rencontre

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
KLR
Messages : 3
Inscription : 05 févr. 2007, 18:08
Contact :

rencontre

Message non lu par KLR » 05 févr. 2007, 19:04

Bonjour à tous,
Je suis actuellement en reconversion professionnelle, d'enseignante en lettre je souhaite passer à correctrice à domicile, aussi aimerais-je rencontrer un ou plusieurs correcteurs afin de me faire une idée precise de ce métier. Je suis en train de faire un bilan de compétence et l'anpe me décourage de me lancer dans cette voie à cause des débouchés limités... J'aimerais avoir vos témoignages et pourquoi pas une rencontre de vive voix ou des propositions de stage... J'habite à Tours donc si vous êtes proche de ma région ou de Paris merci de me contacter via le forum.
Merci à tous
Claire
Bianca
Messages : 731
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 06 févr. 2007, 11:57

Correctrice-SR depuis dix ans, je me reconvertis moi aussi dans le "à domicile". En effet, dire que c'est bouché est un euphémisme… Dommage que tu sois à Tours, je suis près de Nantes. Si jamais tu passes dans le coin, on peut se boire un verre !

Et puis il va falloir apprendre à écrire des messages sans une seule faute si tu veux vraiment y arriver ! :D

Au fait, as-tu un code typo et un bon dico type Jouette ?
KLR
Messages : 3
Inscription : 05 févr. 2007, 18:08
Contact :

Message non lu par KLR » 06 févr. 2007, 13:50

Merci de ta réponse et désolé pour les fautes :oops: , je ne suis pas encore correctrice et je n'ai pas encore fait de formation.... L'anpe m'encourage plus à être pigiste en passant par l'IUT de Tours et je suis encore en pleine hésitation!!!
Sinon pour te répondre je ne possède pour le moment aucun outil de travail précis donc si tu as des tuyaux, ce n'est pas de refus et je ne manquerais pas de te contacter pour discuter de tout cela si je passe à Nantes.
KLR
Bianca
Messages : 731
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 06 févr. 2007, 14:28

Histoire de causer métier, pour moi, être correcteur, c'est quelque chose d'inné, presque… Je crois que si tu n'as pas cet œil de lynx, cet amour pour la "pétouille qui va de travers", tu n'es pas fait pour ce métier. Je pense que quelqu'un, comme toi, qui hésite entre écrire et corriger n'est pas vraiment fait pour la correction. Ne le prends pas mal surtout, mais être correcteur, c'est une réelle vocation, je ne pense pas que l'on viendra me contredire… Moi, je corrigeais les fautes des devoirs de copains, je corrigeais le journal que l'on fabriquait à la fac, avant même de savoir que le métier existait. J'AIMAIS ÇA et j'ai toujours aimé ça. Je vois toujours la faute là où personne ne la voit (ou parce que tout le monde s'en fiche), dans un sous-titre, sur une affiche, dans la rue, à la maison, dans les livres aussi (c'est insupportable pour moi, de voir une faute dans un 10/18 ou un Folio :D ).

Quant à travailler à la maison, voilà quelque chose de bien plus difficile encore. Cela demande une discipline de fer, une motivation de chaque instant. C'est très facile de se laisser distraire, de se faire un thé, de répondre au téléphone, d'aller faire ses courses à midi parce qu'il y a moins de monde… (à ce rythme-là, tu te retrouves vite à bosser tout le week-end). Ne parler à personne de la journée, n'avoir aucune histoire de bureau à raconter le soir, rester concentré des heures sur un texte, ça paraît peut-être tout bête mais crois-moi, au quotidien, cela demande des efforts énormes. On peut aussi y voir tous les avantages… Fini les crétins de collègues, les bouchons, les trajets à rallonge, les patrons un peu trop pressants… Oui, mais en travaillant à domicile, c'est toi qui es aux commandes et tu dois rendre des comptes, car tu as toujours un patron. Tu dois aussi te prévoir une pièce pour toi, un bureau à part entière. Parce que bosser dans un coin de salon ou de chambre, n'y pense pas !

Toi qui es prof, tu es toujours dans l'échange, dans la relation à l'autre, as-tu essayé de travailler seule ne serait-ce que quelques heures ? Il faut vraiment te poser toutes ces questions, savoir ce qui t'attend au tournant. Première question : pourquoi abandonner le professorat ? Je n'attends pas de réponse (ça ne me regarde pas), je te la pose simplement… :wink:

En tout cas, tu es la bienvenue !
KLR
Messages : 3
Inscription : 05 févr. 2007, 18:08
Contact :

Message non lu par KLR » 06 févr. 2007, 23:08

je sais que tu n'attends pas de réponse mais je le fais quand même... j'abandonne l'enseignement justement parce que ce n'est pas une vocation. Quant à travailler seule chez moi j'y reflechis depuis longtemps et lorsque j'etais étudiante, j'ai pris un plaisir fou à rédiger mes mémoires (maîtrise et dea) seule dans mon bureau durant des nuits entières et cela pendant deux ans, je n'ai donc aucun problème avec ce point. Je me suis tournée assez naturellement vers le metier de correcteur parce que je passe mon temps à corriger les fautes des autres, ce qui devient pénible pour eux (d'après ces mêmes personnes) or je ne vois que cette profession qui allie travail à la maison, lecture et correction. L'anpe me fait douter et ce forum également parce qu'il n'y pas assez de travail pour tout le monde et il faut bien faire un choix... En tout cas les témoignages confirment les raisons de mon goût pour ce métier ou le métier en lui même, je me rends bien compte de la réalité, c'est pour cela que j'hésite encore, j'ai trente ans et la précarité dans laquelle mon statut de suppléante me conforte je la connais et je ne la redoute pas mais il faut bien vivre.
Bianca
Messages : 731
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 06 févr. 2007, 23:38

Je vois que tu es bien avancée dans ta réflexion, c'est déjà beaucoup. Il y en a tellement qui croient que c'est facile de bosser chez soi, que correctrice n'est pas un vrai un métier (j'en ai entendu de toutes les couleurs).
Quant aux débouchés, je ne pense pas que pigiste offre des perspectives d'avenir hallucinantes. A moins d'être maçon ou plombier, les débouchés, ça ne veut pas dire grand-chose.
En tout cas, je reste à ta disposition si tu as besoin de renseignements (moi et d'autres, d'ailleurs… ils vont bien finir par se manifester !). N'hésite pas à me contacter.
Petifolio
Messages : 74
Inscription : 21 janv. 2007, 16:10
Contact :

Message non lu par Petifolio » 07 févr. 2007, 21:29

Bonjour Bianca et bonjour KLR,

Je suis correcteur professionnel, comme on dit. Et j'encourage toute personne qui veut le devenir à aller au bout de son projet. Globalement tout ce que dit Bianca est juste, il n'y a pas grand-chose à ajouter. Une remarque cependant, un correcteur ou une correctrice peut aussi faire des fautes, de natures différentes. C'est un métier où l'on en apprend chaque jour sur une langue que l'on croit maîtriser. C'est aussi un métier qui ne se réduit pas à ajouter ou supprimer des "s", à se trouver face aux participes passés comme on se trouve face à son meilleur ami que l'on croit connaître sur le bout des doigts. Nous nous battons, aussi bien dans la presse que dans l'édition, pour faire passer l'idée que la correction (appellation dans l'édition) ou la lecture-révision (dans la presse) c'est aussi un regard porté sur le sens et la forme du message choisie (d'où l'importance de la prépa de copie en amont des autres lectures critiques, premières, secondes, etc.). J'arrête là, je ne vais pas livrer ici le Traité de la lecture-révision ou correction. KLR, il faut simplement soit ne pas écouter les gens qui vous orientent, ou sont supposés le faire, soit les convaincre à leur tour que ce métier existe. Vous pourrez même maintenant leur dire que des correcteurs vous en avez rencontré.
En clair, je vous conseille de passer par la formation dont on parle le plus, certainement, sur ce forum : Formacom à Pantin. Là, vous cohabiterez avec une quarantaine de cinglés qui croient dur comme fer que l'on peut encore faire ce métier.
Pour la suite, il est vrai que ce n'est pas une carrière que l'on embrasse pour devenir riche. Je ne parle de moi qu'à titre d'exemple, l'année dernière ma déclaration de revenus m'a révélé que je devais gagner autour de 1 300 euros mensuels, d'autres collègues qui complètent avec les indemnités de chômage pouvaient "monter" à 2 000 euros. Nous travaillons tous beaucoup, et le temps où l'on ne travaille pas nous le passons pour partie à chercher du boulot. Mais tous nous avons aussi le sentiment d'avoir recouvré une liberté que des emplois salariés ordinaires ne nous donnaient plus (anciens profs, bibliothécaire, ambulancière, ouvrière agricole, etc.).
A travailler seul on peut devenir bavard sur les forums, alors j'arrête là et vous dis, comme Bianca, si vous passez par Paris (c'est là que je vis et travaille) et que vous voulez en discuter de vive voix, ce sera avec plaisir.
Ce soir même, certains de mes collègues tiennent réunion pour imaginer et créer une structure collective de correcteurs/trices. La correction est un métier solitaire, mais pas forcément individualiste…
Cordialement,
petifolio
NB : Si vous trouvez des fautes dans mon post, n'hésitez pas à me les signaler. ;-)
Bianca
Messages : 731
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 07 févr. 2007, 21:42

Petitfolio, des fautes, j'en laisse et même des plus grosses que moi ! Je ne suis qu'un pauvre être humain… :wink: Je passe par la case Paris la semaine prochaine mais je ne pense pas avoir le temps de rencontrer des collègues. Peut-être une autre fois… Ce serait avec plaisir.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »