joie égoïste

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
claire30

joie égoïste

Message non lu par claire30 » 26 déc. 2009, 13:36

Bonjour à tous

Voici un post vraiment égoïste mais j'aimerais juste vous faire partager mon plaisir. En effet, après beaucoup de travail (car j'en avais beaucoup besoin), je viens d'apprendre que j'avais eu les écrits pour la formation de correcteur de Formacom. Bien sûr, il reste encore l'oral ainsi que le problème du financement, etc. donc rien n'est fait.
Je vous souhaite de bonnes fêtes, de bonnes corrections et une bonne formation pour les élèves du CEC.

Claire
prof
Messages : 536
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par prof » 26 déc. 2009, 20:36

Arwenia a écrit :Félicitations, Claire ! Bon courage pour la suite.
Bonjour !
.....Félicitons aussi ces organismes pour la sélection judicieuse de leurs clientes...
.....Cordialement.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 514
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: joie égoïste

Message non lu par PascalSR » 31 déc. 2009, 00:43

prof a écrit : .....Félicitons aussi ces organismes pour la sélection judicieuse de leurs clientes...
Désolé Prof, mais Formacom est tout sauf une association à but lucratif : 38, 40 lecteurs-correcteurs formés par an, ce n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler une machine à fric. Et comme on compte une dizaine de profs à payer sur des durées variant de 15 jours à 4, 5 voire 6 mois, le calcul est vite vu… en ce qui concerne la question qui nous occupe. Parce que pour équilibrer les comptes, c'est autre chose. Heureusement qu'ils ont des gestionnaires comme Jocelyne et Marie-Hélène pour des corvées de ce genre…
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par Catherine_75 » 01 janv. 2010, 21:09

PascalSR a écrit :
prof a écrit : .....Félicitons aussi ces organismes pour la sélection judicieuse de leurs clientes...
Désolé Prof, mais Formacom est tout sauf une association à but lucratif : 38, 40 lecteurs-correcteurs formés par an, ce n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler une machine à fric. Et comme on compte une dizaine de profs à payer sur des durées variant de 15 jours à 4, 5 voire 6 mois, le calcul est vite vu… en ce qui concerne la question qui nous occupe. Parce que pour équilibrer les comptes, c'est autre chose. Heureusement qu'ils ont des gestionnaires comme Jocelyne et Marie-Hélène pour des corvées de ce genre…
Une couche supplémentaire après l'intervention de Pascal. Formacom n'a pas de « clients », mais des élèves sélectionnés selon différents critères : un bon niveau en français, bien sûr, mais aussi – peut-être même surtout – motivation et enthousiasme pour ce métier. Jamais Formacom n'acceptera un élève « tiède », aussi excellent soit-il en grammaire et en orthographe. Quand le CEC et consorts font allègrement des bénéfices, Formacom tire le diable par la queue. En 2008, les locaux de Pantin ont failli être abandonnés en raison d'une importante augmentation du loyer au moment du renouvellement du bail. Une entente a pu être trouvée avec le propriétaire, mais pour combien de temps ? Ce serait un coup dur pour Formacom de devoir s'expatrier en grande banlieue pour des raisons financières et, si un jour cet organisme devait mettre la clé sous la porte, ce serait un coup dur pour toute la profession.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par Catherine_75 » 01 janv. 2010, 22:37

Arwenia a écrit :
Catherine_75 a écrit :Jamais Formacom n'acceptera un élève « tiède », aussi excellent soit-il en grammaire et en orthographe. Quand le CEC et consorts font allègrement des bénéfices, Formacom tire le diable par la queue. En 2008, les locaux de Pantin ont failli être abandonnés en raison d'une importante augmentation du loyer au moment du renouvellement du bail. Une entente a pu être trouvée avec le propriétaire, mais pour combien de temps ? Ce serait un coup dur pour Formacom de devoir s'expatrier en grande banlieue pour des raisons financières et, si un jour cet organisme devait mettre la clé sous la porte, ce serait un coup dur pour toute la profession.
Comment se fait-il que Formacom connaisse des difficultés financières, alors que le tarif de leur formation est bien supérieur à celui du CEC ?
Pascal l'a expliqué plus haut, relisez-le : 40 élèves lecteurs-correcteurs au maximum peuvent être acceptés par an à Formacom. Vous avez une idée du nombre de clients (car, dans ce cas, je considère que ce sont des clients) du CEC en un an, dans toute la France ?! Les corrections sont rapides (j'ai pu constater, d'après ce que j'ai lu dans le post des élèves du CEC, que vous recevez un corrigé type, et que les commentaires sont souvent identiques d'un élève à l'autre). Pas beaucoup de travail, et de l'argent qui rentre. A Formacom, le stage dure six mois à temps plein, monopolise l'équipe, et nécessite l'intervention d'une bonne dizaine d'enseignants. Faites le calcul, les salaires, le loyer, le matériel informatique, et j'en oublie certainement. De plus, Formacom, ce n'est pas cher pour le niveau, la qualité de l'enseignement que l'on y reçoit. Quand on en sort avec le diplôme en poche, on peut vraiment dire que l'on est correcteur. Ce qui n'est pas le cas quand on termine une formation du CEC.
Bravo Claire d'avoir réussi le test qui est loin d'être facile. Je vous souhaite de trouver un financement pour pouvoir démarrer la formation en mars.
Blek le Roc

Re: joie égoïste

Message non lu par Blek le Roc » 03 janv. 2010, 15:19

Catherine_75 a écrit :De plus, Formacom, ce n'est pas cher pour le niveau, la qualité de l'enseignement que l'on y reçoit. Quand on en sort avec le diplôme en poche, on peut vraiment dire que l'on est correcteur. Ce qui n'est pas le cas quand on termine une formation du CEC.
Ce forum ressemble de plus en plus à une publicité pour Formacom... de la part d'anciens de Formacom ou de personnes ayant participé à sa création, cela va de soi.

C'est beau, cet esprit de corps !

Je ne remets pas en doute la qualité de cette école, mais l'attitude sur ce forum des personnes qui ont suivi son enseignement.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par Catherine_75 » 03 janv. 2010, 19:34

Blek le Roc a écrit :
Catherine_75 a écrit :De plus, Formacom, ce n'est pas cher pour le niveau, la qualité de l'enseignement que l'on y reçoit. Quand on en sort avec le diplôme en poche, on peut vraiment dire que l'on est correcteur. Ce qui n'est pas le cas quand on termine une formation du CEC.
Ce forum ressemble de plus en plus à une publicité pour Formacom... de la part d'anciens de Formacom ou de personnes ayant participé à sa création, cela va de soi.

C'est beau, cet esprit de corps !

Je ne remets pas en doute la qualité de cette école, mais l'attitude sur ce forum des personnes qui ont suivi son enseignement.
Une publicité, quelle publicité ? Je ne parle jamais de Formacom spontanément. Relisez les échanges : Claire a voulu faire partager sa joie d'avoir réussi le test, puis Prof a sous-entendu l'objectif de profits de cet organisme (je pense qu'il ne connait pas bien Formacom, sinon il ne se serait pas exprimé ainsi), Pascal et moi avons donc tenté d'expliquer ce qu'est Formacom. Ma dernière intervention ne faisait que répondre à une question d'Arwenia. Point final.

Mais, oui, mille fois oui, c'est beau, l'esprit solidaire d'un corps de métier ! Malheureusement, celui des correcteurs s'effrite de plus en plus. À Formacom, on acquière cet esprit : un correcteur à qui l'on propose un travail qu'il n'a pas le temps de faire donnera les coordonnées de collègues qui ont moins de travail que lui.
Quand on n'a vraiment pas de travail, un coup de fil à Jocelyne peut s'avérer utile : elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider un ancien élève.
Quand on est en panne d'ordinateur, il est toujours possible de venir en squatter un à Pantin.
Quand on a besoin de se rafraîchir la mémoire sur InDesign ou XPress, on peut aussi passer pour s'exercer ou demander des conseils.
Formacom est bien plus qu'une simple école.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par Catherine_75 » 04 janv. 2010, 00:02

Arwenia a écrit :
Catherine_75 a écrit : Mais, oui, mille fois oui, c'est beau, l'esprit solidaire d'un corps de métier ! Malheureusement, celui des correcteurs s'effrite de plus en plus. À Formacom, on acquière cet esprit : un correcteur à qui l'on propose un travail qu'il n'a pas le temps de faire donnera les coordonnées de collègues qui ont moins de travail que lui.
Quand on n'a vraiment pas de travail, un coup de fil à Jocelyne peut s'avérer utile : elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider un ancien élève.
Quand on est en panne d'ordinateur, il est toujours possible de venir en squatter un à Pantin.
Quand on a besoin de se rafraîchir la mémoire sur InDesign ou XPress, on peut aussi passer pour s'exercer ou demander des conseils.
Formacom est bien plus qu'une simple école.
Cette intervention sous-entend que les correcteurs qui suivraient une autre formation n'auraient pas cet esprit d'équipe. Or, c'est faux. J'ai bien l'impression que votre message laisse à penser aussi que les correcteurs issus de Formacom forment un clan, qui laisse sur la touche les autres correcteurs.
Et puis, petit rappel utile, tout le monde n'habite pas à Paris. Quand bien même j'aurais eu suffisamment d'argent pour m'offrir la formation de Formacom, ma situation familiale m'aurait empêchée d'aller y séjourner plusieurs mois de suite. Comment fait-on alors pour venir "squatter" un ordinateur à Pantin ? Enfin, j'imagine que vous disiez cela pour l'exemple. Mais c'est une remarque de plus qui laisse à penser que ceux qui ne bénéficient pas du savoir-faire parisien sont "out".
:roll:
Arwenia, soyez gentille de ne pas interpréter mes propos. Je ne sous-entend rien. Je n'ai jamais dit que la solidarité n'existait qu'au sein de Formacom, mais seulement que, au fil du temps et des façons de travailler différentes (de plus en plus de travailleurs indépendants au lieu d'être salariés : cet état de fait crée indéniablement plus de concurrence que de solidarité), l'esprit d'équipe tendait, de façon générale, à s'estomper au profit du « chacun pour soi » ; les temps sont durs, le travail se fait rare, et si l'on peut décrocher une mission au détriment d'un confrère, on n'hésite pas. Il se trouve que l'équipe de Formacom tient à inculquer la solidarité à ses stagiaires, ce qui ne veut en aucun cas dire que seuls les formacomistes possèdent cet esprit d'entraide.
Il est une règle tacite chez les correcteurs « ancienne génération » qui consiste à ne pas proposer sa candidature à un journal en signalant des articles mal corrigés, si l'on sait pertinemment que ledit journal emploie un correcteur, par respect pour le confrère (les raisons d'un article peu ou pas relu peuvent être diverses et ne sont pas forcément liées à une défaillance du correcteur en place). Sincèrement, aujourd'hui, je ne sais pas si cette règle (parmi d'autres) est toujours suivie.

Je n'ai jamais dit non plus que « en-dehors de Paris, point de salut ». Il est naturellement extrêmement dommage qu'il n'existe en province aucun moyen de se former à ce métier à l'exception des cours par correspondance. D'ailleurs, des provinciaux viennent à Formacom (il me semble que c'est le cas de Claire), mais ils n'ont sans doute pas des attaches familiales contraignantes. D'autre part, 40 lecteurs-correcteurs formés par an, c'est très peu, même pour la seule région parisienne, et Formacom doit refuser beaucoup de candidats. C'est évident qu'il y a une carence. Les « anciens », dont je fais partie par l'âge mais pas par l'expérience du métier, n'avaient pas besoin d'écoles : ils étaient formés au sein de leur rédaction. Aujourd'hui, c'est différent ; les rédactions, les maisons d'édition, ne veulent que des gens qualifiés, expérimentés, opérationnels de suite.
Blek le Roc

corporatisme

Message non lu par Blek le Roc » 04 janv. 2010, 09:42

Catherine_75 a écrit :
Une publicité, quelle publicité ? Je ne parle jamais de Formacom spontanément. Relisez les échanges : Claire a voulu faire partager sa joie d'avoir réussi le test, puis Prof a sous-entendu l'objectif de profits de cet organisme (je pense qu'il ne connaît pas bien Formacom, sinon il ne se serait pas exprimé ainsi), Pascal et moi avons donc tenté d'expliquer ce qu'est Formacom. Ma dernière intervention ne faisait que répondre à une question d'Arwenia. Point final.

Mais, oui, mille fois oui, c'est beau, l'esprit solidaire d'un corps de métier ! Malheureusement, celui des correcteurs s'effrite de plus en plus. À Formacom, on acquiert cet esprit : un correcteur à qui l'on propose un travail qu'il n'a pas le temps de faire donnera les coordonnées de collègues qui ont moins de travail que lui.
Quelques fautes dans votre intervention, que je relève pour me mettre dans la saine ambiance solidaire de ce forum.
Vanessa_du_Frat

Re: joie égoïste

Message non lu par Vanessa_du_Frat » 04 janv. 2010, 10:52

Honnêtement, si j'avais eu les moyens financiers de me payer Formacom, j'aurais été ravie. N'étant pas en France, pas moyen de me faire payer quoi que ce soit par le chômage (qui me paierait éventuellement des trucs dans mon pays, mais qui ne tient pas à enrichir les caisses des autres pays). La formation à QuarkXPress m'intéressait particulièrement, même si je connais déjà les bases du logiciel.
Malheureusement, il n'existe en province et hors de France que les cours du CEC, et je trouve qu'ils sont intéressants, même s'ils ne suffisent pas, à mon avis, à former quelqu'un. J'ai envisagé le fait de potasser les bouquins de la bibliographie et de ne pas suivre les cours (que je trouvais bien trop chers pour des cours par correspondance, relativement aux cours dispensés à Paris), mais après avoir eu la réponse pour le moins intéressante d'une maison d'édition — à savoir "les gens qui ont une formation, on les paie, les autres, on ne les paie pas au départ, et on leur donne quelque chose au bout de quelques missions, si on est satisfait de leur travail" (parce que, bien sûr, n'importe qui devrait être ravi de passer une semaine sur un bouquin pour le simple plaisir de dire qu'il y a participé) —, j'ai décidé qu'il me fallait l'attestation du CEC. Donc les cours.
Cela dit, si le métier me passionne vraiment et si ma situation financière change (si j'épouse un homme super riche qui habite à Paris ou si je gagne au loto, donc), je pense tenter Formacom.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: corporatisme

Message non lu par Catherine_75 » 04 janv. 2010, 12:10

Blek le Roc a écrit :
Catherine_75 a écrit :
Une publicité, quelle publicité ? Je ne parle jamais de Formacom spontanément. Relisez les échanges : Claire a voulu faire partager sa joie d'avoir réussi le test, puis Prof a sous-entendu l'objectif de profits de cet organisme (je pense qu'il ne connaît pas bien Formacom, sinon il ne se serait pas exprimé ainsi), Pascal et moi avons donc tenté d'expliquer ce qu'est Formacom. Ma dernière intervention ne faisait que répondre à une question d'Arwenia. Point final.

Mais, oui, mille fois oui, c'est beau, l'esprit solidaire d'un corps de métier ! Malheureusement, celui des correcteurs s'effrite de plus en plus. À Formacom, on acquiert cet esprit : un correcteur à qui l'on propose un travail qu'il n'a pas le temps de faire donnera les coordonnées de collègues qui ont moins de travail que lui.
Quelques fautes dans votre intervention, que je relève pour me mettre dans la saine ambiance solidaire de ce forum.
Vous avez bien fait, cela relève effectivement de la solidarité et je vous en remercie, d'autant que mon « acquière » était particulièrement laid. Je suis toujours reconnaissante à ceux qui relèvent mes coquilles.
Bonne journée et bonne semaine.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 514
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: joie égoïste

Message non lu par PascalSR » 04 janv. 2010, 19:46

Formacom, c'est bien. Les autres formations sont bien aussi, quoique moins longues, moins coûteuses et moins « immersives ». (Nourrissonnage fleurtant avec le degré zéro.)

On dispose dès lors, au bout de ces six mois, vraisemblablement, de meilleurs outils pour se « forger un métier » et si possible une carrière.

Mais il existe de très nombreux profils parmi les correcteurs. En schématisant, je dirais que le CV type du correcteur professionnel n'existe pas.

Alors arrêtons de nous bouffer le nez à ce propos ! :wink:
Dernière modification par PascalSR le 06 janv. 2010, 18:18, modifié 1 fois.
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par Porcile » 05 janv. 2010, 01:06

Et toi, Pascal, tu fleurtes avec qui ?
bdc
Messages : 10
Inscription : 10 avr. 2009, 12:52
Contact :

Re: joie égoïste

Message non lu par bdc » 06 janv. 2010, 15:25

Je vais faire un peu baisser l'ambiance, là.
Formacom, il me semble que c'était bien joli avant, ça valait le coup, parce que c'était réputé dans la presse et dans l'édition.
Il est vrai aussi que quand on sort de là, on a bien confiance en soi et on se dit qu'on sait faire.
Mais à quoi bon savoir faire si plus aucune porte ne s'ouvre ?

J'ai fini Formacom il y a environ six mois, et tous les gens que j'ai croisés dans la presse ou dans l'édition ne semblent pas connaître cette école. La seule chose qu'ils regardent, c'est l'expérience (on n'en a pas !)
Ceux qui recrutent actuellement sont souvent des jeunes qui ne connaissent pas plus Formacom que la boulangerie du coin. Et ceux qui connaissent très bien Formacom de réputation (les grands canards, etc.) ne recrutent plus.

Du coup, vu le prix, pas l'impression que ça vaille le coup.
Mais est-ce que ça vaut encore le coup d'être correcteur, puisqu'on croise de plus en plus de gens dans l'édition qui ont tout juste l'air de savoir que ça existe, et préfèrent demander à leurs copains de faire une relecture: ça les rassure davantage (si, si... c'est du vécu) ?

Enfin, je ne sais pas... Je ne voudrais pas non plus décourager tout le monde.
En tout cas, pour en revenir au message initial : pas de souci pour l'oral, c'est juste une entretien où on discute !
Le vrai seul souci est le financement...
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 514
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: joie égoïste

Message non lu par PascalSR » 06 janv. 2010, 18:25

Dans l'édition, ils ne veulent pas payer des correcteurs « estampillés » au prix où ils seraient censés les payer et dans la presse, il n'y a plus de boulot pour les correcteurs ; à peine pour les SR et les pigistes stagiaires bouche-trou – à – tout – faire.

Il n'y a donc rien d'étonnant à cela. L'important, c'est de ne pas se décourager. Et ça, c'est vrai que ça ne s'apprend dans aucune école. :cry: 8) (En tout cas, pas encore…)
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »