Twit, Maître à penser, en mouvement

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
SacriPanard
Messages : 151
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Twit, Maître à penser, en mouvement

Message non lu par SacriPanard » 10 déc. 2018, 15:46

« … S’il ne manifeste pas, en effet, d’appetit ou d’aversion, nul ne se met en mouvement, sauf contraint par la violence… »

« Donc, il est clair que le genre de la faculté de l’âme qui imprime le mouvement est ce que l’on appelle l’appétit, mais ceux qui divisent l’âme en parties, s’ils opèrent leur division et leur séparation d’après les facultés, vont se trouver en face d’un grand nombre de parties : nutritive, sensitive, intellective, délibérative et, en plus, appétitive (car celles-ci diffèrent davantage entre elles que la partie qui donne le désir et celle qui donne l’ardeur). Or c’est un fait que les appétits peuvent aussi se contrarier mutuellement, que cela se produit quand la raison et les désirs sont contraires et que c’est le cas chez les animaux qui ont le sens du temps (l’intelligence, en effet, commande de se référer à cause de l’avenir, tandis que le désir opère en raison de l’immédiat, car l’agrément immédiat lui parait simplement agréable et bon simplement du fait qu’il ne voit pas l’avenir). Dans ces conditions, il y aura bien une unité spécifique dans le moteur constitué par l’appétitif en tant que tel , mais le premier de tous les moteurs c’est l’objet de l’appétit, puisqu’il met en mouvement sans être mû, du fait d’être l’objet de l’intelligence ou donné dans une représentation, et, numériquement, les moteurs sont multiples. »

« ..chez les autres animaux, il n’est pas question d’intellection, ni de raisonnement, mais de représentation… »


L’acquisition d’une culture est une « représention » qui n’a pas de mouvement si elle est imprimée à une matière sans appétit. Une variation de la représentation est sans doute la nécessité d’une contrainte « violence » ou l’appétit d’une intellection mise en œuvre. L’incertitude entre une forme « atrophiée ou incomplète » est celle de ce point d’arrêt d’une représentation comme agrément d’agir ou de sa forme déficiente.

« Le désir et l’ardeur du désir » qui opèrent dans l’immédiat est le moteur d’un appétitif aveugle ou éclairé qui porte dans ses parties la multitude capacitaire, « sensitive, intellective, délibérative » de sens commun appétitif.
La représentation intellective est un au dessus appétitif qui peut être le mouvement de voir ce qu’elle est une représentation, ou une « incomplétude » d’immobilisme. En tant qu’elle est incomplétude elle ne peut être qu’immobilisme et ne pas avoir son mouvement, a nouveau dans l’incertitude de sa forme déficiente, le mouvement n’étant mû que dans une condition, d’ardeur et d’appétit. Le pareil au même est l’agir d’une représentation dans la satisfaction de cette ambiguïté.

Les capacités de l’âme en parties, peuvent se mouvoir contradictoirement dans l’identité représentative et n’être pas ou n’être plus une spéculation intellective, mais une forme représentative déficiente, itératif d’une histoire, d’une musique, d’une parole, d’un geste, d’une taxe ou d’une non taxe….radotage de sénilité étendue, …. Mieux qu’une sénilité quotidienne.
Répondre

Revenir vers « Discussion générale »