Prud'Hommes DMP France-Hackademy.net

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 08 févr. 2006, 16:02

Allez un ptit article de ma pomme sur le sujet:

http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=3850
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 18 févr. 2006, 10:08

Bjr tous et toutes ;)

L'avocat de DMP-France s'est donc présenté Vendredi17.02.2006 en ma présence devant le Conseil des Prud'Hommes.

A priori celà s'annonce sous de bonnes augures puisque ses arguments n'ont pas convaincu le Conseil qui plus est un assesseur était informé donc difficilement dupable des caractéristiques du journalisme et des pigistes puisqu'il m'a demandé si j'étais cité dans l'ours des mags et j'ai pu montrer les originaux de mes articles dans les livrets et mags en question.

Je pense donc que c'est en bonne voie :D

Réponse du Conseil le 05 Mai 2006 :P :) :D
labelle
Messages : 31
Inscription : 09 sept. 2004, 06:28
Contact :

Tout cela me conforte

Message non lu par labelle » 18 févr. 2006, 11:47

Que pour faire des journaux, il faut éviter les journalistes. Du moins les chieurs.

Si j'étais éditeur je mettrais en mémoire le vrai nom de Proxy pour éviter qu'il vienne nous les briser menu dans l'entreprise.

Pour un papier, une reprise, il faut savoir être réaliste. Requalification ne veut rien dire en terme de production de journal.

A la lecture des attaques et des réponses, le choses ne sont pas aussi claires.

Peut-être effectivement que l'éditeur n'est pas très "propre" dans sa gestion quotidienne des collaborateurs. Mais qui l'est, à la lecture de ce forum ? On ne parle que d'escrocs ou de malhonnêtes. Du Figaro à l'écho du toutou !

Cela veut donc dire que la loi pondue en 1935 à des lacunes profondes en 2006 ! Une loi et sun statut doivent évoluer comme la vie. Tout simplement.

Enfin, les prud'hommes sont des "amateurs du droit" dont les jugements sont souvent peu fondés.

Il faudra attendre l'appel pour savoir le fond de l'affaire

Voilà tout ça pour dire que ce putain de merdier législatif rend difficile le métier de pigistes. Mais ça vous le savez, je le lis ici tous les jours.

Alain .

P.S : merci d'éviter les discours syndicalo/demago sur le thème "le libéralisme m'a tuer".
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 18 févr. 2006, 23:36

alain dit
Si j'étais éditeur je mettrais en mémoire le vrai nom de Proxy pour éviter qu'il vienne nous les briser menu dans l'entreprise.
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :D :D :D :D :D

Vlà un comique :P trop tard pour toi je suis indépendant maintenant :wink:
Bises :lol:
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 18 févr. 2006, 23:41

...de plus quand tu as des règles du jeu tu les assumes donc quand tu es pris les mains dans le sac inutile de se défausser .

Que tu mettes le pantalon sur le bras en marche arrière auprès de ton patron ou qui que ce soit, c'est ton problême mais inutile de chouiner comme une vulgaire geigneuse ici.

Le temps des collabos n'est malheureusement pas mort :!:
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 18 févr. 2006, 23:51

humour
Si j'étais éditeur je mettrais en mémoire le vrai nom de l"abelle" pour éviter qu'il vienne nous les briser menu dans l'entreprise en réclamant son salaire chaque mois alors qu'il devrait être satisfait de bosser gratis.
/humour


:D :D :D :D :D :D :D :D :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
olivier DMP
Messages : 18
Inscription : 11 janv. 2006, 17:54
Contact :

statuts

Message non lu par olivier DMP » 20 févr. 2006, 13:59

Je ne reviens pas sur la procédure de Proxy. Il est allé au bout de sa logique, nous avons fait valoir notre position et le principe sera finalement tranché : c’est ce que nous voulions.

Mais Iabelle a raison : aujourd’hui, les journalistes professionnels n’ont plus le monopole de la production d’information et les statuts, qui ont été pensés pour eux, à une période ou la presse était le seul média, ne sont plus adaptés. Contrairement à ce que croient, ou ont envie de croire beaucoup de pigistes occasionnels , ces statuts sont plus destructeurs que protecteurs.

Chaque jour, nous recevons des contributions, parfois intéressantes, de personnes venues d’horizons très divers : des ingénieurs, des experts, des juristes, des artistes…
C’est un phénomène vraiment nouveau depuis deux ou trois ans. Il ne faut pas en avoir peur mais au contraire s’en réjouir, car c’est un signe positif d’ouverture de notre métier. C’est par ce canal, par exemple, que nous avons connu Proxy, qui n’est pas journaliste, et dont nous avons publié 3 papiers en 3 ans. Il a bien sûr été normalement rémunéré pour ces textes, en droits d’auteurs.

La question, c’est que faire de ces contributions qui affluent ? Les ignorer, c’est se priver d’une source riche, nouvelle, et surtout diversifiée d’information. Les traiter en droit d’auteurs, dont elles relèvent à nos yeux, c’est maintenant courir le risque d’une procédure coûteuse et lamentable. Salarier tous ces contributeurs, qui ont déjà bien souvent une activité professionnelle, c’est impensable sur le plan économique.

Il faut avoir le courage de le dire : écrire dans les journaux, ou sur le web, n’est plus " forcément " une profession. Pas " forcément " un hobby non plus, c’est pour cela que toute contribution acceptée doit être, selon nous, rémunérée. Mais il faut faire la différence entre ceux dont l’activité doit être " statufiée ", (pas seulement sur le plan social d’ailleurs, mais aussi sur celui de la responsabilité pénale et éthique) et ceux qui à un moment donné sont appelé à s’exprimer dans un magazine sans enjeux professionnel. Il faut être réaliste : en l’état actuel des choses, le secteur de l’édition ne peut pas transformer les milliers d’individus qui souhaitent être publiés en salariés. Même les groupes multinationaux, comme Lagardère ou TF1 y renoncent.

Il faut donc, selon nous, réserver le statut de journaliste à ceux qui en ont vraiment besoin, c’est à dire…les journalistes ! Mais sans pour autant fermer les colonnes de nos publications à ceux qui à un moment donné ont quelque chose à y écrire.

Si des cas comme celui de Proxy venaient à se multiplier, le risque serait double : repli protectionniste et apeuré de la profession sur elle-même et très grandes difficultés d’accès à la publication pour les nouveaux venus.

Enfin, je n’oublie pas que l’une des gloires de notre métier, c’est de rester une des très rares professions " ouvertes ". Tout le monde peut y tenter sa chance et être publié s’il est bon.

Souhaitons pour nous, et pour les lecteurs, qu’elle le demeure.

Olivier
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 20 févr. 2006, 14:47

Ce que tu décris n'est pas nouveau, Olivier. Tout au plus est-ce en développement. De nombreux journaux fonctionnent depuis des années avec les contributions de non-journalistes. Je pense notamment aux journaux scientifiques que je connais bien.
Pour ces journaux, la limite est claire : la contribution de professionnels qui ont un métier par ailleurs (chercheurs etc.) relève du droit d'auteur. Sinon il s'agit de journalistes. Donc si Proxy n'est pas salarié ailleurs, s'il a fait plus de trois collaborations pour DMP, c'est qu'il est journaliste. Avec ou sans carte de presse.
Quant à la réutilisation d'articles, elle doit évidemment être acceptée par le journaliste ou l'auteur, et rémunérée. Je sais que ce n'est pas toujours le cas, mais ça devrait, légalement parlant.
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 20 févr. 2006, 15:14

Cher Olivier,

Comment qualifiez-vous ces employeurs utilisant mes compétences et me payant en salaire et non pas en droits d'auteur?

Moi je les qualifie de respectueux, ce qui à mon avis n'est pas votre cas et ce sera sans doute confirmé par les Prud'hommes.

Les rêgles du jeu sont valables pour tous: certains les appliquent, pourquoi d'autres (dont vous...) tentent par des moyens illégaux de les détourner pour leur seul profit.

Si votre désir d'éclaircissement était réel et fondé, il y a longtemps qu'un contrat légal et établi entre DMP et vos employés serait en cours afin d'éviter toute suspicion.

Le social, le respect entre toutes les parties ne sont pas incompatibles avec une société commerciale: il suffit de le vouloir!

Au lieu de dépenser des sommes inutiles afin de recourir à un Homme de Loi, je vous propose une astuce gratuite: considérez votre personnel et traitez le comme vous aimeriez ête traité!

Cher Olivier rendez-vous le 05.05.2006 :wink:
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 20 févr. 2006, 15:34

cilou

Tu as mis le doigt où celà fait mal :P

De toute façon même si je n'étais pas considéré comme journaliste-pigiste, les faits sont clairs:

-je ne dois pas être payé en Agessa comme les dizaines voire plus d'employés de DMP (et de leur 2ème Sté Publia) mais bien en salaire.:!:

Voir les textes légaux précités dans ce même sujet où les Agessa se refusent à couvrir les rédacteurs.:!:

Textes fournis au Conseil des Prud'Hommes :wink:

Quand à Olivier rédacteur en chef de DMp sur le post précédent effectuant l'amalgame intéressé entre les journalistes et les pigistes intermittents (nous sommes complémentaires et non conflictuels) et ce sous un prétexte inexistant, son interêt financier risque d'être affecté par une future régularisation et seule la partie administrative/dirigeante de la Sté DMP est montrée du doigt en se refusant de payer légalement son personnel en salaires!

@u plaisir :D
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 24 avr. 2006, 09:27

Bjr,

Une petite info en passant:

Reservoir Prod a été condamnée dernièrement pour ne pas avoir attribué les mêmes droits sociaux entre les CDD et les CDI.

Et toc :P
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Et la montagne a accouché d'une souris

Message non lu par proxy » 19 juin 2006, 12:09

Bjr toutes & tous.

Les Prud'Hommes dont j'ai sollicité à l'encontre de DMP-France (Net Publia) n'a apporté aucune solution aux questions que j'ai soulevées.

De plus ils n'ont même pas porté attention aux pièces apportées par mes soins (copie des Agessa stipulant que les journalistes et autres pigistes ne sont pas soumis à leur régime d'assurance).

De plus les nouvelles dispositions juridiques pour les appels stipulent que le pourvoi possible est de solliciter La Cour de Cassation avec avocat à la clef ce dont bien sur je n'ai pas les moyens financiers d'effectuer ce pourvoi.

Ou bien par ignorance ou bien par incompétence dans le domaine de la presse et de ses moultes aboutissants le Conseil des Prud'Hommes s'est empêtré lui-même et en m'y entraînant.

Encore des grigous qui s'en tirent à bon compte au détriment des employeurs sérieux & honnêtes.

@+
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 19 juin 2006, 12:13

N.B.: je pourrais donc bien sur faire appel avec des pièces en sus mais le cout d'un Homme de Loi obligatoire dans ce type de recours serait supérieur au bénéfice... :!:
olivier DMP
Messages : 18
Inscription : 11 janv. 2006, 17:54
Contact :

principe tranché.

Message non lu par olivier DMP » 19 juin 2006, 13:16

Il n'est pas question ici de nous réjouir mais simplement, au nom de l'objectivité et compte tenu de tout ce qui a été dit sur notre entreprise de rappeler:

Le tribunal a considéré

1/ Que "Proxy" ne pouvait pas prétendre à la qualité de salarié de l'entreprise

2/ Que DMP a correctement rétribué Proxy en contre-partie de son travail.

C'est pourquoi il est débouté de toutes ses demandes.

Cette position est exactement celle que nous avons tenté d'expliquer à Proxy avant, et même pendant, la procédure.
Je l'ai également développé plus haut dans ce fil pour ceux que ça intéresse.

Je la rapelle synthétiquement: le travail d'auteur peut être rémunéré en droit d'auteur, le travail de journaliste doit l'être en salaire.

La procédure de Proxy, que nous de redoutions evidemment pas, aura au moins permis de voir utilement trancher ce principe.
proxy
Messages : 326
Inscription : 18 janv. 2005, 16:00
Localisation : Trifouillis les oies
Contact :

Message non lu par proxy » 19 juin 2006, 14:51

Cher Olivier,
Ne vous réjouissez pas ni ne cherchez pas à conclure quoique ce soit, ce n'est pas vos différentes manoeuvres et versions qui ont réussi puisque le Conseil vous a autant débouté dans vos demandes que moi-même, ce qui confirme à demi-mots que celui-ci se considère inexpérimenté aux questions que je lui posais.

En Cassation telle situation ne pourrait perdurer puisque ce jugement serait cassé sans peine puisque le Conseil renvoie mes émoluments sous le régime réservé aux artistes dit Agessa alors que celui-ci réfute toute catégorie professionnelle autre que celui d'artiste et exclut les rédacteurs qu'ils soient professionnels ou intermittents.

Les statuts de l'Agessa dont n'a pas tenu compte le Conseil, confirme cette spécificité.

Vous pourrez arguer de tout prétexte fallacieux dont vous êtes un ardent utilisateur mais ne vous gaussez pas dans ce dossier car j'encourage William à perséverer dans cette voie et de solliciter plus de 4000 € limite permettant un appel auprès de la Cour d'Appel au lieu de la Cour de Cassation et ce sans avocat.

De plus si William me le demande je lui fournirais mon témoignage à l'appui avec force de preuves (statuts des Agessa...etc...) et de bulletins de salaire attestant ma qualité de pigiste.

Grâce à la faible somme que je sollicitais ( - de 4000 €) vous vous en tirez par une pirouette technico-judiciaire mais ce n'est pas fini :wink:

@ bon entendeur salut
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »