Mardi, 29 Juillet 2014

Vous êtes ici : Communiqués >> Annuaire des communiqués >> Internet >> Observatoire Meetic : La politique dans le couple
 

Observatoire Meetic : La politique dans le couple

Envoyer Imprimer PDF

Chéri(e), tu vas voter comme moi ?

Seulement 40 % des Français répondent « oui » !

 

Amour et politique font-ils bon ménage ? C'est ce que Meetic a voulu savoir à moins d'un mois du premier tour de la présidentielle. Il ressort du sondage de l'Observatoire Meetic* que les opinions politiques prennent de l'importance au fil de la relation puis comptent beaucoup moins à partir d'un certain âge. Et, ce mois-ci, au premier tour de l'élection présidentielle, seulement 40 % des Français voteront pour le même candidat que leur partenaire*.

 

En rire ensemble plutôt que de s'affronter !

 

Si les Français sont un tiers à estimer qu'il est important d'avoir les mêmes opinions politiques que leur partenaire, selon les résultats du Baromètre Meetic/Metro**, d'après l'Observatoire Meetic, pour 70 % des couples français, le thème de la présidentielle 2012 constitue un simple sujet de conversation.

Autre résultat réjouissant : le sujet, loin d'être un thème de discorde dans le couple (seulement 5 % des sondés), génère plutôt complicité et bonne humeur à deux puisque près d'un Français sur cinq (19 %) estime que la présidentielle est une source de franche rigolade dans le couple (principalement pour les hommes (22 %), d'ailleurs !). « Finalement, commente Bruno Jeanbart, directeur des études d'Opinion Way, parler de politique s'est banalisé dans le couple comme cela s'est banalisé dans la société. Il y a aujourd'hui plus de tabous sur l'argent que sur la politique. » La présidentielle 2012 n'est d'ailleurs ressentie comme un tabou que pour 4 % des personnes interrogées.

 

C'est aussi ce que confirme la psychanalyste Sophie Cadalen, les débats et les positions contradictoires ne se déchaînent pas au quotidien dans le couple : « Au fil du temps, de la connaissance que l'on a de l'autre, on connaît ses opinions. Elles se sont confrontées les unes aux autres, puis ont souvent convergé vers une sorte d'espace commun, où l'on est à peu près d'accord. Ou définitivement opposé et, dans ce cas, il n'y a plus lieu d'en discuter ! Pas régulièrement, du moins… »

 

Envisageable pour du court terme, moins pour une vie à deux

 

On observe une différence importante chez les répondants entre la gêne de « sortir avec quelqu'un » de couleur politique différente et « s'installer ensemble » : une gêne envisagée par 24 % des personnes quand il s'agit de « sortir avec quelqu'un » mais qui atteint les 34 % lorsqu'on parle de « s'installer ».

 

Sophie Cadalen observe ainsi qu'« il existe un fossé entre notre idéal de tolérance, d'ouverture à l'autre et la réalité des couples. Car, pour la majorité, on reste "entre soi", on va plus facilement vers quelqu'un qui partage nos opinions, dont la "couleur" n'est pas trop différente de la nôtre ».

Une question d'âge ?

Les plus attentifs à cette question sont en effet les 25-34 ans (32 % éprouveraient une gêne), alors que les plus de 60 ans ne considèrent pas cela comme un obstacle (81 %)… Une différence de points de vue qui peut se comprendre comme l'opposition entre l'enthousiasme des jeunes actifs et la sagesse et "l'expérience" des seniors.

Les femmes seraient-elles plus sensibles aux opinions politiques de leur compagnon ?

C'est en effet ce qui semble remarquable dans les résultats du sondage : quand elles sont 29 % à trouver gênant de sortir avec une personne qui a des opinions contraires aux leurs, ces messieurs ne sont que 18 % à partager cet avis. De même, pour le projet de s'installer avec une personne aux opinions politiques contraires aux siennes : elles sont 40 % à se dire gênées quand ils ne sont que 27 % à l'être de leur côté.

 

Chéri(e), tu vas voter pour qui ?

 

Toujours d'après l'Observatoire Meetic, à la question « En avril prochain, au premier tour de l'élection présidentielle, allez-vous voter pour la même personnalité politique que votre conjoint(e) ? », seulement 40 % des personnes en couple répondent par l'affirmative. Au contraire, 25 % déclarent qu'ils voteront différemment de leur conjoint(e), mais savent pour qui il ou elle votera tandis que 35 % ignorent le choix de l'autre et ne lui demanderont même pas.

 

Pour Sophie Cadalen : « Cette réponse vient, semble-t-il, nuancer la "décontraction" des précédentes, dont je doute. D'abord, il y a effectivement une majorité de couples du même bord politique ; ensuite, il y en a beaucoup moins qui ont des positions clairement différentes et pas nécessairement divergentes. Et puis ces 35 % qui préfèrent ne pas savoir sont notables : preuve que le sujet n'est pas finalement si anodin que cela, qu'il peut même être explosif et que ces couples ont choisi de l'écarter de leur intimité plutôt que de risquer des désaccords. Ils sont tolérants, à condition de ne pas être au courant… »

 

Bruno Jeanbart précise : « C'est assez logique, puisque l'on s'assemble plutôt avec des gens qui nous ressemblent. Si c'est un peu moins vrai chez les moins de 35 ans, c'est parce que leurs opinions politiques sont aussi moins structurées, elles sont encore en construction et cette population peut être amenée à changer plus souvent à cet âge-là. Enfin, un tiers des personnes ne souhaitent pas savoir ce que vote leur conjoint, preuve que si parler de politique n'est plus tabou, l'idée que le vote est quelque chose de secret reste importante pour une partie de la population. » Pour vivre heureux à deux, il n'est pas toujours nécessaire de voter ensemble dans la même direction…

 

Retrouvez les résultats complets et détaillés des deux études sur www.fhcom.net

*Enquête OpinionWay "Disputes et politique", réalisée les 8-9 et 20-21 mars 2012 pour l'Observatoire Meetic et administrée en ligne auprès d'un échantillon de 1032 personnes, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

**Enquête OpinionWay "Les opinions politiques dans le couple", réalisée les 6 et 7 mars 2012 pour le baromètre Meetic/Metro et administrée en ligne auprès d'un échantillon de 1052 personnes, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Sophie Cadalen est psychanalyste, spécialiste du couple et écrivaine. Elle est notamment l'auteure d'"Inventer son couple" (Eyrolles, 2006), "Hommes, femmes : ni Mars, ni Vénus" (Leduc. S Éditions, 2006) ou encore "Tout pour plaire et toujours célibataire" (Albin Michel, 2009). Par ses différents romans, essais et pièces de théâtre, elle bat en brèche les idées reçues et la pensée unique autour de l'amour et des relations hommes/femmes aujourd'hui.

 

 

À propos de Meetic :

Depuis dix ans, Meetic permet aux célibataires de faire de belles rencontres en toute liberté, sur le Net ou le mobile. Facile d'accès et conviviale, l'interface Meetic garantit une mise en relation sécurisée des personnes. Innovant et évolutif pour répondre aux attentes des célibataires, Meetic, qui compte chaque jour 397 belles histoires, est le n° 1 de la rencontre en ligne.

 



--

Contact Presse:
FHCOM



Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=9167

 

--

Communiqué envoyé le 10.04.2012 15:29:56 via le site Categorynet.com dans la rubrique Communication / Relations Presse
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

___1028 consultation(s)