auto entrepreneur, l'avantage ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
bigoud
Messages : 4
Inscription : 22 déc. 2008, 18:12
Contact :

auto entrepreneur, l'avantage ?

Message non lu par bigoud » 09 janv. 2009, 09:39

Bonjour,
Je suis pigiste et collabore par ailleurs ponctuellement avec des boîtes de com qui rechignent à me faire des feuilles de salaire. L'une d'elles me conseille de me crééer un statut auto entrepreneur pour diminuer ses charges et lui permettre de me payer en facture et non plus en feuilles de paie classiques. Qq'un connaît-il les avantages de ce nouveau statut ? Sera-t-il avantageux pour moi aussi ?
Merci
:)
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 09 janv. 2009, 10:06

Non, seulement pour lui.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 09 janv. 2009, 10:38

A peine mis en place, ce nouveau pseudo statut, qui ne correspond pas vraiment à nos métiers, semble déjà faire des émules du côté des boss. Ils défendent leurs intérêts, et c'est bien normal ; à nous de ne pas nous laisser faire, car on pourrait y perdre pas mal de plumes. Quoique le cas décrit par Bigoud est celui de la communication, pas celui du journalisme, ce qui, peut-être, est un rien différent. Bref, un conseil : avancer avec prudence sur ce terrain miné.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 09 janv. 2009, 10:48

En journalisme, c'est clair : la loi oblige l'employeur à nous payer en salaire.
En com, il n'y a pas cette obligation. MAIS ça ne veut pas dire que se faire payer en facture soit une bonne chose. Pour l'employeur, c'est l'idéal : pas de charge, pas de paperasserie, pas de lien de subordination avec l'employé (en clair, on le prend et on le jette quand on veut, pas besoin de le virer, il suffit de ne plus passer de commande)... Pour celui qui fait le boulot, en revanche, il n'y a aucun avantage ou presque : je ne pense pas que les employeurs doubleront le montant pour compenser le fait de ne pas payer de charge. Or, payer les charges, ce n'est pas pour le plaisir, c'est pour pouvoir bénéficier de la sécu, de la retraite... Si tu ne payes presque pas de charge, cela signifie que tu n'auras pas droit à grand chose. Or, tomber malade (vraiment malade, pas une vague petite crève), ça n'arrive pas qu'aux autres.
Bref, il faut tout faire pour être payé en salaire, et n'accepter le statut d'autoentrepreneur que si l'on ne peut pas faire autrement. Et dans ce cas, exiger un montant plus élevé.
yannkerveno

Message non lu par yannkerveno » 09 janv. 2009, 11:33

archaud a écrit : semble déjà faire des émules du côté des boss. Ils défendent leurs intérêts, et c'est bien normal ; à nous de ne pas nous laisser faire, car on pourrait y perdre pas mal de plumes.
c'est un terrain miné effectivement, et la pression ne fait que commencer… voir le post sur mon blog à propos du livre vert des états généraux. Il y a des risques
graindesel
Messages : 15
Inscription : 25 nov. 2008, 12:39
Contact :

Message non lu par graindesel » 09 janv. 2009, 20:14

Bonjour à tous,

Bon d'accord: le statut d'autoentrepreneur ne doit pas permettre aux journalistes d'être payés autrement qu'en salaire par les entreprises de presses. Et les auteurs d'être rémunérés en droits d'auteur par les éditions.

Mais concrètement, quand très ponctuellement, le journaliste a une commande de rédaction d'un organisme privé je ne sais pas moi, style maison de la prasline et du berlingot, est-ce que ce statut n'est pas mieux que passer par une société de portage (je ne parle pas de s'inscrire comme indépendant : je parle du cas où ce genre de boulot est vraiment occasionnel) ?
yannkerveno

Message non lu par yannkerveno » 09 janv. 2009, 22:32

Salut, il est évident que la solution est tentante, mais j'ai peur, qu'en adoptant ce statut pour d'autres raisons, nous donnions des idées à nos employeurs qui en ont déjà trop, bien trop, pour rompre le lien de subordination.:) Donc, pour ma part, j'ai tendance à privilégier la piste portage salarial.
graindesel a écrit : Mais concrètement, quand très ponctuellement, le journaliste a une commande de rédaction d'un organisme privé je ne sais pas moi, style maison de la prasline et du berlingot, est-ce que ce statut n'est pas mieux que passer par une société de portage (je ne parle pas de s'inscrire comme indépendant : je parle du cas où ce genre de boulot est vraiment occasionnel) ?
LUCSAINT
Messages : 48
Inscription : 25 mars 2005, 10:40
Contact :

auto-entrepreneur ?

Message non lu par LUCSAINT » 12 janv. 2009, 11:38

est-ce que quelqu'un est capable de REPONDRE à la question posée en début de post ?

l'histoire du salariat obligatoire pour les journalistes c'est du bla-bla. ça ne correspond plus à certaines situations. Moi par exemple j'ai le statut de "indépendant" (fiscalement : artisan sous le régime de la micro-entreprise) et je facture sans TVA. Ca me convient parfaitement, à mes employeurs itou : des fois je vends juste des photos, d'autre fois une mission de "consultant" (pour lancer un nouveau mag), d'autre fois des travaux de corrections et/ou réécritures, et quand je facture des reportages complets clé en main (la base de mon boulot) la boîte d'édition qui m'emploie augmente le tarif classique des piges vu mon statut particulier (sur 100 euros, prévoyez d'en reverser 40 en charges et impôts !). Donc ça me va d'autant que je bosse le + souvent chez moi. Faut pas prendre tous les patrons pour des porcs, yen a qui jouent le jeu ! et justement ce statut particulier permet de les trouver + facilement.

maintenant je me permets d'affiner la question : est-ce que ce nouveau statut d'auto-entrepreneur est MIEUX pour nous autres "pigistes" que celui de "indépendant en micro-entreprise" (qui est à l'heure actuelle celui qui s'en rapproche le plus).
si qqun a bossé le sujet ça m'interesse ! :)
BEGET
Messages : 46
Inscription : 25 oct. 2007, 14:59
Contact :

Message non lu par BEGET » 12 janv. 2009, 16:13

Effectivement, ce statut est plus intéressant. Si tu as un chiffre d'affaires inférieur à 32 k€, tu paieras un forfait de 23 % de ton CA (social + fiscal) à la place des 40 % que tu cites. Pas d'avance de charges à payer : tu paies seulement si tu gagnes. Exonération pendant 3 ans de taxe professionnelle. Tu peux cumuler les statuts de salarié et d'auto-entrepreneur. Tu peux retrouver ces infos sur le site officiel "www.lautoentrepreneur.fr". Un flou persiste sur la couverture maladie pendant les périodes d'absence de CA.
[/url]
LUCSAINT
Messages : 48
Inscription : 25 mars 2005, 10:40
Contact :

Message non lu par LUCSAINT » 12 janv. 2009, 21:22

Impeccable ta réponse Beget, merci beaucoup !
St1
Messages : 5
Inscription : 29 juin 2005, 14:48
Contact :

Les employeurs en profiteront !!!

Message non lu par St1 » 12 janv. 2009, 21:37

La CCIJP ne reconnaîtra pas vos revenus en tant que commerçant, ce qui est le cas en tant qu'autoentrepreneur. Vous perdrez donc vos droits à carte de presse.

Pas forcément un pb, mais faut le savoir.

Donc plus d'abattement fiscale qui avec, d'ailleurs.
Concernant les congés maladies : c'est comme pour un artisan : soit tu cotises à une caisse (c'est très cher), soit zobi.

Méfiez-vous, les patrons de presse vont profiter de l'aubaine pour demander à leurs pigistes de se déclarer ainsi, ça leur coutera moins cher.

Mais attention : cela signera la fin du journalisme...

Pour votre info, on compte aujourd'hui plus de 8000 précaires chez les 37000 journalistes français encartés, cf le site de la commission, ccijp.fr ou .org

Fites gaffe, à force, le statut spécifique et donc protégé par la justice du journaliste, qui garantit un peu la protection des sources etc disparaitra avec le reste !!!
St1
Messages : 5
Inscription : 29 juin 2005, 14:48
Contact :

J'ajoute...

Message non lu par St1 » 12 janv. 2009, 21:41

J'ajoute ceci :
le statut d'autoentrepreneur a été conçu pour permettre à UN SALARIE de pouvoir créer une ACTIVITE COMPLEMENTAIRE...

Ca veut dire que la couverture social de la personne est déjà assurée par ailleurs s'il décide de devenir autoentrepreneur...

N'en faites pas un statut principal !!!

Même si c'est tentant...

Quand un texte comme celui-ci parait, il est très alléchant... Mais loup y es-tu ? Que caches-tu ?

S'engouffrer n'a jamais été une bonne stratégie... Mefiat, mefiat...!!!
BenPerdu
Messages : 113
Inscription : 24 mars 2005, 15:58
Localisation : par GPS
Contact :

Message non lu par BenPerdu » 13 janv. 2009, 11:15

Oui, je suis 'accord avec st1, ce statut doit être un cas "extra ordinaire" et ne doit pas "s'adopter" mais bien "accompagner" le travail de pigiste ou même d'employé.

C'est la possibilité pour tous les journalistes de faire quelques prestations dans la com' sans pour autant passer par du portage (qui se gave bien quand même au passage). En aucun cas une entreprise de presse ne doit pouvoir s'en servir...

Le côté pervers est bien sûr pour les pigistes sans carte de presse. Il sera bien plus facile de leur demander des factures que de les salarier... Et terminer les demandes de nouvelles cartes ! (je sais, c'est exactement mon cas)

Derrière tout ça, il y a surtout une volonté d'endiguer le travail au noir puisque n'importe qui peut faire une facture pour n'importe quoi. Et de ramener des sous dans les caisses de l'Etat.

Mais je le rappelle, je pense que le plus important doit être le caractère exceptionnel de ce statut, un dépannage pour ajouter un peu de beurre dans les rations quotidiennes de pâtes...

Sinon, on court à la catastrophe !
Sandorf
Messages : 51
Inscription : 26 janv. 2006, 09:07
Contact :

Message non lu par Sandorf » 13 janv. 2009, 14:50

Je sais que cela ne va pas plaire à tous...
Je commence à en avoir marre du terme "patron de presse" qui est souvent utilisé avec la connotation sous entendue "salaud de patron"...
- je reconnais que tout n'est ps "rose" de ce côté du monde mais du côté "pigiste-journaliste" ce n'est pas non plus un monde peuplé de gentils faunes...
En ce qui me concerne je n'ai jamais failli à la règle de régler toute pige en salaire... mais le fait est de constater que le taux de charges sociales est un frein à l'emploi et au développement même de l'emploi de pigistes... et donc des supports avec lesquels les pigistes pourraient travailler et contribuer ainsi au développement commun d'eux-mêmes et des supports ! ...
Qui a une solution ? pas moi... mais il faudrait sortir de ce positionnement très "lutte des classes" car finalement - pourquoi le pigiste ne pourrait pas monter une "entreprise" de piges avec tous les risques que son "salaud" de patron de presse prend en montant son entreprise !?
- Merci de ne pas m'incendier sans faire l'effort de bien lire et comprendre qu'il n'y a pas de honte à être auto-entrepreneur et ainsi collaborer à divers supports...
- Le risque dans la vie professionnelle est obligatoire et pourquoi ne rien vouloir risquer et s'en préserver à tout prix est-il une solution viable ?
- Pourquoi ne pas sortir de vos "tranchées" et risquez un nouveau statut ?
Tout entrepreneur ou "patron" de presse ou d'autres secteurs n'est pas que la caricature que certains "trimballent"... pourquoi les journalistes-pigistes ne pourraient-ils pas travailler de façon différente ?
Je sais que cela sera trop iconoclaste pour certains bien (trop) campés sur leurs positions... mais un forum est un lieu d'échange et ne doit pas aller toujours dans un sens...
Avatar de l’utilisateur
La Fée Clochette
Messages : 62
Inscription : 26 janv. 2004, 13:46
Localisation : Il était une fois quelque part dans un pays qu'on ne connaît pas, une fée qui avançait dans le froid
Contact :

Message non lu par La Fée Clochette » 13 janv. 2009, 15:58

Suis d'accord avec toi Sandorf.
J'attends mon numéro de SIREN de la part de l'URSSAF pour pouvoir commencer à facturer sous le statut d'auto-entrepreneur.
Ai, comme tu le dis très bien, monté mon "entreprise de piges", et ne recevais déjà plus depuis belle lurette de fiches de salaire en bonne et due forme. Je passais déjà par une espèce de société de portage (sans en être totalement une : une coopérative d'activité en fait) qui facturait à ma place. Alors ce nouveau statut me permet de reprendre les commandes de ma "petite entreprise".
Tant pis si cela ne plait pas à certains, mais il faut vivre avec son temps. Ou au moins essayer de survivre à son temps.
Mr Writer,
Why don't you tell it like it is ?
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »