De qui se moque t-on ?

Discussions générales sur les écoles et les formations en journalisme et en communication (préparations écoles, choix d'une formation, hésitation entre plusieurs écoles, ...)
pikpik
Messages : 7
Inscription : 07 juin 2005, 11:41
Contact :

De qui se moque t-on ?

Message non lu par pikpik » 09 sept. 2005, 01:31

Quelqu'un sait-il ici, sur quels critères sont distribués les "conventions de reconnaissance par la profession" aux écoles ?

Je viens d'étudier les programmes de quelques unes d'entre elles, je ne comprends pas que le CELSA qui ne propose strictement aucun enseignement technique, comme le CUEJ de Strasbourg aient eu cette "reconnaissance" alors qu'une école comme l'ISCPA (que je n'ai pas faite, ou du moins "pas encore") ne l'ait pas alors que les enseignements techniques occupent la majorité les deux dernières années...

Pour bien connaître l'université, je ne vois pas en quoi des cours interminables et plus que théoriques sur le statut du journaliste prépare au métier... Ca me dépasse un peu... Qu'en pensez-vous ?

Pikpik
cocorico
Messages : 3
Inscription : 09 sept. 2005, 10:10
Contact :

Message non lu par cocorico » 09 sept. 2005, 10:34

De qui te moques-tu !!!! effectivement, je ne sais pas où tu as vu que le Cuej et le Celsa étaient des écoles sans apprentissage technique, mais renseigne-toi avant d'écrire des choses pareilles !!
:x
Si ces écoles sont reconnues depuis des dizaines d'années, ce n'est pas pour rien.... J'ai fait le Cuej il y a deux ans et je peux te dire qu'en sortant de là, tu sais "techniquement" tout faire. Alors ta révolte à deux balles sur l'injustice de la non-reconnaissance de certaines écoles...

Ce que j'en pense, c'est que ce n'est pas parce qu'une école est partie prenante d'une université qu'elle ne comporte que (je te cite) "des cours interminables et plus que théoriques sur le statut du journaliste". Les cours sur le statut des journalistes, c'était 2h par semaine... 2h bien utiles ensuite pr connaître tes droits et ne pas te faire rouler comme un bleu parce que tu ne sais pas qu'il faut se méfier, par exemple, des employeurs qui te paient en droits d'auteur... 2h bien utiles aussi pour savoir quels sont les critères de reconnaissance des écoles donc les bases du métier (reconnaissance qui fait l'objet d'une surveillance très stricte et peut être retirée d'une année à l'autre (cf les déboires de "l'école" de Grenoble) :

Enfin, un conseil d'ami (ce n'est pas parce qu'on n'est pas d'accord qu'il ne faut pas être sport :wink: ) : méfie-toi grandement des écoles non-reconues.
J'ai une amie sortie de l'ESJ Paris en 2001, qui bosse comme chargée de comm ds une collectivité territoriale obscure après 4 années de galère et sans jamais avori réussi à intégrer le planning Radio France... Il ne faut pas rêver : il y a déjà plus de 12 écoles reconnues, donc entre 30 et 50 x 12 diplômés qui sortent chaque année. Et il n'y a pas franchement bcp de boulot en ce moment. Alors tu t'imagines sérieusement que c'est une bonne idée d'opter pr une école non-reconnue, alors même qu'à la sortie, tu te retrouveras face à 360 à 500 autres candidats à un job de journaliste et qui, eux, auront un "label certifié" ? A ton avis, si un recruteur a le choix (et vu le nb de candidats, le choix, il l'a), il choisira qui ? Un diplômé d'école reconnue ou un d'école non-reconnue ??
Pour toi, stratégiquement, je ne pense pas que ce soit un bon calcul !!
Enfin, à propos de cours universitaires, pense bien qu'avant de débuter dans ce métier qui fait de nous des vecteurs d'information pour les 3/4 des Français, il vaut mieux s'assurer la connaissance de qques bases théoriques aussi...
Comme le Cuej recrutait (il y 2 ans) à bac+2, les 4h de droit et d'histoire de la presse, ou encore de droit social n'étaient pas de trop pour harmoniser a minima les connaissances entre des étudiants qui allaient de bac+2 prépas littéraires à DESS de droit.

J'arrête là ma démonstration, mais de grâce, méfie-toi. Le choix de ta formation est capital. En plus, le Celsa et le Cuej ne coûtent presque rien ! Alors ne va pas prendre le risque de choisir une formation non-reconnue plutôt qu'une reconnue, si c'est pour le regretter après.
coralih
Messages : 34
Inscription : 21 avr. 2005, 14:10
Contact :

Message non lu par coralih » 09 sept. 2005, 10:42

A ton avis, si un recruteur a le choix (et vu le nb de candidats, le choix, il l'a), il choisira qui ? Un diplômé d'école reconnue ou un d'école non-reconnue ??
réponse : il choisira celui qui a le plus d'expérience ! école reconnue ou pas, ce qui fait la valeur d'un journaliste c'est sa qualité d'écriture. et ça, ça ne s'apprend pas dans une école, reconnue ou pas ! conclusion : pour prouver sa valeur à un employeur potentiel, le mieux c'est d'arriver avec son book de piges plutot qu'avec son diplome
et pour info, moi je viens d'une école reconnue et à mon avis elle a gagné son label dans un pack de lessive. parce que comme dirait JP Coffe, c'est de la merde cette école
cocorico
Messages : 3
Inscription : 09 sept. 2005, 10:10
Contact :

Message non lu par cocorico » 09 sept. 2005, 12:20

coralih a écrit :réponse : il choisira celui qui a le plus d'expérience ! école reconnue ou pas, ce qui fait la valeur d'un journaliste c'est sa qualité d'écriture. et ça, ça ne s'apprend pas dans une école, reconnue ou pas ! conclusion : pour prouver sa valeur à un employeur potentiel, le mieux c'est d'arriver avec son book de piges plutot qu'avec son diplome
et pour info, moi je viens d'une école reconnue et à mon avis elle a gagné son label dans un pack de lessive. parce que comme dirait JP Coffe, c'est de la merde cette école
D'accord avec toi coralih, l'expérience est primordiale. Mais à expérience égale, je doute qu'un recruteur préfère un diplômé de l'Esj Paris par exemple... A moins qu'il n'en soit issu ?! J'ai répondu au message "de qui se moque-t-on ?" parce que je suis révolté de lire ceux qui prétendent par exemple qu'on s'en sort facilement sans avoir fait d'école, ou encore que ce qui compte c'est d'avoir fait une école, reconnue ou pas...
(à propos, de quelle école es-tu issue ??!! Skip ou Ariel)

Bien sûr, le talent ne s'apprend pas, tout comme la qualité d'écriture. Mais l'emploi c'est un marché, et les diplômes continuent à être un label et un critère de recrutement. Dire que seuls les pistonnés ou les fils à papa font une école reconnue, c'est se ficher de la tête du monde. Je peux le dire : j'ai été boursier pendant toutes mes études, et le Cuej m'a coûté en tout... 120 francs. Qui dit mieux ?!

Pour finir, pour Pikpik : j'ai lu un autre de tes messages où tu écris "quoi qu'on en dise les Ecoles reconnues de Journalisme sont probablement les écoles les plus difficiles d'accès pour des élèves simplement bons. Alors quoi pour ceux là ? Ils n'ont pas le droit d'apprendre à se servir d'un Nagra ?" Quand tu es "simplement bon", pourquoi les écoles seraient-elles difficiles d'accès ? J'ai du mal à comprendre ce genre de réflexion. Tu as déjà passé des ccours ? Lesquels ?
clemencehoud
Messages : 58
Inscription : 25 août 2004, 17:16
Contact :

Message non lu par clemencehoud » 09 sept. 2005, 13:46

cocorico a écrit :je suis révolté de lire ceux qui prétendent par exemple qu'on s'en sort facilement sans avoir fait d'école, ou encore que ce qui compte c'est d'avoir fait une école, reconnue ou pas...
Désolée pour toi, mais je m'en suis sortie facilement en ayant fait une école non-reconnue.
Après, c'est sûr, c'est mieux pour le CV ou le réseau d'avoir fait l'ESJ de Lille ou le CUEJ. Mais comme tu le dis toi-même, les places sont limitées. Et ce n'est pas parce qu'on n'était pas dans les 50 1ers au concours qu'on est condamné à ne pas pouvoir devenir journaliste.
thom-yorke
Messages : 9
Inscription : 21 juil. 2004, 23:56
Localisation : Paris-Tours
Contact :

Message non lu par thom-yorke » 15 sept. 2005, 18:13

J'ai mon petit grain de sel à ajouter.
Faire l'ESJ ou le Celsa est a priori, bien sûr, bien plus intéressant que de faire une école non reconnue. D'ailleurs, c'est pour ça que tout le monde préfère aller à l'ESJ de Lille qu'à l'ESJ de Paris.
Ceci étant dit, je persiste dans mon idée que c'est la personnalité et les talents du journaliste ou du débutant-journaliste qui lui donneront le succès.
J'en veux pour preuve mon expérience personnelle. Dans le canard où je bosse, je suis en CDD avec une fille qui sort de l'ESJ alors que moi, j'ai suivi la formation d'une école non reconnue. Après sept mois de bons et loyaux services, il ne pouvait en garder qu'un (pour schématiser), et c'est moi qui suis resté.
Beaucoup d'idiots réussissent le concours de l'ESJ ou d'autres écoles "géniales". Il n'y a pas besoin forcément d'avoir la vocation pour y entrer, un gros bachottage ou une bonne culture générale peuvent suffir. Je dis ça avec d'autant plus de pincettes que moi-même, je n'ai pas réussi à y entrer. Et je n'en ai ni regret, ni ressentiment, pour préciser ma pensée (sans doute parce que je m'en sors sans ça, ce qui est, autre précision, peut-être dû à mes qualités, mais sans doute aussi à la chance d'être là au bon moment)
Deuxième chose. Dans ce même journal, des élèves de première année de l'ESJ bossent le week-end avec nous. Je peux vous dire que la plupart sont pleins d'idées préconçues, voire de mépris pour la presse régionale. Les anciens du journal racontent que leur niveau baisse (ils n'écrivent pas toujours très bien, ne sont pas toujours réactifs face à l'info) par rapport aux années précédentes.
Certains, bien sûr, sont très bons. Mais voilà, tout ça pour dire qu'il faut RELATIVISER.
D'une part, l'ESJ ou le CUEJ, ou les autres écoles reconnues, ne sont absolument pas un sésame pour réussir. C'est plutôt un super coup de pouce d'entrée dans la profession, assorti d'une formation impeccable. Mais après, il faut faire ses preuves.
D'autre part, le hic, c'est que beaucoup d'étudiants de ces écoles veulent aller en reportage à Bagdad ou diriger la rubrique culture de Télérama (en exagérant un poil). Du coup, la réalité peut les prendre à la gorge.

Voilà, ma petite contribution du jour.
future grande journaliste
Messages : 289
Inscription : 08 oct. 2003, 15:51
Contact :

Message non lu par future grande journaliste » 15 sept. 2005, 19:03

allez hop, je viens prendre part à la discussion... C'est quoi cette mentalité de dire "y a qu'en passant par les écoles reconnues que vous aurez du boulot"??? Non, c'est pas vrai ! J'ai fait l'ISCPA, et je m'en sors pas trop mal... Pigiste en passe d'accepter à un cdi, et ça fait seulement 2 ans que je suis diplômée... A chaque fois que je postule pour un poste ou une nouvelle pige, je suis en concurrence avec des "diplômés des grandes écoles" et, franchement, c'est pas ça que les recruteurs regardent ! Ce qui est primordial en ce moment : avoir une bonne dose d'expérience, avoir confiance en soi (et si c'est pas le cas, le faire croire !!!), être super disponible et mobile... Voilà, après à toi de faire tes preuves !!! Mon école, elle a ses qualités et ses défauts, mais j'en suis sortie en étant formée au 3 médias, et opérationnelle... C'est quand même ce qu'on demande en premier à une école, non ? Et si elle est pas reconnue, je pense que c'est parce qu'elle est trop jeune, et que jusu'à présent les cours ne correspondaient pas exactement au cahier des charges de la commission de la carte... Mais bon, ça, je suis pas au courant de tout...
"ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres !"
delphya
Messages : 125
Inscription : 09 sept. 2005, 02:17
Contact :

Message non lu par delphya » 15 sept. 2005, 22:22

Tout à fait d'accord avec le mail précédent...
J'ai eu l'honneur d'être accepté dans l'une des écoles reconnues, la crème de la crème pense t on, à tord. En y entrant beaucoup pensent tout est pensent qu'avoir réussi un concours un jour X leur donne une plus grande valeur... Bref, souvent mes petits camarades ont péché par vanité. Tout est question de motivation, les diplômes servent à rassurer (souvent + le jeune qu'un recruteur qui sait pertinemment que l'on juge + un journaliste à son expérience qu'à ses labels).
Il faut mieux faire son trou par soi même que de perdre son temps en préparant 3 années de suite ces fameux concours. Ma motivation et l'image que j'ai laissé lors de mes stages m'ont beaucoup + aidé que ce fameux diplôme... Mon premier boulot, je l'ai eu grâce à un stage effectué bien avant mon entrée dans cet établissement. Dans ma promo, pas mal jonglent avec les piges et ont du mal à joindre les 2 bouts.
Alors, reconnaissance ou pas??? Le problème ne se situe pas là.
coralih
Messages : 34
Inscription : 21 avr. 2005, 14:10
Contact :

Message non lu par coralih » 16 sept. 2005, 11:49

salut cocorico et salut les autres
pour info l'école reconnue qui a eu son label dans un pack de lessive c'est celle de marseille. à fuir!! et franchement je suis sure que si j'avais fait une école non reconnue j'aurai eu une meilleure formation ! mais je persiste à croire que c'est pas la formation ou l'école que tu as fait qui compte. y'a des nuls qui sortent de super écoles et des bons journalistes qui n'ont jms fait d'école du tout!!
jedisaime
Messages : 25
Inscription : 06 janv. 2003, 15:13
Localisation : paris
Contact :

Message non lu par jedisaime » 16 sept. 2005, 12:17

tant qu'il y aura des diplômés de grandes écoles avec l'arrogance de cocorico, les "petits" journalistes d'écoles non reconnues que nous sommes trouveront du boulot :twisted:
Risbo
Messages : 2
Inscription : 16 sept. 2005, 12:54
Contact :

Message non lu par Risbo » 16 sept. 2005, 13:26

Halte à la mauvaise foi. Cocorico a dit deux choses. Et les faits lui donnent raison.

1) Le Cuej et le Celsa méritent leur reconnaissance par l'Etat et la par profession. La formation dispensée dans ces deux écoles est de très très bonne qualité.

Quelqu'un nous prouve le contraire ?

2) Entre un diplôme d'une école reconnue et celui d'une école non reconnue il vaut mieux obtenir le premier. Je m'explique. L'école ne fait pas tout mais aide beaucoup. Et encore plus depuis la prolifération des écoles non reconnues. Alors, à expérience plus ou moins égale, un rédac-chef donnera ( tjs) sa chance à un journaliste sortant d'une école reconnue. Ensuite, à lui de démontrer que le rédac-chef a bien fait de lui faire confiance.
Et je ne parle pas de l'obtention de la carte de presse qui est moins compliquée lorsque l'on sort d'une école reconnue.

Quelqu'un infirme mes propos ?

Pour conclure, un conseil. Arrêtez de pester sur des écoles que vous n'avez pas réussi à intégrer. Nous ne prenons personne de haut, le nom de l'école ne fait pas la valeur du journaliste, mais soyez réalistes ( c'est important quand on aspire a être journaliste) la reconnaissance d'un école compte bcp dans le choix des rédac-chefs.

Dernière chose, les statistiques du Cuej sont publiées en ligne. http://cuej.u-strasbg.fr/ecole/diplomes.htm

L'ESJ-Paris, l'Iscpa, la Faco... font-elle mieux ? J'en doute...
Répondre

Revenir à « Forum général »