Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
la petite bête
Messages : 12
Inscription : 19 févr. 2011, 12:32
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par la petite bête » 01 avr. 2011, 11:44

Entendu il y a quelques jours sur France Inter : « L’Australien [Julian Assange] nie toujours son innocence ».

Florilège d’Anne Lauvergeon :
« On est tous mentalisés là-dessus [Tchernobyl]. » (au JT de France 2)
« Croyez bien que nous sommes totalement dédiés à la situation. » (à l’Assemblée)
Certes, on ne demande pas à la présidente du directoire d’Areva de s’exprimer correctement, mais de nous rassurer : « ce n’est pas une catastrophe nucléaire » ; « s’il y avait des EPR à Fukushima, on n’aurait pas de fuite dans l’environnement ». Pas de perle, mais… – comment dire sans affoler la population ? – la France ne possède pas d’EPR, uniquement de vieilles centrales.
Revenons à notre sujet : toujours devant l’Assemblée, elle a, dans une brillante analyse technique, parlé de « lances qui permettent d’intervenir entre 50 et 80 mètres, ce qui est tout à fait dans la logique de distanciation des problématiques de radioactivité ».
J’affectionne la logique de distanciation (qui ne sera pas facile à replacer), et constate que « problématique » est encore plus employé que « énorme », « « juste » ou « culte ».

J’ai enfin apprécié (comme toujours) le commentaire du journaliste de France Culture ce matin, à propos du site ouyapacours conçu par la FCPE pour recenser les enseignants non remplacés : « le jour de la création du site, c’est le professeur de français qui devait être absent ».
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 02 avr. 2011, 04:16

la petite bête a écrit :Florilège d’Anne Lauvergeon :
« On est tous mentalisés là-dessus [Tchernobyl]. » (au JT de France 2)
« Croyez bien que nous sommes totalement dédiés à la situation. » (à l’Assemblée)
[…] Revenons à notre sujet : toujours devant l’Assemblée, elle a, dans une brillante analyse technique, parlé de « lances qui permettent d’intervenir entre 50 et 80 mètres, ce qui est tout à fait dans la logique de distanciation des problématiques de radioactivité ».
J’affectionne la logique de distanciation (qui ne sera pas facile à replacer), et constate que « problématique » est encore plus employé que « énorme », « « juste » ou « culte ».
Dans sa dernière livraison, le Canard enchaîné a épinglé ce « dédiés » de Mme Lauvergeon, y voyant à juste titre un accès de franglais, mais le « mentalisés » lui a échappé.
Quant à la « logique de distanciation des problématiques », c'est un bijou de prétentieuse absconsité (oui, je sais, le mot n'existe pas, alors je le crée). Je suppose, mais je peux me tromper, que la dame veut dire que 50 à 80 m, c'est une distance à laquelle la radioactivité est supportable (qu'elle y aille donc !). N'empêche : quand Ribéry va apprendre que la bonne distanciation pour tirer un coup franc, c'est 18 à 25 mètres, ça va lui faire drôle.
la petite bête
Messages : 12
Inscription : 19 févr. 2011, 12:32
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par la petite bête » 02 avr. 2011, 16:13

C'est effectivement l'article du Canard qui m'a incité à étudier la forme du discours d'Anne Lauvergeon. Une citation y est malheureusement tronquée ; la voici en entier : "Nous, les enseignements, on les a déjà tirés dans tous nos designs".
Une petite dernière : "Les réacteurs ont été construits sur des designs américains avec des makers japonais." Habituellement, l'anglomanie vise à donner une image de technicité, mais là…
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 15 avr. 2011, 03:55

L'envoyée spécial de Libération au Caire nous décrit « un uniforme noir flanqué d'un képi ». Deux lignes plus bas, nous voyons « un homme sur une vedette flanquée de l'aigle égyptien ». Un peu plus loin : « Les Egyptiens sont à fleur de peau ». Décidément, à Libération, l'inspiration n'est pas près de se Tahrir. :lol:
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 05 mai 2011, 01:07

Le Parisien du 4 mai cite une circulaire du ministère de l'Education concernant un projet d'évaluation des collégiens dès la 5e. "Individuellement, cela permet de proposer les remédiations nécessaires en milieu de parcours", dit ce texte officiel. Le contexte permet de comprendre que, dans le langage ministériel, remédiations signifie à peu près : mesures permettant de remédier à quelque chose. Des remèdes, en somme.
Décidément, le mauvais exemple vient de haut ! Et on voudrait que nos mômes y causent correc...
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par ann65 » 05 mai 2011, 10:30

coco47 a écrit :Le Parisien du 4 mai cite une circulaire du ministère de l'Education concernant un projet d'évaluation des collégiens dès la 5e. "Individuellement, cela permet de proposer les remédiations nécessaires en milieu de parcours", dit ce texte officiel. Le contexte permet de comprendre que, dans le langage ministériel, remédiations signifie à peu près : mesures permettant de remédier à quelque chose. Des remèdes, en somme.
Décidément, le mauvais exemple vient de haut ! Et on voudrait que nos mômes y causent correc...
Le terme "remédiation" fait parti du langage pédago Coco !
N'importe quel parent d'élèves ayant assisté à une réunion de rentrée a entendu ce terme.

La phrase "Des dispositifs de remédiation sont mis en place au collège pour aider les enfants en difficultés." "sonne", à mon avis, un peu mieux que :
"Des dispositifs, pour remédier aux (ou pallier les) difficultés des enfants, sont mis en place au collège."
Ou pire encore...
"Des remèdes sont délivrés au collège pour aider les enfants en difficultés." Là, j'imagine tout de suite une distribution gratuite de comprimés de Ritaline à tous les mômes un peu trop turbulents ! :oops:
Dernière modification par ann65 le 07 mai 2011, 16:11, modifié 3 fois.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 06 mai 2011, 02:01

Alors là, je me rends. Je ne pensais pas que le mal était si profond. Et pourtant j'avais déjà entendu parler des "référentiels bondissants". Il est vrai qu'il y a un bail que j'ai été parent d'élève (et enseignant de surcroît).
Je vais me venger sur le Canard Enchaîné du 4 mai, qui, à propos de Nicolas Sarkozy, écrit : "A ce rythme, le bilan de son quinquennat va vite être réduit à peau de chagrin." Joli contresens, et très courant, mais contresens tout de même. Parce que la peau de chagrin de Balzac n'est ni petite ni grande : elle ne se définit pas par sa surface mais par le fait qu'elle se réduit constamment, inexorablement. Le terme peau de chagrin ne désigne pas un état mais un processus. On dira donc, si on le pense, que le bilan de N.S. se réduit comme une peau de chagrin, mais pas qu'il se réduit à une peau de chagrin.
A moins que les pédagos ne soient pas d'accord...
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par ann65 » 07 mai 2011, 11:23

coco47 a écrit :Alors là, je me rends. Je ne pensais pas que le mal était si profond. Et pourtant j'avais déjà entendu parler des "référentiels bondissants". Il est vrai qu'il y a un bail que j'ai été parent d'élève (et enseignant de surcroît).
..
Effectivement Coco, tu n'as plus qu'à te rendre...
Le terme "remédiation" est même dans le Larousse maintenant (et même pas au titre des néologismes !)
Remédiation - nom féminin (de remédier)
Dans le cadre de l'école, soutien apporté aux élèves qui ont du mal à acquérir les fondamentaux (lecture, écriture, calcul).


Bref Coco, de nos jours, les enseignants ne se contentent plus de faire du "soutien scolaire", ou de d'aider pour les mômes en difficultés. Ils ne font plus non plus du rattrapage scolaire... Il font de la remédiation. :wink: Malheureusement, un mot chasse l'autre... et les pôv'mômes sont toujours aussi nombreux, voire plus nombreux, à ne pas savoir lire quand ils entrent au collège...

Mais je te rassure, à la rentrée, les profs d'EPS continuent à nous préciser qu'au programme de l'année, il y aura tennis de table, rugby ou basket-ball... pas (encore ? :wink: ) "réferentiel bondissant"...
la petite bête
Messages : 12
Inscription : 19 févr. 2011, 12:32
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par la petite bête » 13 mai 2011, 19:52

L'IUFM visait à mettre en œuvre une action de remédiation des messages iconiques mal perçus afin que, par une opérationnalisation pertinente, on puisse cohérer les informations pour en percevoir la dimension pragmatique. Coco, ne faites pas semblant de ne pas comprendre.

Autre néologisme, j'ai entendu parler de "gestique" (à propos du jeu de scène de Maria Callas). Nous avions déjà la gestuelle, la gestualité et, en vérifiant la gestique, j'ai découvert également le gestuaire. Ce "gestique" va vraiment combler un manque.

Dans une actualité peu réjouissante, deux tournures plaisantes entendues à la radio : le printemps arabe de l'hiver dernier et Laurent Blanc définitivement blanchi par la Fédération.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 07 juin 2011, 04:26

Pas vraiment une perle de journaliste, ce qui m'amène ici aujourd'hui, mais une amusante pratique de SR (aux ordres ?). J'ai trouvé ce matin dans ma boîte aux lettres le magazine de la Ville de Paris, A Paris. Je remarque que chaque fois (et non à chaque fois — qu'on me permette d'épingler au passage un travers incontournable ces temps-ci) qu'il est question de M. Delanoë, on lit le Maire de Paris.
Il fallait bien un maire socialiste pour que puisse fleurir cette capitale honorifique infondée. Reste à savoir de qui est venu l'ordre.
Itello
Messages : 45
Inscription : 17 nov. 2010, 16:56
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Itello » 07 juin 2011, 09:49

Bonjour,

Désolé de devoir être bref, mais je dois partir étudier. :mrgreen:

Je me permets de citer Grevisse concernant à chaque fois que :
§ 315 — Construction du complément adverbial. Observations diverses.

La langue littéraire connaît encore à chaque fois, à la première fois, plus rarement à cette fois et plus rarement encore à toutes les fois que (encore usuel pour Dupré, p. 1028). L’usage ordinaire construit ces expressions sans préposition.

Et l’on oubliait à chaque fois la bouteille auprès de la guérite (Stendhal, Chartr., XXI). — À chaque fois que l’heure sonne (Hugo, Ch. du crép., V, 2). — À la septième fois, les murailles tombèrent (id., Châtim., VII, 1). — À chaque fois que l’orateur lançait le bras (Barrès, Colline insp., p. 78). — À chaque fois qu’on y revient (Gide, Incidences, p. 152). — À la deuxième fois, j’ai laissé mon chien courir sur lui (Arland, Étienne, p. 89). — À chaque fois que nous nous sommes vus (Léautaud, Amours, F°, p. 27). — À chaque fois que je prête ma voiture à une de mes amies (M. Pons, Mademoiselle B., dans les Temps modernes, févr. 1973, p. 1336). — La lumière […] se fit plus pâle à chaque fois (Camus, Peste, p. 315). — À chaque fois, je soulevais mon chapeau (Ph. Claudel, Âmes grises, p. 81). — À cette fois, Landry sentit comme un grand repentir dans son âme (Sand, Pet. Fadette, VI). — Et Jacqueline, à cette fois, fut prise de fou rire (Toulet, Demoiselles La Mortagne, p. 175).
Ce sera tout pour le moment. :)
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 08 juin 2011, 04:40

Cher Itello, le texte que vous citez dit : « La langue littéraire connaît encore à chaque fois, à la première fois […]. L’usage ordinaire construit ces expressions sans préposition. » Or ce que l'on voit aujourd'hui, c'est l'emploi systématique, automatique, de la préposition, et dans la langue la plus ordinaire qui soit. C'est cela qui me gêne. L'ennui naquit un jour de l'uniformité… Je sais aussi que les formateurs de Formacom rejettent, eux, catégoriquement cette formule.
Autre chose : j'ai lu aujourd'hui dans le Parisien que l'assemblée générale des actionnaires de France Telecom avait voulu « adouber » un dividende à 1,40 euro. Adouber un dividende, voilà qui renouvelle la chevalerie. (Mais les salariés actionnaires auraient, paraît-il, « retoqué » cette proposition.)
Itello
Messages : 45
Inscription : 17 nov. 2010, 16:56
Localisation : Paris, France
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Itello » 08 juin 2011, 13:36

Je vous avais bien compris, coco47. Ce complément d'information me paraissait néanmoins nécessaire.

Grevisse et les grands auteurs qui ont utilisé à chaque fois que semblent considérer que l'usage de cette préposition est correct. En fait, nous ne pouvons que constater un changement de registre. L'expression à chaque fois qui était jadis d'un niveau soutenu relève maintenant du langage courant. Hélas, je ne vois pas ce qui pourrait justifier la condamnation de cette évolution. :wink:
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Porcile » 08 juin 2011, 17:11

coco47 a écrit :Cher Itello, le texte que vous citez dit : « La langue littéraire connaît encore à chaque fois, à la première fois […]. L’usage ordinaire construit ces expressions sans préposition. » Or ce que l'on voit aujourd'hui, c'est l'emploi systématique, automatique, de la préposition, et dans la langue la plus ordinaire qui soit. C'est cela qui me gêne. L'ennui naquit un jour de l'uniformité… Je sais aussi que les formateurs de Formacom rejettent, eux, catégoriquement cette formule.
Catégoriquement ?
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »