de la com après du journalisme

Forum Relations Presse & Communication : comment rentrer en agence RP ? Quid des relations entre les attaché(e)s de presse et les journalistes ?
Lena

de la com après du journalisme

Message non lu par Lena » 18 nov. 2003, 13:06

Je viens chercher conseil auprès de ceux qui ont un peu d'expérience pour un premier contrat qu'on me propose dans la com

Diplômée Bac +3 en école de journalisme, 2 ans et demi d'expérience de journaliste rédactrice pigiste dans la télé (très bien payée) et la presse écrite (moins bien payée), on me propose un CDI à mi-temps comme rédactrice conceptrice dans une boîte de communication d'une bonne renommée dans l'Est de la France.
Pensez-vous que je puisse prétendre à l'équivalent de 1500 ou 1600 euros nets par mois (soit 750 à 800 euros à mi-temps)?
juli

Message non lu par juli » 20 nov. 2003, 15:26

jsuis désolée, je peux pas te répondre, mais ton expérience m'intéresse ! Comment as-tu cherché ce poste ? Je suis grosso modo dans le même cas que toi: diplome d'ecole de journaliste, pigiste depuis... trop longtemps ! Et un mi-temps ce serait le pied !! As-tu trouvé ce poste par annonce ou par piston ? Merci de m'expliquer !!
Lena

de la com après du journalisme

Message non lu par Lena » 24 nov. 2003, 09:22

Salut Juli,

J'ai trouvé ça après avoir envoyé de nombreuses candidatures plus ou moins spontanées envoyées un peu partout, zéro piston. Mon but était de pouvoir continuer mes piges actuelles en presse écrite mais qui ne me permettent pas de vivre décemment. Après tout, pourquoi n'aurait-on pas le droit d'élargir son expérience tout en restant journaliste ?

J'ai ciblé uniquement les offres à temps partiel ou ne précisant pas le temps de travail (après, tout est question de négociation et d'explication de la situation professionnelle).

Les personnes formées en journalisme et avec un minimum d'expérience dans les médias sont plutôt recherchées et appréciées dans les boîtes privées de com mais sont plus souvent rejetées dans l'institutionnel. L'institutionnel se focalise plus sur la correspondance des diplômes tandis que le privé regarde les véritables compétences et potentialités de la personne...
Si tu as une dizaine d'années d'expérience dans le journalisme, il y a moyen de prétendre à des postes à responsabilité, mais dans ce cas, ça risque d'être difficile d'avoir un mi-temps.

Seul gros problème, la carte de journaliste que je possède et que je souhaite garder. Je ne sais pas encore comment je vais résoudre le problème : garder 50% de mes revenus provenant de mes piges, car je risque de gagner plus dans la com que dans le journalisme.
lecordelier

Message non lu par lecordelier » 25 nov. 2003, 15:40

on peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre : être bien payé car bossant dans la com', et en plus payer moins d'impôt grâce à la carte de presse !

A un moment, faut choisir. C'est ce que j'ai fait : plus de revenus com' que de revenus presse. Donc exit la carte de presse. logique. simple. honnête.

c'est rare, l'honneteté, dans ces milieux.
Lena

de la com après du journalisme

Message non lu par Lena » 28 nov. 2003, 09:53

Malheureusement, si je me dirige vers la com, c'est faute de trouver un emploi stable et correctement rémunérateur dans le journalisme. Et si je fais les deux, ce n'est pas pour avoir le beurre et l'argent du beurre mais parce que je ne veux pas abandonner le journalisme et ce pour quoi je me suis engagée.
Ce serait tellement plus facile de ne pas couper la poire en deux et de faire soit l'un soit l'autre. Mais pour moi, ce n'est que temporaire, je l'espère.
Enfin, je te laisse libre d'interpréter ma démarche d'une autre façon si tu le souhaite.
Lecord

Message non lu par Lecord » 01 déc. 2003, 11:13

pas de problème léna, seulement attends-toi à ne plus avoir de carte de presse si, dans l'année, tes revenus de la com' dépassent en valeur (et pas en temps) ceux de la presse, ce qui arrive très vite crois moi. Tu ne reçois pas la carte mais tu conserves ton numéro. Ensuite il te suffit de réaligner 3 mois de piges pour redemander la carte.
concepteur rédacteur

concepteur rédacteur

Message non lu par concepteur rédacteur » 02 déc. 2003, 22:31

On peut travailler dans la communication et ne pas perdre son âme. Il y a plein de choses intéressantes à faire en conception rédaction, des choses bien sûr très éloignées du journalisme. Pour ma part, je n'ai jamais voulu travailler comme journaliste. Parce que mon écriture y était beaucoup trop contraintes. Aucun travail sur le signifiant possible à moins d'être SR pour Libération. Un CR peut s'amuser avec les mots et les concepts et gagner plus que correctement sa vie. Toujours pour ma part, je n'ai jamais apprécié l'écriture sociale des journalistes, comme s'il fallait que tout le journalisme nous enferme dans des rôles ou des stéréotypes sociaux (bien pire que la publicité à ce propos). Je pense que c'est arrivé quand la presse s'est substituée à la littérature et que les journalistes se sont transformés en écrivain en profitant de leur nom. L'écriture est poétique pour les CR, le processus, même si le résultat est d'une pauvreté lamentable, mais ça on s'en fout. Ce qui compte, c'est la montée vers l'écriture. Si tu as une formation journaliste, pense à lire certains livres de base. Ce que je te conseille : de la stratégie marketing à la création publicitaire de Joannis, la disruption live de Dru, Pub Fiction de Nicolas Riou, tout Francis Ponge et Lautréamont et imbibe toi de Pop Art.
YannL

Pas de cumul com/journalisme

Message non lu par YannL » 03 déc. 2003, 01:10

Il est strictement interdit aux journalistes de travailler pour la publicité, et donc pour la com. Peu importe que tes revenus de com dépassent ou non ceux liés à la carte de presse : tu perdras celle-ci à ton premier boulot dans la pub, quel qu'en soit le montant (et c'est bien logique : coment un journaliste pourrait prétendre écrire des slogans, par exemple, quand c'est l'opposé de son métier et de sa déontologie ?).
Mathilde

Journalisme et Com

Message non lu par Mathilde » 03 déc. 2003, 10:35

Yann, petit veinard, tu dois avoir un bon CDI au chaud (ou alors commencer dans le métier) pour avoir un avis aussi tranché sur la chose...
Quel journaliste n'a pas connu un moment de galère dans sa carrière et ne s'est pas posé la question de la com ??? Quel journaliste n'a pas été confronté à la pression des annonceurs ou des huiles en tout genre et n'a pas un jour été écoeuré de ce qu'il avait été "obligé" d'écrire (ou ne pas écrire) ? Au moins dans la com' ou la pub', les choses sont claires... Et certaines entreprises/ causes/ produits/ personnes valent le coup qu'on les défende ou qu'on les fasse connaître...
Par ailleurs, multiplier les expériences d'écriture ne peut qu'être bénéfique : les impératifs de la pub ou de la com' m'ont, perso, permis de progresser dans mon écriture journalistique. Et, crois moi, j'ai rencontré des personnes de grande intelligence et de grand talent dans la com' -dont pas mal d'anciens journalistes - qui savent parfaitement faire la différence entre un slogan publicitaire et les articles de fond ou les livres qu'ils prennent le temps d'écrire à leurs heures perdues...

Merci en tout cas au "concepteur-rédacteur" pour ses conseils de lecture.
:D
copy writer

copy writer

Message non lu par copy writer » 03 déc. 2003, 11:30

Il est strictement interdit d'interdire. Ah y avait du bon en 68 ! Faudrait qu'ils s'en souviennent un peu les journalistes moraux qui font de la super pub pour les répressifs lors des dernières élections présidentielles, de la super pub pour Rael en décembre 2003 et qui font de la super pub aux altermondialistes qui n'ont au final pas grand chose à dire...

Pauvre Yann, je n'aimerai pas être dans ta peau. Non, il n'est pas interdit de... C'est d'abord une affaire d'éthique et comme le dit si bien lecordelier il faut être honnête. Tu choisis et le choix inclut de faire plusieurs activités si tu le décides. En ce qui me concerne je ne laisserai pas les Yann me dicter un code de conduite. Quant aux journalistes, heureusement qu'il y en a un maximum de très honnêtes, des intègres, mais ceux là sont dans l'ombre et sur le terrain. On ne les voit pas se draper dans des préceptes moraux qui ressemblent davantage à des diktats, à donner des leçons alors qu'ils sont infoutus de faire eux-mêmes le ménage dans leur profession. J'ai eu pendant quelques années une expérience américaine. Le journalisme y est à peu près dans le même état à ceci près que là-bas il ne s'est pas embourgeoisé comme dans ce pays, la collusion politique y est moins évidente et que la déontologie (oui) est d'abord dans les actes.
YannL

Message non lu par YannL » 03 déc. 2003, 12:23

Mathilde, non je n'ai pas un CDI "au chaud", j'ai été longtemps pigiste et je travaille désormais plutôt dans la com, parce que c'est là que j'ai trouvé du boulot. Mais je travaille surtout comme auteur et je galère en écrivant des textes à 8 euros le feuillet pour Minitel rose...
Tout ça pour dire que non je ne suis pas nanti et je n'ai pas un avis tranché sur la question. D'ailleurs, il m'arriv de me faire payer en droits d'auteur des taf de pub, c'est-à-dire de contourner la loi moi-même, parce qu'il faudrait que je prenne un numéro de travailleur indépendant et payer imémdiatement de l'Urssaf et renoncer à d'éventuels assedic... Donc, aucune volonté de te faire la morale (et je ne réponds même pas à celui qui a pris la parole après toi...)
Simplement, je rappelais ce fait intangible : il est interdit pour un journaliste de faire de la pub, donc de la com, point barre. C'est pas un jugement moral de ma part, c'est la loi (ou les réglements, ne chipotons pas).
Pour ma part, j'ai logiquement renoncé à ma carte de presse quand j'ai commencé à faire de la pub.
Cela dit, j'ai travaillé dans des groupes de presse où les journalistes écrivaient et mettaient en page les pubs eux-mêmes...
jeune maman

de la pige à la com

Message non lu par jeune maman » 03 déc. 2003, 21:55

Je suis pigiste, mais actuellement en congé maternité. J'ai un BTS de com et une licence dans la même veine, puis j'ai ensuite bifurqué vers le journalisme par le biais du CFPJ. Or, mon constat est le même que beaucoup d'autres, avec la pige, on ne va pas bien loin, surtout en presse écrite et en radio... Alors j'aimerais aussi m'en retourner vers la com, mais il me semble difficile de faire valoir ma maigre expérience de journaliste (3ans) et une formation de com non aboutie (bac +3 seulement). Que faire ?
headlift invité

Message non lu par headlift invité » 03 déc. 2003, 23:49

Mathilde :
Et, crois moi, j'ai rencontré des personnes de grande intelligence et de grand talent dans la com' -dont pas mal d'anciens journalistes - qui savent parfaitement faire la différence entre un slogan publicitaire et les articles de fond ou les livres qu'ils prennent le temps d'écrire à leurs heures perdues...
tiens, on a parlé de déontologie ici ?
ça me rappelle un certain JPF ("c'est votre dernier mot ?") qui dit en privé adorer les opéras de Mozart tout en présentant des merdes à la télé.

On vit une époque formidable. :lol:
Marko

Mieux vaut faire contre mauvais journalisme bonne comml

Message non lu par Marko » 04 déc. 2003, 01:52

Comm - Journalisme ? Est-ce la poule qui fait l'oeuf ou l'oeuf qui fait la poule ? Que font les présentateurs de JT quand ils invitent la star du téléfilm qui passe à 20h30 pour vendre le produit, sans doute plus de la com que du journalisme ? Que fait donc Olivier Mazerolle à "100 minutes pour convaincre" quand il sert la soupe à Sarkozy pendant deux heures, sans doute pas du journalisme ?
Dans la Com on peut faire du journalisme. Dans les collectivités locales par exemple, en prenant la rédaction en chef d'un magazine, souvent à fort tirage et/ou en s'occupant d'un portail web. Il faut rappeler que la presse d'entreprise est la presse la plus lue de France. On peut y travailler sans forcément perdre son âme de journlaiste et s'y enrichir grandement sans perdre en plus l'avantage fiscal lié à la carte de presse.
La vraie question est : peut-on aujourd'hui faire vraiment son métier de journaliste pour comme disait Albert Londres "porter la plume dans la plaie" ? La lecture des journaux, la vision de la TV et l'écoute de la radio montre le plus souvent que non. Il suffit de voir pour cela l'accueil réservé à Pierre Carles dont on n'est pas prêt de voir les docu à la TV. Alors, finalement mieux vaut faire contre mauvais journalisme bonne comm... Et aider Pierre Carles en allant voir ses films au cinoche. Par exemple "Attention danger travail", une perle.
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 862
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Re: Mieux vaut faire contre mauvais journalisme bonne comml

Message non lu par Olivier T » 04 déc. 2003, 11:55

Marko a écrit : Dans la Com on peut faire du journalisme. Dans les collectivités locales par exemple, en prenant la rédaction en chef d'un magazine, souvent à fort tirage et/ou en s'occupant d'un portail web.
Non
Il faut rappeler que la presse d'entreprise est la presse la plus lue de France. On peut y travailler sans forcément perdre son âme de journlaiste et s'y enrichir grandement sans perdre en plus l'avantage fiscal lié à la carte de presse.
La plus diffusée seulement.
Non et non plus.
La vraie question est : peut-on aujourd'hui faire vraiment son métier de journaliste pour comme disait Albert Londres "porter la plume dans la plaie" ?
Guère.
La lecture des journaux, la vision de la TV et l'écoute de la radio montre le plus souvent que non. Il suffit de voir pour cela l'accueil réservé à Pierre Carles dont on n'est pas prêt de voir les docu à la TV. Alors, finalement mieux vaut faire contre mauvais journalisme bonne comm... Et aider Pierre Carles en allant voir ses films au cinoche. Par exemple "Attention danger travail", une perle.
Vi, on peut, c'est même conseillé.




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Répondre

Revenir à « Communication - RP »