A l'échelle de la Terre...

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Martin K

Message non lu par Martin K » 30 nov. 2005, 14:46

Certes, Shinji, certes. J'avais toutefois le sentiment qu'au départ, il y avait bien une ébauche de discussion, et ce avant que chacun campe sur ses positions. Et pour ma part, c'est clair que j'en ai assez de répondre aux posts de Cochon, qui ne réagit finalement que ce sur quoi il a des certitudes. Le pire, c'est que je respecte ces certitudes et que je refuse simplement d'y croire sans preuve tangible. Mais puisqu'il est persuadé que nous sommes tous manipulés, je crois que c'est devenu un dialogue de sourds...
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 30 nov. 2005, 16:15

Personne n'est forcé de lire ce forum, ni d'y intervenir.

On m'a reproché tour à tour de ne pas assez en dire, de trop en dire, de mettre des liens sans preuve scientifique, de mettre du scientifique douteux, de présenter une vision désespérante du monde, de parler de spirituel alors qu'ici c'est du journalisme, d'être trop affirmatif dans mes hypothèses…

Certains en viennent progressivement à attaquer ma personne. Mais quand ils remettent en cause mes hypothèses, je réponds : bravo ! Nous exerçons en notre intellect une barrière de sécurité, celle qu'a généré dès l'enfance la honte d'avoir été pris pour un idiot quand nous avons réalisé qu'on nous a menti. Le Père noël n'existe pas, les copains se moquent, on a les joues qui rougissent. Et cette barrière de fierté et de protection nous permet de ne pas accepter n'importe quoi en permanence, afin de trier de notre mieux ce qu'on prend pour vrai et ce qu'on relègue au rang de l'illusion, du mensonge ou de la fantaisie. Chacun sa méthode, ses barrières, sa façon de trier. C'est le propre de la liberté personnelle, mais aussi des procédures plus rigoureuses qu'ont mis en place les scientifiques ou sages de toutes disciplines.

Ainsi, j'ai en moi le souci de douter des vérités acquises. De remettre en cause. De chercher. L'erreur fait partie de mon chemin, je l'ai déjà écrit dans ce forum plusieurs fois. Et je ne suis pas du tout d'accord avec les idées que je défendais il y a quinze ans. Si les deux parties de mon être se rencontraient à travers le temps, elles se livreraient à une solide bataille de points de vue, parfois opposés.

Le journalisme procède d'une quête. Celle de la vérité. La rigueur de l'enquête, journalistique et policière, conduit à n'écarter aucune piste a priori, si minime soit-elle, et à n'avoir aucun postulat irréfléchi. Je considère comme irréfléchi tout postulat qui m'a été imposé sans que j'aie pu toucher du doigt un seul aspect de la réalité étudiée. A l'inverse, une expérience personnelle, par exemple de télépathie, me permet d'imaginer qu'un domaine immense s'ouvre à moi et que j'ai tout à apprendre dans le domaine des effets de la pensée. Et là, les éléments se déroulent comme une pelote de laine, comme une enquête. En cherchant, ils viennent un à un. Télépathie, force de la pensée, physique quantique, science védique...

J'ai un avantage et une faiblesse, celui de ne pas être scientifique. Je n'exige pas qu'on me fasse une longue et complexe démonstration scientifique pour acquérir une pensée nouvelle. Il faudrait une formation très longue et du temps pour vérifier chaque preuve, ou prendre connaissance de la démonstration. D'ailleurs ici, personne ne le fait.
On procède par la confiance, ou la soumission. Un chercheur a découvert telle molécule, on le croit. On n’a pas le choix. Certains pensent que le scientifique est au-dessus de tous soupçons, et que donc on peut le croire sans réticence. J'estime que c'est partiellement vrai, mais que la science n'est pas le seul moyen de connaissance humaine. J'apprends à utiliser maintenant mon intuition, et mon cœur. Il a fallu pour cela que j’abandonne des réflexes d’orgueil intellectuel, qui prétendait tout régenter dans la vie. A mes yeux, l’intelligence est un outil, pas un but.

Je ne force personne. J'apporte une vision. Certains apprécient, d'autres s'agacent. La différence leur hérisse le poil. Ils haïssent toute pensée hérétique à leur ordre intérieur, qui menace l'équilibre instable qu'ils pensent avoir instauré pour vivre en paix. Alors que si leur système de pensée était serein et inébranlable, ils m'adresseraient un petit message de commisération amusé, en me souhaitant juste bonne chance. Mais non, j'ai parfois l'impression à les lire que je tapote la base de leur château de cartes.

Ma vision est en perpétuel mouvement, c'est une tentative de comprendre ce monde. Je constate depuis des années, grâce à mon activité journalistique mais aussi à l'observation de citoyen du monde que nous sommes manipulés. Pour l'argent ou pour le pouvoir de quelques-uns. Que l'industrie pharmaceutique est aussi riche que dénuée de toute philanthropie. Que les médias appartiennent à des industriels, marchands d'armes et autres mafieux. Que les grands journalistes enquêteurs et courageux sont censurés, diffamés, assassinés. La théorie du complot, c'est une formulation de jeune vierge effarouchée qui parlerait d'une maison hantée pour désigner la mafia mondiale.
Martin K

Message non lu par Martin K » 30 nov. 2005, 16:35

J'en rajoute une couche, tant qu'à faire. On est plus à ça près...

Ce que je ne comprends pas, Cochon, c'est que tu dis n'écarter aucune thèse a priori, mais que, dès qu'on te demande une explication plus complète de tes idées, tu te renfermes. Et dès qu'on "ose" mettre en doute tes certitudes, tu te replies également dans ta coquille à grand renfort de dérision, voire de cynisme.

Ta quête de vérité ne consisterait-elle qu'à chercher les éléments d'information susceptibles d'apporter de l'eau à ton moulin ? C'est (malheureusement !) ce que je crois de plus en plus !

Difficile de savoir sur un forum si tu es honnête ou non. A chacun de se faire son idée. Mais moi, si j'accepte l'augure que tu agis en fonction des jolis textes dont tu nous gratifies, je te plains aussi sincèrement. Tu dois franchement être mal dans ta peau, si tu n'es pas profondément truqueur. Apparemment, on en saura guère plus. C'est la faille des forums.

Tant pis...
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 30 nov. 2005, 16:45

Fais-toi ton opinion par toi-même. Et merci pour tes suppositions mais je me sens très bien dans ma peau, merci, tu m'as déjà demandé. En revanche, dans ce monde, pas forcément. En particulier quand j'observe les tribulations économiques qui ajoutent notre métier :
Martin K

Message non lu par Martin K » 30 nov. 2005, 16:52

Bien dans ta peau, mais pas dans ce monde... ma foi, ça me semble contradictoire, mais admettons.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 30 nov. 2005, 17:32

... tribulations qui agitent notre métier. :oops:
Martin K a écrit :Ta quête de vérité ne consisterait-elle qu'à chercher les éléments d'information susceptibles d'apporter de l'eau à ton moulin ? C'est (malheureusement !) ce que je crois de plus en plus !
Tu aurais pu aussi bien dire que je cherche la cohérence dans ma compréhension. Laquelle grandit à mesure que j'acquiers de nouvelles informations, et que d'autres partout dans le monde ouvrent les yeux sur la réalité de ce système, écrivent des livres, mettent en ligne des sites internet. Et plus j'ouvre les yeux, plus je découvre l'ampleur du mensonge et l'ampleur de ce que je dois découvrir. Me le reproches-tu ?

Tout n'est pas négatif, certes, je ne me borne pas à me défoncer le moral à coups de Vingt heures télévisé.

Mais sincèrement, où vois-tu une enquête de fonds sur les véritables mafias qui agitent toute l'économie mondiale jusqu'au sommet des Etats ? Sur la légitimité des gouvernants qui maintiennent des choix énergétiques criminels ? Sur l'organisation de la pauvreté pour mieux piller les richesses et manipuler la population ? Depuis des générations, les politiques suivent avec permanence la devise : "Après nous, le déluge". Après eux, c'est nous.

Sauf que là, tout le monde observe que ça pète de partout, et que ça va empirer. Et quoi ? Pas de questionnement public, de débat courageux ? On papote un peu dans un journal télé et nous savons qu'il n'en sortira rien de rien.
On se retrouve bizarrement avec un Le Pen au 2e tour de la présidentielle, des banlieues qui crament peu après, et la presse française censure la sortie du livre enquêtant sur Sarkozy. Il me semble qu'on aurait là trois bonnes raisons de remettre à plat tous les choix de la société. Et de décider que la presse doit donner lieu à des débats sur toutes les questions fondamentales qui intéressent les lecteurs. Toutes, même celles que la science refuse d'étudier, et met de côté depuis cinquante ans. La presse ne le fait pas (pour des raisons économiques et politiques que j'ai clairement indiquées ici), alors ce débat se retrouve sur internet.

Je vais t'illustrer ce que je ferais si j'étais un monstre au pouvoir. Je donnerais quelques nonosses au chien pour que jamais il n'ait suffisamment faim pour s'attaquer à la boucherie. Et pour les humains quelques petits éléments d'information pour détourner les regards des véritables sujets. Si ça ne suffit pas, je rajoute d'autre information, et même je noie sous des paquets d'information pour détourner les regards. Ca s'appelle le matraquage médiatique. C'est une technique qui nous vient des régiments militaires américains de Psy ops (opérations psychologiques), et que les médias civils appliquent tous les ans. La grippe aviaire par exemple. C'est un matraquage qui ne sert à rien, sauf à faire peur, et à préparer les esprits. A quoi ?
Shinji

Message non lu par Shinji » 30 nov. 2005, 19:22

Alors que si leur système de pensée était serein et inébranlable, ils m'adresseraient un petit message de commisération amusé, en me souhaitant juste bonne chance.
pourtant, la commisération amusée, ça n'a pas manqué, mais si tu veux, je peux en rajouter une couche... En attendant, je vais me coucher, moi qui ignorte que le monde va si mal, que tout est manipulé, qui se fout de tout et qui tue chaque matin des petits enfants en avalent ma pilule.

et...
Alors que si leur système de pensée était serein et inébranlable, ils m'adresseraient un petit message de commisération amusé, en me souhaitant juste bonne chance. Mais non, j'ai parfois l'impression à les lire que je tapote la base de leur château de cartes.
ça va les chevilles ?
mariabox
Messages : 260
Inscription : 10 févr. 2004, 11:16
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par mariabox » 30 nov. 2005, 21:47

Martin K a écrit :J'en rajoute une couche, tant qu'à faire. On est plus à ça près...

Ce que je ne comprends pas, Cochon, c'est que tu dis n'écarter aucune thèse a priori, mais que, dès qu'on te demande une explication plus complète de tes idées, tu te renfermes. Et dès qu'on "ose" mettre en doute tes certitudes, tu te replies également dans ta coquille à grand renfort de dérision, voire de cynisme.

Ta quête de vérité ne consisterait-elle qu'à chercher les éléments d'information susceptibles d'apporter de l'eau à ton moulin ? C'est (malheureusement !) ce que je crois de plus en plus !

Difficile de savoir sur un forum si tu es honnête ou non. A chacun de se faire son idée. Mais moi, si j'accepte l'augure que tu agis en fonction des jolis textes dont tu nous gratifies, je te plains aussi sincèrement. Tu dois franchement être mal dans ta peau, si tu n'es pas profondément truqueur. Apparemment, on en saura guère plus. C'est la faille des forums.

Tant pis...
Tes propos me font penser à une version moderne du "Mythe de la caverne", la métaphore élaborée par Platon* il y a environ 2300 ans. Très drôle.

* in La République

Et pour:
Martin K a écrit : cochongrouik a écrit: La Terre était un paradis.
Simple question: quand ça ?
Je te propose le Paradis perdu, du même Platon**.

** in Phèdre

Et pour finir, je me pose une question: si les propos de Cochongrouik te posent tant de questions - voire même de problèmes - pourquoi reviens-tu sans arrêt pour en rajouter une couche, comme tu l'écris si bien? Ce serait plus simple de le boycotter, tu ne crois pas? Je trouve personnellement qu'il a été très courageux de lancer ce sujet. Il a évoqué des questions que tout le monde (le public, pas les journalistes bien sûr...) se pose. Je le constate personnellement tous les jours, car à côté de mes activités rédactionnelles j'ai d'autres activités qui me permettent de rencontrer des tas de gens d'âges et d'horizons très divers. Et je constate facilement que tous se posent les mêmes questions, auxquelles les médias n'apportent aucune réponse. A mon avis, c'est là que réside le problème, et pas dans les propos de Cochongrouik.
Martin K

Message non lu par Martin K » 30 nov. 2005, 21:59

Ouais, Maria, t'as raison, les gens d'un côté, les médias de l'autre, deux mondes parallèles qui ne se mélangent pas... faudrait peut-être être un peu moins caricatural dans ce genre de "résumés" de la situation. Ou d'accepter une minute que la réponse à certaines questions donnée dans les médias peut tout simplement être la bonne... ou du moins, ne soyons pas trop exigeant, une réponse acceptable, honnête, réfléchie. Mais c'est sûr qu'en voyant partout des complots... ben c'est pas gagné, quoi.

L'idée de boycotter un débat me déplaît. Mais de débat, ici, c'est vrai qu'il n'y a plus beaucoup, tant j'ai l'impression d'un dialogue de sourds. C'est vrai que le plus simple serait alors de ne plus poster. On va dire que c'est plus fort que moi. Quand j'entends ce que je considère comme des énormités proférées sur un ton qui ne semble pas accepter la contestation et qui, de plus, ne sont appuyées sur aucune référence que je juge sérieuse, je m'interroge, moi aussi. Et je pose des questions.

Je suis peut-être mal informé, dans le fond. Mais je crois aussi être honnête.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 01 déc. 2005, 01:42

Honnête et gentil, je te le confirme. Et finalement, c'est l'essentiel. L'information, on l'acquiert en permanence.
"Nous ne cherchons pas le pouvoir en vue de nos propres fins, mais pour le bien de la majorité tel que nous le définissons. Les hommes, ces créatures frêles et lâches, ne peuvent endurer la liberté ni faire face à la vérité. Ils doivent être dirigés par ceux qui sont plus forts qu'eux. L'espèce humaine a le choix entre la liberté et le bonheur, or le bonheur vaut mieux.

Le bien des autres ne nous intéresse pas, nous ne recherchons que le pouvoir, le pur pouvoir. Les nazis et les communistes se rapprochent beaucoup de nous par leurs méthodes, mais ils n'eurent jamais le courage de reconnaître leurs propres motifs. Ils prétendaient s'être emparés du pouvoir pour une période limitée; passé le point critique, il y aurait un paradis où les hommes seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas ainsi, nous savons que jamais personne ne s'empare du pouvoir avec l'intention d'y renoncer. On n'établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution a pour objet la persécution. La torture a pour objet la torture. Le pouvoir a pour objet le pouvoir.

L'esclavage c'est la liberté. Seul, libre, l'être humain est toujours vaincu. Mais s'il renonce à son identité, s'il se soumet entièrement et totalement, il se fond dans le pouvoir collectif, il est alors tout-puissant et immortel.

Ce pouvoir est aussi le pouvoir sur d'autres êtres humains, sur les corps mais surtout sur les esprits. Le pouvoir sur la matière n'est pas important, notre maîtrise de la matière est déjà absolue. Ce qui importe c'est de commander à l'esprit. La réalité est à l'intérieur du crâne... Le réel pouvoir, le pouvoir pour lequel nous devons lutter jour et nuit, est le pouvoir non sur les choses, mais sur les hommes. Comment assure-t-on le pouvoir sur un autre? En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. Comment, s'il ne souffre pas, peut-on être certain qu'il obéit, non à sa volonté, mais à la nôtre?"
"1984" George Orwell

Et si tu es prêt à lire ce siteque je viens de découvrir (en tapant "manipulation planète" dans Google), ça risque de t'ouvrir les yeux. Je le trouve clair, même si certains points me laissent perplexe. Il y en a pour des journées entières à tout lire, mais c'est passionnant : les dépêches c'est là et l'exposé des vrais maîtres du monde ici.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 01 déc. 2005, 16:04

Un politique canadien a osé...
Avatar de l’utilisateur
Rita
Messages : 656
Inscription : 09 juil. 2005, 14:51
Contact :

Message non lu par Rita » 01 déc. 2005, 17:36

:oops: ...Mais comment peut-on vérifier des liens pareils, Grouik !

Même si j'imagine, que l'avenir certains grands hommes nous le prépare, comment ce fait-il que celui qui a fait le site soit encore vivant !

En dévoilant des projets pareils....moi je me cacherai sous mon lit, de peur qu'on vienne me chercher. :roll:
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 02 déc. 2005, 13:41

Rita a écrit ::oops: ...Mais comment peut-on vérifier des liens pareils, Grouik !
Même si j'imagine, que l'avenir certains grands hommes nous le prépare, comment ce fait-il que celui qui a fait le site soit encore vivant !
En dévoilant des projets pareils....moi je me cacherai sous mon lit, de peur qu'on vienne me chercher. :roll:
Il y a des cas d'urgence, c'est tout. Des cas où on ne pense plus à soi-même mais à la nécessité d'intervenir face à une épreuve qui s'annonce pour tous nos ptits frangins zumains. Et personne n'est encore venu me chercher :)

Quant à la vérification, elle n'est pas facile, j'en conviens, mais elle demeure possible. C'est une enquête, qui procède par l'analyse des indices pour déduire les mobiles cachés dans l'histoire. Les ouvrages alternatifs se multiplient dans tous les domaines : psychologie, santé, physique quantique, spiritualité, ésotérisme, ethnographie, etc. Il suffit d'ouvrir les yeux et de tourner les pages. Et nous, journalistes, sommes intellectuellement privilégiés dans le réflexe de chercher l'information tous azimuts, avec les scientifiques. Je remercie ici Mariabox qui a trouvé ce site NEXUS.

Il est bien fait, ce site, avec plus de moyens que les sites persos.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 04 déc. 2005, 01:44

Martin K ça un élément de réponse à ta question, mais je ne sais plus où (avant la Terre était un paradis / quand ça ?) :
La vie dans un tipi est bien meilleure. Il est toujours propre, chaud en hiver, frais en été, et facile à déplacer. L'homme blanc construit une grande maison, qui coûte beaucoup d'argent, ressemble à une grande cage, ne laisse pas entrer le soleil, et ne peut être déplacée; elle est toujours malsaine. Les Indiens et les animaux savent mieux vivre que l'homme blanc. Personne ne peut être en bonne santé sans avoir en permanence de l'air frais, du soleil, de la bonne eau. Si le Grand Esprit avait voulu que les hommes restassent à un endroit, il aurait fait le monde immobile; mais il a fait qu'il change toujours, afin que les oiseaux et les animaux puissent se déplacer et trouver toujours de l'herbe verte et des baies mures.

L'homme blanc n'obéit pas au Grand Esprit. C'est pourquoi nous ne pouvons être d'accord avec lui."

Flying Hawk, chef Sioux du clan des Oglalas


"Les vastes plaines ouvertes, les belles collines et les eaux qui serpentent en méandres compliqués n'étaient pas « sauvages » à nos yeux. Seul l'homme blanc trouvait la nature sauvage, et pour lui seul la terre était « infestée » d'animaux « sauvages » et de peuplades « sauvages ». A nous, la terre paraissait douce, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Mystère. Elle ne nous devint hostile qu'à l'arrivée de l'homme barbu de l'Est qui nous accable d'injustices insensées et brutales."

Standing Bear, chef Lakota (Sioux)
Cette page est une mine de sagesse amérindienne. Décidément, j'aime cette culture depuis toujours.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 04 déc. 2005, 01:52

Et le politique canadien, c'est .
grouik
Répondre

Revenir à « Discussion générale »