se désinscrire des assédic ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
faust
Messages : 66
Inscription : 16 oct. 2007, 11:29
Contact :

Message non lu par faust » 09 déc. 2008, 10:46

c'est terriblement grave. c'est quand même fou de devoir se battre parce qu'on a envie de bosser !
menhir
Messages : 11
Inscription : 09 déc. 2008, 08:56
Contact :

Message non lu par menhir » 09 déc. 2008, 11:04

Les gens qui travaillent aux Assedics ne sont pas responsables du système mis en place. Ils ne font qu'appliquer des règles qu'ils ne maîtrisent pas forcément tant il est compliqué (y compris pour eux) de s'y retrouver. Il faut plutôt accuser les énarques qui ont construit cette usine à gaz... Oui, il vaut mieux, parfois, ne rien faire plutôt que s'escrimer à arracher la plus petite des piges...
menhir
Messages : 11
Inscription : 09 déc. 2008, 08:56
Contact :

Message non lu par menhir » 09 déc. 2008, 11:54

Source SNJ

Activité réduite et chômage
Pendant la période d’indemnisation, il est possible de garder ou de retrouver une activité professionnelle dite "réduite" tout en continuant de percevoir une allocation. L’activité antérieure au chômage et que vous conservez reste compatible avec l’indemnisation sans la modifier, même si elle augmente ou diminue ; une activité nouvelle crée un report de jours d’indemnisation (voir ci-après).
Depuis 2006, il est possible de combiner piges et indemnisation du chômage même si l’on refait des piges pour l’employeur qui vous a licencié ; ces piges sont traitées comme de l’activité réduite reprise.
Lorsqu’elle est exprimée en heures (c’est le cas des CDD, par exemple), l’activité salariée ne doit pas, en outre, dépasser 110 heures par mois ni 70 % du salaire moyen de référence (= ayant donné droit au chômage).
Les seuils mensuels d’activité réduite n’existent pas pour les piges - ni en montant, ni en pourcentage d’activité "autorisés".
Calcul de l’indemnisation en cas d’activité réduite L’allocation d’un mois est diminuée lorsque l’allocataire a eu une activité professionnelle dans ce mois (nouvelle pige, CDD, temps partiel). Des jours d’indemnisation calculés en fonction des anciens revenus sont retirés de l’indemnisation du mois et reportés en fin de droits, dont ils retardent d’autant l’échéance (c’est le décalage). Un mois avec "activité réduite", outre le fait qu’il favorise le reclassement, est plus avantageux financièrement qu’un mois sans activité. Pour le chômeur de cinquante ans et plus, les revenus "d’appoint" sont minorés (par un coefficient de 0,8) pour le calcul des jours non indemnisables, ce qui est donc un peu plus favorable que pour les autres chômeurs.
Et si on a un "bon mois" ? Pour les piges qui, "n’étant rémunérées qu’à leur terme ou ne donnant pas lieu à une commercialisation immédiate", reconnaît l’Unedic, ne peuvent être rapportées à une période mensuelle, il est procédé à un simple décalage au moment du paiement, par comparaison avec les anciens revenus. Si une pige est plus importante qu’un mois de revenus d’avant le chômage, le décalage peut dépasser un mois, mais le dossier Assedic reste ouvert.
L’activité réduite, ça ne dure pas indéfiniment La possibilité d’exercer une activité réduite, quelle que soit la durée d’ouverture des droits, est limitée à 15 mois, consécutifs ou non, d’une telle activité (c’est-à-dire à 15 mois partiellement indemnisés), sauf en cas de contrat emploi-solidarité, contrat d’accompagnement dans l’emploi ou chômeur âgé de 50 ans et plus. Au-delà de 15 mois d’activités réduites, seuls les mois sans aucune activité sont indemnisés. Il faut alors parfois drastiquement choisir entre continuer d’essayer de se réinsérer, mais en renonçant aux indemnités de chômage, ou vivre doucement aux frais de l’Assedic en renonçant à ses piges... ce qui peut poser quelques problèmes si on veut plus tard travailler de nouveau avec l’employeur largué, ou même un autre !
Comment rédiger la déclaration de fin de mois
Pour un journaliste, aux yeux de l’Assedic, un mois "sans événement" est un mois sans salaire, que le journaliste ait rendu ou non une pige pendant ce mois. Un mois "avec événement" est un mois pour lequel le journaliste reçoit une feuille de paye, tout en continuant de chercher du travail.
Il convient donc de déclarer un contrat à durée déterminée à la fin du mois où on a travaillé, puisqu’on sera payé à la fin de ce mois avec une feuille de paye indiquant le mois en question. Le journaliste indiquera en ce cas les jours pendant lesquels il a travaillé. Il ne peut pas nuire, pour éviter un malentendu ou d’inutiles questions sur la nature de ce travail repris, de préciser alors : "CDD".
La pige sera déclarée à la réception de la feuille de paye, pour le mois porté sur cette feuille de paye. Pour un CDD ou une pige, choisissez la mention activité "salariée".
La feuille d’actualisation « papier », quand elle est encore en usage, permet de s’adapter au cas des pigistes, en n’inscrivant pas de nombre d’heures travaillées, mais en écrivant, à côté des cases prévues pour le faire : "Piges : pas de correspondance horaire". Par téléphone ou Internet, ce n’est pas possible, et l’Unedic, malgré nos demandes répétées, continue de zapper sur une adaptation de leurs formulaires prévoyant la déclaration de cette rémunération à la tâche. Le service réglementaire et juridique de l’Unedic conseille simplement d’indiquer arbitrairement "1 heure".
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »