Pourquoi avoir une carte de presse ?

Tout savoir sur la carte de presse : comment l'obtenir ? Les conditions ? Les avantages de la carte de presse ? Abattement de charges et carte de presse ? Chômage et carte de presse ?
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 141
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Pourquoi avoir une carte de presse ?

Message non lu par DBardel » 18 avr. 2003, 00:44

Hello,
J'aimerais avoir votre opinion sur un sujet qui ne m'empêche absolument pas de dormir, mais qui peut donner lieu, je pense, à un débat intéressant :

Etant donné que :
- pour être journaliste, il suffit de collaborer de façon régulière à la rédaction d'une entreprise de presse, et d'en tirer la majeure partie de ses revenus,
- pour bénéficier de l'abattement forfaitaire de je sais plus combien d'euros sur sa feuille d'impôt (7 650, je crois, mais les chiffres et moi...), il suffit d'inscrire cette somme dans la case ad hoc,
- l'attribution de la carte de presse n'est soumise à aucun contrôle de compétences sur le plan professionnel, mais n'est conditionnée que par la présentation de quelques fiches de paie, d'un extrait de casier judiciaire et de la signature d'un chef quelconque,
- bon nombre de détenteurs de cette fameuse carte sont aussi doués pour le journalisme que moi pour démonter et remonter un char Leclerc les yeux fermés et les mains dans le dos,
- les rares président(s) de clubs de la presse que je connais font partie des gens dont je parle juste au-dessus et ne sont là que parce que les autres sont moins doués pour faire la roue dans les cocktails (peut-être aussi qu'ils ont trop de boulot pour s'y pavaner),
- il suffit de dire en tournant les talons, à ceux qui ne veulent pas vous laisser entrer dans l'enceinte de leur méga-salon international de l'ampoule à incandescence nouvelle génération, qu'ils n'auront pas de papier dans le canard pour que comme par magie on vous fasse une haie d'honneur sans que vous ayiez aucun justificatif à montrer,
- dans notre portefeuille nous avons tous déjà une ou deux cartes bleues, une vieille carte de téléphone presque vide mais pas complètement (celle d'avant qu'on nous offre le portab', tu parles d'un cadeau), une carte Fnac, la carte qui ouvre la porte de service mais on a paumé le numéro du code qui va avec, une carte Vitale, la carte du vidéo-club qui est sur la route et celle de celui où on peut garder les cassettes plus longtemps, la carte d'abonnement au parking,

expliquez-moi quel peut être l'intérêt de payer... combien déjà ? par an pour avoir une carte de presse. Hormis, bien sûr, celui d'avoir des remises conséquentes sur les voitures et, paraît-il, les ordinateurs (mais avec un peu d'obstination on peut avoir presque la même sans carte de presse) et l'entrée gratuite dans les musées (ça, je l'avoue, c'est un argument, mais les musées dans le Cantal...).

Voilà... :roll: Amusez-vous bien !
Avatar de l’utilisateur
Melfrid
Messages : 156
Inscription : 26 nov. 2002, 19:02
Localisation : Paris ou presque
Contact :

Message non lu par Melfrid » 18 avr. 2003, 00:59

C'est vrai que quand on débarque de province à Paris, on trouve subitement plein d'intérêt à ce petit bout de plastique. Rien qu'en servant de pass pour le centre Pompidou, elle est quasiment rentabilisée.
Quand on tombe au chômage, même si c'est pas vraiment fondé, on gagne en crédibilité quand on parle à un employeur éventuel. Et quand on essaie de bosser en indépendant, elle permet d'accéder aux conférences et services de presse sans problème. Il y a quand même pas mal de cas où elle se rend utile.
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Message non lu par BARA » 18 avr. 2003, 16:28

Sinon, pour entrer gratos à Pompidou + dans tous les musées de la Ville de Panam, pour ne pas payer d'impôts ni de taxe d'habitation ni de redevance TV, pour te faire payer les 3/4 de ton loyer et bénéficier du succulent apport en protéines des cafards des boîtes des restos du coeur, faire tes courses gratis comme tant d'autres familles toujours auprès des mêmes, pas payer ton médecin ni tes médocs, te faire blanchir les dents gratos et refaire le nez itou, pour vivre la vie des hommes libres qui ont choisi de faire un pied de nez à la réussite et autres lotos carriéristes, il y a...il y a...


TON RMI.
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
Melfrid
Messages : 156
Inscription : 26 nov. 2002, 19:02
Localisation : Paris ou presque
Contact :

Message non lu par Melfrid » 19 avr. 2003, 00:01

Oui, Bara. Avec ton confortable salaire de fin de carrière, ne nous fais pas croire que tu sais de quoi tu parles.
leeloo

Message non lu par leeloo » 19 avr. 2003, 04:24

la carte de presse, ça sert avant tout à faire valoir le droit d'être payé plus "correctement" (j'utilise des guillemets, parce être payé correctement en tant que pigiste, ben, faut pas rêver non plus!) que si tu ne l'avais pas. La carte de presse te donne le droit d'être plus payé que celui qui n'en a pas et qui fait, pourtant, les mêmes choses que toi. Et puis, déduire quelques milliers d'euros de tes revenus, c'est plutôt sympa quand même...
Bianca
Messages : 748
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 19 avr. 2003, 10:55

Désolée Leeloo, on se répète mais la carte de presse n'est pas nécessaire pour la déduction des impôts. Moi, personnellement, elle ne m'a jamais servi (à part rentrer gratos au musée mais je suis chômeuse maintenant alors...). Elle sert surtout aux employeurs, si j'ai bien compris. Enfin, c'est ce qu'on m'a dit à l'époque où on m'a demandé de la prendre, elle servait à prouver je ne sais quoi et à ce que eux soient réglos. Je suis floue mais je n'ai jamais très bien compris.
Martin B
Messages : 32
Inscription : 19 sept. 2002, 10:24
Localisation : France
Contact :

Message non lu par Martin B » 19 avr. 2003, 11:25

Pour l'employeur français, la carte de presse du journaliste pigiste permet de le payer en défalquant environ le tiers des charges patronales. Si la carte de presse n'est pas à jour (parce que le pigiste a voulu économiser 25 euros de droits à la CCIJP), l'employeur peut encore payer le journaliste en qualité de journaliste, mais il paye 100% des charges patronales.
C'est un avantage fiscal accordé aux entreprises de presse.
Avatar de l’utilisateur
DBardel
Messages : 141
Inscription : 10 mars 2003, 23:53
Localisation : 31
Contact :

Message non lu par DBardel » 19 avr. 2003, 12:08

leeloo a écrit :la carte de presse, ça sert avant tout à faire valoir le droit d'être payé plus "correctement" (j'utilise des guillemets, parce être payé correctement en tant que pigiste, ben, faut pas rêver non plus!) que si tu ne l'avais pas. La carte de presse te donne le droit d'être plus payé que celui qui n'en a pas et qui fait, pourtant, les mêmes choses que toi. Et puis, déduire quelques milliers d'euros de tes revenus, c'est plutôt sympa quand même...
As-tu les références d'un texte qui stipule que la rémunération d'un détenteur de cette carte diffère de celle qui exerce le même métier mais ne la possède pas ? Mon salaire est défini par la convention collective, et il me semble que rien d'autre n'entre en ligne de compte. Mais je ne suis pas sûre de mon coup.
En revanche, je crois me souvenir que mon chef m'a un jour demandé si je m'étais décidée à prendre cette carte, en me disant que c'était mieux pour l'entreprise, et je sais plus quoi. Je lui ai répondu que je la prendrais quand elle ne serait plus librement accessible à n'importe qui et apporterait vraiment un "plus" à celui qui la possède (comme une sorte de label, quoi).
Je ne savais pas que les employeurs ne payaient pas le même taux de charges patronales en fonction de la possession de la carte par les pigistes.

Au fait, elle finance quoi, cette fameuse carte, si elle finance quelque chose ?
Bianca
Messages : 748
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 19 avr. 2003, 13:22

Et quel est l'"avantage" pour les entreprises vis-à-vis des salariés permanents et non pigistes ? Ce qui était mon cas, j'étais en CDI et on m'a demandé de prendre la carte de presse, pour ne pas avoir d'ennuis visiblement (l'entreprise, pas moi), mais je ne sais pas de quel ordre. J'ai pris ma carte sans trop me poser de questions.
Dexter

Message non lu par Dexter » 19 avr. 2003, 17:35

Martin B. a raison. La carte de presse permet à l'employeur de bénéficier d'un allègement (de l'ordre de 30% si je ne m'abuse) sur les charges patronales.
Certes, cela contraint ensuite l'employeur à appliquer la Convention Nationale des Journalistes et donc (entre-autres), à accorder de fait un 13ème mois, si ça n'était pas le cas auparavant. Cela étant, cela semble rester "rentable" pour l'entreprise.

Je ne sais plus lequel d'entre-vous abordait la question du salaire, différent selon qu'on ait ou pas la carte de presse.

De ce qu'en sait, cela ne joue pas directement sur le traîtement des journalistes en CDI (si ce n'est pour l'audio-visuel publique, dont les indices sont même fixés par la Convention). En revanche pour les pigistes, cela a une influence dans certaines boutiques. A Radio France et sur tout le réseau France Bleu, là, il n'y a aucun doute, la pige est de l'ordre de 30% supérieure pour tous les possesseurs de carte. C'est pas énorme pour autant, la journée est payée environ 460 francs bruts. Un bon conseil pour les pigistes "France Bleu" et "Radio France", préférez le paiement au module, plutôt qu'à la journée, c'est sacrément plus avantageux...
pascal 16

Message non lu par pascal 16 » 22 avr. 2003, 00:08

Elle est quand même indispensable pour entrer dans les stades de football, non ?
leeloo

Message non lu par leeloo » 22 avr. 2003, 02:25

Concernant le fait que, avec la carte de presse on peut se faire payer "correctement", mieux que si on ne l'a pas, surtout quand on est pigiste (ce qui est mon cas), ce sont des syndicalistes qui me l'ont dit. Voilà...
Bianca
Messages : 748
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 22 avr. 2003, 09:50

Entre ce que disent les syndicalistes (ce qu'ils voudraient et ce qui devrait) et la réalité (ce qui est vraiment), il y a malheureusement souvent (mais pas toujours) un grand fossé, même si certains secteurs ont l'air de fonctionner avec cette carte de presse, je n'ai personnellement jamais vu de différence pour qui que ce soit.
Elsa

Impot et carte de presse

Message non lu par Elsa » 22 avr. 2003, 11:13

Pour ce qui est des impôts, il semble que désormais, pour bénéficier de l'abattement fiscal, la possession de la cartre de presse sera obligatoire...

Moi je vais essayer de l'avoir d'ici un mois et 3 fiches de paie et je dois dire que pour moi, c un aboutissement d'études (nb : g n'ai po fait d'école), et de mon expérience. Car pour l'heure, j'ai encore du mal à me dire publiquement journaliste, même si mes collègues me disent que ca y est, je suis pro. Et puis sur le CV, ca fera mieux que 'souhaite devenir journaliste"...
paulstep

Message non lu par paulstep » 22 avr. 2003, 11:33

Suis un ancien de la commission de la carte. Vu le nombre de ceux qui étaient prèts à se battre pour l'avoir je crois qu'elle leur servait à qq chose. Mais personne ne parle de ce qui semblait central à ces gens: respecter une éthique professionnelle, la carte étant la preuve de l'adhésion volontaire à ces principes déontologiques. Sans carte n'importe qui pourrait dire n'importe quoi et prétendre au journalisme. C'est d'ailleurs le cas en Roumanie avec tous les dérapages qu'on imagine. Avec une carte (et le risque de la perdre) le titulaire a une plus grande pression à rester scrupuleux dans ce qu'il informe.
Les avantages techniques je n'en fais pas la liste, ils sont preque tous dans les messages.
A propos, la cotisation à la CCIJP fait vivre une trentaine de salariés administratifs (avec des salaires normaux) qui s'occupent des 36 000 cartes de presses françaises dont un bon nombre de titulaires se prennent pour des citoyens supérieurs face à un ennemi fonctionnaire. Elle paye également les locaux et les téléphones (mais oui les agents de la carte renvoient les appels!). Les membre de la commission (ceux qui prennent des décisions au nom de la profession), qu'ils soient patrons (la moitié) ou représentants syndicaux (l'autre moitié) sont bénévoles. 8)
Répondre

Revenir à « Carte de presse »