Titres de civilité

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Titres de civilité

Message non lu par coco47 » 08 sept. 2016, 00:10

Bonjour à tous,
J'ai eu à batailler ferme, récemment, sur Facebook, à propos des règles typographiques concernant la façon d'écrire les titres de civilité. Je disais appliquer les règles de mon vieux code typo du Syndicat des correcteurs : écriture au long quand on s'adresse à une personne (Bonjour, monsieur Dupont), abréviation quand on parle d'une personne (J'ai rencontré hier M. Durand et Mme Duval). J'ai rencontré une vive opposition de la part de personnes qui se présentaient comme correctrices et affirmaient qu'en littérature on n'employait jamais d'abréviations (elles disaient abrégé). Un intervenant a conclu ainsi : « Je clos le débat en gravant dans le marbre et de façon définitive qu'il n'y a AUCUN abrégé pour monsieur, madame, mademoiselle dans une oeuvre littéraire. » Et tout le monde a opiné.
Bien que je n'aie aucun doute sur la question et que ma certitude ait été confortée par la consultation d'une douzaine d'œuvres littéraires piochées au hasard dans ma bibliothèque, je vous demande, par acquit de conscience, ce que vous en pensez et quelle est votre pratique professionnelle en la matière. Merci de votre aide.
prof
Messages : 526
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par prof » 08 sept. 2016, 21:38

coco47 a écrit :J'ai rencontré une vive opposition de la part de personnes [...]
Bonsoir !
     Je croirais volontiers à une plaisanterie. Tout ce monde vous a-t-il précisé qui enseigne cette façon de faire et quel éditeur l'a inscrite dans sa marche maison ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par coco47 » 09 sept. 2016, 00:00

Non, Prof, ce n'est pas une plaisanterie ! Voici des extraits de la discussion sur Facebook.

Brig Koridwen (une correctrice qui se prévaut de la qualité de “filleule d'académicien”) :
monsieur etc sans majuscule, sauf pour honorer l'interlocuteur (par exemple, dans une lettre aux impôts ^^) et bien sûr, pas d'abréviation sauf par tolérance dans le cas cité par Sophie Viguier, réservé à la correspondance (et moi, je ne le fais jamais). M. X, aaargh !
[…]
on ne l'emploie pas (l'abréviation ) en littérature, seulement dans la correspondance. Et même dans ce cas, pas en s'adressant au correspondant : par ex, "veuillez agréer, M.", serait incorrect.
(Quelle bouillie !)
Philippe Saimbert :
Elen, tu confirmes que l’on n’emploie pas l’abréviation en littérature ?
Elen Brig Koridwen :
Philippe : oui.

Je relance :
Ce que rappelle S.V. (M. Machin quand on parle de lui, monsieur Machin quand on lui parle) n'est pas une « tolérance », c'est la règle typographique, et depuis des décennies. Pour ma part, elle m'a été enseignée en 1971, quand je suis entré dans le métier de correcteur, par des professionnels qui l'avaient apprise eux-mêmes trente ans plus tôt. D'où la référence, dans le texte de S.V., au « Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale ».
Elen Brig Koridwen :
Filleule d'académicien, je me suis vu enseigner dès l'enfance qu'en littérature, on n'emploie pas l'abrégé M. ou Mme, réservé aux documents commerciaux et à la correspondance.
Philippe Saimbert :
Elen et Bernard, vous semblez être en contradiction. Bernard dit: "Ce que rappelle Sophie Viguier (M. Machin quand on parle de lui, monsieur Machin quand on lui parle) n'est pas une « tolérance », c'est la règle typographique". Alors qu'Elen affirme: "Filleule d'académicien, je me suis vu enseigner dès l'enfance qu'en littérature, on n'emploie pas l'abrégé M. ou Mme, réservé aux documents commerciaux et à la correspondance." C'est un débat TRES intéressant! Qui mérite d'être clarifié.
Elen Brig Koridwen :
J’ai clarifié, je crois, Philippe, en rappelant que les règles typographiques correspondent à tous les cas de figure rencontrées en imprimerie, surtout administratifs en effet ; mais que certains genres ont leurs propres codes, leur "codes d'honneur", dirais-je. […] il serait bien vain de rester campé sur le Lexique des règles typographiques (qui, comme Murielle l'a rappelé à son tour, est un document fort ancien, figé et généraliste) en l'opposant aux usages dans le cas précis de la littérature.
Philippe Saimbert :
Je clos le débat en gravant dans le marbre et de façon définitive qu'il n'y a AUCUN abrégé pour monsieur, madame, mademoiselle dans une oeuvre littéraire.

Je réplique :
Pendant des décennies, le Syndicat des correcteurs, à qui les entreprises de presse, de labeur et d'édition de la région parisienne s'adressaient pour qu'il leur fournisse des correcteurs, a exigé de ses membres la connaissance et l'utilisation d'un Code typo qui disait notamment : « J'ai vu M. Dupont » et « Bonjour, monsieur Dupont ». J'ai corrigé, dans les années 1970, une vingtaine de romans de la collection Folio en appliquant cette règle. Mais les choses ont peut-être changé. Quoique.… Je trouve dans le dernier ouvrage de Jean d'Ormesson, qui, à défaut d'être filleul d'académicien, est académicien lui-même, les choses suivantes : M. Flacelière (p. 156), Mme du Deffand (p. 316), Mme Verdurin (p. 324), M. Peyrefitte (p. 326), Mgr Lefebvre (p. 345). Et c'est publié par Gallimard dans la collection « blanche », dite aussi « nrf », collection littéraire s'il en est. Mais je n'aurai pas la prétention de clore ainsi le débat ni de graver quoi que ce soit où que ce soit. Restons modestes…

La filleule d'académicien me contre, tout en mettant de l'eau dans son vin :
Ce que je dis, c'est qu'un certain nombre d'auteurs mettent un point d'honneur à pratiquer tel ou tel choix, en matière typographique comme dans l'usage de la langue, "le bon usage" n'étant pas toujours si figé que cela. J'ai donné le point de vue que l'on m'a inculqué, et vous tenez absolument à y opposer le Lexique. Je réponds simplement que ce n'est pas une référence absolue.
Elle est soutenue par une « amie d'académicien », qui écrit :
Tout à fait d'accord avec Elen Brig Koridwen ! Justement, il me vient une anecdote sur le sujet. Un de mes amis (Goncourt, et plusieurs autres prix légendaires et académicien) vient de m'expliquer que le correcteur de la maison d'édition qui le publie avait changé plusieurs de ses phrases pour y glisser ces fameuses abréviations ! Il n'a pas apprécié et refusé son BAT et la publication a été retardée !
Tout cela pour dire que ce n'est peut-être pas Jean d'Ormesson lui-même qui a écrit ces abréviations dont vous parlez Bernard Morin !



D'autres avis ? Catherine, par exemple. Ou J-Fabien, ou Cargo, ou Loony, ou Ann, ou Nesk ?
Cachou
Messages : 8
Inscription : 01 févr. 2016, 10:12
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par Cachou » 09 sept. 2016, 10:25

Bonjour à tous,
Je travaille régulièrement pour une maison d'édition publiant des romans et qui applique toujours cette bonne vieille règle : "Bonjour, monsieur Durand" et "As-tu vu M. Durand ?".
Et il n'y a pas que le Lexique des règles typographiques qui énonce cette règle : il y a aussi le Lacroux, le Jouette, le Girodet, le Thomas, etc.
Lacroux écrit toutefois à ce sujet : "Il est efficace d'avoir en mémoire cette "grande orientation". Néanmoins, quantité de cas particuliers exigent une formulation plus fine de la règle."
Bonne journée,
Cachou
prof
Messages : 526
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par prof » 09 sept. 2016, 12:07

Cachou a écrit :Et il n'y a pas que [...] qui applique toujours cette bonne vieille règle :
     Et je n'enseigne pas autrement ; cependant sans parler de règles, mais de conventions entre gens de métier.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par coco47 » 09 sept. 2016, 14:24

Merci.
Il suffit d'ailleurs de feuilleter des livres dans une librairie pour constater que cet usage typographique est systématiquement appliqué. Je n'ai pas encore trouvé un exemple qui montre le contraire.
cargo06
Messages : 197
Inscription : 08 déc. 2011, 18:33
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par cargo06 » 09 sept. 2016, 17:04

Comme Cachou, je me réfère aux règles du Lexique des règles typo de l'IN, au Girodet, au Thomas, et à mon vieux Code typo, qui sont unanimes, et je me conforme à cette convention dans toutes mes corrections. Bien sûr, ce n'est pas une règle, mais un usage, une convention, comme tout ce qui se rapporte à la typographie.
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Titres de civilité

Message non lu par Catherine_75 » 13 sept. 2016, 13:23

Bonjour,

Je suis stupéfaite par ces prétendues nouvelles règles typographiques des titres de civilité et par l'assurance hautaine et méprisante des personnes qui vous ont répondu…

Bien entendu, j'ai toujours suivi — et je continuerai à le faire sans qu'aucun employeur ne m'en fasse reproche — le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale.

Catherine
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »