Page 1 sur 6

Correspondant de presse, que faire?

Publié : 19 mars 2008, 12:24
par Woops
Bonjour, je suis correspondant sportif dans un quotidien de la presse régionale.
Cela fait près de 6 ans que je fais cette activité, et je souhaite en faire mon véritable travail.
J'effectue environ une quarantaine de papiers par mois (de 30L à 90L) du monde pro au monde amateur.
Je fais aussi régulièrement des remplacement d'un secrétaire de rédaction.
Le hic, c'est que j'ai abandonné mes études, je me suis entièrement consacré à cette activité qui est mon unique revenu (je travaille dessus 5 jours par semaine, de toute façon les deux n'étaient plus compatibles).
Même en conservant ce rythme de production, mon salaire reste médiocre (atteint le SMIC les rares très bons mois). Je ne parle pas de la période estivale où le salaire peut devenir insignifiant

Puis-je, à votre avis, évoluer dans le métier? Connaissez-vous des gens qui ont eu le même souci?
Là, ça commence à urger étant donné que la sécu m'a lâché, étant donné que je ne cotise pas :?

Publié : 19 mars 2008, 13:19
par BEHEMA
tu ne cotises pas à la SS ? tu es payé comment ?
Cela est tout à fait anormal.
Quant à l'évolution, le statut de pigiste indépendant - ce que tu es en réalité - n'est pas facile. Il faut toujours proposer des articles.
La solution ? peut-être se tourner vers les radios de la même région que le magazine et des sites internet que ça peut intéresser.
Et j'en reviens à cette histoire de couverture sociale. Si tu fournis régulièrement des papiers, on est bien obligés de te déclarer non ?
Bizarre !

Publié : 19 mars 2008, 14:11
par Woops
Ben je suis payé à l'acte, donc je me crois pigiste, je sais pas si j'ai raison ou tort car ce statut paraît plus compliqué que je ne l'imaginais. J'ai un virement tous les mois, je n'ai signé aucun contrat. Tous les ans je reçois un courrier qui me dit quelle somme et quel kilométrage ils ont déclaré aux impôts.

Je n'ai pas de bulletin de salaire, le journal qui m'emploie fait du bricolage, le souci, c'est que ça marche un temps, mais là j'ai besoin d'une vraie rémunération. J'ai rendu beaucoup service, mais je ne vois rien venir en retour.
J'ai proposé mes services pour le développement du web, ils ne considèrent pas ce support comme assez important pour développer une équipe.
J'ai tenté de me rendre indispensable, résultat, je crois l'être devenu mais à moindre frais pour eux.
Exemple : janvier : 45 papiers : 950 euros, on ne peut pas en vivre, même si cela prend du temps et surtout on ne peut pas suivre ce rythme pendant 12 mois et même si l'on pouvait le faire physiquement, la trêve estivale et la période des fêtes réduisent considérablement les revenus.

Publié : 19 mars 2008, 14:20
par BEHEMA
va voir le site du SNJ http://www.snj.fr
Cela te donnera une idée.
Le fait de collaborer régulièrement à un journal comme pigiste doit te valoir une feuille de paie et des congés payés et un 13ème mois. Beaucoup de médias précisent lors du démarrage de la collaboration que le tarif (en moyenne 63 euros le feuillet de 1500 signes) inclut justement ces congés payés et le 13ème mois qui est stipulé dans la convention nationale des journalistes.
si tu es payé en remboursement de frais kilométriques, il s'agit d'une grosse arnaque.
Pourquoi ne pas citer le dit journal ?

Publié : 19 mars 2008, 14:22
par cilou
Tu as tort de te croire pigiste, tu es correspondant local de presse. Ce n'est pas considéré comme un boulot, et ce que tu reçois n'est pas un salaire, mais un défraiement. Il est donc logique que tu ne cotises pas à la sécu.
Ce que tu décris me semble fréquent : un journal fait faire un vrai travail de journaliste à un CLP, alors que ce n'est pas son rôle. Le CLP est censé être un apporteur d'informations. Son travail doit être mis en forme par de vrais journalistes, et en aucun cas un CLP ne doit faire le boulot d'un secrétaire de rédaction.
Tu espérais qu'au vu des services rendus, le journal te ferait passer journaliste. Le problème, c'est que ton statut de CLP convient très bien au journal, et qu'il n'a aucune raison de changer cela, sauf si toi tu râles. En plus, il me semble que tu dépasses le plafond de ressources auquel a droit un CLP et tu risques que l'URSAFF te tombe sur le dos. Bref, tu ne peux pas continuer comme ça.
Deux possibilités :
- essayer de faire évoluer ton statut de CLP vers un statut de journaliste. Ca veut connaître précisément tes droits (regarde le site du SNJ, achète le guide de la pige, etc.), rassembler les preuves que le journal te demande un travail de journaliste et non de CLP (mails de leur part, etc.), puis montrer les dents : leur réclamer de passer journaliste au vu de tout ça, sinon les menacer de leur coller un procès et de faire requalifier le CLP en contrat de journaliste. Je ne sais pas quelles sont tes chances, il te faut un avocat dans ce cas là, me semble-t-il.
- chercher ailleurs, en devenant un vrai pigiste. Tu as appris le métier, propose des piges partout où tu peux, et petit à petit, laisse tomber cet employeur indélicat. Et surtout, n'accepte plus de trucs illégaux : un pigiste est payé en salaire, point barre.

Bon courage.

Publié : 19 mars 2008, 14:26
par Woops
Je ne suis pas payé en frais kilomètres, je suis dédomagé pour les kilomètres parcourus pour me rendre aux matchs, entraînement, conférence...
C'est un système de points qui donne le "salaire"(un compte rendu vaut tant de points, un magazine, un écho, tant de points...).
J'ai eu deux contrats, un pour deux semaines et un autre pour trois jours lors de remplacement du secrétaire de rédaction.
Les autres jours où je l'ai remplacé cela a été fait par augmentation de mon nombre de piges afin de compenser. Du bricolage aussi.
J'ai aussi fait quelques piges pour quelques quotidiens nationaux sportifs par le biais de ces remplacements.

Je ne cite pas le nom du journal car je me sens pas à l'aise. Dégoûté de la situation actuelle, ras le bol complet, mais si je perds cela, je suis dans une merde encore plus noire

Publié : 19 mars 2008, 14:58
par michoko
Si ça peut te rassurer, je suis, point pour point, dans la même situation que toi. 8 ans et toujours pas de contrat :evil:

Publié : 19 mars 2008, 15:33
par Woops
Me rassurer ne serait pas le mot :P C'est quand même triste de bosser trois plus qu'un titulaire et avoir trois fois moins d'argent en fin de mois.
Son travail doit être mis en forme par de vrais journalistes, et en aucun cas un CLP ne doit faire le boulot d'un secrétaire de rédaction
Il y a belle lurette qu'il n'est plus mis en forme.

Publié : 19 mars 2008, 16:25
par darladidadada
michoko a écrit :Si ça peut te rassurer, je suis, point pour point, dans la même situation que toi. 8 ans et toujours pas de contrat :evil:
Tant que les employeurs trouveront des "dindons" prêts à travailler comme des fous pour pas un rond pendant huit ans sans broncher, pourquoi proposeraient-ils des CDD ou CDI ?

Claquez leur la porte au nez ! Menacez les d'une action en justice. Certains correspondants ont déjà gagné ce type de procès.

Publié : 19 mars 2008, 16:57
par Woops
Ah oui, ils gagnent ce procès, et après?
Ils font quoi? Ils se retrouvent persona non grata dans le milieu mais ont ce petit bonheur d'avoir gagné un procès

Publié : 19 mars 2008, 17:02
par cilou
WOops, tu dis que tu as des piges. C'est donc que tu as des bulletins de salaires ? Une pige est un salaire. Si tu n'as pas de feuilles de paye, tu n'es pas pigiste, point barre.
Toi même semble confondre allègrement les statuts (pigiste - CLP) et les formes de payement (indemnité - points - salaire...). Tant que ce n'est pas clair pour toi, je ne vois pas comment tu peux aller négocier (ou entrer en conflit) avec ton employeur.

Publié : 19 mars 2008, 17:12
par Woops
Ben c'est clair pour moi, seul le terme demeurait obscure, mais maintenant ça ne l'est plus.
Je suis correspondant de presse qui est rémunéré à l'article (ce qu'on appelle incorrectement pigiste chez les non-initiés), articles qui sont répertorié par points sur ma feuille de collaboration que je remplis moi-même. Le rédac chef la signe et la compta transforme ces points en euros.
Je déclare aussi les kilomètres parcourus sur cette même feuille que j'effectue chaque moi avec mon gentil stylo.

J'espère avoir été clair, et , merci de prendre le temps de me répondre :wink:

Publié : 19 mars 2008, 17:15
par darladidadada
Woops a écrit :Ah oui, ils gagnent ce procès, et après?
Ils font quoi? Ils se retrouvent persona non grata dans le milieu mais ont ce petit bonheur d'avoir gagné un procès
Etre grillé dans un canard de PQR ne signifie pas être grillé dans toute la profession. Et puis bon, si ledit canard se fout de votre gueule - désolé mais c'est un peu l'impression que j'ai -, vous ne perdez pas grand chose à être sur la liste noire ce journal.

Enfin, si tu prouves que tu fais un boulot de journaliste depuis des années, je pense que tu peux demander à être régularisé en CDI. Enfin, je ne suis pas avocat.

Publié : 19 mars 2008, 17:26
par Woops
Je préfère ne pas prendre le risque.
C'est assez complexe comme milieu tout de même

Publié : 19 mars 2008, 17:35
par darladidadada
Woops a écrit :Je préfère ne pas prendre le risque.
C'est assez complexe comme milieu tout de même
Oui je comprends, cela dit je connais quelques journalistes qui ont menacé Le Progrès (je cite le titre) de procès aux Prud'hommes (après quatre ans de CDD, sans période de "pause" légale. Ont réglé le problème à l'amiable, soit contre un gros chèque. Ils étaient, bien sûr, grillés dans ce journal, mais ont bossé et bossent ailleurs.

Je connais cette situation puisque j'ai été correspondant local quelque temps. Un des problèmes, c'est que le SNJ a l'air de se foutre de cette situation alors que les correspondants remplissent les pages à moindre frais au détriment des journalistes ; et les CLP sont littéralement exploités.