'ai quand même pas mal appris et plutôt rigolé. Après... Après? Silence complet. Des nouvelles ? Ils en ont pris oui. Deux ans après. Et je n'ai pas donné suite. Qu'ils m'oubient !

Depuis, j'ai fait autre chose et, entre autre, un contrat de professionnalisation avec le CFPJ de Paris en alternance dans un journal en PQR. D'où la suite de mon message qui intéressera peut-être ceux qui semblaient s'orienter dans cette voix-là.
Je loue volontiers cette pratique. Faire du terrain est la meilleure école qui soit, à tel point que les sessions de 2 semaines à Paris en deviennent un cauchemar car vous vous redtrouvez arrachés à votre rythme. Ces sessions théoriques sont en effet le seul point négatif. Car, une fois de plus pour ma part, on n'y apprend pas grand chose si ce n'est (encore!) de tuer le temps. Sinon, la vie au coeur d'un média, quelqu'il soit, vaut les meilleures formations. C'est précisément là que vous vous distinguerez d'un étudiant sortant d'une formation continue de GRANDE école qui, sauf en stage, n'aura jamais (ou très rarement) fait de terrain dans les conditions du réel.
C'est le plus essentiel car désormais, lorsque vous débarquez dans une rédac, on demande d'être opérationnel de suite et pas spécialement la couleur de vos diplômes...

Bref, pour résumer la chose : école Nouvelles (sur 2 ou 3 ans) à éviter. Formation en alternance (contrat de professionnalisation) avec le CFPJ (ou autre), à conseiller vigoureusement pour la mise en condition (pas le droit à l'erreur!).

A faire en attendant et en parallèle du lycée ou fac : bosser chaque week-end comme correspondant dans un média local. C'est là la meilleure école. Et les journaux sont très souvent preneurs. Si cela vous emmerde, abandonnez, vous n'êtes pas fait pour ça !

bonne chance et bonne route à vous (et merci de m'avoir lu).

PS : "malgré" ma (dé)formation à Nouvelles et mon formatage au CFPJ (lire à ce propos l'excellent livre "Les Petits soldats du journalismes" trouvable à la FCNA), je travaille aujourd'hui pour plusieurs médias (locaux, nationaux, écrits et radio confondus) et je suis persuadé que j'en serai au même point sans être passé par le premiuer établissement cité dans ce PS. A bons entendeurs...

Bien à vous.
Jesky31
Messages : 217
Inscription : 29 oct. 2008, 16:36
Contact :

Message non lu par Jesky31 » 14 févr. 2009, 01:53

Je trouve ton discours un peu provocateur et génant lorsque tu dis:

" A faire en attendant et en parallèle du lycée ou fac : bosser chaque week-end comme correspondant dans un média local. C'est là la meilleure école. Et les journaux sont très souvent preneurs. Si cela vous emmerde, abandonnez, vous n'êtes pas fait pour ça ! "

Pourquoi?

Parce que d'une part tout le monde n'a pas la chance d'avoir Papa-Maman qui les aident derrière et donc le weekend est souvent le seul moment où tu peux travailller pour payer tous les faits qu'engendre la vie étudiante.

Ensuite parce que tu te bases sur ton expérience. La presse a évolué et malheureusement elle est en crise. Qui dit crise, dit réduction d'effectifs. Dit donc économie de coûts. Et les premiers qui trinquent se sont les pigistes et les correspondants. J'ai fait un stage en septembre au sein de la rédaction de la Dépêche de la Midi dans ma ville (Castres pour ne pas la citer) et lorsque j'ai évoqué ce sujet-là, on m'a clairement dit que la PQR avait tendance à ne plus prendre de correspondants. Economie sur le budget oblige. Et en plus, ces quotidiens prennent plus des personnes qui sont implantées dans la vie associative, sociale de la commune pour éviter les mauvaises surprises.

Donc non cela ne nous emmerde pas, mais la vie a changé et pas en mieux. Nous sommes dans une époque où chacun doit "manger" l'autre. Les concours en sont la plus belle preuve.
faust
Messages : 67
Inscription : 16 oct. 2007, 11:29
Contact :

Message non lu par faust » 14 févr. 2009, 09:20

moi j'applaudis au discours de groland44 (que je trouve par ailleurs plutôt bien écrit ;-)). ayant moi-même fait l'ipj en alternance il y a 9 ans, et étant, maintenant que je suis à nice, parfos obligée de bosser avec des stagiaires sortant de Nouvelles, je pense pouvoir dire que je sais de quoi je parle.
pour être correspondant, c'est vrai que c'est pas toujours facile et qu'il vaut toujours soit se faire introduire (!) soit proposer une valeur ajoutée (suivre l'équipe régionale de pétanque en triplette ou habiter dans un hameau de moins de 12 habitants, hi hi hi ). maintenant, on ne peut pas dire, vu les tarifs, que ce sont les correspondants les plus grosses dépenses d'un canard. s'il doit être amnée à dégraisser, ce sera d'abord dans les pigistes, parce qu'il aura toujours besoin de cette main d'oeuvre pas chère et bien implantée localement qu'est le correspondant.

groland44, je vois que tu t'en sors plutôt bien et j'en suis plutôt contente, parce que ça prouve que les "bons" peuvent y arriver. ton esprit et ta plume alertes m'ont bien fait plaisir en tout cas ;-)
bonne continuation !
Neya
Messages : 71
Inscription : 18 oct. 2007, 16:24
Contact :

Message non lu par Neya » 14 févr. 2009, 12:15

Tout à fait d'accord avec faust, la PQR a plutôt tendance à virer les pigistes que les correspondants, qui ont l'avantage d'être sur place et surtout d'être payés au lance-pierres.
luckyone

Message non lu par luckyone » 25 févr. 2009, 13:22

Pour moi, c'est une arnaque. Je n'y suis pas mais j'ai une amie qui a "réussi" le cyber concours l'année dernière et qui a finalement choisi de ne pas y aller. Comment faire un concours équitable et qui veule dire quelque chose quand on le fait chez soi, quand on veut, et qu'on peut ainsi avoir des fiches, des bouquins à côté de soi (ou l'aide de n'importe qui) ?

L'oral, aussi, traduisait le n'importe quoi de cette école. Il s'est très mal passé, mais la femme l'a rappelée et lui a proposé de repasser un entretien ! Quelle école sérieuse fait ça ? Evidemment, on lui a proposé une place après le second entretien, et immédiatement après la réponse positive, l'école lui a envoyé un courrier... pour le paiement (bon, les écoles reconnues privées font aussi ça, mais au moins y'a pas de doute sur la marchandise)

Donc franchement, n'y allez pas. Ne dépensez pas 6000 euros l'année, c'est beaucoup trop cher et traduit aussi l'état d'esprit de l'école, qui est certainement de pomper les étudiants jusqu'à la moelle. Les écoles reconnues privées s'en tiennent à 3500 euros, pourquoi une école non reconnue qui est apparemment nulle en TV ferait payer 6000 euros ? Cette école (et les 3/4 des écoles non reconnues d'ailleurs) ne vous ouvrira pas les portes des rédactions, à moins d'être particulièrement débrouillards, pistonné ou chanceux.
groland44
Messages : 12
Inscription : 13 févr. 2009, 13:02
Contact :

Message non lu par groland44 » 17 mars 2009, 02:16

a Neya, merci de ton compliment et content de t'avoir fait sourire !! Je précise que, pour l'heure, je n'ai pas à me plaindre de ma condition même si jongler avec plusieurs casquettes n'est pas une mince affaire en terme d'emploi du temps. Mais quand on aime, on ne compte bien, évidemment ! Et comme ça ne paye pas des masses, mieux vaut multiplier les petites contributions à droite à gauche...

Pour jecky31 (j'espère avoir bien réécri votre nom, je le fais de mémoire) : effectivement, tout le monde n'a pas papa-maman derrière soi pour mettre l'argent au bout, vous obligeant à travailler le WE. Je ne sais pas quoi vous répondre à cela, dans la mesure où, lorsque j'ai débuté à 16 ans, je vivais encore chez mes parents et, il est vrai, soyons clairs, qu'à cette époque souveraine (!) je n'avais pas à subvenir à mes besoins primaires moi-même. Toutefois, lorsque j'ai du quitter le cocon familial, il a bien fallu trouver autre chose. Ce que j'ai fait (livreur de pizzas, vendeur de fleurs, charcutier, aide soignant, intérimaire... et j'en passe) mais toujours en gardant cette activité en parallèle. Et croyez-moi, je suis loin d'être une exception. Je ne remets pas du tout en cause votre bonne volonté qui, je suppose, est bien réelle. J'apportais juste mon vécu, et c'est aussi celui que je croise encore aujourd'hui tous les WE dans l'un des canards pour lequel je collabore. Bien sûr, on ne vit pas que de cela avec une ou deux piges par semaine, surtout en PQR, mais c'est un début. Je ne vous apprends rien, mais cette profession fonctionne en réseau, avec un rapport au relationnel très fort. C'est pourquoi plus vite vous intégrez une rédac, plus vite vous vous ferez un nom et plus vite les offres d'emploi tomberont.
Et je reste formel, en dépit de votre expérience (mais qui n'a jamais fait de stage non rémunéré ici?). Pour l'avoir vécu et le vivre toujours aujourd'hui : la PQR "embauche" des correspondants locaux/sportifs pour la simple raison, et vous l'avez relevé vous-même, c'est que ce vivier de personnel certes maléable à merci, ne coûte rien ou presque. Oui, malheureusement, il y a des réductions d'effectif dans toutes les rédaction, mais c'est justement au profit (ou à cause diront d'autres) des correspondants!

Ceci n'est pas un message pour vous faire changer d'avis, juste pour justifier ce que j'avais écrit plus haut et que je maintiens au mot près. Désolé si je vous ai choqué.

Bonne chance à vous et à tou(te)s les autres.
groland44
Messages : 12
Inscription : 13 févr. 2009, 13:02
Contact :

Message non lu par groland44 » 17 mars 2009, 02:21

euh pardon en fait, c'était à Faust que mes remerciements étaient décernés... Mille excuses !
Avatar de l’utilisateur
Gregmanset
Administrateurs
Messages : 318
Inscription : 17 sept. 2002, 18:07
Contact :

Re: des avis sur l'école Nouvelles à Nice

Message non lu par Gregmanset » 12 sept. 2012, 16:13

L'EDJ souhaite exercer son droit de réponse légal suite à ce débat créé sur les forums Categorynet.com. Nous publions ci-dessous in extenso le texte transmis par l'EDJ :

-----------------Droit de réponse--------------------


Merci à tous ceux qui apprécient l’Ecole Du Journalisme de Nice. Pour les autres et face à la médisance, nous avons trouvé deux réponses : le travail et la compétence. Nous y travaillons quotidiennement.

Voici 16 bonnes raisons qui le prouvent :

1. Une école et un diplôme reconnus : notre école est reconnue par l’Etat (J0 du 10/05/1995). Elle accueille donc les étudiants boursiers de l’Etat. C’est un critère de qualité indéniable.
Notre diplôme est visé par l’Etat : enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (JO du 22/07/2010) et donne un équivalent Bac + 4 (Master 1).

2. Une reconnaissance professionnelle de fait : Plus de 20 ans d’existence ont forgé notre notoriété auprès des plus grandes rédactions françaises et internationales. Nous sommes aujourd’hui reconnus par : L’Union de la Presse Francophone, le Press Club de France, l’Union des Journalistes de Sport en France et à l’Etranger, l’Association Française des Relations Publiques, l’Association Française des Ecoles de Journalisme,…
Nous avons aussi tissé des relations privilégiées avec notre quotidien régional le Groupe Nice-Matin.

3. Une pédagogie reconnue dans le monde des médias. Active et efficace, nos journalistes vont sur le terrain le plus tôt possible. Ils pratiquent chaque jour leur métier auprès de grands professionnels pour pouvoir intégrer rapidement les rédactions.

4. Un enseignement original composé :
De média réel : nous avons reproduit pour nos étudiants le rythme d’une rédaction avec conférence de rédaction, reportage toute la journée et conférence critique le soir.
Des semaines intensives : Maîtrise des outils journalistiques : magnétophones de reportages, caméras HD, montages son et image, utilisation de logiciels, photographie, site internet, …
Master class : Des invités prestigieux viennent rencontrer nos étudiants. Ils sont interviewés en direct et partagent leur expérience avec nos journalistes.

5. Les meilleurs journalistes sont devenus nos profs. Selon un principe immuable : si le prof est bon, l’étudiant est bon !
Le journalisme ne s’apprend pas dans les livres. Les Seniors apportent leur expérience et leurs techniques aux Juniors : c’est un atout supplémentaire de réussite.

6. Deux spécialisations : Une troisième année exclusivement réservée à la pratique du journalisme.
EDJ3 Multi Supports : Journalisme de presse écrite, de radio, de télé (JRI), de web et photoreporter. Cette formation pluridisciplinaire multiplie les chances de trouver son premier job.
EDJ3 Sport : La première formation créée en France. Le journaliste sportif est un spécialiste. Il est en expansion et de nouveaux postes se créent. Cette formation répond scrupuleusement aux attentes des rédactions.

7. Des stages professionnalisants tant en journalisme qu’en communication, démarchés par l’EDJ. Plus de 22 ans de réseaux professionnel nous permettent de proposer à nos étudiants des stages de grande qualité.

8. Un encadrement et un suivi d’école : Nos étudiants sont volontairement sélectionnés et limités en nombre. Cela permet à l’EDJ d’apporter à chacun un encadrement de qualité mais aussi une formation personnalisée.

9. On vous aide à trouver votre premier job : 100% des embauches interviennent après un stage. L’EDJ soutient ses étudiants et les accompagne pendant leur première année de recherche d’emplois en leur proposant des stages et en leur donnant accès à son réseau professionnel.

10. edjnews.fr un outil unique, c’est notre média interactif. Il est la vitrine opérationnelle des travaux de nos étudiants. Il permet à nos journalistes de rentrer en contact avec leurs lecteurs, les internautes, leurs auditeurs et leurs téléspectateurs mais aussi de se faire connaître et repérer par leurs futurs employeurs.

11. Un réseau d’anciens étudiants puissant. 1.000 anciens de l’EDJ sont restés en contact et ont créé un réseau. Il permet de faciliter l’intégration dans les médias de nos jeunes journalistes.

12. Le journalisme et la communication sont les deux ailes d’un même métier: l’EDJ met en place des relations permanentes entre la formation des journalistes et celle de la communication : ces professionnels sont amenés à travailler ensemble. Pour la rentrée 2013, nous ouvrons une formation d’attaché(e) de presse.

13. Des locaux modernes et un matériel de pointe : Nous nous sommes dotés d’un matériel professionnel toujours à la pointe de la technologie. 750 m2 de locaux lumineux et parfaitement équipés : studios radio, télé, plateaux, cabines speak…

14. Des parrains de renom et des conférenciers prestigieux : Chaque promotion est parrainée par un grand journaliste. Ces professionnels reconnus viennent régulièrement à l’EDJ partager avec nos étudiants : Harry Roselmack, Laurent Paganelli, Serge Moatti, Patrick Poivre d’Arvor, Arlette Chabot, Philippe Bouvard, Franz Olivier Giesbert, Paul Amar, Claude Serillon, Michel Drucker, Bruce Toussaint,…

15. La Côte d’Azur, une région idéale pour faire ses études : la mer, le soleil, le ski, la proximité avec l’Italie, la Corse, Monaco… l’EDJ est implantée dans une ville riche en actualité : Festival de Cannes, MIDEM, Festival de Jazz, Ironman, Open de Tennis de Monaco, Grand Prix de Formule 1, … Pourquoi ne pas étudier et apprendre son métier dans une région où il fait bon vivre !

16. Des échanges internationaux : L’EDJ est membre du réseau ERASMUS et a obtenu la charte simplifiée pour la rentrée 2013. Cela prouve à la fois notre sérieux et nos qualités pédagogiques. La mise en place de crédits ECTS Européens permet à nos étudiants de passer un semestre à l’étranger dans le pays de leur choix, mais aussi aux étudiants étrangers de venir étudier à l’EDJ.



Si vous souhaitez plus de renseignements :
http://www.ecoledujournalisme.com
04 97 08 28 28


Twitter : https://twitter.com/EDJGroupe

Youtube : http://www.youtube.com/user/EDJGroupe




Stéphane Goujon
Community Manager de l’Ecole Du Journalisme de Nice.
Répondre

Revenir vers « Nouvelles »