Nous avons renforcé la sécurité des comptes des membres de Categorynet.com. Si vous rencontrez des difficultés à vous connecter au site ou aux forums, veuillez réinitialiser votre mot de passe. Si vous rencontrez des problèmes de connexion ou si vous avez besoin d'aide, vous pouvez nous contacter par email à aide@categorynet.com.

Please, comment facturer une mission de RP en free-lance ?

Forum Relations Presse & Communication : comment rentrer en agence RP ? Quid des relations entre les attaché(e)s de presse et les journalistes ?
nudel
Messages : 20
Enregistré le : 06 juin 2005, 17:21
Contact :

Please, comment facturer une mission de RP en free-lance ?

Message non lupar nudel » 23 déc. 2005, 11:42

Je sais : paraît que le sujet a déjà été abordé sous toutes les coutures. N'empêche, j'arrive pas à y voir clair.
Voilà, on me propose une mission de com'. Je suis au chômage. La question est simple : comment facturer la prestation ? Sous quel statut ?

L'uRSSAF me dit qu'il me faut m'immatriculer comme travailleur indé quoi qu'il arrive même si je fais appel à une société de portage..... ?? Et la société de portage ça pompe pas un peu trop de fric ?
Il y a bien Agessa mais en tant que RP, je n'y ai pas droit, c'est ça ? vu que c'est pas un boulot d'auteur ?

Précision importante : le "cachet" est inférieur au seuil à partir duquel on doit payer des cotisations. Car, en effet, on a le droit de percevoir du fric en dessous d'un certain montant sans avoir de compte à rendre...
Dans ces conditions, mieux vaut se plier à l'URSSAF et s'inscrire comme travailleur indé..., non ? ça craint pas pour mon chômage ?

Please, que ceux qui savent me répondent... Je suis sûre qu'ils sont un paquet comme moi à se poser ces questions lourdes mais néanmoins essentielles.

A vot' bon coeur ! ... :wink:

... Et bonnes fêtes...
beaborde
Messages : 1
Enregistré le : 02 oct. 2005, 22:48
Contact :

Message non lupar beaborde » 25 déc. 2005, 11:22

Bonjour nudel,


Je te conseilles de t'inscrire en free lance seulement si tu comptes développer ton activité indépendante. Cependant, si tu souhaites effectuer des missions ponctuelles, n'y penses même pas.
Si tu t'inscris à l'urssaf tu devras payer des taxes tout les trimestres que tu fasses rentrer du fric ou pas... donc cela risque de te coûter plus cher que la prestation de RP peut rapporter. Tu peux aussi demander un dossier ACRE (quai de jemmapes dans le 10è) pour te faire exonérer de taxes urssaf la première année mais les démarches sont lourdes (beaucoup de papiers, de temps passé à les remplir et à attendre la réponse) ... en plus tu n'es pas sûr que ta demande exonération soit acceptée... un peu galère!

Je te conseille donc vivement de choisir l'autre option que tu proposes. Dans ces cas là renseignes toi au assédic pour savoir jusqu'à combien tu peux prétendre sans passer par l'urssaf. Et concernant le chômage... de ton indemnisation sera déduit ta prestation indépendante de RP.
J'ai voulu faire comme toi car on m'avait proposé une action en RP en free lance mais mon dossier acre a été refusé, tout en sachant que je ne comptais pas développer mon activité indépendante mais juste participer à cette action de RP. Ce que j'ai finalement fait a été de demander au mec intéressé de me faire me salarier pour une mission de un mois le temps de mettre en place l'action.

Je te souhaite bon courage.
nudel
Messages : 20
Enregistré le : 06 juin 2005, 17:21
Contact :

Message non lupar nudel » 29 déc. 2005, 14:31

Merci beaborde,
J'ai bien compris qu'il valait mieux éviter l'urssaf. Tu me suggères de voir avec l'assédic combien je peux toucher sans passer par l'urssaf mais je ne vois pas en quoi ils peuvent me renseigner sur le statut approprié... C'est pas leur domaine, leur problème.... Eux ils me paient le chômage ou non selon les situations... Tout ça ne me dit pas sous quel statut encaisser les sous.
A moins que je ne me déclare pas... J'encaisse et puis basta..
Oh là là c'est compliqué tout ça !!!
Merci en tout cas pour ta réponse et si tu as des précisions, je prends !
A +
Neil
Messages : 10
Enregistré le : 29 déc. 2005, 19:59
Contact :

Message non lupar Neil » 29 déc. 2005, 20:45

Bonjour,

J'apporte, pour mon premier message, ma modeste pierre à l'édifice...

Facturer ses travaux est effectivement un problème quand on pige à droite à gauche, notamment pour des boîtes hors-presse (celles qui paient le mieux). En théorie, vous devriez être payé(e) en salaire, mais souvent les agences essaient d'esquiver la question car elles ne sont généralement pas gagnantes dans l'affaire (risques de prud'hommes, transformation automatique des CDD consécutifs en CDI, dépassement du seuil de 20 salariés, paperasse, gestion plus compliquée...). Comme les droits d'auteur sont en théorie interdits pour ce type de prestations (les boîtes risquent un redressement URSSAF si elles se font prendre), il ne vous reste plus que le portage salarial. Problème : il est plus difficile de savoir exactement quelle somme vous reviendra, et de surcroît vous abandonnez environ 10 % à la société de portage qui vous établit les contrats.

C'est une solution envisageable, pas trop compliquée, mais bien évidemment pas idéale...

Quant à l'inscription à l'URSSAF, cela peut être intéressant si vos piges hors-presse devenaient régulières. Mais en-dessous 10 000 euros/an minimum, ce n'est pas la peine d'y penser à mon avis car il y a des paiements forfaitaires obligatoires et incompressibles (il existe des cas d'exonérations, mais il faut entrer dans les cases, comme d'habitude). Et pour la retraite, il faut savoir que l'on côtise à perte (comme pour les droits d'auteur sans être enregistré aux AGESSA) si l'on reste inscrit moins de 10 ans, d'après ce que j'ai compris. Vive la France !

Sinon, pour info, une inscription à l'URSSAF ne s'improvise pas car cela revient à créer une société, avec tout ce qui va avec (bilans, comptable, responsabilité, etc.). Perso, j'ai eu toutes les peines du monde à m'enregistrer auprès de l'URSSAF... car ils ne voulaient pas de moi, estimant que je devais être payé sous forme de salaires ! Ils ne voulaient rien entendre lorsque je leur expliquais que je n'avais pas le choix et que c'était ça ou perdre certaines collaborations. Une caricature de fonction publique ! J'ai dû m'y reprendre à deux fois et faire intervenir la cheftaine pour obtenir gain de cause. Et je connais d'autres personnes dans ce cas. Un conseil, si vous deviez franchir le pas : n'utilisez JAMAIS le mot JOURNALISTE car dans leur esprit étriqué, JOURNALISTE = SALARIé (même discours que les syndicats qui, en la matière, sont à côté de la plaque même si cela part d'un bon sentiment, car le monde évolue).
Utilisez en outre les mots CLIENTS et pas EMPLOYEURS, et dites-leur que vous créez une activité de conseil en com (ou graphiste, ou webmaster, ou un truc de ce genre), mais surtout pas que vous l'exercez déjà car ils vous demanderons comment vous faisiez avant... Moi, j'avais été trop bavard, d'où les blocages rencontrés...

Bref, il faut ruser, et que l'Etat ne vienne pas pleurer si trop de monde pointe à l'ANPE...

En résumé, offrir à l'employeur différents moyens de paiement (factures, droits d'auteur, portage, salaire), ça peut aider pour trouver ou garder des collaborations (par ex, un magasin qui n'accepte pas les chèques ou la CB, ça énerve toujours). Ca permet en outre de proposer différents tarifs suivant les modalités de paiement, et d'être plus souple le cas échéant. Mais comme partout, rien n'est gratuit...

Voilà mon retour d'expérience, subjectif mais sincère...
Neil
Messages : 10
Enregistré le : 29 déc. 2005, 19:59
Contact :

Message non lupar Neil » 29 déc. 2005, 20:47

Bonjour,

J'apporte, pour mon premier message, ma modeste pierre à l'édifice...

Facturer ses travaux est effectivement un problème quand on pige à droite à gauche, notamment pour des boîtes hors-presse (celles qui paient le mieux). En théorie, vous devriez être payé(e) en salaire, mais souvent les agences essaient d'esquiver la question car elles ne sont généralement pas gagnantes dans l'affaire (risques de prud'hommes, transformation automatique des CDD consécutifs en CDI, dépassement du seuil de 20 salariés, paperasse, gestion plus compliquée...). Comme les droits d'auteur sont en théorie interdits pour ce type de prestations (les boîtes risquent un redressement URSSAF si elles se font prendre), il ne vous reste plus que le portage salarial. Problème : il est plus difficile de savoir exactement quelle somme vous reviendra, et de surcroît vous abandonnez environ 10 % à la société de portage qui vous établit les contrats.

C'est une solution envisageable, pas trop compliquée, mais bien évidemment pas idéale...

Quant à l'inscription à l'URSSAF, cela peut être intéressant si vos piges hors-presse devenaient régulières. Mais en-dessous 10 000 euros/an minimum, ce n'est pas la peine d'y penser à mon avis car il y a des paiements forfaitaires obligatoires et incompressibles (il existe des cas d'exonérations, mais il faut entrer dans les cases, comme d'habitude). Et pour la retraite, il faut savoir que l'on côtise à perte (comme pour les droits d'auteur sans être enregistré aux AGESSA) si l'on reste inscrit moins de 10 ans, d'après ce que j'ai compris. Vive la France !

Sinon, pour info, une inscription à l'URSSAF ne s'improvise pas car cela revient à créer une société, avec tout ce qui va avec (bilans, comptable, responsabilité, etc.). Perso, j'ai eu toutes les peines du monde à m'enregistrer auprès de l'URSSAF... car ils ne voulaient pas de moi, estimant que je devais être payé sous forme de salaires ! Ils ne voulaient rien entendre lorsque je leur expliquais que je n'avais pas le choix et que c'était ça ou perdre certaines collaborations. Une caricature de fonction publique ! J'ai dû m'y reprendre à deux fois et faire intervenir la cheftaine pour obtenir gain de cause. Et je connais d'autres personnes dans ce cas. Un conseil, si vous deviez franchir le pas : n'utilisez JAMAIS le mot JOURNALISTE car dans leur esprit étriqué, JOURNALISTE = SALARIé (même discours que les syndicats qui, en la matière, sont à côté de la plaque même si cela part d'un bon sentiment, car le monde évolue).
Utilisez en outre les mots CLIENTS et pas EMPLOYEURS, et dites-leur que vous créez une activité de conseil en com (ou graphiste, ou webmaster, ou un truc de ce genre), mais surtout pas que vous l'exercez déjà car ils vous demanderons comment vous faisiez avant... Moi, j'avais été trop bavard, d'où les blocages rencontrés...

Bref, il faut ruser, et que l'Etat ne vienne pas pleurer si trop de monde pointe à l'ANPE...

En résumé, offrir à l'employeur différents moyens de paiement (factures, droits d'auteur, portage, salaire), ça peut aider pour trouver ou garder des collaborations (par ex, un magasin qui n'accepte pas les chèques ou la CB, ça énerve toujours). Ca permet en outre de proposer différents tarifs suivant les modalités de paiement, et d'être plus souple le cas échéant. Mais comme partout, rien n'est gratuit...

Voilà mon retour d'expérience, subjectif mais sincère...
Avatar du membre
dani l
Messages : 3613
Enregistré le : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

Re: Please, comment facturer une mission de RP en free-lance

Message non lupar dani l » 29 déc. 2005, 21:51

Neil, pour un coup d'ess@i ... ce fut un coup double !.......... :wink:

et sinon Nudel, tu devrais aussi "te pencher" sur le statut d' "apporteur d'affaire(s)" ... Le lien soumis par cet utilisateur ne fonctionne plus et a été supprimé par un modérateur
Bonsoir à tous deux

@ +
dani l
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
nudel
Messages : 20
Enregistré le : 06 juin 2005, 17:21
Contact :

Message non lupar nudel » 10 janv. 2006, 12:42

merci pour ces éléments de réponse... Difficile toutefois d'en savoir plus sur "l'apporteur d'affaires"...
Je crois que je vais me résoudre à m'inscrire à l'urssaf.... Tout ça pour un coup ! Pffff!
A plus
Avatar du membre
dani l
Messages : 3613
Enregistré le : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

- Apporteur d'@ffaire(s) -

Message non lupar dani l » 10 janv. 2006, 17:05

Bonsoir Nudel,

ce statut ne peut s'appliquer qu'à condition que ton "employeur" en convienne et à titre exceptionnel ...

@ +
dani l
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
nudel
Messages : 20
Enregistré le : 06 juin 2005, 17:21
Contact :

Message non lupar nudel » 10 janv. 2006, 17:12

D'accord mais ça ne me dit pas s'il faut que j'ia un numéro d'urssaf pour la facture... Comment je la fais, d'ailleurs, cette facture, en tant qu'apporteur d'affaire ? Tu sais auprès de quel organisme je peux me renseigner là-dessus ?
Merci Dani l !
nudel
Messages : 20
Enregistré le : 06 juin 2005, 17:21
Contact :

Message non lupar nudel » 10 janv. 2006, 17:13

D'accord mais ça ne me dit pas s'il faut que j'ia un numéro d'urssaf pour la facture... Comment je la fais, d'ailleurs, cette facture, en tant qu'apporteur d'affaire ? Tu sais auprès de quel organisme je peux me renseigner là-dessus ?
Merci Dani l !
corsaire
Messages : 1166
Enregistré le : 16 janv. 2005, 16:51
Localisation : Mars (58)
Contact :

Message non lupar corsaire » 19 févr. 2006, 21:23

Il existe aussi le portage salarial... qui peut-être une solution pour proposer tes services sans devoir créer une structure qui induira des charges et toutes sortes de choses qui te font regretter de l'avoir créé parfois... Il paraît que jam conseils c'est pas mal pour le portage. Bon courage
revilo2301
Messages : 2
Enregistré le : 17 nov. 2005, 14:02
Contact :

Message non lupar revilo2301 » 20 mars 2006, 11:10

Le mieux, c'est dans 1er temps d'utiliser le portage salarial. tu gardes le statut de salarié, avec ses avantages. et tu peux facturer comme un prestataire indépendant.

le problème c'est effectivement le coût de la solution, tu abandonnes 10 du montant facturé à la société de portage en plus des cotisations salariales qui sont retranchées sur le montant de ta prestation.

en gros, tu perds un peu plus de 50% du montant facturé à ton client :
pour 1500 euros facturé, tu touches 720
Bourdelin
Messages : 3
Enregistré le : 10 mars 2006, 17:36
Contact :

PENSER UK !!

Message non lupar Bourdelin » 20 mars 2006, 15:34

Hello,

Il ya aussi une solution simple, rapide, efficace mais pas forcement legale...
En Angleterre tu peux trouver des prestataires qui emettent des factures moyennant une petite com au passage. La boite en question te verse (en euros et en especes) ton dû sur un compte anglais, reste pluis que te prendre un billet A/R Paris Londres pour aller chercher ton butin.

certains français ont decouvert se vide juridique en Angleterre, ces boites sont totalement legales labas. Du coup, bon nombre de pigistes ou d'attachés de presse Free-lance passe par ce systeme.

D'une part, il n'y aucun moyen de controle par la france, d'autre part, tu peux continuer a toucher les Assedic.

Pour conclure, je t'accorde s'il s'agit d'une longue mission, c'est un peu precaire mais s'il s'agit d'une mission pour quelques mois..pourquoi se gener !!
Violaine
Messages : 86
Enregistré le : 12 déc. 2003, 17:46
Contact :

société de portage

Message non lupar Violaine » 20 mars 2006, 16:32

Seule solution si l'on ne veut pas s'incrire en indépendant (et donc ne pas payer les 6000 euros de cotisations) : passer par une société de portage.
ça coûte entre 5 à 10% des honoraires.
corsaire
Messages : 1166
Enregistré le : 16 janv. 2005, 16:51
Localisation : Mars (58)
Contact :

Message non lupar corsaire » 28 mars 2006, 20:37

3% chez jam conseil... Qui dit mieux ?

Retourner vers « Communication - RP »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 7 invités