Comment travaillez-vous ?

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
nesk
Messages : 202
Enregistré le : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Comment travaillez-vous ?

Message non lupar nesk » 05 nov. 2014, 19:36

Bonsoir à tous... je reviens vers vous ce soir car je suis en période de doute, et j'ai besoin de vos lumières et que vous partagiez vos expériences avec moi.

Pour ma part, généralement, je ne lis qu'une seule fois les ouvrages qu'on me confie, de bout en bout. Si, en cours de lecture, je relève une faute récurrente ou que je ne suis pas sûre d'avoir vue avant, si j'ai besoin d'uniformiser quelque chose, etc., je note tout cela sur un Post-it.

À la fin de ma relecture, je reprends mes notes, et j'harmonise tout ce que j'ai relevé en cours de lecture. J'en profite pour vérifier tout ce que je ne vérifie pas durant ma relecture car cela me disperserait trop : successions diverses (notes, titres, pages), titres courants, sommaire, etc.

Enfin, je passe ProLexis, parce que je suis loin d'être infaillble, histoire de traquer les dernières coquilles.

Sur mon dernier travail, je me suis rendu compte que j'ai laissé pas mal de "belles" fautes (du genre "cher lectrice" ou "des êtres vivant", ouch...). Alors je doute. Une lecture suffit-elle ? Est-ce normal de laisser passer des choses pareilles (sachant que je les vois après coup, bien sûr, ce n'est pas ProLexis qui me les a montrées) en une seule lecture ?

Comment travaillez-vous, vous ? Combien de relectures faites-vous sur un même ouvrage, en général ? Vous arrive-t-il de laisser des fautes ?

Signé : une correctrice free-lance qui aurait besoin d'un "remontage de moral" de la part de ses collègues :wink:
kenzo133
Messages : 33
Enregistré le : 14 mars 2014, 11:48
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar kenzo133 » 05 nov. 2014, 23:48

C'est un peu difficile de répondre à cette question, car la qualité du travail de correction dépend aussi beaucoup du temps que l'on a pour le faire, de son expérience, de sa formation.
Perso (Coforma + CEC + Asfored et je me considère comme une professionnelle correcte, sans plus), je passe ProLexis ou Antidote une première fois, pour enlever tous les problèmes d'espaces et de typo qui gênent. Ensuite je lis une première fois sur écran. J'imprime et je relis sur papier en général deux fois plus vite. Enfin, je repasse Antidote et j'active le programme style qui vérifie les répétitions de mots et je fais encore quelques corrections.
Voilà, c'est assez laborieux j'en conviens, mais je pense que c'est parce que je suis une vieille correctrice, une jeune fera une lecture sur écran et point. On a le temps de faire ça si on est payé correctement, sinon...
Il va sans dire aussi qu'on est pas toujours au top et qu'on laisse des fautes. Le zéro faute n'existe pas. Il faut faire de son mieux, en oubliant pas que si on enlève une centaine de fautes et qu'on en laisse une seule, c'est cette dernière qu'on nous reprochera. C'est le côté ingrat du métier. L'essentiel, vis-à-vis du client est de ne pas mettre la tête dans le sable ou se chercher des excuses. Quelquefois, il faut proposer de reprendre le texte encore une fois et en tout cas, accepter les critiques. Un client qui ne peut rien reprocher à son correcteur, eh bien, il change de correcteur !
nesk
Messages : 202
Enregistré le : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar nesk » 06 nov. 2014, 08:52

Merci pour ton message, kenzo :)

Pour ma part, je ne relis qu'une fois, sur écran ou sur papier selon l'ouvrage, car le budget ne me permet pas de refaire une deuxième lecture, les délais non plus :|

Mais je suis un peu rassurée de lire que non, on ne peut pas tout voir en une seule lecture, et même en deux passages, on peut encore laisser passer des fautes.
coco47
Messages : 1051
Enregistré le : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar coco47 » 07 nov. 2014, 12:20

kenzo133 a écrit :Il va sans dire aussi qu'on est pas toujours au top et qu'on laisse des fautes. Le zéro faute n'existe pas. Il faut faire de son mieux, en oubliant pas que si on enlève une centaine de fautes et qu'on en laisse une seule, c'est cette dernière qu'on nous reprochera. C'est le côté ingrat du métier. L'essentiel, vis-à-vis du client est de ne pas mettre la tête dans le sable ou se chercher des excuses.

On ne saurait mieux dire. Votre texte ci-dessus le démontre encore, avec trois erreurs (certes vénielles). Ainsi, il fallait écrire : on n'est pas toujours, en n'oubliant pas et vis-à-vis du client,
Comme quoi…
Et je me relis deux fois, pour être certain de ne pas, à mon tour, laisser une bourde…
kenzo133
Messages : 33
Enregistré le : 14 mars 2014, 11:48
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar kenzo133 » 07 nov. 2014, 20:42

Touché coulé :cry:
cargo06
Messages : 164
Enregistré le : 08 déc. 2011, 18:33
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar cargo06 » 08 nov. 2014, 08:33

Personnellement, je fais un total de 4 relectures (oui, 4 !).
Un premier passage par Prolexis comme Kenzo pour nettoyer la typo, les espaces, etc., sauf quand je corrige sur épreuves, donc fichier .pdf que j'imprime.
Ensuite, 3 passages à "vitesse de défilement" de plus en plus rapide. Il faut au minimum 2 lectures : en effet, il y a des erreurs, redites, fautes de copié/collé, incohérences, orthographe des noms propres, unification des capitales, vérification des notes bas de page le cas échéant… dont on ne peut se rendre compte qu'après un premier passage et qu'avec une vue d'ensemble du texte. Donc, après un premier passage rapide et repérage de la plupart des fautes de base (ortho, grammaire, coquilles…), deuxième lecture attentive qui complète et rectifie.
Puis une troisième rapide, au long de laquelle je découvre encore des choses (peu, mais quand même) qui m'avaient échappées.
Et tout ça dans un délai, donc un prix, "normal" et accepté par les éditeurs, c'est-à-dire entre 8 000 et 12 000 signes/heure pour les corrections en premières et 12 000 à 18 000 s/h pour les secondes (sur épreuves), selon la propreté et la complexité du texte initial. Pour moi, corriger sur écran (fichier Word) ou sur papier revient au même quant au temps total passé.
Mais c'est ma manière personnelle de travailler, je suis de caractère plutôt "extensif" qu'"intensif". Et malheureusement le zéro faute (pas de "s" à faute, n'est ce pas ?) n'existe pas. (Lire à ce sujet l'excellent roman de la Japonaise Mieko Kawakami De toutes les nuits, les amants, chez Actes-Sud, dont le personnage principal est une correctrice (et oui, on fait aussi des fautes avec les caractères japonais !).
prof
Messages : 495
Enregistré le : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar prof » 08 nov. 2014, 12:21

kenzo133 a écrit : Le zéro faute n'existe pas.

cargo06 a écrit :Et malheureusement le zéro faute (pas de "s" à faute, n'est ce pas ?) n'existe pas.

Bonjour !
     Admirable formule qu'on vous ressert en toute occasion pour se déresponsabiliser des erreurs que l'on a faites et pour s'exonérer par avance de celles que l'on commettra !
Catherine_75
Messages : 693
Enregistré le : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar Catherine_75 » 08 nov. 2014, 13:37

prof a écrit :
kenzo133 a écrit : Le zéro faute n'existe pas.

cargo06 a écrit :Et malheureusement le zéro faute (pas de "s" à faute, n'est ce pas ?) n'existe pas.

Bonjour !
     Admirable formule qu'on vous ressert en toute occasion pour se déresponsabiliser des erreurs que l'on a faites et pour s'exonérer par avance de celles que l'on commettra !

Vous avez raison, Prof : cet argument est un peu trop facile, et tout bon correcteur devrait tendre vers le zéro faute.
Seulement, voilà : un correcteur, si bon soit-il, est avant tout un être humain, donc un être imparfait, parfois assailli par le doute, la fatigue, différentes distractions… Si, en plus, ce qui est vrai dans la majorité des cas aujourd'hui, il est payé au lance-pierres, il n'a guère envie de faire X lectures pour les beaux yeux de l'éditeur qui le considère comme la cinquième roue de la charrette.
N'oublions pas qu'à une époque pas si lointaine tout éditeur qui se respectait — et qui respectait ses lecteurs — faisait relire ses manuscrits au moins deux fois, par deux correcteurs différents. On peut donc supposer que, à cette époque, les éditeurs reconnaissaient aux correcteurs le droit à l'erreur.

Pour en revenir à la question initiale, je ne peux pas dire que je lis les textes sur lesquels je travaille une, deux, trois ou quatre fois. Cela dépend en effet de nombreux paramètres, principalement la difficulté du texte, s'il y a — ou pas — beaucoup d'informations à vérifier, le niveau de travail que l'on m'a demandé et le salaire.
J'ai tendance à commencer par "déblayer le terrain" en réglant différentes questions de typo grâce à certaines fonctions de Word, en faisant un premier passage rapide qui me permet de voir quelles sont les éventuelles incohérences sur lesquelles je devrai être particulièrement attentive avant de commencer la lecture approfondie.
cargo06
Messages : 164
Enregistré le : 08 déc. 2011, 18:33
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar cargo06 » 08 nov. 2014, 14:56

Bien sûr Prof que tous les correcteurs tendent vers le zéro faute, pas question de se dédouaner à l'avance de nos futurs manquements !
Mais je dois dire qu'il n'y a pas un seul des livres que je lis, quel que soit l'éditeur, dans lequel je ne relève pas au moins une faute, et encore sans la rechercher (quand je lis pour mon plaisir, et je lis beaucoup après avoir reposé ma plume de correcteur, je ne recherche pas la faute, mais certaines me tombent sous les yeux, c'est tout).
prof
Messages : 495
Enregistré le : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar prof » 08 nov. 2014, 15:50

cargo06 a écrit :Mais je dois dire qu'il n'y a pas un seul des livres que je lis, quel que soit l'éditeur, dans lequel je ne relève pas au moins une faute

Vous n'avez donc jamais rencontré d'ouvrages irréprochables ? Il en existe pourtant. Aussi je trouvais votre affirmation par trop catégorique. Dans le sujet en cours, elle en appelait davantage à l'indulgence face à une supposée fatalité qu'aux moyens à prendre pour atteindre la perfection souhaitée.
     Ce qui vous semble faute ne l'est peut-être pas jugé ainsi par l'un ou l'autre de vos confrères. Il n'est que de voir les doctes jugements spectaculairement prononcés ici ou là.
    Et qui en serait responsable ? Le correcteur, ou l'auteur qui n'approuve pas telle ou telle modification ? Le correcteur, ou quelque personne (metteur en pages, chef de collection...) qui peut intervenir après lui sur le fichier corrigé ?
prof
Messages : 495
Enregistré le : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar prof » 08 nov. 2014, 17:22

Veuillez voir le message qui suit.
Modifié en dernier par prof le 08 nov. 2014, 17:49, modifié 1 fois.
prof
Messages : 495
Enregistré le : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar prof » 08 nov. 2014, 17:37

Catherine_75 a écrit :un correcteur, si bon soit-il, est avant tout un être humain, donc un être imparfait, parfois assailli par le doute, la fatigue, différentes distractions…

     Il importe donc qu'il dispose de toutes les aides imaginables pour mener sa tâche à bien, notamment celles que peut lui apporter l'informatique. Si des outils manquent, il reste possible de les créer, peut-être en collaboration confraternelle…

On peut donc supposer que, à cette époque, les éditeurs reconnaissaient aux correcteurs le droit à l'erreur.

     Certains chefs correcteurs avaient l'obligeance — le bon sens… — de communiquer aux correcteurs les épreuves vérifiées par un collègue, sur lesquelles le crayon rouge mettait en évidence les erreurs qui avaient échappé à la vigilance du précédent. C'était à la fois une leçon de modestie et un excellent moyen de s'améliorer.

[…] et le salaire.

     La qualité du travail est censée approcher de la perfection ; elle ne devrait en aucun cas être influencée par la rémunération qu'on en tire. Celle-ci, avantageuse ou non, se négocie préalablement avec le donneur d'ordres, analyse faite des divers éléments que comporte la mission.

J'ai tendance à commencer par "déblayer le terrain" en réglant différentes questions de typo grâce à certaines fonctions de Word,

     Elles sont peu nombreuses. Les remplacements automatiques sont sources de possibles modifications inopportunes, parfois insoupçonnables, parfois heureusement détectables au prix d'une vigilance renforcée. Je privilégie un contrôle approfondi a posteriori.

en faisant un premier passage rapide qui me permet de voir quelles sont les éventuelles […]

     Il est de même prudent de ne pas prendre en charge une mission avant d'en avoir apprécié les difficultés.[/quote]
Modifié en dernier par prof le 08 nov. 2014, 17:39, modifié 1 fois.
coco47
Messages : 1051
Enregistré le : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar coco47 » 08 nov. 2014, 17:38

cargo06 a écrit :Puis une troisième rapide, au long de laquelle je découvre encore des choses (peu, mais quand même) qui m'avaient échappées.
(et oui, on fait aussi des fautes avec les caractères japonais !).

Eh oui, il arrive que des choses vous aient échappé. La preuve…
prof
Messages : 495
Enregistré le : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar prof » 08 nov. 2014, 17:56

coco47 a écrit :Eh oui, il arrive que des choses vous aient échappé. La preuve…

Qui veut jouer à l'arroseur arrosé ?
Catherine_75
Messages : 693
Enregistré le : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Comment travaillez-vous ?

Message non lupar Catherine_75 » 08 nov. 2014, 19:18

prof a écrit :
Catherine_75 a écrit :un correcteur, si bon soit-il, est avant tout un être humain, donc un être imparfait, parfois assailli par le doute, la fatigue, différentes distractions…

Il importe donc qu'il dispose de toutes les aides imaginables pour mener sa tâche à bien, notamment celles que peut lui apporter l'informatique. Si des outils manquent, il reste possible de les créer, peut-être en collaboration confraternelle…


Un outil, quel qu'il soit, ne sert à rien face au doute du correcteur, à la fatigue, etc.

On peut donc supposer que, à cette époque, les éditeurs reconnaissaient aux correcteurs le droit à l'erreur.

Certains chefs correcteurs avaient l'obligeance — le bon sens… — de communiquer aux correcteurs les épreuves vérifiées par un collègue, sur lesquelles le crayon rouge mettait en évidence les erreurs qui avaient échappé à la vigilance du précédent. C'était à la fois une leçon de modestie et un excellent moyen de s'améliorer.


Oui, mais ça n'a aucun rapport avec mon propos.

[…] et le salaire.

La qualité du travail est censée approcher de la perfection ; elle ne devrait en aucun cas être influencée par la rémunération qu'on en tire. Celle-ci, avantageuse ou non, se négocie préalablement avec le donneur d'ordres, analyse faite des divers éléments que comporte la mission.


Sachez que, la plupart du temps, on ne peut pas négocier, le tarif est imposé et, quand on a besoin de payer son loyer, on accepte n'importe quoi, du genre 8 euros les 20 000 signes en facture, voire en droits d'auteur… Et, à ce prix-là, l'esclave ne fait qu'une lecture, c'est clair ! Je vous rassure : je n'ai encore jamais eu besoin d'accepter ce genre de tarif. J'ai l'impression que vous n'êtes pas — plus ? — informé des pratiques de certains "employeurs".

J'ai tendance à commencer par "déblayer le terrain" en réglant différentes questions de typo grâce à certaines fonctions de Word,

Elles sont peu nombreuses. Les remplacements automatiques sont sources de possibles modifications inopportunes, parfois insoupçonnables, parfois heureusement détectables au prix d'une vigilance renforcée. Je privilégie un contrôle approfondi a posteriori.


Je connais par cœur les remplacements automatiques, grâce au savoir-faire du prof d'informatique de Formacom, je les utilise judicieusement et je n'ai jamais eu de mauvaise surprise. Les remplacements automatiques en typo me font gagner plusieurs heures en quelques minutes, dans certains cas. J'ai cité certaines de ces fonctions sur ce même forum, il y a quelque temps.

en faisant un premier passage rapide qui me permet de voir quelles sont les éventuelles […]

Il est de même prudent de ne pas prendre en charge une mission avant d'en avoir apprécié les difficultés.

Soyez gentil de ne pas déformer mes propos. Je ne parlais pas des difficultés, mais des incohérences.
Ce n'est pas en lisant quelques pages d'un texte qu'on peut se rendre compte que l'auteur écrit indifféremment 6 h, six heures ou 6 heures et qu'une harmonisation est nécessaire (c'est un exemple).



Je sais que vous cherchez à vendre votre ouvrage, donc vous dénigrez souvent les méthodes de travail de certains. C'est fatiguant, à la longue. Votre ouvrage est certainement très bien, mais je n'en ai pas besoin, et ce n'est pas aujourd'hui que je vais modifier mes méthodes de travail qui me conviennent parfaitement.

Cordialement.

Retourner vers « Correction & correcteurs »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités