Mardi, 22 Juillet 2014

Vous êtes ici : Communiqués >> Annuaire des communiqués >> Politique Intern >> PRESIDENTIELLES AU GABON : LE PDG EN QUETE D’ ELECTORAT
 

PRESIDENTIELLES AU GABON : LE PDG EN QUETE D’ ELECTORAT

Envoyer Imprimer PDF
En amont de la campagne présidentielle au Gabon, un dîner-débat dans un hôtel parisien, bien connu des Africains, a été offert à Paris mardi soir 8 novembre 2005 aux Gabonais vivant à Paris. Plus de 400 d'entre eux se sont rendus à cette invitation pour entendre le message du Président sortant, hôte d'un dîner « aux frais de la princesse ». Une salle certes comble de gabonais mais qui sont loin d'être tous acquis à la politique menée depuis plus de 38 ans par leur hôte d'un soir.

A l'initiative du PDG (Parti Démocratique Gabonais) en France, ce dîner-débat s'est tenue au Concorde Lafayette, mardi soir. Ouvert à tous les gabonais vivant à Paris, dont ceux motivés par le règlement de leurs factures et dans la perspective d'un buffet gratuit, la soirée fut animée par Me Louis Gaston MAYILA, Président du Conseil Économique et Social au Gabon. Mandaté par le candidat à sa propre réélection, il a exposé les « nouvelles » ambitions du pouvoir en place et tenté de séduire - pour son candidat - un plus grand nombre de votes parmi les étudiants présents. Des promesses ont été faites leur assurant la prise en considération d'aide à tous ceux qui rencontrent des difficultés comme dans les demandes de renouvellement de bourses. Me Mayila a même bien voulu communiquer son numéro de portable à l'auditoire, comme pour attester la véracité de telles propositions. Un engagement tout à son honneur si l'on juge aux nombres d'appels que cette annonce risque de générer ... à moins que ce numéro communiqué soit faux !

Aux questions posées ... pas de réponses concrètes ou crédibles

Le jeu des questions-réponses fut pour Me Mayila une épreuve plus difficile à gérer face à l'incrédulité manifestée par bon nombre des participants. Si de nombreuses questions ont fusé tout au long de cette soirée, celles touchant le bilan négatif après 40 ans de pouvoir d'un homme, briguant aujourd'hui un nouveau mandat, n'ont obtenues que des réponses évasives et peu concluantes. Sans réponse positive et claire pour ce qui touche les secteurs santé, infrastructure, chômage, pauvreté grandissante ...La possibilité de créer un nouveau ministère à l'attention des « Gabonais à l'Étranger » fut sans doute la plus concrète ... mais aussi la moins crédible face aux urgences actuelles.

« Comment faire croire après 38 ans de règne, de travaux inachevés ou tout simplement non entrepris qu'un nouveau mandat puisse apporter une solution moins négative » demandait un participant. Cette question « qui tue » a créé un tollé enthousiaste et général dans la salle, preuve si cela était nécessaire que les gabonais ne sont plus dupes.
Les gabonais ne veulent plus être « menés en bateau ». Ils souhaitent la vérité, conscients que les caisses aujourd'hui et après tant d'années de gabegie sont vides, et refusent un discours peu convaincant.

Même si la Présidence se rassure en lançant à qui veut l'entendre que « tous les opposants ont toujours fini ... au bord de mer (sic !) », les résultats des élections au Gabon en 2005 s'annoncent bien différents de celles de 93 et de 98. Qui oserait dire le contraire et en douter ?
Pendant qu'à Paris, le PDG tente vainement de conquérir un électorat, le candidat Zacharie Myboto reçoit quotidiennement - et librement - de nouvelles motions de soutien émanant des Gabonais d'Aix en Provence, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Orléans en France et à l'étranger du Bénin, Canada, États-unis, Sénégal, Togo, et, aujourd'hui du Maroc.

Pour toute information complémentaire : www.ugdd.org

Contact Presse : Point Presse Afrique Paris - 33(1) 56 79 07 60 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


1780 consultation(s)