Bonjour!

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 272
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par loony » 14 févr. 2013, 13:41

C'est en forgeant qu'on devient forgeron ! :wink:
correctrice
Messages : 5
Inscription : 26 janv. 2013, 14:30
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par correctrice » 14 févr. 2013, 15:27

Je ne suis pas sûre que le souci vienne de moi mais puisque vous y tenez, tirez-en les conclusions qui vous plaisent ! Afin de ne pas lasser les autres membres du forum par cette vaine querelle, je vous tire ma révérence grand mamamouchi et vous souhaite bonne continuation.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par ann65 » 15 févr. 2013, 15:04

correctrice a écrit :Je trouve enfin un forum sur la formation du CEC !!!

Je suis inscrite depuis octobre et j'ai vécu les mêmes galères, les mêmes doutes et les mêmes interrogations : aucune prise en charge de la formation, difficulté à lire les corrections...J'ai également eu 16 à la première rédaction!

Je suis professeur de français et j'envisage d'être correctrice pour compléter mon salaire. Les anciens peuvent-ils me donner des conseils pour mener à bien ce projet?
Allez, j'en rajoute une couche, parce que je suis de mauvais poil aujourd'hui.

Pour quelle raison l'Education nationale, votre employeur, aurait-elle dû vous financer cette formation ? L'EN a besoin de correcteurs professionnels formés ?

Il n'y a pas de boulot pour tout le monde, surtout sur le marché de la correction. Si ceux qui ont déjà un job vont bouffer dans la gamelle de ceux qui n'en ont déjà pas beaucoup, on ne s'en sortira pas.

Pour arrondir leurs fins de mois - que je sais difficiles (pour tous) - les profs peuvent faire de heures sup' ou donner des cours particuliers, non ?
Dernière modification par ann65 le 18 févr. 2013, 10:38, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 272
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par loony » 15 févr. 2013, 20:33

ann65 a écrit :
correctrice a écrit :Je trouve enfin un forum sur la formation du CEC !!!

Je suis inscrite depuis octobre et j'ai vécu les mêmes galères, les mêmes doutes et les mêmes interrogations : aucune prise en charge de la formation, difficulté à lire les corrections...J'ai également eu 16 à la première rédaction!

Je suis professeur de français et j'envisage d'être correctrice pour compléter mon salaire. Les anciens peuvent-ils me donner des conseils pour mener à bien ce projet?
Allez, j'en rajoute une couche, parce que je suis de mauvais poil aujourd'hui.

Pour quelle raison l'Education nationale, votre employeur, aurait-il dû vous financer cette formation ? L'EN a besoin de correcteurs professionnels formés ?

Il n'y a pas de boulot pour tout le monde, surtout sur le marché de la correction. Si ceux qui ont déjà un job vont bouffer dans la gamelle de ceux qui n'en ont pas, on ne s'en sortira pas.

Pour arrondir leurs fins de moi que je sais difficiles (pour tous), les profs peuvent faire de heures sup' ou donner des cours particuliers, non ?
Sympa... :shock:
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par ann65 » 15 févr. 2013, 20:56

loony a écrit :
Sympa... :shock:
J'ai prévenu, je suis de mauvais poil aujourd'hui.
:roll:

Mais bon quand même.
Peu de correcteurs professionnels réussissent à vivre de leur métier, alors qu'ils n'ont que celui-là pour vivre. Si le peu de boulot sur le marché vient aussi à être "partagé" avec des gens qui ont déjà un boulot par ailleurs et qui peuvent se permettre de faire des tarifs bas grâce aux faibles charges des AE, c'est la mort assurée pour ceux qui n'ont que ce métier pour gagner leur croûte.

Et je précise que je ne prêche pas pour ma paroisse. Je ne suis pas correctrice.

Je ne suis pas sûre que les enseignants verraient (voient ?) d'un très bon oeil des non-professionnels de l'enseignement qui les remplaceraient quelques heures chaque semaine parce qu'ils ont besoin de quelques vacations à droite à gauche histoire d'arrondir leur fin de mois. :roll:
Dernière modification par ann65 le 18 févr. 2013, 10:39, modifié 1 fois.
MaraDesBois
Messages : 88
Inscription : 04 sept. 2012, 15:18
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par MaraDesBois » 15 févr. 2013, 21:47

Mais là, il me semblait quand même que "Correctrice" comptait bien se former avant de se lancer dans l'aventure. Elle n'aurait pas été une "non professionnelle" volant sa croûte aux autres. :wink:

Je vais donc devoir continuer à étudier, en sachant, la mort dans l'âme, que je vais voler le pain de la bouche de quelqu'un chaque fois que je décrocherai un contrat...

Ann, dites vous que la journée est presque finie, et que votre humeur sera certainement plus riante demain ;).
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 272
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par loony » 15 févr. 2013, 22:07

ann65 a écrit :
loony a écrit :
Sympa... :shock:
Je ne suis pas sûre que les enseignants verraient (voient ?) d'un très bon oeil des non professionnels de l'enseignement qui les remplaceraient quelques heures chaque semaine parce qu'ils ont besoin de quelques vacations à droite à gauche histoire d'arrondir leur fin de mois. :roll:
Ca existe déjà. Vous même pouvez, j'en suis absolument certaine (je sais de quoi je parle, croyez-moi) enseigner demain. Il suffit de contacter le rectorat, vous pourrez être prof dans les semaines qui viennent, pour arrondir vos fins de mois. Je vous le garantis.

Bon sur ce je vous laisse, j'ai mon troisième boulot qui m'attend. Bonne soirée futurs chers collègues si sympathiques. :?
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par ann65 » 16 févr. 2013, 00:27

loony a écrit :

Ca existe déjà. Vous même pouvez, j'en suis absolument certaine (je sais de quoi je parle, croyez-moi) enseigner demain. Il suffit de contacter le rectorat, vous pourrez être prof dans les semaines qui viennent, pour arrondir vos fins de mois. Je vous le garantis.

Bon sur ce je vous laisse, j'ai mon troisième boulot qui m'attend. Bonne soirée futurs chers collègues si sympathiques. :?
[/quote]
Je sais bien que c'est déjà le cas. L'EN recrute des vacataires à tour de bras via le Pôle Emploi et même en passant des annonce sur BonCoin... Et le tarif horaire payé à ces "profs au rabais" est sans aucune commune mesure avec celui des "vrais profs" et a fortiori avec celui des heures sup' des profs titulaires. Il n'y a pas de petites économies.

Et j'ai bien souvent entendu des enseignants s'insurger contre ces pratiques. Et à juste raison... Leur colère est bien légitime.

Quant à avoir plusieurs boulots, encore faut-il s'entendre sur ce dont on parle. S'il s'agit de "petits boulots", nécessité fait loi. Quand on n'arrive pas à vivre de son métier, il faut bien gagner sa croûte autrement.
Mais sauf à être vacataire quelques heures par semaine pour l'EN, le métier de professeur certifié ou agrégé n'est pas un "petit boulot" précaire. C'est un travail à temps plein.
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 272
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par loony » 16 févr. 2013, 13:27

ann65 a écrit :
loony a écrit :
Et j'ai bien souvent entendu des enseignants s'insurger contre ces pratiques. Et à juste raison... Leur colère est bien légitime.
Certes, mais ces enseignants ne sont jamais odieux avec leurs collègues vacataires.

Bref...
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par Catherine_75 » 16 févr. 2013, 14:51

loony a écrit : Certes, mais ces enseignants ne sont jamais odieux avec leurs collègues vacataires.

Bref...
Hum… En êtes-vous certaine ?
Bon, admettons… Mais les situations ne sont pas comparables. Un prof a l'assurance d'avoir un travail et un salaire — même s'il n'est pas très élevé — jusqu'à la retraite, quel que soit le nombre de vacataires.
Je ne vous apprendrai rien en vous disant qu'il en va tout autrement pour les correcteurs. Le métier est bouché… une offre de travail pour dix candidats (et je pense être très en dessous de la réalité). Quand ils peinent à boucler les fins de mois, on comprend qu'ils soient remontés contre les « correcteurs à la petite semaine » qui ont un métier par ailleurs, avec un vrai salaire régulier, et qui ne cherchent qu'un complément de salaire pour mettre du beurre dans les épinards.
Un exemple que je connais bien, le mien : je vis uniquement de mon métier de correcteur, je vis seule avec mon fils adolescent. Je ne peux pas partir en vacances (j'ai fait la grave erreur de passer cinq jours à Londres en juillet dernier avec mon fils : mes finances ne s'en sont toujours pas remises), je ne sors quasiment jamais, j'ai deux mois de loyer de retard, etc. Je suis pourtant une « privilégiée » : j'ai la chance d'habiter un logement social avec un petit loyer.
Alors, quand je vois des éditeurs qui payent une misère des correcteurs au rabais qui font le travail pour « arrondir leurs fins de mois », vous comprendrez qu'il y a de quoi être en rogne. Mais ce n'est pas être odieux, Ioony, ce n'est que de la colère, et je remercie Ann, elle qui n'est pas correctrice, de comprendre le problème et de soutenir les correcteurs pro qui galèrent.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Bonjour!

Message non lu par ann65 » 16 févr. 2013, 15:21

En quoi ai-je été odieuse ? j'ai insulté quelqu'un ? Il ne me semble pas.

Ce qui me met en rogne c'est que le résultat de tout cela est évidemment un nivellement par le bas généralisé.

Nivellement par le le bas des tarifs. Quand on a déjà par ailleurs un salaire assuré pour acheter des épinards, eh bien, on peut accepter de se faire rémunérer une prestation autre à vil prix! Ce n'est pas dramatique. On mettra juste un peu moins de beurre dans ses épinards.

Nivellement par le bas de la qualité. Un correcteur dont c'est la correction est métier principal est meilleur qu'un correcteur qui corrige à la petite semaine. Question d'entraînement.

Et ce qui vaut pour la correction vaut pour l'enseignement.

Si demain, les heures sup et autres compléments de service sont proposés systématiquement à des vacataires non professionnels de l'enseignement, bien moins chers, qui cherchent juste à "arrondir leurs fins de mois", les vrais profs qui ne pourront plus compléter leur salaire avec ces heures sup' pousseront des cris d'orfraie. Et ils auront raison !
Et que dire de la qualité des enseignements quand ils seront dispensés par des mercenaires qui veulent juste "arrondir leurs fins de mois"... Nivellement par le bas, là encore...
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »