Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 27 mars 2012, 03:39

Très à la mode ces derniers temps, séquence pour suite d'événements, série… Le mot n'est pas nouveau (ah ! la Séquence du spectateur sur les écrans de télé en noir et blanc de jadis !), il est très « normal », mais il n'avait jamais été à pareille fête et des gens qui ne l'auraient pas utilisé il y a deux mois ne peuvent plus s'en passer et étendent son sens à « ce qui se passe en ce moment ». Dernières séquences en date : la séquence sanglante des tueries perpétrées par M. Merah ; la très mauvaise séquence de l'Olympique de Marseille, qui perd match sur match ; la séquence qui frappe Dominique Strauss-Kahn, de Tourcoing au tribunal de New York. Samedi soir à la télévision, Audrey Pulvar a dit : « Voici ce que je pense de la séquence — puisque c'est ainsi qu'on dit maintenant… » Le summum de la faux-culterie ! Elle s'abrite derrière « on » pour céder elle aussi à la mode !
Moins neuf mais toujours vivace, à raison de dans le sens de en raison de, histoire de « faire genre ». L'avocat de DSK nous l'a servi deux fois dans la même phrase hier soir. (Je sais que à raison existe, bien sûr, mais avec un autre sens.)
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 491
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Perles de journalistes

Message non lu par PascalSR » 27 mars 2012, 05:06

Ce n'est pas du très grand journalisme, mais c'est assez vil pour mériter de figurer ici. Au début, je n'ai tout simplement pas compris exactement la phrase :

« 50 Cent, c'est plus qu'un rappeur, c'est une marque de fabrique, un vrai état esprit : pionnier de la culture Bling Bling, Curtis 50 Cent chante ses histoires de gangs sur fond de gentes qui tournent… »
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
CathyBerberian
Messages : 111
Inscription : 05 oct. 2011, 20:59
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par CathyBerberian » 27 mars 2012, 11:50

PascalSR a écrit :Ce n'est pas du très grand journalisme, mais c'est assez vil pour mériter de figurer ici. Au début, je n'ai tout simplement pas compris exactement la phrase :

« 50 Cent, c'est plus qu'un rappeur, c'est une marque de fabrique, un vrai état esprit : pionnier de la culture Bling Bling, Curtis 50 Cent chante ses histoires de gangs sur fond de gentes qui tournent… »
Pfff, complètement déjanté l'auteur…
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 30 mars 2012, 04:26

Sur France 4 cette nuit, dans l'émission « Touche pas à mon poste », cette réflexion d'un journaliste à propos des événements de Toulouse : « Les chaînes d'info ne sont pas seules à avoir le monopole des duplex en direct. » Vive le monopole pour tous !
FlorentT
Messages : 137
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par FlorentT » 30 mars 2012, 17:38

coco47 a écrit :Sur France 4 cette nuit, dans l'émission « Touche pas à mon poste », cette réflexion d'un journaliste à propos des événements de Toulouse : « Les chaînes d'info ne sont pas seules à avoir le monopole des duplex en direct. » Vive le monopole pour tous !
Un commentaire... exclusif !?
titicaro
Messages : 70
Inscription : 27 oct. 2011, 11:44
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par titicaro » 09 avr. 2012, 19:32

Bonjour,

je suis nouvelle, Caro.

A midi, Elise Lucet parlait d'un pays, gros consommateur de vélos... Je n'étais pas très attentive, je ne sais pas trop de quel pays il s'agissait mais l'expression m'a choquée. Ah si ! La France, quatrième pays consommateur de vélos derrière l'Allemagne... J'ai levé les yeux de mon écran, m'imaginant un peuple "métalliphage", en train de mastiquer des boulons et des tiges métalliques...

Et finalement, je me demande... Un consommateur c'est quelqu'un qui consomme aussi financièrement... Donc, c'est bon ou pas ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 10 avr. 2012, 03:03

titicaro a écrit :A midi, Elise Lucet parlait d'un pays, gros consommateur de vélos... Je n'étais pas très attentive, je ne sais pas trop de quel pays il s'agissait mais l'expression m'a choquée. Ah si ! La France, quatrième pays consommateur de vélos derrière l'Allemagne... J'ai levé les yeux de mon écran, m'imaginant un peuple "métalliphage", en train de mastiquer des boulons et des tiges métalliques...
Et finalement, je me demande... Un consommateur c'est quelqu'un qui consomme aussi financièrement... Donc, c'est bon ou pas ?
Bonjour Titicaro, et bienvenue.
Je pense qu'il ne faut pas trop vouloir faire « coller » les images avec la réalité dont elles sont issues. Il faut leur laisser une certaine licence. Ainsi, on pourra dire de DSK qu'il fut un gros consommateur de femmes de ménage. Combien de fois n'a-t-on pas dit que quelqu'un, parce qu'il était heureux, amoureux, enthousiaste, volait (« Je volais, je le jure, je jure que je volais », Jacques Brel) ? Or aucun être humain n'a jamais volé sans une aide technique : avion, parachute, aile delta…. De même, si on veut être rigoureux, aucune traînée de poudre ne s'est jamais répandue d'elle-même : il faut toujours que quelqu'un la répande. Ensuite, c'est le feu de la poudre que l'on a allumée qui se déplace très vite le long de la traînée.
Il faut laisser les images voler de leurs propres ailes. Mais en restant dans certaines limites, sinon on risque d'atterrir dans des champs prudhommesques : Le char de l'Etat navigue sur un volcan, Ce sabre est le plus beau jour de ma vie, etc.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 14 avr. 2012, 05:07

La perle suivante, en forme d'anacoluthe, est à rapprocher d'un récent échange sur le fil consacré à la réécriture, où il a été aussi question d'anacoluthes.
C'était cette nuit dans un reportage télévisé du type « la délinquance dans les quartiers et la haute mission de nos policiers » (une autre fois ce sera les pompiers, une autre fois les CRS, puis les légionnaires, le RAID, le GIGN, l'essentiel étant que l'on voie des uniformes).
A un moment, le commentaire dit : « Après avoir traîné tout l'été dans sa cité, nous retrouvons V. deux mois plus tard. » Ce que dit ce texte, c'est que le journaliste et son équipe de tournage ont traîné tout l'été dans la cité de V. Ce qu'il veut dire, c'est que V. a traîné tout l'été dans sa cité. Il aurait fallu dire, par exemple : « Deux mois plus tard, nous retrouvons V., qui a traîné tout l'été dans sa cité. »
FlorentT
Messages : 137
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par FlorentT » 14 avr. 2012, 14:12

Une amusante, dans Le Quotidien, ce vendredi, dans un article consacré à la dépression :

« Elle devient pathologique [la tristesse] quand elle persiste trop longtemps, est trop profonde, fait souffrir trop ou/et lorsqu'elle s'accompagne d'une altercation importante du fonctionnement. »

Il semblerait qu'un mot ait été altéré ou ne fonctionne pas bien !
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 18 avr. 2012, 03:39

Rubrique « C'est nouveau ça vient de sortir ».

— France 3 mardi soir, émission de Frédéric Taddéï (je me demande toujours pourquoi ce tréma inutile sur le i). L'économiste Philippe Manière parle du rachat par Facebook d'une petite entreprise, Instagram, pour un milliard de dollars. Il dit à ce sujet que, sur l'Internet, certains services sont d'abord gratuits, puis que leur trafic est monétisé. Il dit même : « monétisé, comme on dit ». « On » dit donc monétisé. (On est un…)
Mon Larousse et le TLFi me disent que monétiser est un terme de technique financière qui signifie « transformer en monnaie ». Ainsi, monétiser de l'or, c'est le transformer en monnaie, le faire passer de la valeur-or à la valeur-papier. Mais il ne s'agit pas de cela dans l'affaire Facebook-Instagram. Il s'agit tout bêtement de vendre, de commercialiser, de monnayer un produit, en l'occurrence un système d'échange virtuel. Mon boulanger ne monétise pas sa baguette tradition, il me la vend. Et je n'ai jamais monétisé mon travail de correcteur, je l'ai vendu. Certes, mon boulanger et moi avons transformé le produit de notre travail en argent, mais l'argent, sauf dans son acception populaire (passez la monnaie !), dont il n'est pas question ici, ce n'est pas la monnaie. La monnaie est une des formes que prend l'argent, que prend la valeur. Il y a aussi le chèque, le virement bancaire, le lingot d'or… (Oui, mais tu paies ta baguette avec de la [petite] monnaie, dira le pinailleur en jouant sur les sens du mot monnaie. Oui, mais jamais une de mes prestations de correcteur ne m'a été payée en piécettes. Heureusement !)
Mais monétiser fait tellement plus savant !

— J'ai déjà dit sur ce fil combien m'énervait la mode qui consiste à dire : « Voici ce qu'il se passe » au lieu de « Voici ce qui se passe ». Ceux qui suivent cette mode se réfèrent bien sûr à l'expression « Il se passe… ». Mais, dans celle-ci, il est indispensable, parce qu'il est le seul sujet possible pour le verbe se passer, et on obtient alors une tournure impersonnelle : il se passe des choses…, il arrive des choses… Alors que dans ce qui se passe, nous avons déjà un sujet : c'est qui, mis pour ce, mis lui-même pour ces choses dont on a parlé ou dont on va parler.
Voici que vient de sortir une extension de ce travers : « M. Mélenchon a une nouvelle fois critiqué le traitement médiatique qu'il lui est réservé. » Et dans lemonde. fr ! Un futur débat sur Langue sauce piquante ?
M'énerve encore plus le fait que ceux qui s'expriment ainsi dans les médias le font en étant persuadés qu'ils sont là dans le langage soutenu alors que ce qui serait du langage relâché.
Nonobstant, les mêmes disent sans se gêner : « Ce qui est important de dire », alors que, là, il faudrait « ce qu'il est important […] ».
Dernière modification par coco47 le 20 avr. 2012, 03:20, modifié 1 fois.
FlorentT
Messages : 137
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par FlorentT » 19 avr. 2012, 19:50

FlorentT a écrit :Une amusante, dans Le Quotidien, ce vendredi, dans un article consacré à la dépression :

« Elle devient pathologique [la tristesse] quand elle persiste trop longtemps, est trop profonde, fait souffrir trop ou/et lorsqu'elle s'accompagne d'une altercation importante du fonctionnement. »
Il s'agit peut-être d'une coïncidence plutôt que de la marque d'une confusion courante, mais le Canard enchaîné de cette semaine cite Le Bien public : « Les experts ont relevé une altercation de son comportement. » Semaine amusante.

Une fois n'est pas coutume, je voudrais donner un exemple hors de la presse mais qui, je crois, a une place dans ce fil. Je suis allé voir la très intéressante exposition « Un jour, j'achetai une momie » à Lyon . Notez le passé simple issu d'une citation d'un ouvrage d'Émile Guimet. Au beau milieu de l'exposition, sur un panneau explicatif, un s orne cette même citation, signe d'un vulgaire imparfait... Je me précipite au retour sur un ordinateur et je trouve la phrase chez Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5 ... mie.langFR. Le s y est ! La citation a donc été corrigée pour le titre de l'exposition, mais pas sur un des panneaux. Oubli regrettable ou choix contestable (pourquoi ne pas corriger les deux ?)... mais qui n'empêche certes pas d'apprécier les objets présentés, bien entendu.
la petite bête
Messages : 12
Inscription : 19 févr. 2011, 12:32
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par la petite bête » 20 avr. 2012, 16:23

Lors de récents faits divers tragiques, nous avons pu lire (et entendre) à plusieurs reprises qu'un tueur s'enfuyait "à bord d'un scooter", un autre "à bord d'une moto".
Cet abus de langage me permet d'évoquer le souvenir de Claude Duneton. Dans sa dernière chronique, cet amoureux des mots a défendu l'emploi de "en vélo" : http://www.lefigaro.fr/livres/2011/02/1 ... n-velo.php
Je suis convaincu par ses arguments, "en" ne doit pas être utilisé pour "à l'intérieur de", mais pour "au moyen de". On ne dit effectivement pas : "à tandem" ou "à tapis volant".
Que pensent les professionnels de la profession ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 21 avr. 2012, 06:58

la petite bête a écrit :Lors de récents faits divers tragiques, nous avons pu lire (et entendre) à plusieurs reprises qu'un tueur s'enfuyait "à bord d'un scooter", un autre "à bord d'une moto".
Cet abus de langage me permet d'évoquer le souvenir de Claude Duneton. Dans sa dernière chronique, cet amoureux des mots a défendu l'emploi de "en vélo" : http://www.lefigaro.fr/livres/2011/02/1 ... n-velo.php
Je suis convaincu par ses arguments, "en" ne doit pas être utilisé pour "à l'intérieur de", mais pour "au moyen de". On ne dit effectivement pas : "à tandem" ou "à tapis volant".
Que pensent les professionnels de la profession ?
Pour ma part, j'ai rarement l'occasion de dire en ou à tandem, et jamais en ou à tapis volant. Et j'ai pour habitude de ne pas me poser des questions que la vie, même professionnelle, ne me pose pas (en quarante et un ans de métier, je n'ai jamais au grand jamais eu à corriger en/à tapis volant !). Pour le reste, j'ai mon usage, qui est aussi celui de pas mal de gens : je dis à vélo, à bicyclette, et j'aurais bien aimé pratiquer le saut à ski (ou à skis ?… je m'interroge, et le TLFi aussi…) si j'avais été moins trouillard.
En revanche, pour à bord, je serai plus tranché : j'ai souvent été à bord d'un bateau, d'un avion, d'une voiture même, jamais à bord d'un deux-roues.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par coco47 » 23 avr. 2012, 03:19

Lu récemment dans le Parisien, à propos de la fraude fiscale, cette phrase : « [Des moyens de fraude] de plus en plus sophistiqués, qui vont de la simple omission de déclaration en passant par l’ouverture de compte dans des paradis fiscaux. »
Je lis de plus en plus souvent cette bizarrerie qui voudrait me faire aller d’un point en passant par un autre sans préciser quel sera le terme du parcours, et j’en suis toujours déconcerté.
Parce qu’aller de A à B en passant par C, je comprends. Aller de Paris à Marseille en passant par Lyon, je comprends. « De Pierre à Paul en passant par Jules et Félicien », comme le chante Brassens dans Embrasse-les tous, je comprends. Mais de A en passant par C, de Paris en passant par Lyon, de Pierre en passant par Jules et Félicien, je ne comprends plus. Car de A à où ? de Paris à où ? de Pierre à qui ?

(Tiens, comme d’habitude, mon Word 2011 m’indique qu’il lui déplaît que j’aie placé deux fois une minuscule après un ? Et pour qui il se prend, celui-là ? Pour un correcteur ? Je voudrais bien connaître le sombre abruti de chez Microsoft qui a décrété qu’un ! ou un ? devait forcément être suivi d’une capitale. De sorte qu’on ne pourrait plus placer au milieu d’une phrase une interjection, un juron ou le nom du Pourquoi pas ? du commandant Charcot. Souvenir : une correctrice fraîchement émoulue [ici, j’ouvre un nouveau tiroir de ma mémoire : un jour, dans France-Soir, un journaliste avait écrit que quelqu’un était frais et moulu de je ne sais quelle école ; joli oxymore !], fraîchement émoulue, donc, de son cours de correction a ainsi salopé un de mes livres. Exemple : j’avais écrit : « parce que, bon dieu ! c’était bien sûr ! la ronde […]. » C’est devenu : « parce que, bon dieu ! C’était bien sûr ! La ronde […]. » La même correctrice, décidément en verve et qui avait lu sans la comprendre la règle concernant le participe passé de vivre, valoir, coûté, avait imposé : « Quelle glorieuse aventure j’avais vécu […] », alors que j’avais écrit : « Quelle glorieuse aventure j’avais vécue […]. » Les deux fois — et bien d’autres encore — je réclamai que l’on respecte ma version ; les deux fois — et bien d’autres encore — la correctrice imposa ses vues.)

Bref (si je puis dire…) : devant ces parcours qui partent d’un point et passent par un autre sans que jamais l’on ne sache où ils aboutissent, je suis comme pris de vertige. Je me demande ce qui peut bien se passer dans le cerveau des gens qui écrivent ces énormités. Et cela me met mal à l’aise, comme si l’on me disait que la Terre est plate ou qu’il existe des races inférieures à d’autres. Quel abîme !
FlorentT
Messages : 137
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Perles de journalistes

Message non lu par FlorentT » 05 mai 2012, 12:00

Dans Libération, aujourd'hui :
« Chez Attac, pour deux bouteilles achetées, il y en a une de gratuite », glisse une militante.
L'altermondialisme se met au capitalisme !
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »