L'anpe et son professionnalisme

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Shinji

Message non lu par Shinji » 03 févr. 2006, 13:48

je veux juste ajouter un truc : sur les formations, les cahiers de devoirs bidons (moi aussi j'y ai eu droit), ok, ça va, c'est bidon, on a compris. Toutefoisn j'ai réussi à faire financer ma formation d'un an à l'ESJ grâce à l'Anpe (et au conseil régional de mon coin, c'est un bon plan pour les jeunes au chômage sans diplôme).

Mais si il n'y a pas d'annonce pour des postes de journaliste à l'Anpe, c'est parce que les employeurs ne font pas passer leurs annonces à l'Anpe. ça arrive, mais c'est rare. ça se passe par réseau d'anciens, tout ça tout ça. L'Anpe va pas courir après les écoles pour leur demande si pas hasard elles auraient pas reçue des offres d'emplois.
cilou
Messages : 1584
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20

Message non lu par cilou » 03 févr. 2006, 13:49

Salut Damsdams,

Si je puis me permettre : on voit tes compétences, pas ta motivation. Les compétences doivent plutôt apparaître dans le CV, tandis que la lettre de motiv explique pourquoi tu candidates dans telle boîte (elle doit donc être différente pour chaque boîte ; ici, ça fait un peu mailing).
Autre remarque : si j'étais rédac-chef, je mettrais directo ta candidature à la poubelle. Pour moi, les relations presse et le journalisme sont deux métiers totalement différents, même parfois contradictoires : l'un cherche à faire apparaître sa boîte sous le meilleur jour possible, l'autre cherche à fournir de l'information la plus honnête possible. Pour moi, on ne peut vouloir être l'un ou l'autre indiféremment. Mais peut-être est-ce différent en télé, c'est un milieu que je ne connais pas.
Avatar de l’utilisateur
kvaldah
Messages : 40
Inscription : 19 mai 2004, 12:41

Message non lu par kvaldah » 03 févr. 2006, 14:49

J'y vais aussi de mon petit conseil, si vous le permettez, ayant eu une formation (très efficace) lors de mes études dans le cv et l'entretien d'embauche. La structure du cv c'est: vous, moi, nous. Je m'explique:
- Permier paragraphe: ce qui est intéressant dans le poste (vous porposez ceci, un poste où vous allez avoir besoin de ca et ca...)
- Deuxième paragraphe: ce que tu sais faire (figure vous que moi, j'ai fait ca, et ca, et je suis trop balaise en ca)
- Dernier paragraphe: en quoi tu colles au poste (ca tombe bien, finalement, je peux vous apporter ca, et vous aider en ca, et ca va être formidable).

Le maître mot était: la LM n'est pas un bis repetita du CV, mais doit apporter des éléments en plus!
Enfin, rien ne sert d'etre exhaustif dans la LM: juste souligner les expériences en adéquation. Aussi, une LM par poste, parfois même un CV par poste !
Bon courage!
Avatar de l’utilisateur
Hesperide
Messages : 50
Inscription : 23 janv. 2006, 20:00

Message non lu par Hesperide » 03 févr. 2006, 16:35

Tout comme mes collègues, je dirais qu'il ne faut pas confondre l'étalage de ses compétences (le cv) et celle de sa motivation (la lettre). C'est selon moi le premier problème de ta lettre.

Maintenant, je passe en mode décryptage :twisted:
damdams a écrit :Je suis diplômé de deux écoles de journalisme. La première est américaine, il s’agit de la DUKE ELLINGTON SCHOOL OF ARTS, de Washington, DC. La seconde est française, il s’agit de l’Ecole Supérieure et Internationale de journalisme et d Communication NOUVELLES, de Nice. Je suis donc parfaitement bilingue en anglais et j’ai une bonne connaissance du monde de la communication. En plus d’une expérience de la presse écrite scolaire américaine, des stages effectués dans les rédactions d’EUROPE 2, NRJ et CANNES TV m’ont permis de maîtriser les techniques d’écriture, de réalisation et de diffusion de chacun de ces médias : reportages, interviews, interventions à l’antenne, animations de chroniques, montage, etc. Grâce à cette connaissance de l’audiovisuel, je suis à même de coordonner un plan de diffusion multimédia et de réaliser un reportage.
Comme je le disais au dessus, c'est complètement redondant avec le cv. Tu peux souligner tes compétences sans raconter tous tes stages. Autre chose : ce paragraphe est trop long par rapport aux informations qu'il contient. Exemple type : On sait que Washington est aux USA et Nice en France, pas la peine de le préciser ;)
damdams a écrit :Je possède une expérience d’assistant de communication au service presse de la Tour Eiffel.
A ce poste, je me suis principalement occupé de l’exécution du plan médiatique de l’opération évènementielle de l’hiver 2004-2005 LA TOUR EIFFEL ON ICE (installation d’une patinoire au premier étage du monument) : rédaction des communiqués de presse, organisation de conférences de presse, contacts et relance des journalistes, envoi de mailings, accueil des journalistes lors de l’inauguration, suivi des reportages et réalisation de la revue de presse et du press-book de l’événement.
Comme celà a été dit, là tu ne postules plus pour le même poste. Ca peut être interprété comme "je cherche un boulot, n'importe lequel, embauchez-moi par pitié".
Le but d'une lettre de motivation est de montrer que tu es fait pour un poste. Alors tu ne dois pas dire tout ce que tu as fait et sais faire mais cibler celles de tes qualités qui seront appréciées pour le poste
Surtout que le responsable des embauches des journalistes et des attachés de presse peut ne pas être le même.
Je sais qu'il est difficile de mettre de côté une partie de son expérience si deux types de postes nous intéressent, mais rien ne t'empêche de dire, par exemple, en fin de lettre : "je sollicite donc un emploi de journaliste, mais également tout poste ouvert à candidature spontanée correspondant à mes capacités et mes attentes, notamment au sein de votre service de communication". Le gars pourra éventuellement faire passer ton cv à un collègue en cas de refus de sa part.
damdams a écrit :Outre cet évènement, j’étais également chargé au quotidien, des opérations médiatiques ayant lieu sur le monument, notamment de l’encadrement des journalistes nationaux et internationaux, des revues de presse et press-book, de la communication interne (rédaction de flyers à destination des employés), etc.
C'est un peu redondant par rapport au paragraphe précédent : je pense que tu pourrais alléger ta lettre en regroupant une partie de ces infos dans un même paragraphe, et sans tant détailler : je pense que le recruteur sait en quoi consiste le travail pour lequel il recrute ;)
damdams a écrit :En plus d’être bilingue en anglais, j’ai aussi un très bon niveau d’espagnol.
Tu as déjà dit que tu étais bilingue en anglais. Donne toutes les informations relatives à ta pratique des langues en même temps, et sans forcément détailler à ce point comment tu l'as aquise. Exemple : "Mes études aux Etats Unis m'ont permis de devenir bilingue en anglais. Je pratique en outre un espagnol courant". Point. S'ils veulent des détails ils ont le cv.
damdams a écrit :Je suis doté d’un excellent sens du contact et du relationnel, doublé d’une bonne présentation. Je possède une bonne culture générale, surtout dans les domaines de la science-fiction et des mangas. Je suis dynamique et apprécie de travailler en équipe. Organisé, je maîtrise les NTIC ainsi que les outils usuels de la bureautique. Je serais très honoré de mettre mes compétences au service de votre entreprise.
Pour le coup, ces qualités pourraient être reliées à ton expérience au lieu d'être lancées comme ça. Exemple : "Mon expérience dans la communication m'a permis de développer un excellent sens du relationel" ("du contact et du relationnel" c'est limite pléonasme)... Et plouf, tu en profites pour glisser insidieusement que tu es aussi compétent pour la comm' ;)
Quand à ta culture "manga+sf", elle a un peu l'air d'être là juste pour leur dire que tu t'intéresse à leur entreprise. C'est bien mais rédigé comme ça on se dit que tu n'as qu'à faire un couper/coller pour remplacer par "littérature médiévale" ou "histoire de l'art" selon la boite à laquelle tu écris. Pareil, donc, relie ça à ton vécu ce sera nettement moins impersonnel :)
Enfin, "honoré" de les rejoindre, c'est un peu too much à mon goût :)
damdams a écrit :Je vous remercie de votre attention, Monsieur XXX, et reste à votre disposition pour de plus amples informations.
Là je vais peut être dire une connerie, mais je pense que pour un emploi en France il vaut mieux se fendre d'une de ces formules à la con du style "Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur X, à l'expression de gnagnagna".
Et plutôt que de lui proposer de plus amples informations, je te conseillerai de te trouver "à sa disposition pour tout entretien que vous souhaiterez me fixer en vos locaux" (et le futur à la place du conditionnel n'est pas une erreur de ma part).

Voilou. J'espère que je ne suis pas trop vache et que mes conseils te seront utiles :)

Et comme promis voici la lettre qui m'a fait embaucher :

Madame Y,

Suite à un premier contact téléphonique, je me permets de vous écrire pour solliciter un poste de rédactrice au sein du service de presse du CNRS.

Souhaitant depuis quelques années intégrer une structure de presse, j'ai travaillé en tant que pigiste parallèlement à mes études, au sein du magazine Science et Vie (rubrique "Questions des lecteurs") et du webzine culturel aVoiraLire (couverture de festivals, critiques littéraires et interviews d'auteurs).
J'ai eu il y a trois ans l'occasion de faire un doctorat et de me spécialiser en problématiques environnementales. Je me tiens également très informée de l'actualité médicale et des récents développement des nouvelles technologies.
Je souhaite maintenant réaliser mon objectif professionnel en m'orientant non plus vers la recherche pure, mais vers la diffusion des connaissances scientifiques.

Je pratique un anglais courant, et dispose d'une excellente maîtrise des logiciels bureautiques (Word, Excel, PowerPoint,…) et de l'environnement Internet sous ses diverses formes. Souhaitant élargir mes capacités, je viens d'entreprendre une formation à l'utilisation des logiciels de PAO.

Mon expérience de la vie associative, ainsi que mes trois années de thèse, m'ont en outre permis de développer une grande habitude des recherches bibliographiques et du travail en équipe, mais également rigueur, organisation, et autonomie.

Je me permets de joindre à ce mail mon dernier article, paru dans le Science et Vie du mois de janvier, et vous présenterai bien sur un plus large échantillon de mon travail si vous le désirez..

Consciente qu'une simple lettre ne saurait donner la pleine mesure de ma motivation, je me tiens à votre disposition pour tout rendez-vous que vous souhaiterez me proposer en vos locaux.

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire, madame, en l'expression de toute ma considération.

Moimême.

P.J : Mon curriculum vitae
Mon dernier article paru dans le Science et Vie de janvier.


En clair, j'essaie :
. D'être concise (si les mecs reçoivent 50 lettres par jour, je doute qu'ils soient attirés par un roman. Par exemple je ne me suis pas amusée à détailler ce que j'ai fait pendant ma thèse : on s'en fout)
. De cibler le poste (je veux ce poste et voici pourquoi)
. De ne pas être trop académique, et de montrer dés la lettre que j'ai un certain style, même pour un courrier administratif. J'évite donc d'énumérer mes qualités et compétences, et je construis la lettre.

Bon maintenant si vous trouvez tous ma lettre à jeter j'ai pas l'air bête :mrgreen:
cilou
Messages : 1584
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20

Message non lu par cilou » 03 févr. 2006, 17:56

(hors sujet) Salut Hespéride, je te croiserai peut-être un de ces quatre, je suis journaliste scientifique. (fin du hors sujet).
bird
Messages : 56
Inscription : 07 mars 2005, 14:49

Message non lu par bird » 03 févr. 2006, 21:48

kvaldah a écrit :J'y vais aussi de mon petit conseil, si vous le permettez, ayant eu une formation (très efficace) lors de mes études dans le cv et l'entretien d'embauche. La structure du cv c'est: vous, moi, nous. Je m'explique:
- Permier paragraphe: ce qui est intéressant dans le poste (vous porposez ceci, un poste où vous allez avoir besoin de ca et ca...)
- Deuxième paragraphe: ce que tu sais faire (figure vous que moi, j'ai fait ca, et ca, et je suis trop balaise en ca)
- Dernier paragraphe: en quoi tu colles au poste (ca tombe bien, finalement, je peux vous apporter ca, et vous aider en ca, et ca va être formidable).

Le maître mot était: la LM n'est pas un bis repetita du CV, mais doit apporter des éléments en plus!
Enfin, rien ne sert d'etre exhaustif dans la LM: juste souligner les expériences en adéquation. Aussi, une LM par poste, parfois même un CV par poste !
Bon courage!

C'est beaucoup moins drôle que les messages qui précèdent, mais quelle efficacité.
Merci à toi et à Hespérides, qui pourra toujours trouver un boulot de modératrice.
Je trouve la vie bien belle.
Avatar de l’utilisateur
Hesperide
Messages : 50
Inscription : 23 janv. 2006, 20:00

Message non lu par Hesperide » 03 févr. 2006, 23:53

Rien à voir mais je viens de réaliser qu'il y a une faute de grammaire dans ma lettre. D'où conseil supplémentaire : bien se relire et lancer un coup de correcteur gramatical :mrgreen:

Cilou : Ah ? Tu bosses pour quels papiers ? De mon côté, je me demande si je vais être autorisée à continuer dans la presse scientifique avec mon boulot d'attachée de presse... Je suis un peu au four et au moulin là. Il faut que je me renseigne.

Bird : Mais de rien ;)
damdams

Message non lu par damdams » 04 févr. 2006, 15:07

Merci Cilou :D , merci Kvaldah :D , merci Hepseride :D !

Rassure-toi Hesperide, moi, je ne trouve pas ta lettre à jeter.

Au boulot, maintenant :?
Lauriannet

Message non lu par Lauriannet » 06 févr. 2006, 15:40

Hello, nouvelle arrivée...
Je suis tombée sur ce forum il y a peu, et j'avoue que des fois je me suis bien gondolée en lisant les exploits olympiques de l'ANPE ! J'en ai perso vécu de beaux aussi, mais alors, le coup du maître chien...!
Je cherche dans la com, je suis à Grenoble, et... je me démerde comme je peux ! J'y vais au culot - je me suis déjà déplacée à Paris, Lyon, Genève, Lausanne, PACA - alors quand un conseiller de l'ANPE m'a dit l'autre fois "désolée Mademoiselle, je ne sais pas quoi vous dire, je ne peux rien pour vous..." j'ai cru m'étrangler ! Comment perdre son temps en 1 leçon...

Hespéride, ta lettre est fichtrement bien faite !
A ce propos, je me pose une question : doit-on oui ou non préciser dans un entretien si on a d'autres pistes ? Je suppose que le recruteur n'est pas con et qu'il se doute qu'on cherche aussi ailleurs, mais j'entends aussi qu'il ne faut SURTOUT pas en parler. Votre avis ? Pour l'instant je me contente d'un "j'ai des pistes plus ou moins avancées"...
cilou
Messages : 1584
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20

Message non lu par cilou » 06 févr. 2006, 16:09

Hesperide a écrit :Cilou : Ah ? Tu bosses pour quels papiers ?
La Recherche, Science et vie, presse pro...
De mon côté, je me demande si je vais être autorisée à continuer dans la presse scientifique avec mon boulot d'attachée de presse... Je suis un peu au four et au moulin là. Il faut que je me renseigne.
Ben c'est sûr que c'est pas top. Faut être d'un côté ou de l'autre, pas des deux.
Avatar de l’utilisateur
Hesperide
Messages : 50
Inscription : 23 janv. 2006, 20:00

Message non lu par Hesperide » 07 févr. 2006, 11:12

Mais est-on professionnel uniquement quand 51% de nos revenus viennent de ces activités ?

Bien que ne correspondant pas à ces critères, je suis journaliste depuis 2 ans, car j'ai commencé pendant ma thèse.
Et, en ce qui concerne le spéctacle, c'est encore plus frappant : bien des artistes de grand talent n'en sont pas à un stade où ils peuvent lâcher leur travail de complément. Doit-on les condamner à se débrouiller seuls où n'est-ce pas justement pour eux qu'une ANPE spécialisée aurait toute son utilité ?
Avatar de l’utilisateur
Fennek
Messages : 264
Inscription : 11 mai 2004, 19:12

...

Message non lu par Fennek » 11 févr. 2006, 20:02

Et sincèrement, pour percer dans ce métier, mieux vaut une volonté d'acier que de compter sur l'anpe...
La volonté c'est bien, un bon réseau pour t'introduire c'est mieux. Tu as pas remarqué une certaine prépondérance aux noms qui fleurent bon le 16éme dans une partie de la presse? Une partie de premier plan bien sûr.

de Chikoff, De Carolis, de la Villardiére, D'arvord. La volonté de fer, d'acier ou d'argent, c'est bien, le sang bleu c'est mieux.
Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal, et il est donc rationnel, faute de mieux, de privilégier les professionnels plutot que les dilettantes.
Précaire= dilletante? Interessante analyse...
Avatar de l’utilisateur
Fennek
Messages : 264
Inscription : 11 mai 2004, 19:12

Message non lu par Fennek » 11 févr. 2006, 20:06

L’« armée de réserve » des précaires est utilisée par les entreprises comme une machine de guerre pour abaisser le seuil minimal d’exigence déontologique de la rédaction : le mensualisé est mis en concurrence avec le pigiste. « Je ne supporte plus d’être manipulée par mes employeurs dans le but de stimuler leurs salariés. Je n’ai pas les moyens de refuser les sujets que l’on m’astreint à bidonner ni les publi-reportages révoltants. Je suis en train de perdre la vocation pour ce métier que j’ai toujours voulu exercer et pour lequel je crois être suffisamment compétente. Le prix est extrêmement lourd à payer. »

A propos des pressions pour contrevenir à la déontologie, un autre pigiste commentait :« La résistance est facile tant que la rédaction fait bloc. » Une tâche impérative des rédactions et du personnel des entreprises est de ne pas tomber dans le piège d’une opposition artificielle entre précaires et permanents, qu’entretiennent les hiérarchies en jouant sur la peur du chômage et de la précarisation.
C'est plus du "dilettantisme", c'est du masochisme plutôt.
Avatar de l’utilisateur
Hesperide
Messages : 50
Inscription : 23 janv. 2006, 20:00

Message non lu par Hesperide » 13 févr. 2006, 10:29

J'avoue que j'ai un peu la même interprétation.
Je te parle de professionnels exerçant deux métiers (et en ce qui me concerne, l'un des deux était exercé pour vivre en attendant de percer en tant que journaliste, je comptais donc bien sur ma volonté et non sur l'ANPE). Toi, tu conclus en disant qu'il faut "privilégier les professionnels plutot que les dilettantes". Un professionnel n'est pas une personne qui bosse 40h par semaine dans un seul job mais une personne qui fait bien son travail. Celà vaut autant pour le journalisme que pour les arts, domaine que je fréquente également professionnellement.
Dans un monde idéal, je dirais qu'il faut privilégier les gens compétents plutôt que les branques, et ce quelle que soit la part de leurs revenus qui provient des piges. Dans un monde rationnel, je dirais que, faute de mieux, il faut s'occuper de proposer des annonces et un accompagnement à ceux qui en font la demande :wink:
juliat

Message non lu par juliat » 14 févr. 2006, 10:49

J'ai un peu l'impression d'apporter de l'eau à un moulin déjà bien alimenté, mais je ne peux pas résister... moi aussi je veux raconter mes annecdotes croustillantes. :P
Quand je me suis inscrite à l'ANPE il y a deux ans, j'ai reçu un accueil assez motivant. C'est vrai que ma conseillère ne pouvait pas m'apporter beaucoup d'aide en matière de recherche d'emploi, surtout en journalisme et elle s'est contentée d'approuver mes méthodes. Elle m'a en revanche encouragé à poursuivre dans cette voie et m'a notamment déconseillé de prendre un job alimentaire "en attendant", jugeant que ce serait vraiment dommage. Bref, j'étais à des kilométres de tout ce que j'avais entendu sur les conseillers ANPE. J'en profite même pour poser quelques questions concernant des formations en langues (tant qu'on y est, me dis-je, pourquoi ne pas muscler mon espagnol?) Toujours aussi sympa, la conseillère me parle du passeport langue, un dispositif qui existe en Ile de France, cofinancé par la région. Et comme j'ai moins de 25 ans, l'autre partie peut être financée par ma mission locale pour l'emploi.
Gonflée à bloc, et plus du tout sur mes gardes, petite naïve que je suis, je me rends quelques jours plus tard à ma fameuse mission locale. Et là je me retrouve embobinée, obligée de m'inscrire là-bas au lieu de l'ANPE normale pour avoir un entretien avec un mec qui est à fond dans la coupe d'Afrique des nations qu'il suit sur son petit poste de radio. Il remplit mon dossier, me demande par exemple les langues que j'ai apprises, et quand je lui dit espagnol il écrit (je dis bien écrit et non pas coche) allemand. Il ne semble avoir aucune idée de ce qu'est un DESS (c'est quel niveau? me demande-t-il candidement) encore moins un institut d'études politiques, pour lequel j'ai bien pris garde de ne pas utiliser de sigle, car je suis prévenante... Inutile de dire que pour le passeport langues, il n'y a plus de sous mais au fait "qu'est-ce que vous faites en ce moment?" Quand je lui dit que je cherche du travail et que je vais peut-être entamer un stage pour découvrir le monde de l'édition, il parait un peu contrarié. M'explique qu'il a un certain nombre de postes pour saisir les déclarations de revenu au ministère des finances, en CDD payé au SMIC et qu'il va m'inscrire pour après mon stage. Je dois lui apporter un CV et une lettre de motivation le lendemain, il est assez catégorique là-dessus. Et puis, "c'est mieux que de rester à la maison sans rien faire". je m'étrangle un peu. Mais en même temps j'ai un gros rhume, un peu de fièvre, très envie de rentrer chez moi et de pleurer sur mes espoirs déçus. J'acquiesse donc, et pars au plus vite. J'avoue c'est lâche et mou comme attitude, mais parfois on ne se sent pas le courage de résister... :oops:
Mais tout de même, le lendemain, je l'ai appelé pour lui dire que je ne lui aménerai pas de lettre de motivation.
Verrouillé

Revenir à « Discussion générale »