à quand l'abolition des priviléges?

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Slib'

Message non lu par Slib' » 17 juin 2003, 09:32

Mon p'tit (chi) Chon, pour votre Bac vous me réviserez :

-la notion de service d'intérêt général
-principe et conséquences de la privatisation
-le catalogue Ikea pour revoir le prix des meubles à FT

Mais je ne suis pas bloqué et assez d'acord sur la gratuité de certaines actions. Pas des grèves gratuites mais quelques coups. Bien que je trouve cela plus justifié qaund c'est vis-à-vis de revendications envers la direction et non le gouvernement.

Bianca a écrit :
Le droit de grève suppose un arrêt de travail, pas la gratuité pour tous. Mais tu as là aussi la même proposition que tous ces gens qui tiennent ton discours. C'est fou toutes ces ressemblances. Tous solidaires, mais dans le confort, parce que bon nan mais...
Attention Bianca, ne confonds pas tout, ce sont bien des grévistes (syndiqués d'ailleurs) qui ont fait ds action,s gratuites comme à côté de chez mes parents (blois) où les gars de la CGT (forza!) ont fait deux journées d'autoroute gratuit. Cela n'a rien à voir avec le confort mais la variation des actions revendicatrices. D'aileurs il serait temps de se rendre compte que défiler dans la rue n'est pas extrêmement efficace. Je suis plutôt pour les actions plus... musclées :twisted:
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 117
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Message non lu par DBardel » 17 juin 2003, 09:39

L'Usager est celui qui paie tout le temps et très très cher pour un service public dont il ne peut pas bénéficier, ce qui induit pour lui un préjudice que l'on a des difficultés à appréhender dans toutes ses implications.
L'Usager ainsi privé de ses droits les plus légitimes, est amputé de l'aspect le plus caractéristique de sa personne : il ne peut plus être le Consommateur.
Qui est-il, le Consommateur ? C'est un gros con bouffi, plein de fric qui mène une petite vie pépère de salarié planqué et qui veut pas payer pour son steack que les agriculteurs produisent en se saignant aux quatre veines dans l'indifférence générale des mondialistes (une poignée de bureaucrates imbus de pouvoir qui prennent l'agriculture en otage en prônant la libéralisation).
Le Consommateur ne comprend rien à rien, il consomme sans penser aux générations qui se sont battues pour qu'il s'empiffre.
Mais l'Usager est comme l'agriculteur : On le prend pour un con.

Précision 1 : On, c'est l'autre.
Précision 2 : l'Usager n'est pas fonctionnaire.
Précision 3 : le fonctionnaire ne consomme pas.
Précision 4 : l'agriculteur ne consomme pas non plus.
Précision 5 : le consommateur n'est pas fonctionnaire.
Précision 6 : le fonctionnaire n'est pas usager (rien à voir avec la précision 2, c'est vachement plus vicelard que ça, mon frère).

Conclusion : mais que fout le gouvernement, y'en a marre à la fin à chaque fois qu'il y a des orages ça me coupe l'antenne de France télévision et hier soir à cause de leur incompétence (et de la désertification du monde rural qui conduit à un désengagement des services publics, tout autant qu'au désintérêt des entreprises privées), hier soir donc j'ai pas pu regarder en entier Trois Hommes et un couffin !

Flûte alors.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 17 juin 2003, 09:41

Je suis bien d'accord avec toi, je ne confonds pas tout, je m'exprime mal, c'est tout ! Je suis moi aussi pour la gratuité à supposer que ça emmerde le gouvernement (et là...), mais faire une "grève" sur cette seule gratuité n'est pas possible. Et faire des "coups", ce n'est pas mener un long mouvement, attention... Je parlais de confort car plein de gens sont d'accord avec la grève tant que ça ne les ennuie pas trop, à partir du moment où ils restent bloqués deux heures dans une gare, bizarrement, ils ne sont plus pour la grève. Les p'tits gens, faut pas les embêter dans leur train-train, sinon, ils ne te soutiennent plus... Quant aux actions plus musclées, j'ai cru que ça allait prendre plus d'ampleur après le BBQ du Medef, mais je me suis encore trompée. :cry: Que nous reste-t-il de cette grève ? Pas grand-chose, et là encore, il faut bien reconnaître que les défilés dans la rue ne servent pas à grand-chose (sauf quand ça menace les exams). Bref, je crains que Bobby soit bientôt le plus heureux des hommes...
Slib'

Message non lu par Slib' » 17 juin 2003, 09:58

Effectivement, je crains que la braguette de bobby n'explose bientôt.

Jeudi nous servira d'indice pour savoir si cela continue ou pas. Ce qui est vraiment dommage, c'est que le privé ne se manifeste pas plus. Et quand je dis ça, je me comprend dedans puisque je n'ai pu participer à ces jours d'action sociale à mon grand regret. Malheureusement je suis tenu par les bourses !
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 17 juin 2003, 10:24

Les bourses, la bourse, c'est ce qui tient tout le monde !
bobby chon

Message non lu par bobby chon » 17 juin 2003, 10:48

[quote="Bianca"] J'ai perdu trois jours, c'est trop horrible, et mémé qui attendait une carte...[quote]

ET POUR LES PMI QUI PERDENT DU FRIC A CAUSE DE LA GREVE?
Dernière modification par bobby chon le 17 juin 2003, 10:53, modifié 1 fois.
bobby chon

Message non lu par bobby chon » 17 juin 2003, 10:52

Slib' a écrit :Effectivement, je crains que la braguette de bobby n'explose bientôt.
intéréssant comme argument
le débat devient pointu ici
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 810
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 17 juin 2003, 11:01

En effet, tu te fais démonter tous les chiffres que tu avances mais tu préfères répondre aux blagasses (méritées) que ta naïveté provoque.

Pour un débat "de qualité", encore faut il connaître ce que l'on avance.




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 117
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Message non lu par DBardel » 17 juin 2003, 11:11

bobby chon a écrit :
ET POUR LES PMI QUI PERDENT DU FRIC A CAUSE DE LA GREVE?
Et pour les PMI qui vont carrément mettre la clé sous la porte parce que, pour "dégraisser le mammouth", la Poste du patelin (150 habitants)et l'instit de la classe unique (12 élèves) disparaissent, ce qui va entraîner dans les deux ou trois ans à venir le départ des quelques habitants qui restaient, et donc des fameux "consommateurs" et "usagers" cités plus haut ? Elle fait quoi avec qui, et elle vend à qui, la PMI, si elle n'est pas installée dans une zone industrielle près d'une ZEP où tous les "usagers" se plaignent du manque de profs (entre autres ?)

La schématisation à outrance ne sert qu'à la propagande. Pas à poser les bonnes questions. Personne, Bobby, n'a nié ici que les problèmes étaient réels. C'est ton approche qui est discutable : il n'y a pas d'un côté les "victimes" et de l'autre les "privilégiés". Il y a partout des gens qui essaient de défendre leur casse-croûte.

Allons-y pour un exemple concret : mes voisins (y'a personne dans le Cantal, mais j'ai des voisins, faut le faire !) sont dans la fonction publique : Education nationale. Elle est prof dans un lycée technique, et lui est membre du personnel Atos au collège de mon fils. Ils ont fait grève tous les deux : 5 semaines. Leur R5 pourrie a rendu l'âme pendant ce temps. Ils ont dû contracter un emprunt pour acheter en catastrophe une épave tout aussi pourrie. Ces "privilégiés" ont atterri dans le Cantal par voie de mutation. Ce n'était pas un choix de vie, c'était ça ou pas de boulot. Ils ont perdu, à eux deux, 10 semaines de salaire. Pour rien. Tant pis pour eux, me diras-tu. Mais quand je vois dans quel état elle est, après 10 ans de lycée pro (et dans un département quand même rudement peinard), je n'espère qu'une seule chose : que mon fils n'aura jamais en face de lui une ruine de 65 ans en guise de prof.
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 489
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 17 juin 2003, 12:00

De plus, le problème, je le répète encore, ne concerne pas une simple opposition public/privé. Le projet du gouvernement est d'allonger les temps de cotisation de TOUT LE MONDE. L'opposition sur la laquelle nous nous focalisons actuellement est un leurre. Quels que soient les problèmes réels.

N'oublions pas que fonctionnaires et salariés du privé ne cotisent pas aux mêmes caisses. Allonger la durée de cotisation des premiers ne change rien à la situation des seconds. Mais en offrant au public, à la masse, un ennemi à abattre, soit disant bouffi de privilèges, on le détourne du vrai visage des réformes et on lui fait avaler la pilule sans qu'il s'en rende compte.

Je viens de recevoir (comme quoi le courrier passe, même dans un 93 rempli de mauvaises gens) un superbe courrier gouvernemental à ce sujet. Un ramassis de mensonges honteux. Aucun chiffre, bien sûr, juste des assertions comme quoi "la réforme est nécessaire et qu'il en va de notre bonheur" (oui, le mot était en gras). Une propagande extrêmement malodorante.

Et on nous parle des gens qui ont commencé à travailler "très jeunes, 14, 15 ou 16 ans". Alors :

1- Des gens qui ont commencé à travailler à 14 ans, il ne doit pas en rester beaucoup en vie, et ceux qui le sont ont arrêté de travailler il y a longtemps déjà.

2- idem pour 15 ans.

3- On nous dit donc que pour s'arrêter de travailler vers 60 ans, il faut commencer à travailler à 16 ans. Age jusqu'auquel l'école est obligatoire. Soit pas de Bac, puisqu'on le passe à 18. Soit des emplois en bas de l'échelle sociale.

Conclusion, si tu veux un bon boulot, t'as intérêt à avoir dès la naissance de quoi assurer tes arrières. C'est sûr, ça fera moinsd'étudiants dans les facs, et surtout plus de fils d'ouvriers (ça doit faire tache à côté des enfants des amis de monsieur le baron).

Le plus drôle :evil: , si je puis m'exprimer ainsi, c'est quand on met cela en parallèle avec la réforme envisagée dans les universités. Pour harmoniser non plus "entre tous les français", mais "avec l'Europe". Outre une décentralisation qui occasionnera des formation de valeurs diverses selon la région et inféodées aux entreprises locales (Germinal, es-tu là ?), le gouvernement veut allonger la durée des études ! Pas de diplome aéprès deux ans comme aujourd'hui (DEUG), masi après 3 ! Et maîtrise en deux ans au lieu d'un an.

Cherchez l'erreur...

Conclusion : le but recherché est de faire en sorte que personne ne soit plus en mesure de recevoir une retraite complète après une vie de travail bien remplie. A moins de travailler suffisamment longtemps pour être trop fatigué pour en profiter. Tu arrêtes de bosser jsute pour bosser. Et au passage, l'Etat fait des économies.

Lers patrons également, puisque de plus en plus, c'est sur les retenues salariales et non plus sur les charges patronales qu'on veut faire peser toutes les cotisations sociales. Dans le même temps, on prône l'utilisation de fonds de pension privés qui ont fait la preuve deleutr efficacité pour ruiner ceux qui y ont eu recours.

Tu mets de l'argent de côté toute ta vie, ton patron fait mumuse avec en bourse, et s'il perd, tu es le seul à l'avoir dans l'os.

Abolition des privilèges, mister Chon ? N'as-tu pas l'impression d'être sur un faux débat ?
bobby chon

Message non lu par bobby chon » 17 juin 2003, 12:20

[quote="Kitano"]Je viens de recevoir (comme quoi le courrier passe, même dans un 93 rempli de mauvaises gens) un superbe courrier gouvernemental à ce sujet.
Il faudrait cesser de caricaturer, désinformer, et parler en euphémisme

voici la réalité de la poste dans le 93

Info tirée des syndicats de la poste du 93 :

Une fois de plus, l’insécurité gagne La Poste de la Seine-Saint-Denis ?

Le bureau de poste du Blanc Mesnil Jean-Jaures a subi récemment une tentative de braquage par deux individus cagoulés et armés. Ces derniers n’ont pu franchir le sas d’entrée.

Le syndicat C.F.T.C. des Postes et des Télécommunications de la Seine-Saint-Denis avait déjà alerté le Directeur de la Poste le 18 septembre 2002 sur la nécessité d’obtenir de la part des pouvoirs publics, plus de garantie au niveau de la sécurité. A ce jour, 17 agressions ont eu lieu depuis le 1er janvier 2002 dans le département .

La CFTC exige de La Poste, l’ouverture et la tenue d’une Commission Administrative Paritaire pour les fonctionnaires ou d’une Commission Consultative Paritaire pour une véritable reconnaissance des agents Contractuels y compris par la transformation des contrats C.D.D. (Contrat à Durée Déterminée) en C.D.I. (Contrat à Durée Indéterminée), pour faciliter la mobilité pour celles et ceux ayant des séquelles d’ordre psychologique.
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 117
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Message non lu par DBardel » 17 juin 2003, 12:26

:?:
Que vient faire maintenant ce discours sécuritaire ? Quel rapport ? J'ai du mal à suivre, pourtant je n'ai pas ma carte du Parti socialiste...

DB_larguée_par_tant_de_subtilité
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 117
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Message non lu par DBardel » 17 juin 2003, 12:27

bobby chon a écrit : Il faudrait cesser de caricaturer, désinformer, et parler en euphémisme
Je rêve...
bobby chon

Message non lu par bobby chon » 17 juin 2003, 12:31

DBardel a écrit ::?:
Que vient faire maintenant ce discours sécuritaire ?
La CFTC syndicat gauchiste fait des discours sécuritaire?????
Houlàlà où allons nous??? tout se perd ma p'tite dame!!!
bobby chon

Message non lu par bobby chon » 17 juin 2003, 12:34

DBardel a écrit :
Je rêve...

ho je culpabilise à fond!
Bon vous m'envoyer quand le format .doc du "comment penser, quoi dire" parecequ'apparement la pensée unique est officielement en vigueur ici
Répondre

Revenir à « Discussion générale »