Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
francisgood
Messages : 9
Inscription : 05 janv. 2012, 10:25
Contact :

Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par francisgood » 18 janv. 2013, 23:54

Bonsoir,
Je vais sans doute me tirer une balle dans le pied, mais j’aimerais avoir quelques avis. Je n’aurai peut-être pas de réponses, mais qui sait !
Je me pose beaucoup de questions depuis que je côtoie le milieu journalistique. Tout d’abord, pourquoi ne dit-on pas aux gens dans les écoles et autres formations en journalisme que c’est dur au début, voire très dur tout court ? :roll:

J’étais plein de rêves en sortant de ma formation de journalisme, mais j’ai très vite déchanté en arrivant sur le marché du travail. Je n’ai pas fait la plus grande école de journalisme et je n’ai pas un doctorat d’histoire (Master 1 en Études cinématographiques dans une université parisienne… à quoi ça sert ? Je ne souhaite plus répondre à cette question ! :P ). Mais bon, les propositions les plus intéressantes que j’ai pu avoir était en tant que bénévole. C’est dommage parce que j’ai plein d’idées (comme beaucoup), mais le fait de commencer un métier sans être sûr d’être payé un jour me crispe… Démarré en tant que bénévole, pourquoi pas. Mais est-ce qu’il est possible de sortir de ce statut par la suite ?

Pour moi tout travail mérite salaire. Surtout, un travail où la personne s’investit intellectuellement et humainement. Je reste assez surpris que des gens rouspètent pour payer un pigiste. D’autant que toute rémunération nous ouvre des droits. Ainsi, je me de demande pourquoi la profession laisse le bénévolat prendre le dessus ? Être bénévole c’est bien, mais transformer un métier en bénévolat ce n’est pas bien.

J’ai assisté à un apéro pigiste (dont je suis membre) où j’ai pu entendre des confrères se plaindre que la com’ qui tue la profession… D’accord, mais le bénévolat aussi ! Je pense qu’il faudrait encadrer tout ça… Soyons fous, sortons dans la rue, pancartes à la main pour défendre notre poire ! Comme les stagiaires en 2006 ! Un peu de militantisme ne nous ferait pas de mal ! Bon je m’égare, je vais m’arrêter là…

Sinon, je suis blogueur/pigiste (en recherche de piges actuellement) et j'aimerai connaître d'autres blogueurs et/ou pigistes afin d'échanger sur nos activités, nos expériences et nos aspirations. Expérimentés et débutants bienvenues. À défaut d’avoir des collègues de bureau, c’est toujours bien d’échanger avec des personnes de la profession, on se sent moins seul déjà ! :oops: J'habite Paris.

Mon blog : http://politiquementblog.wordpress.com/
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par cilou » 21 janv. 2013, 10:20

Tu ne pourras pas interdire le bénévolat, surtout qu'il y a plein de petits débutants qui ne rêvent que de voir leur nom en bas d'un article, quitte à bosser gratos.
Il faut donc que tu te démarques, et ça ne peut se faire que par la qualité, à mon avis : il reste encore des journaux qui sont prêts à payer pour des bons articles. Reste à trouver lesquels, et surtout à te positionner comme un pro : bien connaître le journal que tu contactes (les rubriques, le style, le positionnement éditorial, le type de lectorat...), proposer des sujets adaptés, faire des synopsis attrayants, appeler le rédac'chef et être convainquant. Puis une fois le sujet accepté, faire un très bon article, avec des infos originales, correspondant à l'angle prévu. Et bien sûr, rendre à l'heure, et respecter le calibrage. Crois moi si tu veux, mais il y a tellement de papiers bâclés, que lorsqu'un journal tombe sur un pigiste qui bosse comme je viens de le décrire, il y a encore (un peu) de boulot pour lui.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par ann65 » 21 janv. 2013, 12:07

francisgood a écrit : d’abord, pourquoi ne dit-on pas aux gens dans les écoles et autres formations en journalisme que c’est dur au début, voire très dur tout court ? :roll:

Quand on l'écrit ici, on se fait traiter de pisse-vinaigre qui cherchons à désespérer Billancourt et accrochés à des acquis d'avant-guerre...

Démarré en tant que bénévole, pourquoi pas. Mais est-ce qu’il est possible de sortir de ce statut par la suite ?
A mon avis, non. Quand on accepte de se faire pigeonner UNE fois... on se fait cataloguer comme pigeon.
Etre professionnel, ce n'est pas accepter de bosser gratos, c'est dire : "Mon savoir-faire a de la valeur. Si vous ne pouvez/voulez pas payer, je passe mon chemin."
Aucun boulanger ne distribuera des baguette gratos sous prétexte qu'il démarre son activité.


J’ai assisté à un apéro pigiste (dont je suis membre) où j’ai pu entendre des confrères se plaindre que la com’ qui tue la profession… D’accord, mais le bénévolat aussi !
Comment ça la com tue la profession ?
A mon avis, la com ne tue rien du tout. C'est surtout une porte de sortie honorable pour ne pas crever la dalle quand on ne trouve pas/pus de piges ou de postes en presse



Je pense qu’il faudrait encadrer tout ça… Soyons fous, sortons dans la rue, pancartes à la main pour défendre notre poire ! Comme les stagiaires en 2006 ! Un peu de militantisme ne nous ferait pas de mal ! Bon je m’égare, je vais m’arrêter là…

Défendre quoi ? Encadrer quoi ? Interdire les piges gratuites ? La loi précise que tout travail doit être payé...
il existe un salaire minimum et même des grilles de salaires en presse.... dont plein de monde, à commencer par ceux qui débarquent sur le marché, se moquent comme de leur première culotte.

Pour 1 personne qui manifeste... 10 acceptent des "piges bénévoles" pour se faire la main soit-disant.


Bon courage.
Ton blog est une excellente initiative. Quitte à bosser bénévolement, autant bosser pour toi sur des sujets qui t'intéressent et te permettent de prouver ton savoir-faire.

EDIT - Mais tu ne devrais pas utiliser des photos qui ne sont pas de toi, sans en indiquer le crédit et sans payer les droits d'auteur afférents. Ce n'est pas correct et ce n'est pas pro du tout !
Vous n'avez pas eu de cours sur les droits d'auteur des photographes dans ton école ?
francisgood
Messages : 9
Inscription : 05 janv. 2012, 10:25
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par francisgood » 22 janv. 2013, 19:32

Tout d'abord, je tiens à vous remercier de vos réponses très clairvoyantes.

@Cilou

Tu devrais lire « le manifeste de revue XII pour un journalisme utile ! » , que je conseille à tout le monde d'ailleurs :)

Il est vrai que l’on ne peut pas interdire le bénévolat et ce n’est pas mon propos, mais je pense qu'il faut encadrer les abus. Quitte à foudre des amendes pour travail dissimulé ce serait déjà un bon début. Tu sais Cilou, c’est comme le logement avec les marchands de sommeil, il existe des lois, mais personne ne tient à les respecter. Je déplore ce type de raisonnement défaitiste « il n’y a rien à faire c’est comme ça »… Ce monde n’aurait pas beaucoup avancé en termes de droit avec ce type d'arguments. Comparatif grossier : même une personne qui fait le ménage est payée pour ses services ! Pourquoi pas un journaliste pigiste et/ou débutant ? Ne vaut-il pas mieux qu'une personne qui fait le ménage ?

Par contre, je pense que tu as tout à fait raison je vais surtout me pencher sur des idées originales susceptibles d’intéresser un rédac-chef (j’y travaille déjà), quitte à travailler bénévolement comme l’a dit Ann, autant le faire pour mon blog et y mettre de la matière. C’est exactement ce que j’ai décidé de faire depuis un moment.


@Ann

C’est super ce que tu dis, je ne suis finalement pas un extra-terrestre à penser que le système n’est pas bon ! :roll: Ma réponse à Cilou sur ce sujet vaut aussi pour toi. Merci pour ton mot d’encouragement !

Pour les photos, en général j’indique la source et quand je ne le fais pas, je ne suis pas bien. J’ai toujours peur d’avoir le genre de remarque que tu m’as faite ou qu’on me demande de la retirer. Je respecte le travail des photojournalistes et si je le pouvais je m’accréditerais des droits d’auteurs, mais mon blog est tout neuf et a un but non lucratif…

« Comment ça la com tue la profession ?
A mon avis, la com ne tue rien du tout. C'est surtout une porte de sortie honorable pour ne pas crever la dalle quand on ne trouve pas/pus de piges ou de postes en presse »

lorsque j’ai dit à une consoeur que je connais depuis la prépa de journalisme, que j’ai gardé mon boulot dans un cabinet d’archi et que je faisais un peu com’ pour ne pas crever la dalle, elle m’a dit que je traite avec l’ennemi (bon il faut prendre au second degré), mais je pense tout le contraire :? . Je te rejoins là-dessus, sur certains points la com’ est une vraie bouée de sauvetage.


Bien à vous !! :wink:
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par cilou » 23 janv. 2013, 08:37

francisgood a écrit :Il est vrai que l’on ne peut pas interdire le bénévolat et ce n’est pas mon propos, mais je pense qu'il faut encadrer les abus. Quitte à foudre des amendes pour travail dissimulé ce serait déjà un bon début.
Oui, sauf que si le journaliste accepte un boulot gratos, ce n'est pas du travail dissimulé, c'est du bénévolat. Et dans ce cas, quelle loi utiliserais-tu ? Et surtout, comment pourrais-tu attaquer l'employeur en justice si le journaliste exploité ne le fait pas lui-même ?
Autant on peut lutter contre les employeurs qui essaient de payer des journalistes en droits d'auteur ou en facture, autant on ne peut pas lutter contre ceux qui ne payent pas du tout.
De plus, la plupart des employeurs payent... des clopinettes. Par exemple 10 euros la page. Or, il n'existe pas de tarif minimum en pige, donc c'est légal. Pourtant, personne ne peut vivre de son métier avec 10 euros la page (à moins de faire du copier-coller, mais ce n'est pas du journalisme, et ça devient même du plagiat, illégal).
Ne crois pas que je sois défaitiste, je n'ai pas hésité à attaquer aux prud'hommes des employeurs indélicats, et ça m'a été bénéfique. Simplement, il faut savoir ce qu'on peut attaquer et ce qui est inutile. Il faut savoir choisir ses combats, c'est une règle de base pour être efficace. Et le combat contre les piges gratos me semble perdu d'avance.
Quant au militantisme, oui... mais ce n'est pas quelques pigistes dans la rue qui changeront quoi que ce soit, ça ferait plutôt rigoler. C'est au sein des syndicats qu'on peut éventuellement être utiles.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par ann65 » 23 janv. 2013, 09:53

francisgood a écrit : lorsque j’ai dit à une consoeur que je connais depuis la prépa de journalisme, que j’ai gardé mon boulot dans un cabinet d’archi et que je faisais un peu com’ pour ne pas crever la dalle, elle m’a dit que je traite avec l’ennemi (bon il faut prendre au second degré), mais je pense tout le contraire :? . Je te rejoins là-dessus, sur certains points la com’ est une vraie bouée de sauvetage.

:
Cette consoeur a peut-être beaucoup de piges. En quel cas, elle a raison de ne pas faire de com et de laisser ça à ceux qui crèvent la dalle ou qui ont envie de se reconvertir.
Ou bien elle n'a pas de loyer à payer et son frigo se remplit tout seul.

Tu as raison d'avoir conservé ton boulot... Un salaire qui tombe tous les mois sécurise et te permet de bosser sur des sujets qui te plaisent (ton blog entre autres).

Pour les photos de ton blog, je signe et persiste. Ce n'est pas pro.
francisgood
Messages : 9
Inscription : 05 janv. 2012, 10:25
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par francisgood » 23 janv. 2013, 19:02

@ Cilou
Quand je parlais des pigistes dans la rue, c’était une boutade :wink: . En effet, je pense aussi que c’est au sein des syndicats (et associations) qu'on peut être efficaces. En somme, pour être un bon pigiste, il faut être original et proposer autre chose que la capacité d’écrire vite et bien.

@ Ann65
Pour les photos, je compte y remédier au plus vite, d’ici la fin de la semaine je vais régler ça.

"Cette consoeur a peut-être beaucoup de piges. En quel cas, elle a raison de ne pas faire de com et de laisser ça à ceux qui crèvent la dalle ou qui ont envie de se reconvertir.
Ou bien elle n'a pas de loyer à payer et son frigo se remplit tout seul."

Sinon, cette consoeur commence juste à trouver des piges. Je ne sais pas comment elle fait pour vivre, mais j’ai cru comprendre qu’elle a un mec qui gagne bien.

Au final, le fait d’avoir gardé mon boulot me permet de choisir ce qui m’intéresse, tout en murissant ma passion.

Personnellement, je vois le métier de journaliste-pigiste à mon stade (j’ai 29 ans) comme un projet de vie, plutôt qu’un métier où l’on se jette à corps perdu pour vivre de ça. Je me dis que je peux prendre le temps de peaufiner des sujets vendeurs et de préparer le truc qui me permettra de gagner de l’argent avec mes piges.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Entre piges et bénévolat, y a t-il une solution ?

Message non lu par ann65 » 23 janv. 2013, 19:33

francisgood a écrit :@ Cilou
Quand je parlais des pigistes dans la rue, c’était une boutade :wink: . En effet, je pense aussi que c’est au sein des syndicats (et associations) qu'on peut être efficaces. En somme, pour être un bon pigiste, il faut être original et proposer autre chose que la capacité d’écrire vite et bien.

@ Ann65
Pour les photos, je compte y remédier au plus vite, d’ici la fin de la semaine je vais régler ça.

"Cette consoeur a peut-être beaucoup de piges. En quel cas, elle a raison de ne pas faire de com et de laisser ça à ceux qui crèvent la dalle ou qui ont envie de se reconvertir.
Ou bien elle n'a pas de loyer à payer et son frigo se remplit tout seul."

Sinon, cette consoeur commence juste à trouver des piges. Je ne sais pas comment elle fait pour vivre, mais j’ai cru comprendre qu’elle a un mec qui gagne bien.

Au final, le fait d’avoir gardé mon boulot me permet de choisir ce qui m’intéresse, tout en murissant ma passion.

Personnellement, je vois le métier de journaliste-pigiste à mon stade (j’ai 29 ans) comme un projet de vie, plutôt qu’un métier où l’on se jette à corps perdu pour vivre de ça. Je me dis que je peux prendre le temps de peaufiner des sujets vendeurs et de préparer le truc qui me permettra de gagner de l’argent avec mes piges.
A mon avis, c'est ton raisonnement qui est le plus valable.
Si ta jeune consoeur préfère se faire entretenir par son compagnon que de se "salir les mains" en faisant de la com, c'est un choix (de vie)... que je n'aurais fait personnellement

PS - Pour les photos de ton blog, tu fais comme tu sens, hein :wink: .... Je ne fais que te donner mon avis... Mais promis, je n'irai pas te dénoncer. S'pas mon genre.

.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »