Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
isaeb
Messages : 21
Inscription : 11 sept. 2008, 09:18
Contact :

Message non lu par isaeb » 17 août 2009, 19:49

En voici une, lue dans un courriel accompagnant un communiqué de presse, qui m'a fait beaucoup rire : "la recrue d'essence de l'obésité". :lol: :lol:
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 17 août 2009, 20:38

Dis-moi pô qu'est c'est pô vrai !!!

Pour moi, c'est ZE perle de la semaine !

On sent bien qu'il y en a qui rêvent encore de vacances assis à leur bureau... :mrgreen:
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 18 août 2009, 00:46

isaeb a écrit :En voici une, lue dans un courriel accompagnant un communiqué de presse, qui m'a fait beaucoup rire : "la recrue d'essence de l'obésité". :lol: :lol:
Vous m'en rappelez une presque aussi belle, due jadis à une rédactrice de France-Soir : "Untel, frais et moulu de l'école Machin". L'auteur était elle-même fraîche et moulue d'une école de journalisme.
Chipounette
Messages : 114
Inscription : 17 août 2008, 17:06
Contact :

Message non lu par Chipounette » 18 août 2009, 09:18

Catherine_75 a écrit :
EricB a écrit : Tu attends quoi pour leur proposer une collaboration d'une autre nature ? :wink:
C'est vrai, je n'hésiterais pas à les contacter, leur passer un coup de fil et/ou leur envoyer un courriel prend cinq minutes.

Bien entendu, il n'est pas possible de corriger un journal entier en une heure ou deux. Mais on peut, au moins, vérifier attentivement les titres,...
Vous avez raison, je vais essayer de me lancer, ça ne me coûte rien :P
Mais d'après vous, vaut-il mieux envoyer un courrier simple, ou un courrier accompagné d'exemples (copie de quelques articles avec les erreurs relevées) :roll: ?
Chipounette
Messages : 114
Inscription : 17 août 2008, 17:06
Contact :

Message non lu par Chipounette » 18 août 2009, 09:35

PascalSR a écrit :On sent bien qu'il y en a qui rêvent encore de vacances assis à leur bureau... :mrgreen:
Tu ne crois pas si bien dire Pascal :lol:

Et je pense que vous allez tomber de votre chaise :oops:

(pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'une émission quotidienne sur TF1, regardée par des millions d'adolescents :evil: )


Image


et la palme va incontestablement à celle-ci :shock: :

Image

je vous assure que ces captures sont réalisées sans trucage :oops: :(
(on peut écrire également truquage me semble-t-il :roll: )
isaeb
Messages : 21
Inscription : 11 sept. 2008, 09:18
Contact :

Message non lu par isaeb » 18 août 2009, 22:35

Dis-moi pô qu'est c'est pô vrai !!!

Pour moi, c'est ZE perle de la semaine !

On sent bien qu'il y en a qui rêvent encore de vacances assis à leur bureau...]
Si si, Pascal, je t'assure que c'est véridique...
Chipounette, tes captures d'écran sont très intéressantes et collent bien avec le niveau intellectuel de l'émission dont elles sont extraites...
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 19 août 2009, 11:49

Vite fait, depuis le boulot :

« À moins que la chanteuse de My heart will go on soit enceinte des fruits d'un ours brun, dont la gestation dure 10 mois. »

Voici.fr


C'est tellement beau que j'ai même pas envie d'y toucher !...
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 20 août 2009, 12:01

CONTENU CADUC
Dernière modification par PascalSR le 17 nov. 2009, 20:46, modifié 1 fois.
Tamagoshi
Messages : 9
Inscription : 31 janv. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par Tamagoshi » 21 août 2009, 14:54

Allez, une mignonne pour la route :

« Je me souviens d'une petite fille sage qui se voyait défendre les grands céphalées en voie d’extinction. »

Chapeau aux grands défenseurs du mal de crâne ! C'est beau comme une baleine bleue, non ?
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Message non lu par efdlt » 25 août 2009, 12:44

Bien moins amusant: hier, sur le service public télévisuel, c'était (en substance) le "peuple grec" qui s'alarmait des incendies. Tandis que la population, comme on sait plus avisée et plus pratique, arrosait les flammèches ?

corrigé: c'est (...) le peuple grec.
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Message non lu par efdlt » 28 août 2009, 12:04

C'est au moins la centième fois, alors il faut réagir, même si c'est sans espoir (désolé si la chose a déjà fait l'objet d'une remarque).

Au rayon "si ça passe à l'oral, ça passera à l'écrit, si ce n'est déjà fait", au moins une fois par journal, radio ou télé, on entend la vilaine chose qui suit:

"cette fois-ci tel ministre ou tel club de foot n'a pas le droit à l'erreur"

Sans doute en souvenir du pompon absolu "aujourd'hui on n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid" (où il n'y avait pourtant qu'illettrisme tranquille, et pas faute grammaticale).
azul47

Message non lu par azul47 » 29 août 2009, 12:02

"cette fois-ci tel ministre ou tel club de foot n'a pas le droit à l'erreur"
Ah justement, je me pose souvent la question, parce que je vois souvent ce "le" à un endroit où je ne le mettrais pas. Tu l'as ajouté ou souligné efdlt ?
"aujourd'hui on n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid"
Ici, "le" me semble de bon aloi. Par contre, j'enlèverais le premier "ni", et je mettrais une virgule après "aujourd'hui".

Ne tapez pas, hein, j'apprends. :)
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Message non lu par efdlt » 29 août 2009, 20:38

azul47 a écrit :
"cette fois-ci tel ministre ou tel club de foot n'a pas le droit à l'erreur"
Ah justement, je me pose souvent la question, parce que je vois souvent ce "le" à un endroit où je ne le mettrais pas. Tu l'as ajouté ou souligné efdlt ?
Non, pas ajouté, quelle horreur ! Mis en gras, oui. Dans ce cas l'auteur veut dire "pas droit à l'erreur". Comme "droit à une récompense", "vous n'y avez pas droit", "je ne sais pas si j'y ai droit" etc.

C'est différent avec "je ne sais pas si j'en ai le droit".
Essayer la phrase avec "en", "de" (versus "y", "à") peut servir à déterminer la bonne construction (respectivement avec ou sans "le").
Ou bien, toujours respectivement, quand le Droit (légal ou moral) régit objectivement le sens - et par ailleurs, quand il s'agit seulement d'une donnée subjective, donc le plus souvent d'un effet de l'application du droit: obtention d'un "droit" (ou à l'inverse, de coups de bâton). Notons qu'il y a de nos jours une tendance à confondre le droit et les droits, ce qui nous amène au second exemple, ci dessous...[/quote]
"aujourd'hui on n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid"
Ici, "le" me semble de bon aloi. Par contre, j'enlèverais le premier "ni", et je mettrais une virgule après "aujourd'hui".
Ne tapez pas, hein, j'apprends. :)
Ici c'est épineux car la phrase n'est pas valide, en logique. Admettons que l'auteur parle pour les pauvres, représentés par "on". Aurait-il dit "on ne doit plus avoir faim", que la logique se tenait (tant bien que mal, mais passons). Mais par son étrange confusion sur le mot "droit", il mélange tout.

Certes on dit "avoir le droit de" ou bien "avoir droit à", on ne sort pas de là, et les deux formules ne sont pas interchangeables. Mais il faut juger la phrase complète.
Or ce que l'auteur mélange, c'est une accusation (disons contre la Société ou contre l'État) et une compassion, dans une phrase trop courte pour ses moyens.
Peut-être voulait-il dire "on n'a plus le droit de laisser les gens dehors, et affamés de surcroît", ce qui peut se discuter en droit comme en logique mais qui se tient en grammaire, car "on" (l'État), être moral, est un sujet responsable en Droit moral comme dans la logique de la phrase. Mais même dans ce cas (accusation) le pronom, parti comme représentant de la collectivité (qui n'a plus le droit moral de rester indifférente), se retrouve en fin de phrase plutôt comme porte-parole des sans-abri. À la fois responsable et victime il souffre, depuis le début, de l'indécision de l'auteur. En fait il est impossible de démêler un sens. Inversion des attributions, un peu comme quand le langage populaire dit qu'un liquide "contient" dans un seau.

Donc, mais c'est un peu gratuit, si nous prenons le début de la phrase, "on n'a plus le droit de", sans chercher la logique de ce qui suit, et au bénéfice du doute, "le" est temporairement à sa place. Ensuite, e pericoloso.

Bien sûr, il faut enlever le premier "ni" (mais ce n'est pas très grave, et la licence poétique... ) ; ensuite pour moi la virgule est au moins facultative et je ne la mettrais pas (sauf présence d'une incidente entre virgules).

Mais corrige-t-on une phrase qui n'existe pas ?

corrigé: oubli de guillemets / + remis de l'ordre dans les alinéas
Dernière modification par efdlt le 30 août 2009, 15:04, modifié 1 fois.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 30 août 2009, 05:02

Alors là, efdt, bravo ! J'ai entendu cinq cents fois cette phrase scie et je n'en avais jamais encore perçu l'absurdité.
Il me semble évident que, dans l'esprit de l'auteur, on désigne les sans-abri victimes et non la société coupable. Le problème vient du mot droit, tant il est vrai que la pauvreté et la faim n'ont jamais été des droits mais des contraintes. Le juste sens de cette phrase est : Aujourd'hui, il ne devrait plus (ou pas) être permis (être admis) que quelqu'un ait froid et faim.
Restons dans la chanson. Je viens d'entendre un tube d'aujourd'hui où il est question vingt ou trente fois, en refrain, de la Metro Goldwyn Meyer. Le lion de la Metro Goldwyn Mayer doit en rugir de déplaisir.
Il y a quelques lustres, l'excellent Alain Souchon nous avait gratifiés d'un refrain qui disait : « When I will be… » je ne sais plus quoi.
Ces chanteurs sont entourés d'un tas de gens : techniciens, producteurs, assistants en tous genres, agents. Et personne, dans ces aréopages, n'est capable de leur indiquer leur erreur ? Personne, près de Souchon, ne savait assez d'anglais pour lui dire que le futur du verbe être se construit comme un présent : « When I am… » (Ex. : When I'm 60, i'll retire.)
Plus loin encore dans le passé : voici quelques décennies, un autre excellent chanteur, Jacques Yvart, avait écrit un très bel hommage à Oscar Wilde. Ça s'appelait La Ballade de la geôle de Reading. Le mot Reading revenait au moins cinquante fois, mais prononcé riiiding, comme on prononce leaving, par exemple. Or le nom de la ville de Reading se prononce rèèèding, comme dans read ou bread. Il était pourtant simple de se renseigner…
Et je n'épiloguerai pas sur les deee djeee, les sweeeet sheurts et les whiskies djeee beee qui fleurissent sur les ondes télévisuelles ou radiophoniques.
Ironheart59

Message non lu par Ironheart59 » 30 août 2009, 11:18

Chipounette a écrit : Image
Image

je vous assure que ces captures sont réalisées sans trucage :oops: :(
(on peut écrire également truquage me semble-t-il :roll: )
Arf... que c'est triste ! :shock:
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »