Un salaire pour une carte ?

Tout savoir sur la carte de presse : comment l'obtenir ? Les conditions ? Les avantages de la carte de presse ? Abattement de charges et carte de presse ? Chômage et carte de presse ?
nicepremiere
Messages : 5
Inscription : 21 nov. 2005, 20:11
Contact :

Un salaire pour une carte ?

Message non lu par nicepremiere » 21 nov. 2005, 20:19

Bonjour à toutes et tous,

Une petite question : L'obligation de salaire pour obtenir la carte de presse n'est-elle pas restrictive ?

Je suis le concepteur, gestionnaire et principal "journaliste" de l'unique média quotidien de la ville de Nice et, du fait que je ne puisse pas encore me salarier par mon portail (je précise que je suis demandeur d'emploi) alors je n'ai même pas le droit d'en faire la demande.

J'écris 4 articles quotidiennement, j'ai sorti 4 éditions complètes de Metro pendant l'Europétanque de Nice, j'ai sorti un magazine papier gratuit de 24 pages, je collabore avec un gratuit de la région niçoise et malgré tout ça, je n'ai pas le droit de demander ce précieux sésame dont finalement je n'ai pas forcément besoin mais qui serait une reconnaissance de mon travail qui, certes bénévole, n'en reste pas moins une production d'écrits, d'images et d'interviewes.

Vous en pensez quoi ?

Très bonne semaine à vous

Franck
Piou Piou
Messages : 20
Inscription : 13 juil. 2004, 13:20
Contact :

Message non lu par Piou Piou » 22 nov. 2005, 12:03

Ils considèrent que tu es journaliste professionnel à partir du moment où tu vis de ta plume. Donc si tu peux fournir des preuves comme quoi tes revenus viennent de ce canard, il n'y a pas de problème. Si tu n'en tires pas de revenus, il ne le prennent pas en compte.
En même temps, c'est un peu normal de procéder ainsi : un bénévole du journalisme ne peut pas se considérer "professionnel", même si ça aboutit à des situations un peu spéciales comme la tienne. Je ne vais pas me considérer professionnel du social si je donne du temps au restos du coeur, c'est pareil. Ce système nous distingue (protège?) des gens qui font du journalisme leur "hobby" (parce qu'il y en a de plus en plus malheureusement! C'est d'ailleurs un autre sujet de discussion, ça).
Courage! Elle va tomber ta carte de presse, si le canard décolle. Et puis, on n'en a pas besoin tous les jours non plus.
Victoire Wildors
Messages : 60
Inscription : 06 mai 2005, 07:02
Contact :

Message non lu par Victoire Wildors » 22 nov. 2005, 13:47

Le plus simple, c'est de soumettre ton dossier à la commission de la carte. Mais j'ai vu récemment le cas d'une femme dont l'intégralité des revenus provenaient d'une activité journalistique, malheureusement rémunérée autrement qu'en salaires, ce pendant une année complète, à qui la carte a, en conséquence, été refusée.

Cela dit, il y a beaucoup de journalistes professionnels non encartés. Et la reconnaissance, tu l'as par le fait même d'écrire et d'être lu, non ? À partir du moment où tu signes tes propres articles…
Piou Piou
Messages : 20
Inscription : 13 juil. 2004, 13:20
Contact :

Message non lu par Piou Piou » 22 nov. 2005, 14:12

Suis d'accord avec Victoire. Pour que la commission reconnaisse tes revenus, il faut qu'ils soient payés en pige et pas en droits d'auteur. Ce qui explique peut-être le cas qu'à connu Victoire.
De plus en plus de publications ont recours à ce genre de paiement, probablement parce que c'est plus avantageux pour eux. Mais ils ne sont pas reconnus par la Commission. Et donc, pas de carte de presse.
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Message non lu par massalia » 31 déc. 2005, 01:25

Est-il indiscret de te demander de quoi tu vis, Franck ?
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 31 déc. 2005, 06:53

Je rejoins les avis exprimés ci-devant : il est impossible de se procurer la carte de presse sans rétribution aucune.
D'autre part, si en effet il convient d'être rémunéré sous forme de salaires (avec mention obligatoire de la convention collective des journalistes). Encore faut-il que le support dispose d'un numéro de commission paritaire !
Par contre, n'était le sentiment d'appartenir à une caste, un coterie diront certains, la carte de presse ne sert quasiment à rien, si ce n'est d'être assuré de recevoir ses émoluments en salaires et d'entrer gratuitement dans les musées et salons divers.
Certains, ici, et ils sont nombreux, s'interrogent sur les raisons pour lesquelles les entreprises de presse rechignent à dresser un bulletin de paie en l'absence de carte de presse. Le motif est simple : sans carte de presse, il leur est impossible d'appliquer l'abattement de 30% sur certaines charges...
Un conseil, tout de même, à tous ceux qui se réjouissent d'être payés sous la forme légale, dont je fais partie : vérifiez une fois par an auprès de la caisse de retraite que les versements ont bien été effectués par l'entreprise. Il n'est pas rare, surtout dans le cas d'entreprises ayant mis la clé sous la porte, que vos points retraite n'aient pas été validés !
C'est rarissime, mais cela arrive, cela m'est récemment arrivé . Dans ce cas-là, soit vous conservez religieusement vos bulletins de paie jusqu'à votre retraite, soit vous les communiquez à la caisse de retraite, qui validera vos points.
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Message non lu par massalia » 31 déc. 2005, 12:33

Le seul intérêt de la carte de presse (mis à part son attrait aux yeux des employeurs), c'est qu'elle autorise un abattement fiscal - ou allocation pour frais d'emploi - de 7650 euros. Ainsi, quand on gagne des miettes, on peut facilement se retrouver non imposable à la fin de l'année. Ca ne m'a pas paru négligeable lors de ma première déclaration de revenus...
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 31 déc. 2005, 13:36

Massalia,

Ce que vous écrivez est totalement faux.

Que vous disposiez ou pas du sésame, vous pouvez faire le déduction fiscale que vous indiquez. Il se trouve bien sûr des contrôleurs d'impôts bornés, peu amènes, peu renseignés. Mais la jurisprudence a consacré la possibilité de dédure les 7650 euros de ses revenus journalistiques, que vous déteniez ou pas la carte de presse.

Par contre, et la confusion est fréquente, seule la possession de la carte de presse autorise votre employeur à faire un abattement de quelque 30% des charges URSSAF. Au final, l'employeur fait des économies, et la différence entre le montant brut et le montant net s'en trouve aussi réduit.
C'est, d'ailleurs, comme je le disais plus haut, une des raisons pour lesquelles les employeurs rechignent à payer en salaire quand le journaliste n'a pas de carte de presse, quand il est donc impossible de faire l'abattement sus-indiqué. MAIS RIEN A VOIR AVEC L'ABATTEMENT FISCAL.
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

sorry

Message non lu par massalia » 31 déc. 2005, 15:29

Vraiment navrée pour cette information erronée sur l'abattement fiscal...
Ne demeure donc qu'un seul attrait de la carte de presse : faciliter les recherches d'emploi ?
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 31 déc. 2005, 15:40

Avoir la carte de presse ne vous est pas indispensable pour trouver un job de journaliste, tout au plus cela peut faciliter vos recherches : indiquer son numéro de carte sur un curriculum vitae fait toujours bon effet.
Encore une fois, ce que beaucoup considérent comme un sésame n'est ni plus ni moins une espèce de carte du Mickey Club : on est content de faire partie de la bande, mais ça ne sert à autre chose que de se rassurer sur son appartenance à une caste, une corporation.
Je suis encarté : mieux vaut l'avoir que pas. Elle me servira à entrer à l'oeil au musée, lors d'une prochaine visite :P
ref

Message non lu par ref » 03 janv. 2006, 00:44

archaud a écrit :Avoir la carte de presse ne vous est pas indispensable pour trouver un job de journaliste, tout au plus cela peut faciliter vos recherches : indiquer son numéro de carte sur un curriculum vitae fait toujours bon effet.
Encore une fois, ce que beaucoup considérent comme un sésame n'est ni plus ni moins une espèce de carte du Mickey Club : on est content de faire partie de la bande, mais ça ne sert à autre chose que de se rassurer sur son appartenance à une caste, une corporation.
Je suis encarté : mieux vaut l'avoir que pas. Elle me servira à entrer à l'oeil au musée, lors d'une prochaine visite :P
Pas d'accore avec sa, oui elle ser a rien aux grattes papier, mes si vous faite de l'image comme moi, filmez ou photographique elle et indispensable,
essayez d'allez photographier un match de foot, de basquet, une cours de motocross, de photographier des actrices pendant un festival sans carte de presse nada, impossible les attachées de presse vous dise de suite vous avez une carte de presse ? si vous l'avez pas vous avez qua retournez chez vous, seuls ceux qui ne fond que de la pqr cela ne leur sert a rien mes ceux qui fond des manifestations nationales, c'est obligatoires et je sais hélas de quoi je parle.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 03 janv. 2006, 05:44

Pas franchement convaincu. A moins que pour un journaliste-photographe la donne soit fondalement différente. Dans le cas d'un rédacteur, ce que les attachées de presse, comme tout autre interlocuteur, demandent, c'est moins la carte de presse que le support sur lequel tu écris. Et selon le support, son importance, à tout le moins l'idée que tous ces gens-là s'en font, tes interlocuteurs t'aident un peu, beaucoup. Ou pas du tout.
Sur une année pleine, si je dégaine ma carte trois ou quatre fois, c'est déjà considérable !
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 03 janv. 2006, 09:00

Je pense que tout dépend du type de journalisme qu'on fait.
Certains qui rendent compte d'événements officiels doivent sans arrêt prouver qu'ils sont journalistes pour pouvoir rentrer dans les lieux où se déroule tout cela. La carte leur est donc indispensable. D'autres vont plus à la rencontre du quotidien, et se servent peu de la carte. Sinon, elle sert effectivement à rassurer un employeur, se justifier auprès des impôts (elle n'est pas indispensable mais fait gagner un temps fou face à un inspecteur tatillon), se sentir appartenir à la "famille" des journalistes, etc.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 03 janv. 2006, 09:41

Ne chipotons pas, le seul vrai intérêt est d'ordre en effet psychologique : une sorte de reconnaissance de qui l'on est, de la catégorie professionnelle à laquelle on appartient. Quant à l'employeur, soyons lucides : soit il s'en moque, soit ça n'a pas tendance à le rassurer (application d'une convention collective, etc.)
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 03 janv. 2006, 11:06

Il y a quand même de nombreuses fois où on ne peut rentrer dans un endroit que si on a la carte de presse !
Répondre

Revenir à « Carte de presse »