Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 16 avr. 2009, 02:09

Il ne se passe pas de jour sans que je tombe sur cet horrible singulier-pluriel : le couple et leur enfant, la famille et leur maison. Hier encore, dans le Parisien : Le couple a demandé (…) un report de crédit qui leur a été refusé. Même journal, quatre pages plus loin : (…) un couple disparu après l’incendie de leur appartement. Ce matin sur Europe 1, Marc-Olivier Fogiel : Un couple privait de faim leurs enfants… (mais lui avait l’excuse du direct).

Autre grand classique : un des…, une de celles qui… suivi du singulier. Ainsi hier soir dans le commentaire (enregistré) d’une émission — d’ailleurs amusante — sur l’histoire des jeux télévisés : Guy Lux deviendra l’un des hommes de télévision le plus célèbre.

S’agissant de ces deux formes, leur emploi systématique depuis quelque temps me donne à penser que les journalistes croient maintenant qu’elles sont correctes, et que c’est l’inverse : le couple et son enfant, un de ceux qui ont… qui serait fautif. Si certains rédacteurs pouvaient nous éclairer ici, je serais preneur…

Et un dernier pour aujourd’hui, dans le Parisien : cette somme n’est que la partie immergée de l’iceberg. (Déjà entendu cet immergé à la radio il y a deux semaines dans la bouche d’une femme politique connue.)

P.S. — Si je cite le Parisien (bon journal au demeurant), c’est parce que je le lis tous les jours au café en bas de chez moi. Mais je suis certain que je trouverais autant d’exemples dans le Figaro ou le Monde.
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Message non lu par Porcile » 16 avr. 2009, 17:07

… et Libé, qui remporte haut la main la palme du ridicule.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 16 avr. 2009, 18:26

Porcile a écrit :… et Libé, qui remporte haut la main la palme du ridicule.
Normal, Libération se passe désormais de correcteurs...
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 17 avr. 2009, 02:53

Porcile a écrit :… et Libé, qui remporte haut la main la palme du ridicule.
Bien sûr, j'oubliais. Quel ballot je fais ! Libération = champion. Toutes catégories.
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Message non lu par Porcile » 17 avr. 2009, 11:37

Catherine_75 a écrit :Normal, Libération se passe désormais de correcteurs...
Je suis bien placé pour le savoir, j'étais un des deux derniers correcteurs de ce canard.
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 17 avr. 2009, 12:04

Porcile a écrit :
Catherine_75 a écrit :Normal, Libération se passe désormais de correcteurs...
Je suis bien placé pour le savoir, j'étais un des deux derniers correcteurs de ce canard.
Alors nous nous sommes peut-être croisés à un "À la" à Formacom (j'ai parlé brièvement avec un des derniers corecteurs de Libé).
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Message non lu par Porcile » 17 avr. 2009, 16:24

Catherine_75 a écrit :Alors nous nous sommes peut-être croisés à un "À la" à Formacom (j'ai parlé brièvement avec un des derniers corecteurs de Libé).
C'est plus que vraisemblable. Et le prochain a lieu le 30, si je ne m'abuse…
LE FOND ET LA FORME
Messages : 22
Inscription : 09 mars 2009, 15:46
Contact :

Je ne sais plus où j'en suis....

Message non lu par LE FOND ET LA FORME » 18 avr. 2009, 18:00

J'ai entendu les paroles suivantes sur RTL :
un transfèrement ?
un financeur?
Ne doit-on pas parler de transfert et d'investisseur?
Quelqu'un peut-il me dire si je deviens paranoïaque ou si ce sont vraiment des fautes?
Je ne les trouve pas dans mes dictionnaires, mais je me dis qu'ils sont peut-être trop vieux....
AU SECOURS!
Catherine_75
Messages : 680
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Je ne sais plus où j'en suis....

Message non lu par Catherine_75 » 18 avr. 2009, 18:13

LE FOND ET LA FORME a écrit :J'ai entendu les paroles suivantes sur RTL :
un transfèrement ?
un financeur?
Ne doit-on pas parler de transfert et d'investisseur?
Quelqu'un peut-il me dire si je deviens paranoïaque ou si ce sont vraiment des fautes?
Je ne les trouve pas dans mes dictionnaires, mais je me dis qu'ils sont peut-être trop vieux....
AU SECOURS!
Sur le TLF :

Transfèrement, subst. masc. a) Le fait de transférer une personne d'un lieu de détention dans un autre. Synon. plus usuel transfert. Festus (...) croyait, par ce renvoi (...) faire une chose agréable aux Juifs, qui lui demandaient avec tant d'instances le transfèrement du prisonnier (RENAN, St-Paul, 1869, p. 542). b) Déplacement (d'une chose). Synon. translation. Il avait acquis des terrains à Florence; et une partie de ces terrains lui était achetée 250.000 francs pour le percement d'un boulevard, quand le transfèrement de la capitale du royaume d'Italie de Florence à Rome a fait abandonner le projet (GONCOURT, Journal, 1875, p. 37).

Financeur, subst. masc. Celui qui finance, qui pourvoit en argent, mais non par profession. L'espèce du symbolisme financeur se faisant de plus en plus rare, nous pensons que le peuple sera prochainement admis à en contempler les derniers spécimens (JARRY, Œuvres complètes, t. 7, Spéculations, 1901, p. 22). Attesté ds ROB. Suppl. 1970

J'aurais eu des doutes, moi aussi, sur ces mots.

Pensez à aller sur le TLF (le Trésor de la Langue française, réalisé par le CNRS) http://atilf.atilf.fr/
LE FOND ET LA FORME
Messages : 22
Inscription : 09 mars 2009, 15:46
Contact :

Message non lu par LE FOND ET LA FORME » 18 avr. 2009, 18:23

Merci beaucoup. Je garde précieusement ce lien.
Bonne soirée.
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 20 avr. 2009, 03:50

Dans le Parisien du dimanche 19 avril, cette légende : « Ce sont sur des îles que vous pouvez apercevoir les singes (…) » Le SR a construit sa phrase sur le modèle (correct) : Ce sont les singes que vous voyez… Sans comprendre que dans ce dernier cas ce est le sujet apparent mis pour singes, ce qui entraîne l’accord du verbe au pluriel, alors que ce n’est pas le cas avec ses îles. Dirait-il : « Ce sont dans les Alpes que j'ai passé mes vacances » ?
Sinon, plusieurs journaux passent en ce moment une pub pleine page pour le film Erreur de la banque en votre faveur. On y lit, en corps 24 au moins, cette citation attribuée au Figaro : « Courrez-y ! » On y courre, on y courre.
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Perle de culture.

Message non lu par efdlt » 20 avr. 2009, 13:25

Pensez à aller sur le TLF (le Trésor de la Langue française, réalisé par le CNRS) http://atilf.atilf.fr/[/quote]

Avec cette petite réserve que le TLF, certes bien utile, est plus (ou aussi) une boîte à enregistrer l'usage, qu'un trésor du bon usage.

Une récurrente et bien bonne, c'est "être interdit de" que l'on lit ou entend tous les jours, et dont on peut parier qu'elle reviendra cette année encore sur les abribus (payée du denier public, dans la plus intouchable bonne volonté écologique): "L'eau, interdite de gaspillage".
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 22 avr. 2009, 02:48

Débat politique aujourd’hui sur RTL. Un député européen du Modem dit que la liste des paradis fiscaux est réduite à peau de chagrin. Il répète ainsi cette confusion courante qui associe peau de chagrin et petitesse. Alors que ce qui caractérise la peau de chagrin de Balzac, ce ne sont pas ses dimensions mais le fait qu’elle rétrécit inexorablement. L’image littéraire de la peau de chagrin ne désigne pas un état mais un processus. Une chose se réduit comme une peau de chagrin. Elle n’est jamais réduite à une peau de chagrin.
Dans le même débat, un député trouve que l’exposition de corps humains qui vient d’être interdite à Paris est voyeuriste. Ce néologisme barbare, que j’ai déjà observé plusieurs fois dans les médias, est intéressant. On est d’abord parti de voyeur pour, très logiquement et de façon inventive, créer voyeurisme. Jusque-là, rien à dire. Mais voici maintenant que, partant de voyeurisme, on invente un mot que rien ne justifie si ce n’est deux syllabes supplémentaires par rapport à voyeur, ce voyeuriste permettant de dire la même chose en ayant l’air savant*. Pour une prochaine étape dans la voie de la préciosité ridicule, je suggère voyeurisation.

* Sur cette pratique qui consiste à remplacer un mot simple par un mot qui dit exactement la même chose mais avec une ou deux syllabes de plus, il y aurait à dire. Une autre fois peut-être…
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Chagrin pour la langue.

Message non lu par efdlt » 23 avr. 2009, 11:43

Citation: "Débat politique aujourd’hui sur RTL. Un député européen du Modem dit que la liste des paradis fiscaux est réduite à peau de chagrin. Il répète ainsi cette confusion courante qui associe peau de chagrin et petitesse. (...)".

Ce matin, ou hier, sur France-Culture, décidément prolixe, la même image et la même confusion, qui doit faire ses classes depuis quelques temps: il y a fort à parier qu'une contagion s'en prépare, et qu'il faudra compter cette "peau de chagrin" au nombre en extension des expressions et des figures littéraires tranquillement dénaturées ou délibérément détruites par l'inculture et la désinvolture de professionnels de l'écriture ou de la parole. Le Désastre, ainsi qu'on le nomme à raison. Ou la preuve que les bons auteurs sont délaissés depuis belle lurette, au profit d'une sous-littérature - quand on lit encore.
Il faudrait avoir le temps de décrire le processus d'expansion des fautes, solécismes, agressions caractérisées, néologismes catastrophiques.
Tout se passe comme si telle erreur commise, tel dévergondage repris une ou deux fois ("voyeuriste"), plus personne ne saurait s'en passer, comme d'une mode de Paris. Voir la fortune de "moins pire", arrivé de longue date comme plaisanterie fine mais sans doute en passe de robertisation, et le franchement désastreux "se prémunir de (tel malheur ou catastrophe)", dernière coqueluche. Une politique de destruction du français ne s'y prendrait pas mieux.
Il semble bien que le simple défaut de maîtrise de la langue, dont les responsabilités sont aisément attribuables, le dispute à une perversité infantile voisine du plaisir malsain à casser ses jouets, sans compter, malheureusement, la démagogie maladive qui fait délaisser la langue surveillée au motif qu'elle serait sociologiquement distinctive.
efdlt
Messages : 66
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

pendant qu'on y est... "thématique" et "probl

Message non lu par efdlt » 24 avr. 2009, 16:35

Citation:

"Sur cette pratique qui consiste à remplacer un mot simple par un mot qui dit exactement la même chose mais avec une ou deux syllabes de plus, il y aurait à dire. Une autre fois peut-être…"

Pour abonder dans votre sens: le dernier chic est de dire "thématique" pour "thème", "problématique" pour "problème" etc. Au moins vingt fois par jour en quatre ou cinq journaux télévisés ou radiophoniques. Je n'ai pas vérifié à l'écrit, pas la peine (passe encore d'entendre cette langue, mais faire l'effort de la lire...).
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »