Page 1 sur 1

Vous avez essayé le portage ?

Publié : 12 janv. 2006, 17:05
par jaminvincent
Salut !
BOn, suite à mon post d'hier soir (cf Plaquette... art), je me suis renseigné sur le portage...
AU SECOURS !!! Y'a tellement de possibilités que je suis perdu !!
Quelqu'un a-t-il déjà fait appel au portage en tant que rédacteur ?
J'ai lu sur notre cher site que "3,3 % des sondés qui font appel à un organisme de portage salarial " dans un article du 3/11/05 concernant le sondage : « comment êtes-vous rémunéré pour l’écriture de vos articles ? »
Y'a-t-il par ici des personnes faisant partie de ces 3.3% ?
Si oui, aidez-moi, siouplè !!

Publié : 12 janv. 2006, 18:00
par jaminvincent
OK ok, après recherche, j'ai lu de nombreux témoignages... mais je n'ai poas trouvé ce que je cherchais : quelqu'un a-t-il des conseils, une boite particulière à conseiller ?
merci les amis !

Publié : 13 janv. 2006, 17:19
par proxy
:wink:

Slt

http://www.itg.fr/

Voilà pour t'aider :wink:

Publié : 13 janv. 2006, 17:27
par jaminvincent
Merci merci, proxy !!!

Publié : 13 janv. 2006, 22:40
par proxy
:D 2 rien :wink:

Publié : 17 janv. 2006, 21:08
par Linfo
Personnellement, je suis en pige pour tout ce qui est presse et en portage pour tout ce qui est "entreprises" (animation de tables rondes, rédactionnel interne, etc...). Le portage est vraiment la meilleure solution si tu n'as aucune envie de te développer du côté de la com' et si tes prestations demeurent peu fréquentes (penses à ne pas dépasser le seuil au delà duquel tu ne peux plus prétendre à la carte de presse !).
Le sur-coût du portage (10 à 12% du montant HT de tes factures) couvre largement ce que tu coûterait un comptable (environ 200 euros / mois), sans parler des "forfaits" URSAFF, etc...

Sois en revanche certain de choisir une société de portage installée en France et de droit français, qui paie ses cotisations comme n'importe quelle société française.

Publié : 26 janv. 2006, 13:39
par jaminvincent
Linfo a écrit :Personnellement, je suis en pige pour tout ce qui est presse et en portage pour tout ce qui est "entreprises" . Le portage est vraiment la meilleure solution si tu n'as aucune envie de te développer du côté de la com' et si tes prestations demeurent peu fréquentes (penses à ne pas dépasser le seuil au delà duquel tu ne peux plus prétendre à la carte de presse !).
Le sur-coût du portage (10 à 12% du montant HT de tes factures) couvre largement ce que tu coûterait un comptable (environ 200 euros / mois), sans parler des "forfaits" URSAFF, etc...
Merci Linfo ! Tu me confortes dans l'idée que j'ai fait le bon choix en choisissant le portage !! J'en avais besoin... tou est tellement flou parfois !
Linfo a écrit :Sois en revanche certain de choisir une société de portage installée en France et de droit français, qui paie ses cotisations comme n'importe quelle société française.
Merci pour ce conseil. J'ai pris soin de regarder de plus près chacune et me suis décidé pour Jam Communication. Ils ont l'air bien. C'est en route, de toute façon !! :)
Merci encore pour tout !

portage

Publié : 26 janv. 2006, 15:56
par supermag
Pour infos pour vos missions à l'étranger.


Par contre, je n'ai jamais testé

portage

Publié : 27 janv. 2006, 06:48
par Filooo
Bonjour,
Il y a également une autre solution en terme de portage, c'est de passer par une coopérative d'activité. Le principe est le même, sauf qu'il est régis par des valeurs de solidarité propres aux cooperatives et que la commission est moins élevée.
Voir notamment le site cooperer où sont regroupées ces structures :
http://www.cooperer.coop/

Bonne chance

Philippe
http://philippe.villette.free.fr
http://www.amusoire.net

portage

Publié : 27 janv. 2006, 16:44
par austral
J'ai rencontré récemment une société de portage en paca.
Voilà ce que j'ai appris:

Pour décider si l’on veut aller vers le portage, il faut d’abord se demander si l’on est dans un métier courant ou dans un métier rare ?
Métier courant : portage, temps partagé, intérim.
Métier rare : portage, temps partagé.
Si on déjà une clientèle, se diriger vers le portage ou le temps partagé.
Si on n’est pas doué pour le côté commercial, se diriger vers l’intérim.

Missions redondantes : cela peut se faire en trois-quatre jours sur le temps partagé
Missions ponctuelles : se diriger vers le portage et le CDD

En portage : le contrat
Il s’agit d’un CDD temps partiel qui dure le temps de la mission, renouvelé deux fois, il ne peut pas dépasser deux ans (173 hs par mois) signé avec la société de portage.
Il indique l’objet de la mission et une durée approximative : il se terminera avec la fin de la mission.
S’il y a une deuxième mission, on renouvelle l’ordre de mission
On doit remettre un rapport en fin de mission , remis en mains propres à l’entreprise ou envoyé en lettre recommandé et signé par les deux parties. On en garde un exemplaire.
Le « porté » passe 1/3 de temps dans l’entreprise, 1/3 chez lui, 1/3 à la recherche d’autres contrats pour la suite.
Le but est que le CDD débouche sur un CDI. Quand plusieurs missions s’enclenchent et qu’il dépasse les deux ans, le CDD se transforme en CDI.
Quant le « porté » arrive à un plein temps, il crée sa propre entreprise. IL faut deux ans, deux ans et demi pour se faire sa propre clientèle.
Il s’agit d’un CDI à temps partiel annualisé signé toujours avec la société de portage.

L’ordre de mission ou le bon de commande
Il faut demander un acompte de 20 à 30% au client lors de la mission ; on est ensuite mensualisé.
S’il n’y a pas de paiement, ce qui est très rare, la société est responsable à hauteur du SMIC. En cas de réticence, je suis le gentil, la société de portage est le méchant avec l’entreprise cliente, de façon à ce que le porté ne perde pas sa clientèle.
L’ordre de mission décrit le lieu de travail, le montant des honoraires, la date de départ et la durée approximative, l’objet de la mission.
A noter que l’Anpe après 18 bulletins de salaire à temps partiel risque de considérér qu’on n’est plus en recherche d’emploi : mais il est difficile de connaître le règlement exact, il semble que cela diffère selon les assedic.
La société de portage prend entre 10 et 15 % du chiffre d’affaires encaissé (parfois on m'a dit entre 8 et 10%). Avec les frais professionnels et les charges salariales puisque c’est elle qui se charge de tout, il reste 50 % pour le porté. Il faut donc compter double quand on s’adresse à un client.
Avantage : il n’y a pas de lien de subordination avec l’entreprise cliente.

Voilà pour l'instant ce que je sais

- Convention collective Syntec (majorité de sociétés de portage, info Internet)

Publié : 27 janv. 2006, 17:57
par corsaire
Il paraît que la société jam est plutôt sérieuse et bien !
www.jam-conseil.fr
Bonne chance