journalisme territorial... rebondir après?

Discussions générales à propos du journalisme, des journalistes, de la presse et de l'actualité des médias : salaires, techniques de reportage ...
Myriam.M
Messages : 8
Inscription : 04 févr. 2010, 10:25
Contact :

journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par Myriam.M » 15 déc. 2010, 17:24

Bonjour!

Pour situer le contexte, j'ai fini l'ESJ Paris en juin dernier, j'ai fait quelques stages depuis, mais je galère bien à trouver des offres d'emplois et j'ai du mal à proposer des piges, n'ayant pas encore de réseau et n'étant pas encore assez spécialisée.

Il y a deux ans, j'ai fait un stage au journal municipal de ma ville, et depuis je pige pour eux tous les mois. Je m'y étais bien plu, et les offres d'emploi sont bien plus abondantes que pour la presse traditionnelle...

Personnellement le fait que ce journalisme soit axé "com" ne me gêne pas spécialement, puisque je pense que le but premier du journaliste est d'informer le public sur ce qui se passe autour de lui, que ce soit au niveau national, international ou au contraire dans une petite zone. Peut-être même me suis-je un peu trompée en pensant que j'étais faite pour le journalisme pur et dur et qu'une formation info-com m'aurait été plus profitable, mais bon, c'est fait c'est fait comme on dit!

à l'heure actuelle j'ai donc deux sources d'inquiétudes:

- peut-on sortir du journalisme territorial?
Je suis consciente que le journalisme territorial est assez mal vu par la profession, car très com'. Pensez-vous qu'il soit possible d'en sortir au bout de quelques années pour se diriger vers la presse mag ou locale? en ile de france de surcroit?

-existe-t-il un parcours spécifique pour intégrer une équipe de journalistes territoriaux ou mon expérience peut-elle suffire?


J'espère que vous saurez répondre à mes interrogations, pour l'instant c'est le flou total!!!
Le bon choix

Re: journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par Le bon choix » 15 déc. 2010, 21:27

Bonjour,

Je pense que tu fais le bon choix. Journaliste depuis 4 ans, après l'ESJ Paris également, je me dirige moi aussi vers le journalisme territorial. Les 2 secteurs ne sont en effet pas si différents, d'où peut être ce mépris affiché de la part des soit disant "vrais" journalistes... Le fait de parler de "journalisme d'investigation" montre bien que la plupart de la profession est très très loin de l'enquête.
Tu pourras toujours te réorienter ensuite si tu le souhaites.
Mes amities à M. Rozenblum :)
FRANCK55

Re: journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par FRANCK55 » 01 janv. 2011, 14:20

On ne sort pas de cette profession et ce n'est pas du journalisme. Je ne veux pas relancer le vieux débat, mais il y a un monde entre faire ça, entre travailler dans un canard, et ce job, qui s'apparente au niveau des processus de validation à de la com pure et simple. Informer ? hum hum, personne ne lit ces canards municipaux qui viennent faire briller l'élu local ou sa majorité et qui passe à la poubelle dans 80 pour cent des cas lorsqu'il arrive à la boite aux lettres. Valorisation de territoire qu'ils disent, mieux vaut
en rire, le tout payé par nos impôts, bien sur, sans parler du papier dépensé POUR RIEN.

Le sens de la critique et la mise en abime de certaines situations ? Il faut oublier car il ne faut choquer personne ni le Mr le maire archi-cumulard, ni ses adjoints, ni les pompiers....J'ai en mémoire cette histoire de Centre social ou l'on me demanda de ne pas parler du retard des travaux suite à des malfaçons, parce que c'était je cite "c'était très négatif pour la collectivité."

J'ai bossé dans un journal ensuite, et il n'y eu de la part de mon red chef, aucune censure dans un papier, lorsque j'ai expliqué qu'un Conseil Régional payait une étude d'impact pour des entreprises locales avec nos impôts...Idem lorsque nous avons travaillé sur les malversations supposées d'un Conseiller général !
Donc pour moi il y a un monde entre ces deux métiers. De grâce stoppons la comparaison. Il n'y a même pas de mépris, c'est simplement de la com.

A côté de cela, une occupation du temps assez comique, car il y a des heures à combler et devant la la faiblesse de la tâche, une certaine propension a la réunion café et aux consternantes rencontres entre les différents services !
Que l'on puisse se contenter de faire ce type de job de gratte papier, de crever d'ennui dans des services mornes et lisses, montre bien, où le journalisme de presse écrite en est arrivé aujourd'hui pour se satisfaire de si peu et de ce dérivatif à la petite semaine avec un seul objectif : devenir un planqué ! Triste mais réel et dramatique constat. Merci à toutes ces écoles type ESJ ou EJT qui ne servent à rien et qui sont heureuses lorsqu'elles placent des élèves dans ce genre de merdier.

Bon après si tu as une formation, et qu'il faut bouffer comme 99 pour cent des gens, fais cela...

Je précise tout de même que j'ai travaillé dans un CR et que je n'y bosserais plus jamais de ma vie (si possible) ayant du corriger le travail de chargés de mission fainéants et incultes, faisant 80 fautes dans un feuillet, et rendant des copies l'avant-veille même du bouclage du canard mensuel alors qu'ils avaient 1 mois pour le faire...
Mais sans doute préféraient t-il préparer le NOUVEAU meeting du Peuple de Gauche...et des forces de progrès !
ann65
Messages : 1202
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par ann65 » 03 janv. 2011, 17:59

FRANCK55 a écrit :On ne sort pas de cette profession et ce n'est pas du journalisme. Je ne veux pas relancer le vieux débat, mais il y a un monde entre faire ça, entre travailler dans un canard, et ce job, qui s'apparente au niveau des processus de validation à de la com pure et simple. Informer ? hum hum, personne ne lit ces canards municipaux qui viennent faire briller l'élu local ou sa majorité et qui passe à la poubelle dans 80 pour cent des cas lorsqu'il arrive à la boite aux lettres. Valorisation de territoire qu'ils disent, mieux vaut
en rire, le tout payé par nos impôts, bien sur, sans parler du papier dépensé POUR RIEN.

Le sens de la critique et la mise en abime de certaines situations ? Il faut oublier car il ne faut choquer personne ni le Mr le maire archi-cumulard, ni ses adjoints, ni les pompiers....J'ai en mémoire cette histoire de Centre social ou l'on me demanda de ne pas parler du retard des travaux suite à des malfaçons, parce que c'était je cite "c'était très négatif pour la collectivité."

J'ai bossé dans un journal ensuite, et il n'y eu de la part de mon red chef, aucune censure dans un papier, lorsque j'ai expliqué qu'un Conseil Régional payait une étude d'impact pour des entreprises locales avec nos impôts...Idem lorsque nous avons travaillé sur les malversations supposées d'un Conseiller général !
Donc pour moi il y a un monde entre ces deux métiers. De grâce stoppons la comparaison. Il n'y a même pas de mépris, c'est simplement de la com.

A côté de cela, une occupation du temps assez comique, car il y a des heures à combler et devant la la faiblesse de la tâche, une certaine propension a la réunion café et aux consternantes rencontres entre les différents services !
Que l'on puisse se contenter de faire ce type de job de gratte papier, de crever d'ennui dans des services mornes et lisses, montre bien, où le journalisme de presse écrite en est arrivé aujourd'hui pour se satisfaire de si peu et de ce dérivatif à la petite semaine avec un seul objectif : devenir un planqué ! Triste mais réel et dramatique constat. Merci à toutes ces écoles type ESJ ou EJT qui ne servent à rien et qui sont heureuses lorsqu'elles placent des élèves dans ce genre de merdier.

Bon après si tu as une formation, et qu'il faut bouffer comme 99 pour cent des gens, fais cela...

Je précise tout de même que j'ai travaillé dans un CR et que je n'y bosserais plus jamais de ma vie (si possible) ayant du corriger le travail de chargés de mission fainéants et incultes, faisant 80 fautes dans un feuillet, et rendant des copies l'avant-veille même du bouclage du canard mensuel alors qu'ils avaient 1 mois pour le faire...
Mais sans doute préféraient t-il préparer le NOUVEAU meeting du Peuple de Gauche...et des forces de progrès !
La description est "un peu" :roll: méchante, mais n'est pas mauvaise :wink:
J'ai commencé ma carrière de "rédactrice" dans une mairie, dont je me suis sauvée dès que j'ai pu. J'ai ensuite réussi à travailler en presse pro avant de revenir à la com.
Je continue à faire des piges pour des canards édités par des collectivités territoriales. Dès lors qu'il s'agit de tirer le portraits d'illustres inconnus bien connus dans le département/la ville, j'adore l'exercice et je me régale.
Les reportages terrain sur l'équipe féminine de rugby de Trifouillis-sur-Oise ou le déplacement des jeunes patineuses du club truc , j'aime beaucoup aussi. Ça me fait penser à ce que je faisais pendant mes stages en PQR.
Les sujets institutionnels sont évidemment plus chiants... mais, bon, faut croûter.
FRANCK 55

Re: journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par FRANCK 55 » 03 janv. 2011, 18:26

Merci de ton commentaire Ann :P
je n'ai aucune haine ou quoi que ce soit contre les gens qui font cela, bien au contraire. Ce sont des victimes. Il faut bien manger je suis d'accord; Mais quelle tristesse tout de même de ne pas pouvoir dire la vérité, ou du moins une vérité parmi tant d'autres
J'ai bcp plus de haine contre ces politicards cumulards et ces directeurs d'école tout aussi cumulards qui nous ont mené droit dans le décor, comme ce pays qui est en train de capoter grave dans la m...
Sans parler de la solitude incroyable qui rêgne dans ce métier désormais, même en presse écrite où les relations d'entraide se sont délitées pour favoriser le chacun pour soi. Une constante. Un constat banal mais aussi très grave
Bonne année Sarko (si tu pouvais te casser)


Bonne soirée
ann65
Messages : 1202
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: journalisme territorial... rebondir après?

Message non lu par ann65 » 03 janv. 2011, 19:23

FRANCK 55 a écrit : je n'ai aucune haine ou quoi que ce soit contre les gens qui font cela, bien au contraire. Ce sont des victimes. Il faut bien manger je suis d'accord; Mais quelle tristesse tout de même de ne pas pouvoir dire la vérité, ou du moins une vérité parmi tant d'autres
J'ai bcp plus de haine contre ces politicards cumulards et ces directeurs d'école tout aussi cumulards qui nous ont mené droit dans le décor, comme ce pays qui est en train de capoter grave dans la m...
Sans parler de la solitude incroyable qui rêgne dans ce métier désormais, même en presse écrite où les relations d'entraide se sont délitées pour favoriser le chacun pour soi. Une constante. Un constat banal mais aussi très grave
Bonne année Sarko (si tu pouvais te casser)


Bonne soirée
Oula !!!!! Je ne me suis jamais sentie victime de rien du tout. Je crois quand même que lorsqu'on est bac + 4 ou 5 on sait ce qu'on fait quand on signe tel ou tel contrat de travail et on sait à quoi on s'engage (et pourquoi on s'engage).

Ma première expérience dans cette mairie a été très formatrice. D'abord parce que j'ai tout de suite été amenée à écrire sur des sujets très divers. Ensuite parce que le journal se fabrique "sous nos yeux".
Et enfin parce qu'elle m'a permis de savoir que ne ne ferai pas "carrière" dans une collectivité locale.

Elle a été utile aussi car grâce à cette expérience j'ai pu dégotter 10 ans plus tard, des piges en freelance pour des canards de CG ou de mairies....
Répondre

Revenir à « Général / divers »